Rechercher

Haredim et Arabes à la traîne en matière de sensibilisation au climat – enquête

29% des sondés ultra-orthodoxes se disent peu disposés à changer leur mode de vie pour aider le climat, contre 10% des Arabes et 6% de la population générale

Des hommes et des femmes haredi marchent dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 23 septembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des hommes et des femmes haredi marchent dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, le 23 septembre 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Les communautés ultra-orthodoxe et arabe sont loin derrière le reste de la population en matière de sensibilisation au changement climatique, selon une enquête publiée lundi à l’occasion de la conférence des Nations unies sur le climat COP27 en Égypte.

Les partis haredi ont remporté 18 sièges aux élections de la semaine dernière et sont certains de jouer un rôle clé dans le nouveau gouvernement de Benjamin Netanyahu. Les 10 représentants des partis arabes à la Knesset siégeront dans l’opposition.

L’enquête, commandée par le ministère de la Protection de l’environnement, montre que parmi les Israéliens juifs non haredi, 83 % des personnes interrogées ont pu citer au moins une conséquence du changement climatique, contre 55 % des haredim et 50 % des Arabes.

Par exemple, les phénomènes météorologiques extrêmes tels que les vagues de chaleur et les inondations ont été cités par 18 % de la population générale, mais par seulement 11 % des sondés ultra-orthodoxes et 5 % des Arabes.

Moins d’un haredi sur cinq (19 %) se dit très préoccupé par le changement climatique, contre 50 % des Arabes et 61 % du reste de la population.

Quatre membres sur cinq de la communauté juive israélienne non haredi pensent qu’il y a des mesures que les individus peuvent prendre pour freiner le changement climatique, un tiers d’entre eux citant la réduction de la consommation de plastique à usage unique, sujet des récentes campagnes du ministère de la Protection de l’environnement, contre seulement un sur dix chez les haredim et 13 % chez les Arabes.

Vaisselle en plastique jetable en vente à Givat Shaul, Jérusalem, 27 octobre 2021 (Yonatan Sindel/Flash90).

Le recyclage et la réduction de la consommation ont été mentionnés par un quart de la population générale (26 %) comme des mesures utiles à prendre, une opinion partagée par seulement 10 % des haredim et 7 % des Arabes.

Près des trois quarts des personnes interrogées dans le grand public se disent prêtes à recycler les bouteilles et les récipients et à réduire la consommation de plastique (73 % et 72 % respectivement). Ces chiffres sont à comparer aux 47 % et 33 % respectivement des haredim et aux 49 % et 57 % des Arabes.

Près d’un tiers des juifs ultra-orthodoxes (29 %) n’étaient pas disposés à modifier leur mode de vie pour le bien du climat, contre 10 % des Arabes et 6 % du reste du public.

Netanyahu s’est engagé à supprimer une augmentation de la taxe sur les articles en plastique jetables imposée par le gouvernement sortant à l’initiative du ministère de la Protection de l’environnement, afin de satisfaire ses alliés haredi.

Les partis haredi ont déclaré que cette augmentation visait leurs électeurs – un segment de la société qui a facilement recours au plastique à usage unique.

Selon le ministère de la Protection de l’environnement, les Israéliens dépensent chaque année 2 milliards de shekels en vaisselle en plastique, la quantité utilisée par personne étant presque cinq fois supérieure à celle des résidents de l’Union européenne.

L’enquête a interrogé 802 adultes du grand public (en hébreu), ainsi que 304 adultes supplémentaires issus des populations haredi et arabe. La marge d’erreur était de 3,5 % pour le grand public, et de 5,7 % pour les haredim et les Arabes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...