Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

Irak : Saisie de milliers de comprimés de captagon destinés au marché local

Les autorités ont annoncé l'arrestation d'un trafiquant et la saisie de captagon destinés à être vendus en Irak, où la consommation de cette drogue est en pleine croissance

Illustration. Des combattants affiliés au groupe rebelle syrien "Hayat Tahrir al-Sham" (HTS) montrant des drogues saisies précédemment à un poste de contrôle qu'ils contrôlent à Daret Ezza, dans la campagne occidentale de la province d'Alep, le 10 avril 2022. (Crédit : Omar Haj Kadour/AFP)
Illustration. Des combattants affiliés au groupe rebelle syrien "Hayat Tahrir al-Sham" (HTS) montrant des drogues saisies précédemment à un poste de contrôle qu'ils contrôlent à Daret Ezza, dans la campagne occidentale de la province d'Alep, le 10 avril 2022. (Crédit : Omar Haj Kadour/AFP)

Les autorités irakiennes ont annoncé mardi l’arrestation d’un trafiquant et la saisie de 44 000 comprimés de captagon destinés à être vendus en Irak, où la consommation de cette drogue de la famille des amphétamines est en pleine croissance.

Les cachets de couleur jaune, conditionnés dans des sachets arborant chacun la photo d’un dromadaire et la mention « 2023 », ont été saisis dans la province de Ninive (nord) et un trafiquant interpellé, a précisé l’Agence de Sûreté nationale dans un communiqué.

Vingt autres trafiquants ont été arrêtés dans des coups de filet distincts menés à travers le pays, selon la même source.

Le captagon saisi dans la province de Ninive était destiné au marché irakien, a souligné Agence de Sûreté.

Ces derniers mois les forces de sécurité irakiennes ont multiplié les saisies spectaculaires de drogues, dans un pays où le trafic, la vente et la consommation ont fortement augmenté, captagon et crystal meth (une drogue de synthèse) en tête.

Début mai, elles avaient ainsi mis la main sur 12 millions de comprimés de benzhexol, un médicament couramment utilisé comme drogue.

Illustration : Un comprimé de captagon. (Crédit : Capture d’écran YouTube/Allo docteurs)

En mars, ce sont 3 millions de comprimés de captagon qui avaient été saisis à la frontière avec la Syrie, l’un des plus gros producteurs de cette drogue qui est ensuite acheminée vers les pays du Golfe, via l’Irak.

Or, « depuis quelques mois » l’Irak est de plus en plus consommateur de captagon et non plus seulement un pays de transit, a expliqué à l’AFP Archad al-Hakim, porte-parole de la Sûreté irakienne.

« Après l’arrestation des principaux trafiquants de crystal meth, les autres trafiquants se sont mis à vendre du captagon », a-t-il poursuivi. « Le captagon entre illégalement par la frontière syrienne grâce aux failles dans la sécurité. »

Des « failles » auxquelles les ministres des Affaires étrangères irakien et syrien, dont les pays partagent une frontière de 600 km, ont promis de s’attaquer, lors d’une rencontre à Bagdad début juin.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.