Jordanie/Syrie : réouverture du principal point de passage, fermé depuis 3 ans
Rechercher

Jordanie/Syrie : réouverture du principal point de passage, fermé depuis 3 ans

Des travaux de rénovation du poste-frontière ont commencé afin de rétablir la circulation et de faciliter le transport des passagers et des marchandises

Convoy of Syrian military vehicles at Naseeb border crossing with Jordan, in the southern province of Daraa, Syria, July 7, 2018. (Syrian Central Military Media, via AP)
Convoy of Syrian military vehicles at Naseeb border crossing with Jordan, in the southern province of Daraa, Syria, July 7, 2018. (Syrian Central Military Media, via AP)

Le principal point de passage entre la Syrie et la Jordanie, autrefois vital pour le transit de marchandises au Moyen-Orient, a rouvert lundi après trois ans de fermeture, ont annoncé les autorités des deux pays.

Ce poste appelé Nassib du côté syrien et Jaber du côté jordanien, était fermé depuis 2015 sur décision d’Amman. Sa réouverture a été décidée après la reprise en juillet dernier par le régime syrien aidé de son allié russe, de la région bordant la frontière jordanienne, contrôlée alors par les rebelles.

A Amman, la ministre d’Etat chargée des médias et porte-parole du gouvernement, Joumana Ghneimat, a annoncé dans un communiqué « la réouverture lundi du poste-frontière ».

A Damas, le ministre de l’Intérieur Mohammed al-Chaar a annoncé un accord avec la Jordanie pour rouvrir le passage frontalier.

Il a indiqué à l’agence de presse officielle Sana qu’un comité technique syro-jordanien avait convenu lors d’une réunion dimanche au poste-frontière « des préparatifs et des mesures en vue de la réouverture du passage lundi ».

Des travaux de rénovation du poste-frontière et la réhabilitation des routes qui y mènent ont commencé afin de rétablir la circulation et de faciliter le transport des passagers et des marchandises entre les deux pays, selon Sana.

Les grilles en métal noir de ce poste-frontière ont été ouvertes lundi à 08H00 locales (05H00 GMT) pour laisser entrer en Syrie plusieurs voitures avec des plaques d’immatriculation jordaniennes, d’après la même source.

Après plus de sept ans de conflit, le régime syrien ne contrôle que la moitié des 19 points de passage avec ses voisins, le Liban, la Jordanie, l’Irak et la Turquie.

Damas, dont l’économie est en lambeaux, espère la réouverture de Nassib, où des centaines de camions transitaient quotidiennement avant la guerre, transportant les importations et les exportations et assurant la connexion entre la Syrie et la Jordanie ou les pays du Golfe.

Sa réouverture serait aussi une bonne nouvelle pour les agriculteurs et commerçants libanais, dont les activités commerciales vers les pays du Golfe ont été durement affectées depuis sa fermeture.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...