Israël en guerre - Jour 226

Rechercher

Un destroyer américain abat plusieurs missiles en mer Rouge, « potentiellement » vers Israël

203 otages au moins sont retenus à Gaza * Rishi Sunak en visite de solidarité en Israël * Deux haut responsables du Hamas tués à Gaza * Le bilan monte des Français tués monte à 28

  • Des Palestiniens recherchent des victimes et des survivants, suite à une frappe israélienne sur la ville de Deir Al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 18 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Faiq / AFP)
    Des Palestiniens recherchent des victimes et des survivants, suite à une frappe israélienne sur la ville de Deir Al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza, le 18 octobre 2023. (Crédit : Mohammed Faiq / AFP)
  • Un soldat israélien inspectant une maison endommagée dans le kibboutz Beeri, en Israël, le 17 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP/)
    Un soldat israélien inspectant une maison endommagée dans le kibboutz Beeri, en Israël, le 17 octobre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP/)
  • L'aide humanitaire fournie par les Nations Unies  chargée dans un avion de transport militaire turbopropulsé C-130H-30 Hercules de l'United Arab Emirates Air Force à l'aéroport international de Dubaï avant son départ pour Le Caire, le 19 octobre 2023. (Crédit : Giuseppe Cacace/AFP)
    L'aide humanitaire fournie par les Nations Unies chargée dans un avion de transport militaire turbopropulsé C-130H-30 Hercules de l'United Arab Emirates Air Force à l'aéroport international de Dubaï avant son départ pour Le Caire, le 19 octobre 2023. (Crédit : Giuseppe Cacace/AFP)
  • Le système de défense anti-missile "Dôme de fer" tirant des missiles d'interception sur des roquettes tirées depuis la bande de Gaza vers Israël, vu depuis le moshav Neve Ilan, le 18 octobre 2023.(Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
    Le système de défense anti-missile "Dôme de fer" tirant des missiles d'interception sur des roquettes tirées depuis la bande de Gaza vers Israël, vu depuis le moshav Neve Ilan, le 18 octobre 2023.(Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
  • Le président Isaac Herzog, à droite, et le Premier ministre Rishi Sunak à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
    Le président Isaac Herzog, à droite, et le Premier ministre Rishi Sunak à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
  • Le chef de l'opposition Yaïr Lapid s'adressant aux médias, à Tel Aviv, le 19 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
    Le chef de l'opposition Yaïr Lapid s'adressant aux médias, à Tel Aviv, le 19 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
  • Des grenades propulsées par roquettes F-7 présumées de fabrication nord-coréenne, la plupart avec une bande rouge distinctive sur leur ogive, dans une base militaire israélienne dans le sud d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Alon Bernstein/AP Photo)
    Des grenades propulsées par roquettes F-7 présumées de fabrication nord-coréenne, la plupart avec une bande rouge distinctive sur leur ogive, dans une base militaire israélienne dans le sud d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Alon Bernstein/AP Photo)

Moody’s: la note de crédit d’Israël « en cours d’examen » en vue d’un éventuel abaissement

La bourse de Tel Aviv, le 25 décembre 2018. (Crédit : Adam Shuldman/Flash90)
La bourse de Tel Aviv, le 25 décembre 2018. (Crédit : Adam Shuldman/Flash90)

L’agence de notation internationale Moody’s annonce qu’elle examine Israël en vue d’un éventuel abaissement de sa note de crédit A1.

Moody’s explique que cet examen a été « déclenché par le conflit violent et inattendu entre Israël et le Hamas ».

L’agence note que si Israël a fait preuve de résilience lors de conflits antérieurs, le niveau de violence actuel « soulève la possibilité d’un impact plus durable et plus important sur le crédit. »

« La conséquence la plus importante est le coût humain (…). Cette annonce de notation aborde les implications de crédit des événements récents », souligne l’agence, qui attribuait auparavant à Israël une perspective stable.

– avec AFP

Tsahal continue de cibler les sites du Hezbollah au Liban

De la fumée s'élève après des tirs d'artillerie israélienne à al-Bustan, village frontalier entre le Liban et Israël, dans le Sud-Liban, le 18 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)
De la fumée s'élève après des tirs d'artillerie israélienne à al-Bustan, village frontalier entre le Liban et Israël, dans le Sud-Liban, le 18 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)

L’armée israélienne déclaré avoir mené des frappes aériennes contre un certain nombre de sites du Hezbollah dans le sud du Liban, en réponse à des attaques de missiles et de roquettes contre le nord d’Israël aujourd’hui.

Par ailleurs, Tsahal déclare qu’un hélicoptère de combat a frappé une cellule terroriste qui s’apprêtait à lancer un missile guidé antichar depuis le Liban vers Israël.

L’armée publie des images des frappes.

Plus tôt, des roquettes lancées par le Hamas depuis le Liban ont blessé trois personnes à Kiryat Shmona, et des missiles tirés par le Hezbollah ont visé un certain nombre de positions militaires, sans faire de blessés.

Gaza: le Hamas fait état de morts dans l’enceinte d’une église

Cette photo prise à Sderot montre de la fumée s'élevant au-dessus du nord de la bande de Gaza le 19 octobre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Cette photo prise à Sderot montre de la fumée s'élevant au-dessus du nord de la bande de Gaza le 19 octobre 2023. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le ministère de l’Intérieur de Gaza, contrôlé par le Hamas affirme que de nombreux déplacés s’abritant dans l’enceinte d’une église à Gaza avaient été tués et d’autres blessés dans un raid israélien.

Interrogée par l’AFP, l’armée israélienne a indiqué qu’elle vérifiait ces informations.

Dans un communiqué, le ministère a affirmé que le raid a fait « un grand nombre de martyrs et de blessés » dans l’enceinte de l’église grecque orthodoxe de Saint-Porphyre, alors que des témoins ont affirmé que la frappe semble avoir visé une cible proche du lieu de culte dans lequel de nombreux habitants de Gaza s’abritent.

Tsahal annonce avoir tué un membre du commando naval du Hamas

Le système de défense aérienne Dôme de fer tire pour intercepter une roquette tirée depuis la bande de Gaza, à Ashkelon, le 19 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)
Le système de défense aérienne Dôme de fer tire pour intercepter une roquette tirée depuis la bande de Gaza, à Ashkelon, le 19 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Tsafrir Abayov)

L’armée israélienne annonce avoir tué un membre du commando naval du Hamas lors d’une frappe dans la bande de Gaza ce soir.

L’armée explique que des avions de chasse et des navires de la marine ont mené des frappes contre un centre de commandement du Hamas à Gaza, et ont tué Mamdouh Shalabiya.

Selon Tsahal, Shalabiya « travaillait à mener des attaques depuis la mer ».

L’armée affirme avoir également frappé un certain nombre d’autres cibles appartenant au Hamas ce soir et publie des images des frappes.

Un fonctionnaire du département d’État démissionne en raison du soutien militaire à Israël

Le président Joe Biden se dirigeant vers le podium pour prononcer un discours sur la guerre entre Israël et le le groupe terroriste du Hamas, le 18 octobre 2023, à Tel Aviv. (Crédit : Evan Vucci/AP Photo)
Le président Joe Biden se dirigeant vers le podium pour prononcer un discours sur la guerre entre Israël et le le groupe terroriste du Hamas, le 18 octobre 2023, à Tel Aviv. (Crédit : Evan Vucci/AP Photo)

Un fonctionnaire américain qui travaillait sur les transferts d’armes au niveau mondial pour le département d’État a démissionné en raison de son opposition à la décision de l’administration Biden de fournir à Tsahal un soutien militaire supplémentaire dans sa guerre contre le Hamas.

« Je quitte mon poste aujourd’hui parce que je pense que, dans notre démarche actuelle concernant la fourniture continue – voire élargie et accélérée – d’armes létales à Israël, j’ai atteint la fin de ce marché », peut-on lire dans un message publié sur LinkedIn par Josh Paul, qui était directeur des affaires publiques et du Congrès au sein du Bureau des affaires politico-militaires du département d’État.

« Permettez-moi d’être clair : l’attaque du Hamas contre Israël n’était pas seulement une monstruosité, c’était la pire des monstruosités », poursuit M. Paul. « Mais je suis convaincu au plus profond de mon âme que la réponse d’Israël et le soutien américain à cette réponse et au statu quo de l’occupation ne feront qu’accroître et aggraver les souffrances des Israéliens et des Palestiniens, ce qui n’est pas dans l’intérêt des États-Unis à long terme. »

Interrogé sur cette démission lors d’un point de presse, le porte-parole du département d’État, Matt Miller, a déclaré que son bureau reconnaît que les employés ont des convictions personnelles et les encourage à les exprimer, y compris lorsqu’elles sont en désaccord avec la politique des États-Unis.

Toutefois, M. Miller précise également que les États-Unis soutiennent le droit d’Israël à l’autodéfense et qu’ils continueront à fournir à Israël les moyens nécessaires pour permettre à Jérusalem d’exercer ce droit.

« Nous pensons qu’ils ont non seulement le droit mais aussi l’obligation de se défendre contre ces attaques terroristes, et je pense que n’importe quel pays le ferait », a-t-il déclaré, tout en précisant que les contre-attaques d’Israël devraient être menées de manière à limiter les pertes civiles.

Le festival de cinéma de Carthage annulé en solidarité avec les Palestiniens

Le ministère tunisien des Affaires tunisiennes a annoncé jeudi l’annulation de la 34e édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC), prévue du 28 octobre au 4 novembre, en solidarité avec les Palestiniens.

Ce festival, réservé aux réalisateurs arabes et africains, est un rendez-vous culturel annuel majeur en Tunisie.

Mais « en solidarité avec notre peuple palestinien frère et compte tenu de la situation humanitaire critique dans la bande de Gaza (…) à la suite de la brutale agression sioniste, le ministère des Affaires culturelles a décidé d’annuler l’organisation de la 34e édition des JCC », selon un communiqué du ministère.

La Tunisie, qui a abrité de 1982 à 1994 l’Organisation de Libération de la Palestine (OP) de Yasser Arafat après son départ du Liban, a depuis toujours adopté une position de ferme soutien à la cause palestinienne.

Le président Kais Saied a dénoncé mercredi « un silence international » sur les « génocides » perpétrés, selon lui, par l’armée israélienne contre les Palestiniens.

L’exemption de visa américain pour les Israéliens entre en vigueur

Des passagers à l'aéroport international Ben Gurion, le 6 juin 2022. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
Des passagers à l'aéroport international Ben Gurion, le 6 juin 2022. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

L’ambassade d’Israël à Washington annonce qu’à partir d’aujourd’hui, les Israéliens peuvent se rendre aux États-Unis sans visa.

Les États-Unis ont admis Israël dans leur programme d’exemption de visa le 27 septembre, mais ont indiqué qu’il faudrait jusqu’à deux mois pour mettre en place les mesures nécessaires afin que les Israéliens puissent commencer à profiter du système électronique d’autorisation de voyage.

Les autorités américaines ont réussi à terminer leurs préparatifs bien avant la date prévue, ce qui a permis de faire l’annonce aujourd’hui.

Les citoyens israéliens munis d’un passeport biométrique pourront se rendre aux États-Unis en faisant une demande d’ESTA jusqu’à 72 heures avant leur voyage. Ils pourront se rendre aux États-Unis pour une durée maximale de 90 jours dans le cadre d’un voyage d’affaires ou d’un séjour touristique.

Un destroyer US abat plusieurs missiles et drones en mer Rouge « potentiellement » vers Israël

Le navire d'assaut amphibie USS Bataan traverse la mer Rouge, le 8 août 2023. (Crédit : Mass Communication Specialist 3rd Class Riley Gasdia/US Navy, via AP)
Le navire d'assaut amphibie USS Bataan traverse la mer Rouge, le 8 août 2023. (Crédit : Mass Communication Specialist 3rd Class Riley Gasdia/US Navy, via AP)

Un destroyer américain « opérant dans le nord de la mer Rouge » a abattu jeudi trois missiles sol-sol et plusieurs drones lancés par les rebelles Houthis au Yémen, et « se dirigeant potentiellement vers des cibles en Israël », a annoncé le Pentagone.

Aucun blessé n’est à déplorer parmi les marins de l’USS Carney ni parmi les civils au sol « à notre connaissance », a précisé le ministère de la Défense américain lors d’une conférence de presse.

2 élus de la coalition demandent que 14 milliards de shekels d’affectations politiques soient détournés vers l’effort de guerr

Les législateurs assistent à une session plénière à la Knesset à Jérusalem, le 16 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Les législateurs assistent à une session plénière à la Knesset à Jérusalem, le 16 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Deux députés de la coalition demandent aux dirigeants des partis gouvernementaux de transférer les 13,7 milliards de shekels de fonds réservés aux promesses politiques à l’effort de guerre.

