Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Heurts lors de la manifestation des maires arabes contre les coupes budgétaires

La grève et la manifestation organisées par les leaders communautaires se sont terminées par une altercation avec la police et l’arrestation d'un maire

Le député Ayman Odeh aux mains de la police lors d'une manifestation contre la décision du ministre des Finances Bezalel Smotrich de geler les fonds destinés aux municipalités arabes, devant le ministère des Finances, à Jérusalem, le 13 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député Ayman Odeh aux mains de la police lors d'une manifestation contre la décision du ministre des Finances Bezalel Smotrich de geler les fonds destinés aux municipalités arabes, devant le ministère des Finances, à Jérusalem, le 13 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Des représentants des autorités locales arabes ont manifesté lundi matin à Jérusalem contre le refus du ministre des Finances Bezalel Smotrich de transférer des centaines de millions de dollars de fonds budgétés aux municipalités arabes.

Smotrich a été critiqué, et notamment par ses collègues, pour avoir refusé de débloquer 200 millions de shekels destinés au développement économique des municipalités arabes, et pour avoir maintenu la suspension d’un programme d’enseignement supérieur pour les habitants de Jérusalem-Est. Smotrich, chef du parti d’extrême-droite HaTzionout HaDatit, a été accusé de racisme par les législateurs de l’opposition.

Le Comité national des chefs des autorités locales arabes, qui a organisé la manifestation, a estimé que la somme retenue était plus élevée, à savoir 320 millions de shekels.

Plus tôt dans la journée de lundi, une « grève d’avertissement » a été organisée dans les villes arabes de 8h à 10h pour exiger le déblocage des fonds. La Fédération israélienne des autorités locales a déclaré qu’elle se joindrait à la grève lundi, les bureaux des autorités locales étant fermés dans tout le pays en solidarité avec leurs homologues arabes.

Les dirigeants arabes locaux ont également menacé de ne pas ouvrir les écoles au début du mois de septembre.

Les quelque 400 manifestants de lundi ont également dénoncé la recrudescence de crimes violents qui sévit dans leurs communautés et qui a coûté la vie à 150 personnes depuis le début de l’année 2023, soit plus du double du taux de l’année dernière.

Certains participants ont scandé des slogans qualifiant Smotrich de « colon raciste ».

À un moment donné, des affrontements ont éclaté entre les manifestants et les forces de sécurité après qu’une barrière de sécurité a été brisée, des images montrant le deputé radical Ayman Odeh, chef de Hadash, poussé par une policière. Fouad Awad, chef du Conseil régional de Mazraa, dans le nord d’Israël, a également été arrêté.

Des maires et des députés arabes, dont Ayman Odeh, deuxième à droite, et Aïda Touma-Suleiman, quatrième à droite, tous deux membres de Hadash) manifestant contre les coupes budgétaires imposées aux municipalités arabes, devant le Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 21 août 2023. (Crédit : Gianluca Pacchiani/Times of Israel)

Les fonds – destinés à stimuler l’économie, à améliorer les infrastructures et à lutter contre la criminalité dans les communautés arabes – ont été approuvés par le gouvernement précédent, qui comprenait le parti islamiste Raam aux côtés des partis de gauche, centristes et de droite.

Le député Sami Abu Shehadeh, chef du parti Balad, a déclaré au Times of Israel que les réductions ont eu un impact immédiat sur le fonctionnement des gouvernements arabes locaux et sur la vie des citoyens arabes. « Les municipalités arabes s’attendaient à recevoir les fonds approuvés par le gouvernement précédent et elles ont déjà dépensé l’argent, comme elles sont censées le faire. Aujourd’hui, elles sont endettées à hauteur de millions de shekels », a-t-il déclaré.

« Les maires arabes ont dû procéder à de sombres coupes. Ils ont supprimé les programmes d’éducation formelle et informelle, les sports, la culture et d’autres activités qui offrent un cadre à notre jeunesse », a ajouté Abu Shehadeh, soulignant le lien entre les coupes budgétaires et le taux de criminalité rampant dans la société arabe israélienne.

« Il est assez triste que nous ayons dû en arriver là, que nous devions protester pour nos droits. Mais c’est le gouvernement actuel, et c’est avec lui que nous devons travailler. Nous avons déjà convenu d’une grève [des établissements] scolaires pour le début du mois de septembre. La grève et la manifestation d’aujourd’hui sont un avertissement au gouvernement pour qu’il nous prenne au sérieux. »

En réponse aux accusations de Smotrich selon lesquelles les fonds alloués tomberaient entre les mains de groupes criminels organisés, le député a fait remarquer que les fonds détournés dans des villes juives par le passé – comme Netanya – n’ont pas entraîné de coupes budgétaires, et a déclaré que la décision était uniquement motivée par le racisme.

Les dirigeants arabes locaux ont déclaré qu’ils étaient d’accord avec la proposition du Premier ministre Benjamin Netanyahu de mettre en place des mécanismes de contrôle pour surveiller la manière dont l’argent est dépensé. Un porte-parole de Smotrich a déclaré au Times of Israel que « l’objectif est que l’argent soit dépensé à bon escient ».

Muhammed Khalaily, chercheur sur la société arabe en Israël pour l’Institut israélien de la démocratie (IDI), a déclaré que les coupes budgétaires pour les municipalités arabes, la refonte du système judiciaire et l’expansion des implantations sont autant de « tentacules » d’un « plan de pieuvre » promu par certains membres du cabinet dans le but de renforcer la suprématie juive.

« Certains membres de l’exécutif actuel veulent se débarrasser de tout ce qui a été réalisé sous le gouvernement précédent en faveur de la société arabe, dans le but de ‘judaïser’ et de ‘désarabiser’ le pays », a déclaré Khalaily au Times of Israel.

« Pour faire avancer de telles décisions, le gouvernement a besoin d’un système judiciaire faible et politisé qui ne se mettra pas en travers de son chemin. D’où la refonte du système judiciaire », a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.