Hausse du nombre d’étudiants arabes dans les universités israéliennes
Rechercher

Hausse du nombre d’étudiants arabes dans les universités israéliennes

Malgré le succès du programme gouvernemental, la communauté minoritaire est toujours sous-représentée dans le milieu universitaire, en particulier dans la communauté des Bédouins

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Illustration : étudiants arabes israéliens sur le campus de Givat Ram à l'université hébraïque, le premier jour de la nouvelle année universitaire, le 26 octobre 2014. (Miriam Alster / Flash90)
Illustration : étudiants arabes israéliens sur le campus de Givat Ram à l'université hébraïque, le premier jour de la nouvelle année universitaire, le 26 octobre 2014. (Miriam Alster / Flash90)

Le nombre d’étudiants arabes dans les universités israéliennes a augmenté de 78,5 % au cours des sept dernières années, selon une nouvelle étude du Conseil israélien de l’enseignement supérieur (Israel’s Council for Higher Education – CHE).

Selon l’enquête, les étudiants arabes représentaient 16,1 % des étudiants de premier cycle dans les universités israéliennes, contre 10,2 % en 2010.

Cette augmentation s’est étendue aux programmes d’études supérieures, où le pourcentage d’étudiants arabes depuis 2010 a doublé, passant de 6,2 % à 13 %. Dans les programmes d’études supérieures, la proportion d’étudiants arabes a augmenté de 60 %, passant de 3,9 % à 6,3 %.

Le sondage, qui a été rapporté mercredi dans le quotidien d’affaires The Marker, suivait le succès d’un programme CHE visant à mieux intégrer la communauté arabe israélienne dans l’enseignement supérieur. Le gouvernement a dépensé 300 millions de shekels (88 millions de dollars) pour ce programme en 2012-2016.

Le succès du programme a conduit le gouvernement à l’étendre jusqu’en 2022, avec un budget total de 1 milliard de shekels (294 millions de dollars).

Au total, le nombre d’étudiants arabes dans les universités israéliennes est passé de 26 000 en 2010 à 47 000 en 2017.

Yuli Edelstein, s’adressant aux étudiants arabes le premier jour d’école au lycée Mekif dans le quartier arabe d’Abu Gosh, à Jérusalem-Est, le 27 août 2013. (Isaac Harari / FLASH90)

Le programme se concentre sur la préparation des étudiants arabes au lycée pour les études dans les universités israéliennes, où l’hébreu est la langue principale, et pour les examens de fin d’études.

Le programme vise également à empêcher les étudiants arabes de décrocher pendant les premières années difficiles des études de premier cycle.

Malgré le succès du programme CHE, les Israéliens arabes sont toujours sous-représentés dans les universités israéliennes.

Les 1,75 million de citoyens arabes d’Israël constituent 21 % de la population et pour la tranche d’âge des étudiants universitaires de premier cycle, ils constituent 26 % de la population.

Les seuls domaines dans lesquels les étudiants arabes étaient représentés proportionnellement à leur pourcentage de la population étaient l’éducation et les professions médicales.

Selon l’enquête, il y a eu une augmentation du nombre d’étudiants arabes dans des matières pour lesquelles leur représentation a été faible dans le passé. Cela comprend l’augmentation des inscriptions en génie (66 %), en mathématiques et en sciences exactes (44 %), en sciences humaines (66 %) et en administration des affaires (87 %).

Vue de la ville bédouine de Hura, dans le sud du désert du Néguev, le 27 août 2015. (Hadas Parush / Flash90)

La communauté bédouine, cependant, continue d’être sévèrement sous-représentée dans les universités israéliennes.

Selon le CHE, il n’y avait que 850 étudiants bédouins inscrits dans les instituts israéliens d’enseignement supérieur en 2016, alors que des milliers d’étudiants bédouins israéliens sont inscrits dans des universités palestiniennes en Cisjordanie.

Le CHE a élaboré un plan quinquennal doté d’un budget de 100 millions de shekels (294 millions de dollars) pour augmenter les taux de scolarisation bédouine de 75 %.

La professeur Yaffa Zilbershats, présidente du comité de planification et de budgétisation du CHE, a déclaré sur le site web du conseil : « Le comité de planification et du budget a défini le plan pluriannuel d’accessibilité et de réduction des écarts dans le système d’enseignement supérieur comme un objectif central. »

Elle a ajouté : « L’université est la clé de l’intégration dans la société et l’industrie. Par conséquent, dans les prochaines années, nous allons investir beaucoup de ressources, y compris le soutien professionnel et individuel, afin d’ouvrir la voie à l’université pour les étudiants, les Bédouins en particulier. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...