Dans une lettre publiée aujourd’hui, Yuli Edelstein, député du Likud, et Zeev Elkin, député HaMahane HaMamlahti, exhortent le Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses partenaires politiques à réorienter les fonds dits de coalition, écrivant qu’il « ne fait aucun doute dans nos cœurs que les chefs de la coalition comprendront le besoin actuel et découvriront la responsabilité nationale ».

Les fonds de coalition, une partie du budget de l’État laissée à la discrétion des politiciens, sont accordés dans le cadre de promesses politiques pour que les partis rejoignent une coalition.

Le gouvernement de M. Netanyahu a été critiqué pour avoir affecté une grande partie de ces fonds à des priorités ultra-orthodoxes, notamment à plusieurs systèmes scolaires religieux qui ne respectent pas les lignes directrices du ministère de l’Education en matière de programmes scolaires.

Le Sénat adopte une résolution symbolique soutenant Israël 97-0

La Chambre des représentants des États-Unis au Capitole à Washington, le 4 octobre 2023. (Crédit : J. Scott Applewhite / AP Photo)
La Chambre des représentants des États-Unis au Capitole à Washington, le 4 octobre 2023. (Crédit : J. Scott Applewhite / AP Photo)

Le Sénat américain a adopté par 97 voix contre 0 une résolution symbolique réaffirmant le soutien des États-Unis à Israël dans le cadre de la guerre de Gaza.

Tous les sénateurs, à l’exception du républicain Rand Paul, ont coparrainé la résolution exprimant le soutien à Israël face à l’assaut du Hamas.

La résolution « réaffirme le droit d’Israël à l’autodéfense et s’engage à aider Israël à protéger son peuple contre de futures agressions ». Elle exprime également son soutien à la reconstitution des stocks d’armes d’Israël et demande instamment l’adoption de sanctions supplémentaires contre l’Iran en raison du soutien qu’il apporte à ses mandataires terroristes.

Une résolution tout aussi symbolique a été introduite à la Chambre des représentants et 392 députés l’ont coparrainée. Elle devrait également être adoptée dans les prochains jours.

Maximum 50 personnes tuées dans l’explosion à l’hôpital de Gaza, selon une source européenne

Des Palestiniens vérifiant le lieu de l'explosion à l'hôpital al-Ahli, dans la ville de Gaza, le 18 octobre 2023. (Crédit : Abed Khaled/AP)
Des Palestiniens vérifiant le lieu de l'explosion à l'hôpital al-Ahli, dans la ville de Gaza, le 18 octobre 2023. (Crédit : Abed Khaled/AP)

Une source haut-placé dans le renseignement européen a déclaré à l’AFP qu’elle pensait qu’un maximum de 50 personnes avaient été tuées dans l’explosion de l’hôpital Al-Ahli à Gaza mardi.

Israël a nié être responsable de l’explosion, apportant la preuve qu’elle a été causée par une roquette du Jihad islamique tirée sur Israël. Le Royaume-Uni, les États-Unis et plusieurs autres pays ont appuyé cette version des faits.

Israël a également mis en doute les affirmations du Hamas selon lesquelles 500 personnes auraient été tuées dans l’explosion. Le ministère de la santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré plus tard qu’au moins 471 personnes avaient été tuées.

Le porte-parole de l’armée israélienne, Jonathan Conricus, a également contesté les chiffres du ministère dirigé par le Hamas, demandant : « Où sont tous les corps ? ».

CNN a cité une évaluation américaine qui estime que 100 à 300 personnes ont été tuées dans l’explosion.

Les correspondants de l’AFP ont vu des dizaines de corps sur les lieux de l’attentat, des médecins et des civils récupérant des corps enveloppés dans des tissus blancs, des couvertures ou des sacs en plastique noirs. Les images de l’hôpital après la frappe, publiées par le groupe de surveillance par satellite Maxar, montrent que les bâtiments de l’hôpital semblaient pour la plupart intacts.

Une manifestation pro-Hamas à Umm al-Fahm interrompue ; 12 arrestations

La police israélienne disperse un rassemblement pro-palestinien qui se tenait dans la ville arabe d’Umm al-Fahm.

La police indique que 12 personnes ont été arrêtées, soupçonnées de perturber l’ordre public, et que les manifestants ont crié des slogans anti-israéliens.

La police a déclaré qu’elle appliquerait une « tolérance zéro » pour les rassemblements soutenant le Hamas en Israël, et le chef de la police, Kobi Shabtai, a déclaré en début de semaine sur TikTok, le site en langue arabe de la police, que « tous ceux qui veulent s’identifier à Gaza sont les bienvenus – je les mettrai dans des bus qui les enverront là-bas ».

Washington en pourparlers avec Israël, l’ONU et l’Égypte pour créer des « zones de sécurité » à Gaza

Des Palestiniens dans un camp de tentes temporaire mis en place pour les habitants de Gaza évacués de leurs maisons, sur le terrain d'une installation de l'UNRWA à Khan Younis, à Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des Palestiniens dans un camp de tentes temporaire mis en place pour les habitants de Gaza évacués de leurs maisons, sur le terrain d'une installation de l'UNRWA à Khan Younis, à Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Les États-Unis sont en pourparlers avec Israël, l’ONU et l’Égypte en vue d’établir des zones de sécurité à l’intérieur de Gaza « où des civils innocents peuvent être mis à l’abri du danger », a déclaré le porte-parole du département d’État américain, Matt Miller, lors d’un point de presse.

Il s’agit de l’un des principaux objectifs du nouvel ambassadeur américain chargé des questions humanitaires au Moyen-Orient, David Satterfield, en plus de garantir l’entrée de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza depuis l’Égypte.

M. Miller souligne que ces zones de sécurité sont essentielles, car les États-Unis reconnaissent que les dirigeants de la région sont fermement opposés à l’évacuation des Palestiniens de Gaza.

Le porte-parole du département d’État indique que les États-Unis travaillent toujours à l’évacuation des citoyens américains qui souhaitent quitter la bande de Gaza, mais qu’il n’y a pas de mise à jour à ce sujet.

Washington reproche aux médias de prendre pour argent comptant les affirmations du Hamas sur l’explosion à l’hôpital

Des personnes inspectant les dégâts à l'hôpital Ahli Arab dans le centre de Gaza suite à une explosion meurtrière qui l'a ravagé un jour plus tôt, le 18 octobre 2023. (Crédit : Dawood Nemer/AFP)
Des personnes inspectant les dégâts à l'hôpital Ahli Arab dans le centre de Gaza suite à une explosion meurtrière qui l'a ravagé un jour plus tôt, le 18 octobre 2023. (Crédit : Dawood Nemer/AFP)

Le porte-parole du département d’État américain, Matt Miller, s’en prend aux médias après que nombre d’entre eux ont relayé l’affirmation du ministère de la santé du Hamas selon laquelle l’armée israélienne était responsable de l’explosion près de l’hôpital de la ville de Gaza.

« Je ne veux pas jouer les critiques à l’égard des médias, mais je pense que cet événement a rappelé à tout le monde, y compris aux responsables gouvernementaux et à tous ceux qui suivent ce conflit, qu’il serait sage pour nous tous de faire une pause et de rassembler toutes les informations avant de décider ce que nous croyons et ce que nous ne croyons pas », a déclaré M. Miller lors d’un point de presse.

« J’ai vu un certain nombre de médias (…) qui prenaient la parole du Hamas pour argent comptant – la parole d’une organisation terroriste », souligne M. Miller.

Un journaliste réplique à M. Miller qu’une grande partie du scepticisme des médias à l’égard des affirmations américaines et israéliennes découle des affirmations faites après le 11 septembre « qui nous ont conduits à la guerre en Irak sur la base d’un mensonge, défendu à un très haut niveau, y compris derrière l’estrade [de M. Miller] ».

M. Miller rétorque qu’alors qu’Israël a présenté au public des preuves significatives étayant son affirmation selon laquelle l’explosion de l’hôpital de Gaza a été causée par une roquette errante du Jihad islamique palestinien, le Hamas n’a pas fait de même, alors qu’il continue à accuser Israël d’être responsable de l’incident qui, selon lui, a fait des centaines de morts.

Décès de l’agent de la police des frontières blessé lors des heurts en Cisjordanie

Le sergent chef Maxim Razinkov. (Crédit : police israélienne)
Le sergent chef Maxim Razinkov. (Crédit : police israélienne)

La police a déclaré qu’un officier de la police des frontières a été tué au cours d’affrontements avec des Palestiniens armés dans le camp de réfugiés de Nur Shams, près de la ville de Tulkarem en Cisjordanie, plus tôt dans la journée.

Le sergent-chef Maxim Razinkov a été mortellement blessé par un engin explosif improvisé lors d’un raid d’arrestation. Neuf autres officiers ont été légèrement blessés.

Selon la police, 58 policiers au total sont morts en combattant des terroristes palestiniens depuis que le Hamas a lancé son attaque sur le sud d’Israël le 7 octobre.

Tsahal: le Hezbollah « assumera les conséquences » des tirs de roquettes du Liban

De la fumée s'élève après des tirs d'artillerie israélienne à al-Bustan, village frontalier entre le Liban et Israël, dans le Sud-Liban, le 18 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)
De la fumée s'élève après des tirs d'artillerie israélienne à al-Bustan, village frontalier entre le Liban et Israël, dans le Sud-Liban, le 18 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)

Me porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que le groupe terroriste libanais du Hezbollah porterait la responsabilité des attaques menées contre le nord d’Israël, y compris celles revendiquées par des groupes palestiniens.

Il précise que les récents tirs de roquettes sur le nord d’Israël, revendiqués par le Hamas, ont été effectués avec l’approbation du Hezbollah, « comme toutes les attaques menées par les Palestiniens depuis le Liban depuis le début des combats ».

« Le Hezbollah assumera les conséquences de toutes ces actions.

Israël retire ses diplomates de Turquie

Israël a demandé à ses diplomates en poste en Turquie de quitter le pays par « mesure de sécurité », a indiqué jeudi une source proche du dossier à l’AFP.

« Il s’agit d’une mesure temporaire et qui devrait être de courte durée » a insisté cette source qui a refusé d’être citée.

Israël avait appelé mercredi ses ressortissants à quitter la Turquie dès que possible pour leur propre sécurité, évoquant des « menaces terroristes » croissantes pour ses concitoyens à l’étranger selon le consulat de l’Etat hébreu à Istanbul.

Selon cette source, l’alerte sécurité pour les voyageurs israéliens en Turquie a été « élevée au niveau 4, le plus élevé ».

« À la lumière de la montée continue des menaces terroristes contre les Israéliens à l’étranger (…) tous les Israéliens séjournant en Turquie doivent partir au plus tôt », avait également mis en garde le Conseil national de sécurité israélien dans un communiqué officiel.

Des manifestations ont eu lieu mardi soir devant le consulat israélien à Istanbul et devant l’ambassade à Ankara, après l’explosion près d’un hôpital dans la bande de Gaza.

Les sirènes retentissent dans les villes du centre d’Israël

Les sirènes d’alerte aux roquettes retentissent à Holon, Bat Yam, Rishon Lezion et dans d’autres villes du centre d’Israël à la suite d’un barrage de roquettes en provenance de Gaza.

Le cabinet de sécurité se réunit en amont de l’incursion terrestre des Tsahal à Gaza

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirigeant une réunion du cabinet de sécurité, à Tel Aviv, le 7 octobre 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirigeant une réunion du cabinet de sécurité, à Tel Aviv, le 7 octobre 2023. (Crédit : Haïm Zach/GPO)

Alors que le pays, et une grande partie du monde, attendent de savoir ce qu’Israël prévoit de faire lors de la prochaine étape de sa guerre contre le Hamas – en particulier maintenant que le président américain Joe Biden est parti – le cabinet de sécurité se réunit.

Il s’agit du forum qui devrait approuver une incursion terrestre. Soulignons toutefois qu’il s’est déjà réuni à de nombreuses reprises tout au long de la guerre.

« Face aux événements dramatiques en Israël et à Gaza », MTV annule sa cérémonie des prix musicaux

MTV a annulé jeudi sa cérémonie des prix musicaux EMA (Europe music awards) prévue à Villepinte, en région parisienne, le 5 novembre « face aux événements dramatiques qui se déroulent en Israël et à Gaza ».

MTV évoque encore dans son communiqué une « mesure de prudence envers les milliers de salariés, de membres de l’équipe, d’artistes, de fans et de partenaires qui prévoyaient de voyager des quatre coins du monde pour participer au succès de ce spectacle ». De nombreuses stars, comme le DJ star français David Guetta, étaient attendues à cette cérémonie.

