Rechercher

« Il sera enterré » : L’ambassadeur d’Iran en Azerbaïdjan menace l’envoyé israélien

Le représentant de Téhéran à Bakou a déclaré que le "sioniste maléfique" avait franchi une "ligne rouge" en lisant un livre d'histoire sur une ville iranienne

Bakou, la capitale de l'Azerbaijan, le 11 octobre 2019. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Bakou, la capitale de l'Azerbaijan, le 11 octobre 2019. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

L’ambassadeur d’Iran en Azerbaïdjan a menacé mercredi l’envoyé d’Israël dans le pays, affirmant au sujet du diplomate israélien qu’il serait « enterré » pour avoir lu un livre.

L’ambassadeur d’Israël à Bakou, George Deek, avait posté sur Twitter une photo de lui en train de lire un livre intitulé Mysterious Tales of Tabriz.

Tabriz est une ville d’Iran, près de la frontière avec l’Azerbaïdjan, et est la capitale de la province iranienne d’Azerbaïdjan oriental. La majorité des habitants sont Azerbaïdjanais et leur langue est prédominante.

« J’apprends tellement de choses sur l’histoire et la culture azerbaïdjanaises à Tabriz dans ce superbe livre qu’on m’a récemment offert », a déclaré Deek. Chrétien israélo-arabe de Jaffa, George Deek est un diplomate et un porte-parole de longue date représentant Israël à l’étranger.

L’ambassadeur d’Iran en Azerbaïdjan, Seyed Abbas Mousavi, a répondu en postant une capture d’écran de Deek lisant le livre et des menaces envers l’envoyé israélien.

« À titre d’information pour ce garçon audacieux : Notre chère [Tabriz] est connue comme la terre des PREMIERS dans la fière histoire [de l’Iran] », a déclaré Mousavi.

« Il semblerait que le sioniste maléfique sera le PREMIER à être enterré par le peuple zélé de Tabriz. Ne franchissez jamais nos lignes rouges, jamais ! » a-t-il écrit. Mousavi est également un ancien porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.

Joshua Zarka, directeur général adjoint du ministère des Affaires étrangères, a répondu à Mousavi en déclarant sur Twitter : « L’Iran menace d’enlever des citoyens suédois à cause d’un terroriste mis en prison, l’ambassadeur d’Iran en Azerbaïdjan menace le nôtre pour avoir lu un livre. »

« Ce régime amène son pays et son peuple, y compris dans la ville de Tabriz, au niveau le plus bas jamais atteint et provoque des conflits avec tout le monde », a déclaré Zarka.

L’Iran et l’Azerbaïdjan, qui sont des voisins, entretiennent des relations historiques mais se sont affrontés au sujet d’Israël et d’autres questions.

État laïque à majorité musulmane, l’Azerbaïdjan entretient depuis longtemps des relations chaleureuses avec Jérusalem. Bakou a acheté pour des milliards de dollars d’armes à Israël et a fourni du pétrole à l’État juif.

L’année dernière, l’Iran a affirmé qu’Israël maintenait une présence militaire en Azerbaïdjan, et a promis de prendre des mesures et d’organiser des exercices militaires près de sa frontière avec l’Azerbaïdjan, qui a démenti ces allégations.

Les deux pays ont ensuite mis fin à l’impasse par le dialogue.

L’Azerbaïdjan et l’Iran sont également en désaccord au sujet du soutien apporté par Téhéran à l’Arménie dans le conflit du Haut-Karabakh, qui dure depuis des dizaines d’années. L’Arménie a accusé l’Azerbaïdjan de déployer des drones kamikazes de fabrication israélienne dans ce conflit.

Téhéran redoute depuis longtemps les sentiments séparatistes de sa minorité ethnique azerbaïdjanaise, qui représente environ 10 des 83 millions d’habitants de l’Iran.

Les liens entre Israël et l’Azerbaïdjan remontent à l’éclatement de l’URSS au début des années 1990.

Les deux pays avaient alors noué des relations diplomatiques et commerciales, Israël cherchant à établir des liens avec les pays musulmans et l’Azerbaïdjan cherchant à développer de nouvelles relations au-delà de ses liens traditionnels avec Moscou.

L’Azerbaïdjan abrite une petite communauté juive de quelques milliers de personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...