Rechercher

Il est « inacceptable » que l’Iran fournisse drones et missiles à la Russie – OTAN

Selon Kiev, 400 drones iraniens ont d'ores et déjà été utilisés pour frapper des installations civiles en Ukraine, et Moscou en a commandé environ 2 000

Le secrétaire général de l'OTAN, M. Jens Stoltenberg, arrive pour un sommet de l'OTAN à Madrid (Espagne), le mercredi 29 juin 2022. (Crédit : AP Photo/Paul White)
Le secrétaire général de l'OTAN, M. Jens Stoltenberg, arrive pour un sommet de l'OTAN à Madrid (Espagne), le mercredi 29 juin 2022. (Crédit : AP Photo/Paul White)

La fourniture de drones et celle éventuelle de missiles balistiques par l’Iran à la Russie pour sa guerre contre l’Ukraine est « inacceptable », a déclaré jeudi le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg.

Kiev et les Occidentaux accusent Téhéran de fournir d’ores et déjà des drones de combat à Moscou, ce que les deux pays nient.

« Nous voyons l’Iran proposer des drones et envisageant des livraisons de missiles balistiques à la Russie », a déclaré M. Stoltenberg lors d’une conférence de presse à Istanbul.

« C’est inacceptable. Aucun pays ne devrait fournir un soutien à Moscou dans cette guerre illégitime », a-t-il ajouté.

Selon Kiev, 400 drones iraniens ont d’ores et déjà été utilisés pour frapper des installations civiles en Ukraine, et Moscou en a commandé environ 2 000.

L’épave de ce que Kiev a décrit comme un drone iranien Shahed abattu près de Kupiansk, en Ukraine, le 13 septembre 2022. (Crédit : Direction des communications stratégiques de l’armée ukrainienne via AP)

M. Stoltenberg a ajouté que le président russe Vladimir Poutine était mis en échec en Ukraine « mais répondait avec plus de brutalité ».

« Ces dernières semaines nous avons vu des dizaines de frappes de drones et de missiles dans toute l’Ukraine. Y compris sur des infrastructures essentielles », a-t-il poursuivi.

Il a accusé la Russie de « priver cruellement et délibérément les Ukrainiens de chauffage, d’eau et d’électricité au seuil de l’hiver ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...