« Chaque année, les MTV EMA mettent à l’honneur la musique mondiale », poursuit la chaîne. « Mais face aux événements dramatiques qui se déroulent en Israël et à Gaza, nous pensons que le moment n’est pas propice à un évènement festif international. Avec des milliers de vies perdues, l’heure est au recueillement ».

« Les MTV EMA ont hâte de vous retrouver en novembre 2024 ! », peut-on lire en conclusion.

Les MTV EMA 2023 devaient être diffusés en direct sur MTV dans plus de 150 pays depuis le site de Paris Nord Villepinte.

Tsahal: une trentaine d’enfants et 10 à 20 seniors parmi les otages à Gaza

Selon des données récentes publiée par l’armée israélienne, parmi les 203 otages qui, selon l’armée, sont détenus par des terroristes dans la bande de Gaza, une trentaine sont des enfants et des jeunes, et 10 à 20 sont des personnes âgées.

En outre, il y a de 100 à 200 personnes portées disparues dont le sort est actuellement inconnu, selon les données.

L’armée estime que la majorité des otages détenus à Gaza sont en vie, bien que plusieurs corps aient été enlevés par des terroristes du Hamas.

L’armée a fait savoir qu’elle continue de trouver des corps dans la zone frontalière de Gaza.

La plupart des corps retrouvés dans la zone frontalière appartiennent à des terroristes, mais quelques victimes tuées ont été retrouvées.

Un milliard de shekels alloué à la réhabilitation des villes frontalières de Gaza

Un soldat de l'armée regardant les destructions faites par les terroristes du Hamas au kibboutz Kfar Azza, à proximité de la frontière avec Gaza, le 15 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Un soldat de l'armée regardant les destructions faites par les terroristes du Hamas au kibboutz Kfar Azza, à proximité de la frontière avec Gaza, le 15 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Le gouvernement va allouer 1 milliard de shekels à une nouvelle agence dédiée à la réhabilitation des communautés frontalières du sud d’Israël à Gaza, selon une annonce conjointe du bureau du Premier ministre et du ministère des Finances.

Appelée administration de la renaissance, elle sera dirigée par le général de brigade (réserviste) Moshe Edry, qui dépendra directement au Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Sa période d’activité initiale sera de cinq ans et elle pourra bénéficier de financements supplémentaires.

L’agence se concentrera sur les zones ravagées par l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre, y compris Sderot et ses environs, et les communautés des conseils régionaux d’Eshkol, Hof Ashkelon, Sdot Negev et Shaar HaNegev.

Parmi ses priorités, l’administration du renouveau s’efforcera de renforcer la vie communautaire, de reconstruire physiquement les zones détruites, d’améliorer la confiance dans le gouvernement, de relancer l’activité économique et agricole et de servir de « réponse centrale unifiée » pour les communautés meurtries du sud.

L’agence a été approuvée aujourd’hui par la commission ministérielle des affaires sociales et économiques.

Création d’une commission trilatérale pour contrôler l’entrée de l’aide à Gaza

Des Palestiniens attendent de pouvoir entrer en Égypte au poste-frontière de Rafah, le 16 octobre 2023. (Crédit : Fatima Shbair/AP)
Des Palestiniens attendent de pouvoir entrer en Égypte au poste-frontière de Rafah, le 16 octobre 2023. (Crédit : Fatima Shbair/AP)

Un commission trilatérale composée d’Israël, des États-Unis et de l’Égypte a été formée pour faciliter et surveiller l’entrée de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza par le point de passage de Rafah au Caire, a déclaré un fonctionnaire de l’ONU au Times of Israel.

Jusqu’à 20 camions d’aide devraient entrer à Gaza demain pour la première fois depuis le début de la guerre, a déclaré hier le président américain Joe Biden, ajoutant que ce nombre devrait augmenter à l’avenir.

La gouverneure de New York visite Kfar Aza, qualifie d' »enfer sur terre ».

La gouverneure de New York, Kathy Hochul (au centre), visite le kibboutz Kfar Aza en compagnie du ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen (à gauche), le 19 octobre 2023. (Crédit 
: Asaf Efrati/Ministère des affaires étrangères)
La gouverneure de New York, Kathy Hochul (au centre), visite le kibboutz Kfar Aza en compagnie du ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen (à gauche), le 19 octobre 2023. (Crédit : Asaf Efrati/Ministère des affaires étrangères)

La gouverneure de l’État de New York, Kathy Hochul, visite le kibboutz Kfar Aza, où ont eu lieu certaines des pires atrocités commises par le Hamas lors de son carnage du 7 octobre.

Mme Hochul décrit les sites qu’elle a vus dans le kibboutz comme « l’enfer sur terre… pour eux, devoir endurer les horreurs de ce que ce groupe terroriste a fait subir à ces innocents est quelque chose que nous ne devons jamais oublier ».

« Ce jour ne pourra jamais être oublié, car il restera dans l’Histoire comme un massacre d’innocents… une attaque intentionnelle contre les personnes les plus innocentes, les plus fragiles, les plus merveilleuses », ajoute-t-elle.

Smotrich propose un programme d’aide d’urgence à l’économie

Le ministre israélien des Finances Bezalel Smotrich participe à une conférence de presse au ministère des Finances à Jérusalem le 19 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Le ministre israélien des Finances Bezalel Smotrich participe à une conférence de presse au ministère des Finances à Jérusalem le 19 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich présente un plan d’aide d’urgence à l’économie, qu’il dit plus généreux que celui de la pandémie de COVID-19.

« En collaboration avec l’administration fiscale, nous avons travaillé ces derniers jours à la formulation d’un plan global d’aide à l’économie afin d’assurer la continuité des activités et de soutenir les Israéliens », a déclaré M. Smotrich. « Nous présentons aujourd’hui un plan qui comporte de nombreux éléments et qui est beaucoup plus important et plus vaste qu’il ne l’était déjà pendant la période du COVID.

M. Smotrich indique que les entreprises de tout le pays qui ont été touchées par la guerre recevront des compensations.

« L’économie israélienne est forte et peut soutenir les efforts de guerre militaires et civils en fonction des besoins. « Nous avons de l’argent et nous l’utiliserons maintenant pour tout ce qui est nécessaire avec une main généreuse ».

Smotrich annonce que dans les prochains jours, il présentera à la Knesset un projet de loi visant à augmenter le cadre budgétaire afin de créer « une flexibilité maximale pour nous-mêmes ».

Netanyahu s’adresse aux soldats près de la frontière de Gaza : Nous allons gagner

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre des soldats de Golani près de la frontière avec Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre des soldats de Golani près de la frontière avec Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Avi Ohayon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu déclare à un groupe de soldats Golani près de la frontière avec Gaza qu’Israël est sur le point de remporter une grande victoire.

« Nous allons gagner de toutes nos forces », déclare Netanyahu au groupe de soldats. « Tout Israël est derrière vous, et nous allons frapper lourdement nos ennemis afin de remporter la victoire. »

Le terminal de Rafah entre l’Egypte et Gaza ouvrira vendredi

Des membres d'un convoi d'aide humanitaire pour la bande de Gaza brandissent des drapeaux égyptiens et palestiniens au point de passage de Rafah, en Égypte, le 17 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Omar Aziz)
Des membres d'un convoi d'aide humanitaire pour la bande de Gaza brandissent des drapeaux égyptiens et palestiniens au point de passage de Rafah, en Égypte, le 17 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Omar Aziz)

Le terminal de Rafah, l’unique ouverture sur la bande de Gaza vers l’Egypte, ouvrira vendredi pour laisser passer l’aide humanitaire vers le territoire palestiniens, a annoncé jeudi un média proche du renseignement égyptien.

Citant des « sources », la chaîne AlQahera News affirme que « Rafah ouvrira demain » vendredi, sans donner plus de détail sur l’aide qui passera. Dans la nuit, le président américain, Joe Biden, avait affirmé avoir obtenu du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi de « laisser jusqu’à 20 camions traverser », un nombre totalement insuffisant selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Manifestations pro-Hamas interdites: il fallait « un délai de décence », dit Macron à des jeunes

Le président français Emmanuel Macron fait un geste devant une maquette du moteur RISE de Safran au Salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris Le Bourget, lundi 19 juin 2023. (Crédit : Ludovic Marin, Pool via AP)
Le président français Emmanuel Macron fait un geste devant une maquette du moteur RISE de Safran au Salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris Le Bourget, lundi 19 juin 2023. (Crédit : Ludovic Marin, Pool via AP)

Emmanuel Macron a justifié jeudi l’interdiction de manifestations pro-Hamas en France par la nécessité d’un « délai de décence » après les massacres d’Israéliens par le Hamas et le risque d’infiltration par des « éléments ultraradicaux ».

« Je pense qu’il y avait un délai de décence, il y avait eu une attaque terroriste, c’était pas bon », a-t-il lors d’un échange avec des étudiants dans la rue à Paris, auquel a assisté un journaliste de l’AFP. « Je vois des gens qui veulent manifester de manière pacifique mais dedans se greffent des éléments hyper radicaux qui vont aller brûler les drapeaux d’Israël, défendre le Hamas », a-t-il ajouté.

Otages du Hamas : le Congrès juif mondial demande au pape d’agir

Le président du Congrès juif mondial (CJM) a appelé jeudi le pape François à agir pour aider à libérer les otages aux mains du Hamas dans la bande de Gaza, a annoncé l’organisation.

Au cours d’une audience au Vatican, Ronald Lauder a exhorté le pape à recourir à « son autorité morale pour demander le retour en toute sécurité des otages », a déclaré le CJM dans un communiqué.

Israël a revu jeudi à la hausse, à 203, le nombre des personnes prises en otage par le mouvement islamiste palestinien pendant l’attaque du 7 octobre.

Le pape François, 86 ans, a publiquement appelé à leur libération, tout en exprimant son inquiétude pour les civils de la bande de Gaza.

Le conflit a fait plus de 1.400 morts côté israélien selon l’Etat hébreu et 3.785 morts côté palestinien dans les frappes israéliennes de représailles, dont plus de 1.500 enfants, selon les autorités locales que contrôle le Hamas.

Créé en 1936, le CJM représente les communautés juives d’une centaine de pays auprès des gouvernements et des organisations internationales.

Trois blessés à Kiryat Shmona à la suite d’une roquette tirée depuis le Liban

Les secouristes qui ont réagi à l’impact d’une roquette dans la ville de Kiryat Shmona, dans le nord du pays, à la suite d’un barrage de roquettes en provenance du Liban, indiquent que trois personnes sont prises en charge et transférées à l’hôpital.

Le service ambulancier Magen David Adom précise que les trois personnes sont soignées pour des blessures dues à l’explosion et n’ont pas été touchées par des éclats d’obus.

Il s’agit d’un homme de 75 ans souffrant de blessures à la tête, d’un homme de 30 ans et d’une fillette de 5 ans souffrant de blessures légères.

Gallant : l’incursion terrestre de Tsahal à Gaza sera « bientôt » lancée

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adresse aux troupes près de la frontière de Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adresse aux troupes près de la frontière de Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant déclare aux troupes à la frontière avec la bande de Gaza que l’ordre d’entrer dans le territoire dirigé par le Hamas sera bientôt donné.

« Vous voyez maintenant Gaza de loin, bientôt vous la verrez de l’intérieur », a déclaré Gallant aux troupes de la brigade Givati.

« L’ordre viendra », ajoute-t-il.

L’incursion terrestre à Gaza sera « longue et intense » – chef du commandement du Sud

Le chef du commandement sud de Tsahal, le général de division Yaron Finkelman, s'adresse aux troupes près de la frontière de Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Le chef du commandement sud de Tsahal, le général de division Yaron Finkelman, s'adresse aux troupes près de la frontière de Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : armée israélienne)

Le chef du commandement du Sud de l’armée israélienne, le général de division Yaron Finkelman, affirme que l’incursion terrestre prévue dans la bande de Gaza sera « longue et intense ».

« Cette guerre nous a été imposée par un ennemi cruel qui nous a fait beaucoup de mal. Mais nous l’avons arrêté… nous le frappons lourdement », a déclaré Finkelman aux troupes qui se trouvent aujourd’hui près de la frontière de Gaza.

« Maintenant, la manœuvre va consister à déplacer les combats sur leur territoire. Nous allons les battre sur leur territoire », ajoute-t-il. « Ce sera difficile, long et intense. »

742 corps de civils ont été identifiés à ce jour ; le travail se poursuit – police

Les corps des Israéliens tués lors d'un massacre mené par le Hamas rassemblés pour identification dans une base militaire à Ramle, le 13 octobre 2023. (Crédit : Ohad Zweigenberg/AP Photo)
Les corps des Israéliens tués lors d'un massacre mené par le Hamas rassemblés pour identification dans une base militaire à Ramle, le 13 octobre 2023. (Crédit : Ohad Zweigenberg/AP Photo)

La police israélienne indique dans un communiqué que les corps de 742 civils ont été identifiés lors du massacre perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël.

