Rechercher

Israël ferme l’hôpital de campagne ukrainien après 6 semaines d’exploitation

L’hôpital « Kochav Meir » (« Étoile brillante ») était le fleuron de l'assistance d'Israël à Kiev ; ses médecins ont traité plus de 6 000 patients civils

Des drapeaux ukrainiens et israéliens sont hissés lors de la cérémonie d’ouverture d’un hôpital de campagne israélien à Mostyska, en Ukraine, le 22 mars 2022. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israël)
Des drapeaux ukrainiens et israéliens sont hissés lors de la cérémonie d’ouverture d’un hôpital de campagne israélien à Mostyska, en Ukraine, le 22 mars 2022. (Crédit : Carrie Keller Lynn/Times of Israël)

Une équipe médicale israélienne envoyée dans l’ouest de l’Ukraine pour gérer un hôpital de campagne mis en place après l’invasion russe est rentrée chez elle vendredi, Israël ayant fermé la clinique après six semaines de fonctionnement.

L’hôpital de Mostyska, à environ 50 kilomètres à l’ouest de Lviv, connu sous le nom de « Kohav Meir » (« étoile brillante ») – un jeu de mots partant du nom de l’ancien Premier ministre israélien Golda Meir, qui est née en Ukraine et qui a été la fondatrice du programme d’aide de l’Agence pour la coopération au développement international du ministère des Affaires étrangères, qui a dirigé le projet avec le Centre médical Sheba.

Pendant six semaines, l’hôpital a traité plus de 6 000 patients et a mis au monde au moins un bébé. La plupart des personnes traitées n’étaient pas des blessés de guerre, mais plutôt des civils qui auraient eu du mal à recevoir des soins, les ressources de l’Ukraine étant mises à rude épreuve par l’invasion.

L’hôpital devait initialement fonctionner pendant un mois, mais la date de fermeture a été reportée à deux reprises, les 100 membres du personnel initial – dont 80 médecins et infirmières – étant remplacés par de nouvelles équipes du centre médical Sheba.

Lors d’une visite à l’hôpital au début du mois, le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, a remercié le personnel médical pour son « travail qui est une véritable bénédiction ».

« Vous fournissez ici des soins médicaux de très haut niveau, avec une grande expertise et un grand professionnalisme dans des conditions vraiment difficiles. Bravo », a-t-il déclaré.

L’hôpital, qui comptait 150 lits dans les services d’urgence, de pédiatrie, d’obstétrique et de gynécologie, était destiné à un usage civil. L’établissement, d’une valeur de 21 millions de shekels (6,5 millions de dollars), a investi 10 tentes extérieures et a également converti plusieurs salles de classe en salles d’hospitalisation.

Le ministre de la Santé, Nitzan Horowitz, au micro, s’adresse au personnel de l’hôpital de campagne déployé par Israël près de Lviv, en Ukraine, le 4 avril 2022, dans une photo fournie par le ministère de la Santé. (Crédit : Sharon Yaniv/Ministère de la Santé)

L’hôpital était le fleuron de l’aide israélienne à l’Ukraine, qui s’est limitée à l’aide humanitaire, bien que Kiev ait également demandé une aide militaire.

Les responsables israéliens et ukrainiens ont oscillé entre la confrontation et la coordination au cours des semaines qui ont suivi l’invasion de l’Ukraine par la Russie, alors que Jérusalem marche sur une corde raide en essayant d’aider Kiev sans s’aliéner Moscou.

Le Premier ministre Naftali Bennett a évité de s’aligner trop étroitement sur l’une ou l’autre des parties depuis que les troupes russes ont envahi l’Ukraine le 24 février. L’État juif est l’un des rares pays à entretenir des relations relativement chaleureuses à la fois avec l’Ukraine et la Russie.

Natalia Moiseinko tient dans ses bras sa fille de 10 ans, Zlata Moiseinko, qui souffre d’une maladie cardiaque chronique, alors qu’elle reçoit un traitement dans une école convertie en hôpital de campagne israélien à Mostyska, en Ukraine occidentale, le 24 mars 2022. (Crédit : AP Photo/Nariman El-Mofty)

Cependant, il semble y avoir eu un changement dans la rhétorique utilisée par Jérusalem à l’égard de la situation en Ukraine à la suite des informations qui ont fait état de massacres de civils par les Russes. Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid a explicitement accusé la Russie de crimes de guerre au début du mois, les propos les plus virulents à l’encontre de Moscou à avoir été prononcés par un haut responsable israélien.

Dans un léger changement de politique, le ministre de la défense Benny Gantz a déclaré qu’Israël allait fournir des casques et des gilets pare-balles aux services d’urgence de la nation assiégée, après avoir longtemps refusé de fournir des équipements défensifs à l’Ukraine.

Si Jérusalem a quelque peu changé de ton pour s’aligner davantage sur les puissances occidentales, elle a jusqu’à présent refusé catégoriquement de contribuer à l’effort militaire ukrainien. En revanche, Israël a envoyé 100 tonnes d’aide humanitaire à l’Ukraine et a construit un hôpital de campagne dans l’ouest du pays.

Kiev demande depuis longtemps qu’Israël lui vende des équipements militaires défensifs, notamment le système de défense antiaérien du Dôme de fer, mais Jérusalem a, jusqu’à présent, refusé. Selon certaines informations, l’Ukraine a également demandé des cyber-armes à utiliser contre la Russie, notamment le logiciel de piratage controversé Pegasus du groupe NSO.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...