Parmi eux, 645 ont été remis aux familles pour être enterrés.

La police précise que des employés et des bénévoles travaillent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 depuis le début de la guerre afin d’identifier les nombreux corps recueillis à la suite du massacre meurtrier au cours duquel plus de 1 400 Israéliens ont été tués. Certains corps ont été gravement brûlés ou calcinés, ce qui rend leur identification extrêmement difficile.

Par ailleurs, 306 soldats, officiers et réservistes ont également été identifiés.

Le Hamas revendique les tirs de roquettes en provenance du Liban

Fragment d'une roquette tirée depuis le Liban sur la ville de Kiryat Shmona, près de la frontière avec le Liban, le 18 octobre 2023. (JCrédit : Jalaa Marey / AFP)
Fragment d'une roquette tirée depuis le Liban sur la ville de Kiryat Shmona, près de la frontière avec le Liban, le 18 octobre 2023. (JCrédit : Jalaa Marey / AFP)

Le groupe terroriste Hamas a revendiqué le lancement de roquettes depuis le Liban sur le nord d’Israël.

Dans un communiqué, le groupe basé dans la bande de Gaza indique que sa branche libanaise a tiré une trentaine de roquettes sur Nahariya et Shlomi plus tôt dans la journée.

Les sirènes retentissent dans le sud et le nord d’Israël

Des roquettes sont tirées depuis la bande de Gaza en direction d'Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Mohammed Dahman)
Des roquettes sont tirées depuis la bande de Gaza en direction d'Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Mohammed Dahman)

Les sirènes d’alerte aux roquettes retentissent dans le sud et le nord d’Israël en raison des tirs de roquettes en provenance de Gaza et du Liban.

20 roquettes ont été tirées lors d’un récent barrage en provenance du Liban – Tsahal

Des soldats israéliens patrouillent près de la frontière avec le Liban, au nord d'Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Des soldats israéliens patrouillent près de la frontière avec le Liban, au nord d'Israël, le 19 octobre 2023. (Crédit : David Cohen/Flash90)

L’armée israélienne indique qu’une vingtaine de roquettes ont été tirées du Liban vers le nord d’Israël, déclenchant des alarmes à Nahariya et dans les communautés voisines.

Tsahal ajoute que les troupes répondent par des tirs d’artillerie contre la source des tirs de roquettes.

Ministère de la Santé: Deux infirmières suspendues pour avoir soutenu le terrorisme

Le personnel médical prépare l'hôpital d'urgence souterrain fortifié Sammy Ofer au centre médical Rambam à Haïfa après le déclenchement de la guerre, le 11 octobre 2023. Illustration (Crédit : Autorisation/Rambam)
Le personnel médical prépare l'hôpital d'urgence souterrain fortifié Sammy Ofer au centre médical Rambam à Haïfa après le déclenchement de la guerre, le 11 octobre 2023. Illustration (Crédit : Autorisation/Rambam)

Le ministère de la Santé a fait savoir que deux infirmières avaient été suspendues pour avoir tenu des propos « racistes », notamment des incitations à la haine.

Le ministère condamne toute expression de soutien « aux horribles actes de meurtre qui ont coûté la vie à des centaines d’Israéliens » et applique une « tolérance zéro » à l’égard de tels actes.

10 policiers blessés par une explosion lors d’un raid de Tsahal à Tulkarem

Des véhicules de l'armée israélienne vus lors d'un raid militaire dans la ville de Tulkarem en Cisjordanie, le 19 octobre 2023. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)
Des véhicules de l'armée israélienne vus lors d'un raid militaire dans la ville de Tulkarem en Cisjordanie, le 19 octobre 2023. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

La police a signalé que 10 agents ont été blessés, dont un dans un état grave, après l’explosion d’une bombe dans le camp de réfugiés de Nur Shams, près de la ville de Tulkarem, en Cisjordanie, un peu plus tôt dans la journée.

Dans un communiqué, la police a précisé que des agents de la Police des frontières opéraient dans le camp pour arrêter des Palestiniens recherchés lorsqu’ils ont essuyé des tirs et que des engins explosifs improvisés ont été lancés dans leur direction. Lors d’un incident survenu plus tôt dans la matinée, un engin explosif improvisé (IED) a explosé près des forces, blessant gravement un officier. Neuf autres agents ont été légèrement blessés, selon la police.

L’armée israélienne a publié une vidéo montrant une frappe de drone contre un groupe d’hommes armés palestiniens à Nur Shams plus tôt dans la journée. Dans un communiqué commun, Tsahal et la police indiquent que les forces opèrent dans le camp depuis hier soir, et ont arrêté au moins 10 Palestiniens recherchés.

La police a précisé que les agents ont affronté des tireurs palestiniens dans la zone et ont démoli plusieurs IED destinés à être utilisés contre les forces de l’ordre.

Selon Tsahal, la frappe de drone a été menée après l’identification d’une cellule armée à proximité des forces.

Le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne affirme que cinq Palestiniens ont été tué lors de la frappe et des affrontements de la nuit dernière.

Une cargaison américaine de nouveaux véhicules blindés pour Tsahal arrive en Israël

Un avion avec des véhicules blindés destinés à Tsahal est arrivé à l'aéroport Ben Gurion, le 19 octobre 2023. (Crédit : ministère de la Défense)
Un avion avec des véhicules blindés destinés à Tsahal est arrivé à l'aéroport Ben Gurion, le 19 octobre 2023. (Crédit : ministère de la Défense)

Le ministère de la Défense a annoncé qu’un avion américain venait d’atterrir à l’aéroport de Ben Gurion avec une cargaison de véhicules blindés destinés à l’armée israélienne. Ces véhicules viennent remplacer ceux qui ont été endommagés lors des combats qui ont débuté le 7 octobre.

Le ministère de la Défense précise que cette livraison s’inscrit dans le cadre d’un programme d’achat de 400 millions de shekels destiné à renforcer la flotte de véhicules de l’armée israélienne.

Il précise que d’autres livraisons comprendront également des ambulances blindées, des camions et des équipements d’ingénierie mécanique.

Les sirènes retentissent à nouveau dans les villes du nord

Fragment d'une roquette tirée depuis le Liban sur la ville de Kiryat Shmona, près de la frontière avec le Liban, le 18 octobre 2023. (JCrédit : Jalaa Marey / AFP)
Fragment d'une roquette tirée depuis le Liban sur la ville de Kiryat Shmona, près de la frontière avec le Liban, le 18 octobre 2023. (JCrédit : Jalaa Marey / AFP)

Les sirènes d’alerte à la roquettes retentissent dans la ville de Nahariya, dans le nord du pays, et dans plusieurs localités voisines, à la frontière du Liban.

Ces alertes font suite à une attaque à la roquette en provenance du Liban et à des attaques répétées de missiles par le Hezbollah contre des sites militaires israéliens et des villes israéliennes dans le nord d’Israël.

De nouvelles images montrent le début de l’assaut du Hama à la rave

Des festivaliers fuient la rave party attaquée par le Hamas, près du kibboutz Reim, le 7 octobre 2023. (Autorisation : Shye Weinstein)
Des festivaliers fuient la rave party attaquée par le Hamas, près du kibboutz Reim, le 7 octobre 2023. (Autorisation : Shye Weinstein)

De nouvelles images montrent des terroristes du Hamas ouvrant le feu sur le festival Nova, près de la communauté de Reim, dans le sud du pays, lors des attaques du 7 octobre.

La vidéo, publiée par le groupe South First Responders sur Telegram, montre des dizaines de terroristes du Hamas ouvrant le feu sur les fêtards qui s’enfuient.

Au moins 260 personnes ont été tuées lors de l’attaque de la fête en plein air.

Washington et Londres appellent leurs ressortissants à quitter le Liban

Les ambassades américaine et britannique à Beyrouth ont appelé jeudi leurs ressortissants à quitter le Liban tant que des vols commerciaux sont encore disponibles, sur fond de tensions avec Israël dans le sud du pays.

Dans un communiqué jeudi, l’ambassade américaine à Beyrouth a « exhorté les citoyens américains au Liban à planifier leur départ le plus tôt possible » tant que des vols commerciaux sont encore disponibles. « Nous recommandons aux citoyens américains qui choisissent de ne pas partir de préparer des plans d’urgence », a-t-elle ajouté sans donner plus de détails.

« Si vous êtes actuellement au Liban, nous vous encourageons à partir maintenant tant que des options commerciales restent disponibles », a aussi indiqué l’ambassade britannique.

Mercredi, l’Arabie saoudite avait appelé ses citoyens à quitter le Liban « immédiatement », emboîtant le pas au Koweït.

La France, l’Allemagne et l’Australie et d’autres pays occidentaux ont également averti leurs citoyens d’éviter de voyager au Liban.

Tsahal confirme que 6 roquettes ont été tirées depuis le Liban et riposte par des tirs d’artillerie

L’armée israélienne déclaré que six roquettes ont été lancées du Liban vers le nord d’Israël, déclenchant des sirènes dans plusieurs villes.

Tsahal précise qu’un projectile a été intercepté par le système de défense aérienne Dôme de fer, tandis que cinq autres ont atterri dans des zones ouvertes, sans causer de dommages.

Par ailleurs, un autre missile guidé antichar a été tiré depuis le Liban, et des tirs ont été entendus près de Zarit, selon Tsahal.

Elle ajoute qu’elle répond par des tirs d’artillerie sur les sources des attaques de roquettes, de missiles et d’armes à feu.

Sderot : 2 roquettes sont tombées dans la ville ; aucun blessé

Impact de roquette sur une voiture à Sderot, le 19 octobre 2023. (Crédit : Municipalité de Sderot)
Impact de roquette sur une voiture à Sderot, le 19 octobre 2023. (Crédit : Municipalité de Sderot)

La municipalité de Sderot indique que deux roquettes sont tombées dans la ville lors du récent tir de barrage en provenance de Gaza, causant des dégâts mais aucun blessé.

La grande majorité des habitants de la ville frontalière de Gaza ont quitté les lieux depuis le massacre du 7 octobre.

Rencontre entre Sissi et Abdallah II au Caire

Le roi de Jordanie Abdallah II, à droite, et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi écoutant leurs hymnes nationaux lors d'une cérémonie d'accueil de ce dernier à l'aéroport international Queen Alia d'Amman, avant des entretiens à la veille du sommet de la Ligue arabe, le 28 mars 2017. (Crédit : AFP/Khalil Mazraawi)
Le roi de Jordanie Abdallah II, à droite, et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi écoutant leurs hymnes nationaux lors d'une cérémonie d'accueil de ce dernier à l'aéroport international Queen Alia d'Amman, avant des entretiens à la veille du sommet de la Ligue arabe, le 28 mars 2017. (Crédit : AFP/Khalil Mazraawi)

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le roi Abdallah II de Jordanie ont réclamé jeudi au Caire l’arrêt « immédiat » du conflit contre le Hamas dans la bande de Gaza, accusant Israël d’y infliger une « punition collective » visant à « affamer » les Palestiniens et les « forcer au déplacement », rapporte Amman.

« L’Egypte et la Jordanie rejettent la politique de punition collective à travers le siège, la faim imposée et le déplacement forcé » des habitants du territoire pauvre et surpeuplé, a annoncé le palais royal jordanien.

Les deux dirigeants arabes ont également mis en garde contre « une catastrophe régionale » en cas de « propagation » du conflit tout en appelant « à l’arrêt immédiat » des hostilités.

Foot: aucun match de l’UEFA en Israël « jusqu’à nouvel ordre »

Aucune rencontre organisée par l’UEFA ne sera jouée en Israël « jusqu’à nouvel ordre » pour des raisons de sécurité en lien avec le conflit opposant l’Etat hébreu au Hamas palestinien, a annoncé jeudi l’instance du football européen dans un communiqué.

« Après une évaluation approfondie de la situation actuelle en matière de sûreté et de sécurité sur l’ensemble du territoire israélien, le Comité exécutif de l’UEFA a décidé qu’aucun match de compétition de l’UEFA ne serait joué en Israël jusqu’à nouvel ordre », a écrit l’instance.

Les sirènes retentissent dans le nord en même temps que les tirs depuis Gaza

Des sirènes de tirs d’alerte ont retenti dans des villes du nord d’Israël, près de la frontière avec le Liban, ainsi que dans le sud d’Israël, près de la frontière avec la bande de Gaza.

Il n’y a pas de blessés ou de dégâts signalés dans l’immédiat dans ce qui pourrait être une attaque coordonnée de Gaza et du Liban.

Les sirènes retentissent à Sderot, Ashdod et Ashkelon

Les sirènes d’alerte aux roquettes retentissent à Sderot, Ashdod et Ashkelon à la suite d’un barrage de roquettes tirées depuis la bande de Gaza en direction d’Israël.

Des Palestiniens armés tués par un drone lors d’affrontements en Cisjordanie

Des véhicules de l'armée israélienne vus lors d'un raid militaire dans la ville de Tulkarem en Cisjordanie, le 19 octobre 2023. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)
Des véhicules de l'armée israélienne vus lors d'un raid militaire dans la ville de Tulkarem en Cisjordanie, le 19 octobre 2023. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Un drone de l’armée israélienne a frappé une cellule de Palestiniens armés dans le camp de réfugiés de Nur Shams, près de la ville de Tulkarem en Cisjordanie, alors que de violents affrontements ont éclaté dans la région.

Le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne rapporte que trois Palestiniens ont été tués dans le camp par les forces israéliennes cet après-midi, tandis qu’un quatrième a été abattu lors d’affrontements survenus tard dans la nuit.

Les troupes de Tsahal et la police continuent d’opérer dans le camp pour arrêter les Palestiniens. Plus tôt, la police a déclaré que des officiers avaient dû affronter des hommes armés dans la région.

Gallant assume la responsabilité de l’incapacité à arrêter l’assaut terroriste sur le sud d’Israël

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux médias près de la frontière de Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adressant aux médias près de la frontière de Gaza, le 19 octobre 2023. (Crédit : Elad Malka/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, déclare qu’il assume la responsabilité de l’attaque du groupe terroriste palestinien du Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre.

« Je suis responsable de l’establishment de la Défense. J’en ai été responsable au cours des deux dernières semaines, même lors des évènements difficiles, et je suis chargé de l’amener à la victoire dans la bataille », a déclaré Gallant à la presse sur un terrain de rassemblement militaire près de la frontière de Gaza.

« Nous serons précis et fatals et nous continuerons jusqu’à ce que nous ayons terminé la mission », a ajouté Gallant.

L’Administration fiscale envoie des subventions à 20 000 ménages

L’Administration fiscale a débloqué 45 millions de shekels en subventions d’aide d’urgence pour aider 20 000 familles et célibataires qui ont été évacués des communautés frontalières de Gaza.

Les résidents des communautés agricoles situées à moins de sept kilomètres de la bande de Gaza ont été évacués par l’État peu après l’attaque terroriste du Hamas du 7 octobre.

Les subventions ont été accordées à raison de 1 000 shekels par personne et jusqu’à 5 000 shekels par famille.

La Cour reporte l’audience sur le panel de sélection des juges en raison de la guerre

Le ministre de la Justice Yariv Levin lors d'une conférence gouvernementale, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem le 10 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)
Le ministre de la Justice Yariv Levin lors d'une conférence gouvernementale, au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem le 10 septembre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

La Haute Cour de Justice a décidé de reporter une audience cruciale prévue dimanche sur les recours déposés contre le refus du ministre de la Justice Yariv Levin de convoquer la commission de sélection des juges.

La juge de la Haute Cour Yael Wilner note que les représentants légaux de Levin et du gouvernement ont été appelés au service de réserve de Tsahal en raison de la guerre actuelle contre Gaza, et décide que l’audience aura lieu le 12 novembre.

Une prolongation est également accordée pour les soumissions à la Cour par toutes les parties et elles doivent maintenant être déposées avant le 5 novembre.

L’ONG Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël, l’un des requérants contre Levin, s’est opposé à ce report, affirmant que le refus de Levin de convoquer la commission a contrait  la Cour suprême à se doter d’un président par intérim, et a noté qu’il y a des dizaines de postes ouverts sur les bancs de la Cour dans tout le pays.

Levin a refusé de convoquer la commission en raison de son désir déclaré de modifier sa composition par voie législative afin d’accorder au gouvernement un plus grand contrôle sur le panel qui nomme les juges de tous les tribunaux d’Israël.

Cette législation faisait partie du plan de refonte du système judiciaire du gouvernement, mais ce programme a été suspendu lorsque le parti de Benny Gantz, Hamahane HaMamlahti a rejoint la coalition pour former un gouvernement d’urgence en ces temps de guerre.

Des roquettes lancées sur la région de Tel Aviv

Des roquettes sont lancées depuis la bande de Gaza sur la région de Tel Aviv.

Les sirènes d’alerte retentissent à Ramat Gan, Kiryat Ono, Or Yehuda, Tel Aviv, Bnei Brak et Givat Shmuel.

Le service de secours du Magen David Adom (MDA) indique qu’il n’y a pas d’information immédiat de coups directs ou de blessés.

Le bilan monte à 28 Français tués par le Hamas – ministère des Affaires étrangères

Le bilan des victimes françaises tuées dans les attaques du Hamas contre Israël s’est encore alourdi avec 28 morts, a annoncé jeudi la porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

« La France déplore le décès tragique de nouveaux ressortissants français, ce qui porte à 28 le bilan des victimes françaises », a déclaré Anne-Claire Legendre. Elle a précisé que « sept compatriotes (étaient) toujours portés disparus », dont certains d’entre eux étaient otages du Hamas.

Sunak : « le peuple palestinien est lui aussi victime du Hamas »

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak, à gauche, s'adressant aux médias aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/GPO)
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak, à gauche, s'adressant aux médias aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/GPO)

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak a répondu au Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Nous soutenons absolument Israël pour qu’il se défende conformément au droit international, qu’il poursuive le Hamas, qu’il reprenne les otages, qu’il dissuade de nouvelles incursions et qu’il renforce sa sécurité sur le long-terme. »

Il ne mentionne pas l’éradication du groupe terroriste palestinien du Hamas, que les dirigeants israéliens ont déclaré être le principal objectif de cette guerre.

« Je sais que vous prenez toutes les précautions nécessaires pour éviter de blesser des civils, contrairement aux terroristes du Hamas, qui cherchent à mettre les civils en danger », poursuit-il.

« Nous reconnaissons également que le peuple palestinien est lui aussi victime du Hamas », a déclaré Sunak, ajoutant qu’il se félicitait de la décision d’Israël d’autoriser l’acheminement de l’aide humanitaire vers Gaza.

« Je suis fier de me tenir à vos côtés, en tant qu’ami, dans les heures les plus sombres de l’histoire d’Israël. Nous sommes solidaires de vous, nous sommes solidaires de votre peuple et nous voulons que vous gagniez », conclut Sunak.

Nouveaux dispensaires Clalit à Tel Aviv pour accueillir les personnes évacuées

Une femme recevant une dose du vaccin COVID-19 dans un centre de santé Clalit, à Jérusalem, le 3 octobre 2021. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
Une femme recevant une dose du vaccin COVID-19 dans un centre de santé Clalit, à Jérusalem, le 3 octobre 2021. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Clalit, la plus grande organisation de soins de santé d’Israël, annonce qu’elle a ouvert de nouveaux dispensaires à Tel Aviv pour répondre aux besoins des milliers de citoyens déplacés de leurs communautés près de Gaza et du sud en général.

Les dispensaires sont situées à l’hôtel Leonardo Beach et à l’hôtel Dan Panorama.

Des médecins de famille, des pédiatres, des infirmières et des professionnels de la santé mentale y travaillent 24 heures sur 24. Des médicaments pour les maladies chroniques sont également mis à la disposition des sinistrés.

Le Dr. Roni Vered, directeur de Clalit à Tel Aviv-Jaffa, rapporte que des centaines d’évacués séjournant dans des hôtels de la ville ont déjà été traités dans ces centres de soins.

« Il est de la plus haute importance que nous fournissions ces services en cette période d’urgence », déclare-t-il.

Aux côtés de Sunak, Netanyahu appelle le monde à soutenir Israël face « au Mal »

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak, à gauche, s'adressant aux médias aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/GPO)
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak, à gauche, s'adressant aux médias aux côtés du Premier ministre Benjamin Netanyahu, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran/GPO)

« Le Hamas est le nouveau nazi, c’est le nouvel État islamique », déclare le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans ses déclarations publiques aux côtés de son homologue britannique Rishi Sunak à Jérusalem.

« Nous devons les combattre ensemble tout comme le monde, le monde civilisé s’est uni pour combattre les nazis et s’est uni pour combattre le Hamas [sic], il doit maintenant se tenir aux côtés d’Israël alors que nous combattons et vaincrons le Hamas. »

Netanyahu estime qu’il s’agit de « la bataille de l’ensemble du monde civilisé ».

« C’est la bataille d’Israël, c’est la bataille des pays arabes modernes, c’est la bataille de la civilisation occidentale, la bataille du monde libre, la bataille pour l’avenir.  »

Il affirme qu’il existe un « axe du mal » composé de l’Iran, du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah et du groupe terroriste palestinien du Hamas, qui veulent ramener le Moyen-Orient « à un âge de servitude, de guerre, d’esclavage et d’anéantissement ».

Il insiste sur le fait que l’une des raisons pour lesquelles le Hamas a attaqué Israël était d’arrêter la propagation des forces de la modernité et de la paix, qui étaient sur le point de s’étendre.

« Il y a 80 ans, Monsieur le Premier ministre, le monde civilisé vous a soutenu dans vos heures les plus sombres », a déclaré Netanyahu.

« Voici notre heure la plus sombre. C’est l’heure la plus sombre du monde. Nous devons nous serrer les coudes. »

Il affirme qu’il s’agira d’une « longue guerre » et qu’Israël a besoin du « soutien continu » du Royaume-Uni pendant les hauts et les bas du conflit.

Magen David Adom intensifie sa collecte de sang en prévision d’un conflit prolongé

Des Israéliens donnant leur sang à l'hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 10 octobre 2023. (Crédit : Hôpital Ichilov)
Des Israéliens donnant leur sang à l'hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 10 octobre 2023. (Crédit : Hôpital Ichilov)

Le service de secours du Magen David Adom (MDA) rapporte que depuis le début de la guerre, le 7 octobre, il a collecté plus de 31 000 unités de sang auprès de donneurs bénévoles.

« Chaque unité est précieuse », a déclaré l’infirmière Milana Mazal Mazor à la station de don de sang de l’hôpital Sheba, près de Tel Aviv.

Les personnes souhaitant donner leur sang doivent prendre rendez-vous dans un centre de don de sang MDA. Les informations sur les lieux et les horaires sont mises à jour quotidiennement sur le site web de MDA.

Les hôpitaux disposent également de banques de sang et organisent des collectes. Les hôpitaux demandent également aux donneurs de prendre rendez-vous.

Consultez les sites web des hôpitaux pour plus d’informations.

En général, les personnes âgées de 18 à 60 ans qui n’ont pas donné de sang au cours des trois derniers mois sont éligibles. Des informations spécifiques sur les critères d’éligibilité sont disponibles sur le site web de MDA.

EN DIRECT : Netanyahu et Sunak s’adressent à la presse

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le Premier ministre britannique en visite, Rishi Sunak, s’adressent à la presse après leur rencontre à Jérusalem.

L’UE ouvre une enquête sur Meta et TikTok pour désinformation

Illustration : des applications de réseaux sociaux. (Crédit : iStock)
Illustration : des applications de réseaux sociaux. (Crédit : iStock)

Bruxelles a annoncé jeudi l’ouverture d’une enquête visant les réseaux sociaux Meta (Facebook, Instagram) et TikTok réclamant des précisions sur les mesures qu’ils mettent en oeuvre contre la diffusion de « fausses informations » et de « contenus illégaux », après les attaques du groupe terroriste palestinien du Hamas contre Israël.

La Commission européenne a expliqué dans un communiqué avoir adressé une demande formelle d’informations à ces deux plateformes, une semaine après le lancement d’une procédure similaire visant X – anciennement Twitter – dans le cadre de la nouvelle législation européenne sur les services numériques (DSA).

Affrontement entre la police et des hommes armés dans un camp de Cisjordanie

La police déclare que des affrontements ont lieu avec des Palestiniens armés dans le camp de réfugiés de Nur Shams, près de la ville de Tulkarem, en Cisjordanie, dans le cadre d’un raid d’arrestation.

Les médias palestiniens rapportent que des groupes terroristes locaux tirent sur les forces israéliennes et posent des engins explosifs dans la région.

Un haut responsable de la sécurité palestinienne tué lors d’une attaque à Gaza – média

Les médias palestiniens rapportent qu’un haut fonctionnaire a été tué lors d’une frappe aérienne israélienne.

Les informations indiquent que Jihad Muheisen, le chef des forces de sécurité nationales palestiniennes dans la bande de Gaza, a été tué lors d’une frappe sur le quartier de Sheikh Radwan dans la ville de Gaza.

L’armée israélienne n’a pas encore commenté la mort de Jihad Muheisen.

Blinken : Les missions américaines peuvent mettre leurs drapeaux en berne si besoin est

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, à Tel Aviv, le 17 octobre 2023. (Crédit : Jacquelyn Martin/AP Photo/Pool)
Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, à Tel Aviv, le 17 octobre 2023. (Crédit : Jacquelyn Martin/AP Photo/Pool)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken envoie un communiqué à tous les postes diplomatiques et consulaires américains dans le monde, les autorisant à mettre les drapeaux en berne « pour observer les périodes de deuil national à la suite d’une proclamation officielle du gouvernement hôte concernant la perte de vies innocentes lors de l’explosion de l’hôpital al-Ahli le 18 octobre ».

Il est demandé aux diplomates d’examiner si le fait de ne pas le faire « exposerait la mission américaine à un risque de sécurité supplémentaire et/ou isolerait la mission américaine par rapport aux ambassades partageant les mêmes idées ».

Si l’appel au deuil lancé par le gouvernement hôte exprime des regrets concernant les morts du groupe terroriste palestinien du Hamas, le soutien au terrorisme ou condamne Israël, les missions américaines peuvent toujours abaisser le drapeau, mais elles doivent publier une déclaration indiquant qu’elles le font uniquement pour pleurer la perte de vies innocentes.

Blinken précise que des conseils sur ce qu’il convient de dire à la presse locale seront communiqués prochainement.

Aucune directive n’avait été donnée à toutes les missions concernant la mise en berne des drapeaux après le massacre du 7 octobre. Israël n’a pas non plus abaissé les drapeaux ni décrété de période de deuil.

Les membres de l’organisation Jewish Americans in Diplomacy ont demandé au Département d’État d’expliquer cette politique, mais n’ont pas encore reçu de réponse, a déclaré au Times of Israel un fonctionnaire au courant de la situation mais non autorisé à s’exprimer publiquement.

De nombreuses agences gouvernementales américaines, dont l’USDA, l’USAID et le HHS, ont envoyé des messages à leurs employés concernant les attaques du Hamas et les actes antisémites qui ont suivi, mais la seule communication adressée aux employés du Département d’État était un message annonçant la mise en place d’un groupe de thérapie autour de la guerre entre Israël et le Hamas, explique le fonctionnaire.

Le message intitulé « Le conflit israélo-palestinien – Protégez votre santé mentale » est conçu pour « traiter l’impact personnel, émotionnel et sur la santé mentale de la crise israélo-palestinienne ».

Tsahal : 524 Palestiniens arrêtés en Cisjordanie depuis le début de la guerre

Des manifestants palestiniens brandissant des drapeaux du Hamas et scandent des slogans lors d'une manifestation contre les frappes aériennes israéliennes à Gaza, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 18 octobre 2023. (Crédit : Majdi Mohammed/AP Photo)
Des manifestants palestiniens brandissant des drapeaux du Hamas et scandent des slogans lors d'une manifestation contre les frappes aériennes israéliennes à Gaza, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 18 octobre 2023. (Crédit : Majdi Mohammed/AP Photo)

L’armée israélienne déclare que les troupes ont arrêté 524 Palestiniens recherchés en Cisjordanie, dont plus de 330 affiliés au groupe terroriste palestinien du Hamas, depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza le 7 octobre.

Au cours de la journée écoulée, 63 terroristes du Hamas ont été arrêtés, selon l’armée.

Tsahal confirme également que les troupes ont démoli la maison d’un terroriste du Hamas qui avait tué un soldat en Cisjordanie en juillet lors d’une opération nocturne dans le village de Qibya.

Il y a eu plusieurs affrontements entre les forces de Tsahal et les Palestiniens en Cisjordanie ces derniers jours, ainsi que plusieurs tentatives d’attaques terroristes palestiniennes, selon l’armée.

Selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne, au moins 69 Palestiniens de Cisjordanie ont été tués par l’armée israélienne et les résidents d’implantations depuis le 7 octobre.

Benjamin Netanyahu entame sa rencontre avec Rishi Sunak

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, rencontrant le Premier ministre britannique Rishi Sunak, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, rencontrant le Premier ministre britannique Rishi Sunak, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu commence sa rencontre avec le Premier ministre britannique Rishi Sunak à Jérusalem.

Les deux hommes s’embrassent, puis marchent ensemble pour commencer leur entretien en tête-à-tête.

S’inspirant peut-être de l’exemple de l’Ukraine en temps de guerre, Netanyahu et ses collaborateurs ne portent pas de costume, mais des chemises noires.

Les deux dirigeants inviteront leurs assistants à une réunion plus large après leurs discussions privées.

Herzog rencontre Sunak et dénonce la « désinformation » par la chaîne BBC

Le président Isaac Herzog, à droite, et le Premier ministre Rishi Sunak à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le président Isaac Herzog, à droite, et le Premier ministre Rishi Sunak à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Lors de sa rencontre avec le Premier ministre britannique Rishi Sunak, le président Isaac Herzog s’en prend à la BBC disant « qu’il veut soulever la question de l’objectivité ou non des reportages sur cette tragédie », tandis que Rishi Sunak sourit et hoche la tête.

« Nous pensons que la façon dont la BBC caractérise le [groupe terroriste palestinien du] Hamas est une déformation des faits. Nous avons affaire à l’une des pires organisations terroristes au monde, et je sais que dans les démocraties modernes comme la vôtre et la nôtre, vous ne pouvez pas intervenir directement. Mais parce que la BBC a un certain lien et qu’elle représente la Grande-Bretagne dans le monde entier, il doit y avoir un tollé pour qu’il y ait une correction, et que le Hamas soit défini comme un groupe terroriste.  »

« Qu’ont-ils besoin de voir d’autre pour comprendre qu’il s’agit d’un atroce groupe terroriste ? », s’insurge Herzog.

La BBC refuse de qualifier le Hamas de « terroristes ».

Sunak répond que « nous devrions appeler les choses par leur nom – un acte de terrorisme perpétré par un groupe terroriste maléfique, le Hamas ».

« Vous n’avez pas seulement le droit de le faire, vous avez le devoir de le faire », poursuit Sunak, en faisant référence au rétablissement de la sécurité dans le pays par Israël.

Le Premier ministre britannique évoque également la « nécessité d’un accès humanitaire », arguant que les Palestiniens « sont victimes de ce que le Hamas fait ».

Des roquettes tirées sur Ashkelon après 15 heures d’accalmie

Des roquettes sont tirées sur la ville d’Ashkelon, dans le sud du pays, mettant fin à une accalmie de 15 heures.

Le groupe terroriste palestinien du Hamas revendique le tir.

Le service de secours du Magen David Adom (MDA) indique qu’il n’y a pas d’information dans l’immédiat sur des impacts directs ou victimes.

Tsahal affirme que le Hamas a ralenti ses tirs de roquettes, cherchant à conserver ses stocks en vue d’une longue guerre.

L’armée pilonne des cibles au Liban après des tirs de missile

De la fumée s'élève d'une position de l'armée israélienne frappée par le groupe terroriste du Hezbollah, depuis le village de Tair Harfa, au sud du Liban, en octobre. 18, 2023. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)
De la fumée s'élève d'une position de l'armée israélienne frappée par le groupe terroriste du Hezbollah, depuis le village de Tair Harfa, au sud du Liban, en octobre. 18, 2023. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)

L’armée israélienne a indiqué répondre par des tirs d’artillerie aux deux missiles de précision antichars qui ont été lancés en direction de la communauté de Manara, dans le nord d’Israël, depuis le Liban.

Tsahal a indiqué que cette dernière attaque au missile – qui aurait été commise par le Hezbollah – n’avait pas fait de blessé.

Les soldats israéliens ont pris pour cible le site de lancement des missiles, ont précisé les militaires.

Gaza-Israël: sommet Sissi-Abdallah II au Caire jeudi

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le roi Abdallah II de Jordanie évoqueront jeudi au Caire « l’agression israélienne sur Gaza », ont annoncé les deux pays après l’annulation d’une rencontre à Amman avec le président américain Joe Biden.

L’Egypte, frontalière de la bande de Gaza et la Jordanie, frontalière de la Cisjordanie, sont liés à Israël par des traités de paix conclus respectivement en 1979 et 1994, mettant fin à l’état de guerre avec leur voisin. Ces deux pays, qui ont souvent joué les médiateurs entre Israéliens et Palestiniens, mettent en garde depuis plusieurs jours contre un « déplacement forcé » de Palestiniens sur leurs sols.

Un missile antichar lancé vers un kibboutz de la frontière libanaise

Fragment d'une roquette tirée depuis le Liban sur Kiryat Shmona, dans le nord d'Israël, près de la frontière avec le Liban, le 18 octobre 2023. (Crédit : Jalaa Marey / AFP)
Fragment d'une roquette tirée depuis le Liban sur Kiryat Shmona, dans le nord d'Israël, près de la frontière avec le Liban, le 18 octobre 2023. (Crédit : Jalaa Marey / AFP)

L’armée israélienne a indiqué qu’un missile antichar a été tiré depuis le Liban vers le kibboutz Manara, sur la frontière nord d’Israël.

Aucun blessé n’a été signalé pour le moment.

Le groupe terroriste du Hezbollah a tiré des dizaines de missiles et de roquettes vers le nord de l’État juif depuis le début de la guerre contre le Hamas, dans le bande de Gaza, le 7 octobre.

L’ex-chef militaire : Washington attend d’Israël qu’il éradique le Hamas, ce qui prendra 6 à 8 mois

Le général de division (res) Gadi Shamni. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur))
Le général de division (res) Gadi Shamni. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d'auteur))

Le général de division (res.) Gadi Shamni, ancien commandant de la Division de Gaza de l’armée israélienne et ancien attaché militaire aux États-Unis, déclare à la Douzième chaîne, à la suite de la visite du président américain Joe Biden, que « les États-Unis attendent de nous que nous détruisions le [groupe terroriste palestinien du] Hamas ».

De plus, ajoute Shamni, même s’il n’y avait pas de feu vert américain, Israël ne doit pas mettre fin à cette guerre avant que « le Hamas ne soit complètement battu (…) et Gaza démilitarisée ».

« À la fin, tous les otages doivent être rendus et Israël doit déterminer les conditions de la reconstruction de Gaza, éventuellement avec un retour de l’Autorité palestinienne. »

Il affirme que le Hamas reconnaît qu’Israël a un problème de leadership, sans « mains efficaces sur le volant », et fustige le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour avoir « nourri » le Hamas, notamment en « invitant des milliards » de financement à affluer dans la bande de Gaza.

Shamni estime que la tâche militaire est « complexe », mais que Tsahal peut la mener à bien. « Elle a les combattants, l’armement, l’esprit de combat et la détermination. »

Il prévoit que la mission durera de 6 à 8 mois. « Conquérir Gaza, prendre le contrôle de Gaza (…) prendra quelques semaines. Ensuite, Israël devra tuer et capturer les forces armées du Hamas. Des milliers de personnes devront être emprisonnées dans le Néguev afin de servir de monnaie d’échange pour les plus de 200 prisonniers que le Hamas retient en otage. »

« Si Israël devait libérer [les prisonniers de sécurité palestiniens] comme le souhaite le Hamas, ce serait une défaite pour Israël. Cela ne ferait qu’inciter à de nouvelles attaques. »

« Il n’y a donc pas de choix. Les personnes qui parlent d’autres options, de tout faire depuis les airs, se trompent. Les frappes aériennes sont importantes, mais en fin de compte, les forces terrestres doivent intervenir. »

Il affirme que le Hamas « peut absorber beaucoup » de frappes militaires punitives et que les groupes terroristes ont l’impression « d’avoir une bonne main » avec autant d’otages en sa possession. « Ils pensent qu’ils peuvent nous plier à leur volonté. Tsahal doit être prudente dans les zones où elle pensent que des otages sont détenus, mais dans l’ensemble, « l’armée doit aller de l’avant avec toute sa force. »

Shamni affirme que Tsahal est capable d’agir simultanément sur le front nord contre le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah , si nécessaire, et de contrôler la Cisjordanie. En fin de compte, ajoute-t-il, le Hezbollah doit être repoussé de ses positions à la frontière nord. « Là encore, nous devrons recourir à la force, car la diplomatie ne fera pas reculer le Hezbollah. »

« La réalité est pire qu’avant la guerre israélo-libanaise de 2006 et les gens ne retourneront pas vivre dans la zone frontalière nord près du Liban tant que le Hezbollah n’aura pas été repoussé. »

Bezalel Smotrich rencontre le chef des syndicats pour planifier l’économie de guerre

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich, à droite, rencontrant le président de l'organisation syndicale de la Histadrout, Arnon Bar David, le 19 octobre 2023. (Autorisation)
Le ministre des Finances Bezalel Smotrich, à droite, rencontrant le président de l'organisation syndicale de la Histadrout, Arnon Bar David, le 19 octobre 2023. (Autorisation)

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, rencontre le président de l’organisation syndicale de la Histadrout, Arnon Bar David, le plus grand syndicat israélien, afin de discuter des plans pour l’économie de guerre, selon le bureau de Smotrich.

Outre les coûts de la guerre et les dommages causés par les combats, le pays compte plus de 350 000 réservistes.

Il finance également des dizaines de milliers de personnes évacuées de leurs maisons près des frontières de Gaza et du Liban.

Lapid: la meilleure solution serait de rendre Gaza à l’AP après la défaite du Hamas

Le chef de l'opposition Yaïr Lapid s'adressant aux médias, à Tel Aviv, le 19 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
Le chef de l'opposition Yaïr Lapid s'adressant aux médias, à Tel Aviv, le 19 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, estime que la meilleure solution pour la bande de Gaza après le groupe terroriste palestinien du Hamas serait de remettre l’enclave côtière sous le contrôle de l’Autorité palestinienne (AP).

« Je pense qu’en fin de compte, la meilleure chose à faire est que l’Autorité palestinienne retourne à Gaza », dit-il en réponse à une question du Times of Israel lors d’un point presse à Tel Aviv.

« Ce n’est pas idéal, et si vous me demandez quelle devrait être la stratégie de sortie, elle devrait consister à aider la communauté internationale à aider [l’Autorité palestinienne à prendre le contrôle] », ajoute-t-il.

« L’Autorité palestinienne a encore environ 20 000 personnes qui travaillent pour elle à Gaza, et beaucoup d’installations et d’organisations civiles sont gérées à distance par l’Autorité palestinienne. »

Le Hamas a chassé l’AP de Gaza en 2007 par un coup d’État violent.

Promettant que « nous ne nous reposerons pas tant que le Hamas ne sera pas parti et qu’il n’y aura pas de vide gouvernemental », il précise que « nous nous battons contre le Hamas, pas contre la population de Gaza ».

309 personnes encore hospitalisées après l’assaut barbare du Hamas

Des soldats israéliens blessés arrivent à l'hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem, le 7 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)
Des soldats israéliens blessés arrivent à l'hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem, le 7 octobre 2023. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le ministère de la Santé a annoncé qu’en date de jeudi à 8 heures du matin, 309 personnes qui avaient été blessées lors de l’assaut barbare du Hamas, le 7 octobre, étaient encore hospitalisées.

80 sont dans un état grave, 159 dans un état modéré et 70 dans un état satisfaisant.

4 629 personnes au total ont été prises en charge dans les hôpitaux de tout le pays depuis le 7 octobre.

Israël-Hamas: la Chine se dit « profondément déçue » par un veto américain à l’ONU

Photo d'illustration : Le Conseil de sécurité de l'ONU tient une réunion sur le Moyen-Orient, le 20 novembre 2019, au siège des Nations Unies. (Crédit : AP/Mary Altaffer)
Photo d'illustration : Le Conseil de sécurité de l'ONU tient une réunion sur le Moyen-Orient, le 20 novembre 2019, au siège des Nations Unies. (Crédit : AP/Mary Altaffer)

La Chine a regretté jeudi la décision des Etats-Unis de bloquer une résolution de l’ONU qui appelait à une « pause humanitaire » entre le Hamas et Israël, Washington fustigeant un texte qui ne mentionnait pas le « droit d’Israël à se défendre ».

« La Chine est profondément déçue par l’obstruction des Etats-Unis à l’adoption par le Conseil de sécurité d’un projet de résolution sur la question palestinienne », a indiqué devant la presse une porte-parole de la diplomatie chinoise, Mao Ning.

Sunak entame une réunion avec Herzog

Le président Isaac Herzog, à droite, et le Premier ministre Rishi Sunak à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le président Isaac Herzog, à droite, et le Premier ministre Rishi Sunak à la résidence présidentielle, à Jérusalem, le 19 octobre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Le président Isaac Herzog commence sa rencontre avec le Premier ministre britannique Rishi Sunak à la résidence du président à Jérusalem.

Plus tard dans la journée, Sunak rencontrera le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les membres des familles des personnes enlevées par le Hamas.

Lapid fustige les médias internationaux qui ont cru les « mensonges » du Hamas

Le chef de l'opposition Yaïr Lapid s'adressant aux médias, à Tel Aviv, le 19 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)
Le chef de l'opposition Yaïr Lapid s'adressant aux médias, à Tel Aviv, le 19 octobre 2023. (Crédit : Carrie Keller-Lynn/Times of Israel)

Le leader de l’opposition, Yair Lapid, a vivement critiqué la communauté et les médias internationaux pour leur partialité perçue dans la guerre qui oppose actuellement Israël et le Hamas.

Lapid a dénoncé en particulier la rapidité avec laquelle les médias ont adopté le narratif de l’organisation terroriste au sujet de l’explosion meurtrière survenue aux abords d’un hôpital de Gaza – explosion dont le Hamas avait attribué la responsabilité aux frappes israéliennes – semant le doute sur les conclusions tirées par les gouvernements israélien et américain qui ont déclaré que le lancement raté d’une roquette avait été à l’origine de la déflagration.

« Pensez-vous qu’une organisation qui n’a pas de scrupule à massacrer des enfants, à massacrer des femmes enceintes et à enlever une adolescente autiste de 14 ans avec sa grand-mère a réellement des problèmes à mentir ? », a interrogé le leader de l’opposition lors d’un point-presse avec les journalistes internationaux, à Tel Aviv.

« Sur toutes les distorsions apparues dans la couverture médiatique de ces derniers jours, la pire est le déséquilibre », a-t-il ajouté, disant que les récits d’un pays démocratique et d’un groupe terroriste ne devaient pas être présentés comme « équivalents ».

« Le mensonge est inscrit dans la politique du Hamas », a-t-il noté.

Des terroristes sont susceptibles d’être encore en Israël, selon l’armée

Des soldats israéliens prenant position sur une route principale près de la frontière entre Israël et Gaza dans le sud d'Israël, le 10 octobre 2023. (Crédit: Chaïm Goldberg/Flash90)
Des soldats israéliens prenant position sur une route principale près de la frontière entre Israël et Gaza dans le sud d'Israël, le 10 octobre 2023. (Crédit: Chaïm Goldberg/Flash90)

Le porte-parole de l’armée, le contre-amiral Daniel Hagari, a indiqué que Tsahal ne pouvait pas écarter la possibilité que des terroristes palestiniens, venus lors de l’assaut du 7 octobre, se trouvent encore sur le territoire israélien.

« Nous n’avons pas encore terminé de ratisser la zone frontalière de Gaza », a-t-il expliqué.

Hagari a ajouté que la nuit dernière, les troupes ont retrouvé et arrêté « un terroriste épuisé » qui s’efforçait de retourner dans la bande.

Il n’y a pas eu de nouvelle infiltration au sein de l’État juif, ces derniers jours, a indiqué l’armée.

Hagari a déclaré que l’armée, pour sa part, continuait à se préparer pour « les prochaines phases » de la guerre contre le Hamas, avec notamment une incursion terrestre majeure qui est attendue.

203 personnes seraient retenues en otage par le Hamas, dit l’armée

Des familles et des sympathisants d'Israéliens retenus en otage à Gaza demandant leur libération lors d'une manifestation à Tel Aviv, en Israël, le 18 octobre 2023. (Crédit : Petros Giannakouris/AP)
Des familles et des sympathisants d'Israéliens retenus en otage à Gaza demandant leur libération lors d'une manifestation à Tel Aviv, en Israël, le 18 octobre 2023. (Crédit : Petros Giannakouris/AP)

Le porte-parole de l’armée, le contre-amiral Daniel Hagari, a indiqué que l’armée avait, jusqu’à présent, informé 203 familles que leurs proches étaient retenus en détention dans la bande de Gaza.

Un nombre qui n’est pas définitif, a-t-il précisé, alors que Tsahal cherche actuellement toutes les informations nouvelles sur les Israéliens portés-disparus suite à l’assaut meurtrier du 7 octobre.

Il a expliqué que dans certains cas, les familles avaient été informées qu’il y avait de fortes probabilités que leurs être chers soient retenus par le Hamas.

Mais dans d’autres cas, a-t-il ajouté, l’armée ne s’est pas montrée aussi sûre de ses dires.

Hagari a noté que l’armée avait aussi eu l’occasion de revenir sur ses hypothèses, disant aux familles que leurs proches n’étaient pas gardés en otage.

Tsahal ratisse toute la zone frontalière avec Gaza pour retrouver les corps des portés-disparus et certains ont été découverts. De nombreuses dépouilles n’ont pas encore été identifiées.

Les corps sans vie d’une petite fille autiste de 12 ans et de sa grand-mère retrouvés

Les corps sans vie de Noya Dan, 12 ans, atteinte de troubles du spectre autistique et de sa grand-mère, Carmela, 80 ans, ont été retrouvés, a fait savoir la chaîne Kan.

Les autorités avaient pensé, jusqu’à présent, qu’elles étaient retenues en otage à Gaza.

J.K. Rowling avait partagé sur Twitter une publication choquante évoquant le calvaire vécu par Dan, qui était une grande fan de Harry Potter.

Rishi Sunak en Israël : le Royaume-Uni et moi-même sommes à vos côtés

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak s'adresse à la presse à son arrivée à l'aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 19 octobre 2023 . (Crédit : Yonatan Sindal/FLASH90).
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak s'adresse à la presse à son arrivée à l'aéroport international Ben Gurion, près de Tel Aviv, le 19 octobre 2023 . (Crédit : Yonatan Sindal/FLASH90).

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak arrive en Israël pour une visite de solidarité.

« Je veux que vous sachiez que le Royaume-Uni et moi-même sommes à vos côtés », a déclaré M. Sunak après son atterrissage à Tel-Aviv, en condamnant les « actes de terrorisme horribles et inqualifiables ».

M. Sunak indique qu’il rencontrera le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Isaac Herzog.

M. Sunak devrait également se rendre dans plusieurs autres capitales régionales.

Cisjordanie: L’armée aurait démoli l’habitation d’un terroriste qui avait tué un soldat

Une photo non datée du sergent-chef. Shilo Yosef Amir, tué dans une fusillade près de Kedoumim le 6 juillet 2023. (Crédit : armée israélienne)
Une photo non datée du sergent-chef. Shilo Yosef Amir, tué dans une fusillade près de Kedoumim le 6 juillet 2023. (Crédit : armée israélienne)

Les médias palestiniens ont annoncé que les militaires israéliens ont démoli l’habitation d’un terroriste du Hamas qui avait tué un soldat israélien, le sergent Shilo Yosef Amir, au mois de juillet, en Cisjordanie.

Des images montrent un engin en train de détruire le logement d’Ahmed Yassin Ghaidan à Qibya, un village de Cisjordanie.

Au mois d’août, Tsahal avait déclaré avoir averti la famille de Ghaidan de la future démolition de son logement.

Israël démolit régulièrement les maisons des Palestiniens accusés d’avoir commis des attentats terroristes meurtriers.

Ghaidan avait ouvert le feu et tué Amir à proximité de l’implantation de Kedumim, le 6 juillet, avant d’être abattu par les forces de sécurité.

L’armée n’a pas fait de commentaire sur cette démolition présumée.

La première femme du bureau politique du Hamas tuée dans une frappe israélienne

Des Palestiniens sur les lieux d'une frappe aérienne israélienne dans la bande de Gaza, le 17 octobre 2023. (Crédit : Atia Mohammed/Flash90)
Des Palestiniens sur les lieux d'une frappe aérienne israélienne dans la bande de Gaza, le 17 octobre 2023. (Crédit : Atia Mohammed/Flash90)

Des médias affiliés au Hamas, à Gaza, auraient fait savoir que Jamila al-Shanti, veuve de l’un des cofondateurs du Hamas, Abdel Aziz al-Rantisi, et première femme à avoir été élue au sein du bureau politique du groupe terroriste, a été tuée dans un bombardement israélien.

Une frappe qui aurait eu lieu à l’aube, selon ces médias qui n’ont pas précisé où la frappe s’était produite.

En 2021, Al-Shanti était devenue la première femme élue au bureau politique du Hamas. C’est la plus haute instance de l’organisation terroriste.

Rantisi avait été tué en 2004 par une frappe israélienne pendant la Seconde intifada.

La Russie va livrer 27 tonnes d’aide humanitaire aux civils de la bande de Gaza

La Russie va livrer prochainement 27 tonnes d’aide humanitaire aux civils de la bande de Gaza à partir de l’Egypte voisine, a annoncé jeudi le ministère russe des Situations d’urgence.

« Un avion spécial (…) s’est envolé de l’aérodrome de Ramenskoïe, près de Moscou, vers l’aéroport d’El-Arich, en Egypte. L’aide humanitaire russe sera remise aux représentants du Croissant-Rouge égyptien pour être envoyée dans la bande de Gaza », a déclaré le vice-ministre Ilia Denissov cité dans un communiqué, sans toutefois préciser quand cet avion a décollé.

« La population recevra de la farine, du sucre, du riz (et) des pâtes », a-t-il ajouté.

 

L’armée publie les noms de trois autres soldats tombés au combat

L’armée israélienne a publié les noms de deux autres agents de sécurité locaux et d’un soldat réserviste, tués pendant la guerre qui a débuté le 7 octobre.

Ces noms portent à 306 le nombre de soldats, officiers et réservistes tués – dont beaucoup sont des agents de sécurité locaux.

Ces nouveaux noms sont :

Le sergent-chef (réserviste) Arie Kraunik, 54 ans, agent de sécurité local, de Beeri.

Le sergent-chef (réserviste) Itay Yehoshua, 36 ans, membre de l’unité de sécurité de l’état-major général.

Le sergent-chef (réserviste) Ran Poslushni, 48 ans, agent de sécurité local, de Nahal Oz.

Tsahal affirme avoir tué le chef de la branche militaire des Comités de résistance populaire de Gaza

L’armée israélienne a indiqué avoir tué dans la nuit le chef de la branche militaire du groupe terroriste des Comités de résistance populaire de Gaza.

L’armée affirme que des avions de combat ont mené une frappe aérienne sur la ville de Rafah, au sud de Gaza, suite à des informations reçues du Shin Bet, tuant Rafat Abu Hilal.

Les Comités de résistance populaire constituent le troisième groupe terroriste de la bande de Gaza, après le Hamas et le Jihad islamique palestinien.

En outre, Tsahal affirme avoir détruit des centaines de sites du Hamas au cours des dernières 24 heures, notamment des sites de lancement de missiles antichar, des tunnels, des infrastructures militaires et de renseignement et des quartiers généraux opérationnels.

Des preuves que le Hamas utiliserait des armes nord-coréennes

Des grenades propulsées par roquettes F-7 présumées de fabrication nord-coréenne, la plupart avec une bande rouge distinctive sur leur ogive, dans une base militaire israélienne dans le sud d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Alon Bernstein)
Des grenades propulsées par roquettes F-7 présumées de fabrication nord-coréenne, la plupart avec une bande rouge distinctive sur leur ogive, dans une base militaire israélienne dans le sud d'Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : AP Photo/Alon Bernstein)

Les terroristes du Hamas ont probablement tiré avec notamment des armes nord-coréennes lors de leur assaut du 7 octobre contre Israël, comme l’indique une vidéo terroriste et des armes saisies par Israël, malgré les démentis de Pyongyang, qui a réfuté vendre des armes au groupe.

Les lance-grenades propulsés par fusée tirent une seule ogive et peuvent être rapidement rechargés, ce qui en fait des armes efficaces pour les guérillas.

Le F-7 a été aperçu en Syrie, en Irak, au Liban et dans la bande de Gaza, indique N.R. Jenzen-Jones, expert en armement qui travaille en tant que directeur du cabinet de conseil Armament Research Services.

Biden félicite Netanyahu et Sissi pour l’accord sur l’aide humanitaire à Gaza

Le président américain Joe Biden a félicité le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi pour leur accord visant à laisser entrer de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza via le terminal de Rafah depuis l’Égypte.

S’adressant aux journalistes à la base aérienne de Ramstein en Allemagne, après une brève visite de solidarité en Israël mercredi, Biden a déclaré que Sissi avait accepté d’ouvrir le passage et de laisser entrer un premier groupe de 20 camions transportant de l’aide humanitaire, et peut-être plus ultérieurement.

« Sissi mérite un réel crédit car il a été très accommodant », a déclaré Biden, ajoutant que le président égyptien était « juste » et « très coopératif ».

Israël a bloqué toute entrée de nourriture, d’eau, de médicaments et de carburant à Gaza suite à l’attaque brutale du Hamas le 7 octobre, lorsque quelque 2 500 terroristes ont fait irruption en Israël depuis la bande de Gaza par voie terrestre, aérienne et maritime, tuant quelque 1 400 personnes et capturant 200 à 250 otages de tous âges sous le couvert d’un déluge de milliers de roquettes tirées sur les villes israéliennes.

La grande majorité des personnes tuées dans l’attaque sur les communautés frontalières étaient des civils : hommes, femmes, enfants et personnes âgées. Des familles entières ont été exécutées dans leurs maisons et plus de 260 personnes ont été massacrées lors d’un festival en plein air. Les terroristes ont également commis différents actes de brutalité et de barbarie. Biden a depuis qualifié le 7 octobre de « pire massacre du peuple juif depuis la Shoah ».

Israël avait bombardé le terminal de Rafah pour empêcher toute entrée de matériel peu après le déclenchement de la guerre.

La visite de guerre de Biden en Israël mercredi visait à montrer son soutien et également à garantir une aide humanitaire à l’enclave palestinienne, dirigée par le groupe terroriste du Hamas.

Le bureau de Netanyahu a déclaré qu’Israël « ne contrecarrera pas » les livraisons de nourriture, d’eau ou de médicaments en provenance d’Égypte, tant qu’elles se limitent aux civils du sud de la bande de Gaza et ne vont pas aux terroristes du Hamas. Netanyahu a également promis de ne laisser entrer aucune aide dans la bande de Gaza par les points de passage israéliens.

« Israël a été gravement victime, mais, vous savez, la vérité est que s’ils ont l’opportunité de soulager les souffrances de personnes qui n’ont nulle part où aller… c’est ce qu’ils devraient faire. Et s’ils ne le font pas, ils seront tenus responsables d’une manière qui pourrait être injuste », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il avait été « très direct avec les Israéliens » lors des négociations de mercredi.

« Si vous avez la possibilité de soulager la douleur, vous devriez le faire. Point. Et si vous ne le faites pas, vous perdrez votre crédibilité à l’échelle mondiale », a-t-il déclaré.

Les proches de certaines des quelque 200 personnes prises en otage et retenues à Gaza depuis l’attaque du 7 octobre ont réagi avec fureur à l’annonce de l’aide.

L’ONU a déclaré plus tôt dans la journée qu’environ 100 camions d’aide par jour seraient nécessaires pour réhabiliter Gaza après la riposte israélienne.

Biden indique que l’aide humanitaire à Gaza via l’Egypte pourrait commencer dès vendredi

Le président américain Joe Biden s'adresse aux médias lors de son vol de retour d'Israël à bord d'Air Force One, le 18 octobre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski / AFP)
Le président américain Joe Biden s'adresse aux médias lors de son vol de retour d'Israël à bord d'Air Force One, le 18 octobre 2023. (Crédit : Brendan Smialowski / AFP)

Le président américain Joe Biden a déclaré que l’aide humanitaire à la bande de Gaza via l’Égypte pourrait commencer dès vendredi, à la suite d’un accord négocié avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à permettre l’arrivée de l’aide dans l’enclave palestinienne via le terminal de Rafah.

Biden a déclaré plus tôt que Sissi avait accepté d’ouvrir le passage et de laisser entrer un premier groupe de 20 camions transportant de l’aide humanitaire.

« Il a accepté de… laisser passer jusqu’à 20 camions pour commencer », a déclaré Biden depuis Air Force One, alors qu’il revenait de sa visite en Israël, où il a fait preuve de solidarité après les massacres du Hamas le 7 octobre, qui a coûté la vie à quelque 1 400 personnes en Israël, pour la plupart des civils. Les terroristes ont également enlevé 200 à 250 personnes et les retiennent captives à Gaza.

Biden a précisé que les gens ne pourront pas évacuer Gaza via Rafah – un propos visant apparemment à apaiser les craintes au Caire, selon lesquelles l’Égypte serait invitée à accueillir des réfugiés de Gaza.

L’Égypte doit encore réparer la route traversant la frontière qui a été détruite par les frappes aériennes israéliennes, a-t-il indiqué.

Bide a averti que « si le Hamas confisque [l’aide] et ne la laisse pas passer… alors cela prendra fin ». L’aide commencera à être acheminée vendredi au plus tôt, ont indiqué des responsables de la Maison Blanche.

Plus de 200 camions et quelque 3 000 tonnes d’aide sont positionnés au point de passage de Rafah ou à proximité, a déclaré le chef du Croissant-Rouge pour le Nord Sinaï, Khalid Zayed.

Biden a déclaré que l’ONU distribuerait l’aide de l’autre côté et qu’une deuxième livraison était possible en fonction de « comment ça se passe ».

Biden devait rencontrer Sissi mercredi lors d’un sommet à quatre en Jordanie, mais celui-ci a été annulé après une explosion meurtrière dans un hôpital de Gaza qui a provoqué la colère dans le monde arabe. L’explosion a été imputée à Israël, qui a fourni la preuve qu’il n’en était pas responsable.

« En fin de compte, il [Sissi] mérite un réel crédit car il a été très accommodant », a ajouté le président américain.

Les fournitures seront livrées sous la supervision de l’ONU, a déclaré le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, à la télévision Al-Arabiya. Lorsqu’on lui a demandé si les étrangers et les doubles nationaux cherchant à partir seraient autorisés à franchir la frontière, il a répondu : « Tant que le passage fonctionne normalement et que les installations (du passage) ont été réparées. »

Le bureau de Netanyahu a déclaré que la décision avait été approuvée à la suite d’une demande de Biden. Il a déclaré qu’Israël « ne contrecarrera pas » les livraisons de nourriture, d’eau ou de médicaments en provenance d’Égypte, tant qu’elles se limitent aux civils du sud de la bande de Gaza et ne vont pas aux militants du Hamas. Le communiqué ne fait aucune mention de carburant, indispensable aux générateurs des hôpitaux.

Les proches de certaines des quelque 200 personnes prises en otage et retenues à Gaza depuis l’attaque du 7 octobre ont réagi avec fureur à l’annonce de l’aide.

« Des enfants, des nourrissons, des femmes, des soldats, des hommes et des personnes âgées, certains gravement malades, blessés, sont retenus sous terre comme des animaux », indique un communiqué du Forum des familles d’otages et disparus. Mais « le gouvernement israélien chouchoute les meurtriers et les ravisseurs ».

Tsahal frappe des cibles du Hezbollah au Liban, selon l’armée

L’armée israélienne a indiqué avoir attaqué des cibles militaires de l’organisation terroriste du Hezbollah dans la zone frontalière avec le Liban.

Parmi les cibles figure un poste d’observation militaire à partir duquel un missile antichar guidé a été tiré mercredi vers la ville de Rosh Hanikra, dans le nord du pays, a indiqué l’armée.

L’armée israélienne a ajouté que ces frappes avaient été menées en réponse à des tirs sur Israël au cours de la journée écoulée.

La frontière nord d’Israël est sous vive tension, alors que le pays combat le Hamas dans la bande de Gaza. Des roquettes ont été tirées depuis le Liban sur des villes du nord d’Israël et le groupe terroriste du Hezbollah a attaqué plusieurs postes de l’armée israélienne le long de la frontière, alors que les échanges de tirs se sont poursuivis mercredi à la frontière.

Selon Tsahal, neuf roquettes ont été lancées depuis le Liban, déclenchant des sirènes à Kiryat Shmona et dans plusieurs communautés voisines. L’armée israélienne a déclaré que quatre d’entre elles avaient été interceptées par le système de défense aérienne du Dôme de Fer.

Au moins une roquette est tombée sur cette ville du nord, sans faire de blessés ni de dégâts.

Peu avant les alarmes à la roquette, Tsahal a déclaré qu’un de ses chars avait bombardé deux positions de lancement de missiles guidés antichar (ATGM) dans le sud du Liban, où l’armée a identifié une tentative d’attaque.

Un troisième site de lancement ATGM a été touché à la suite d’une attaque de missile sur la ville de Metula, dans le nord du pays.

L’armée israélienne a annoncé plus tard mercredi avoir mené une frappe de drone contre une cellule terroriste qui lançait des mortiers depuis le Liban dans la région de Malkia, à la frontière.

Une frappe aérienne touche une maison à Gaza, tuant 7 personnes, selon des médecins et des habitants

Des habitants et des médecins de Khan Younis, au sud de Gaza, ont affirmé qu’une frappe aérienne avait touché une maison, tuant sept jeunes enfants.

La nouvelle s’est rapidement répandue sur les réseaux sociaux, alors que les images macabres d’enfants morts et ensanglantés alignés côte à côte sur une civière d’hôpital ont suscité l’indignation à Gaza et en Cisjordanie.

Les corps ont été transportés à l’hôpital européen de Gaza à Khan Younis, avec trois autres membres de la famille Bakri décédés.

L’armée israélienne n’a pas commenté.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.