Kahlon lance sa campagne, rejette les mauvais sondages et ses adversaires
Rechercher

Kahlon lance sa campagne, rejette les mauvais sondages et ses adversaires

Le ministre et chef du parti Koulanou, actuellement du côté de la coalition au gouvernement, a rappelé sa longue expérience de député et critiqué les nouveaux venus en politique

Le ministre des Finances Moshe Kahlon lors du lancement de la campagne électorale de son parti Koulanou dans la ville d'Ashkelon, le 30 janvier 2019. (Crédit : Dudi Modan/Flash90)
Le ministre des Finances Moshe Kahlon lors du lancement de la campagne électorale de son parti Koulanou dans la ville d'Ashkelon, le 30 janvier 2019. (Crédit : Dudi Modan/Flash90)

Le ministre des Finances Moshe Kahlon a lancé la campagne de son parti Koulanou mercredi, en mettant en avant ses années d’expérience en tant que député et en rejetant les récents résultats de sondage défavorables.

S’adressant à une foule de militants dans la ville côtière d’Ashkelon, Kahlon a critiqué l’attention démesurée dont font l’objet les enquêtes criminelles autour du Premier ministre Benjamin Netanyahu et a promis de se concentrer sur le pouvoir d’achat des ménages israéliens.

« Tout le monde essaye de résumer les prochaines élections aux Affaires 1 000, 2 000 et 4 000, » a-t-il affirmé, faisant référence à la série de mises en examen de Benjamin Netanyahu recommandées par la police suite aux enquêtes pour corruption le visant.

« Mais pour les prochaines élections, nous nous intéressons à l’affaire d’un salaire minimum de 5 300 shekels (environ 1 000  €), » déclare Kahlon, ajoutant qu’il ferait son possible pour augmenter les prestations sociales des personnes âgées et des militaires.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances, Moshe Kahlon, à la Knesset le 13 mars 2018. (Crédit : Hadas Parush / Flash90)

Kahlon a fait savoir qu’il rejoindrait une coalition dirigée par Benjamin Netanyahu après les élections, mais qu’il la quitterait si ce dernier était inculpé.

Au sujet des derniers sondages attribuant 4 à 5 sièges à Koulanou, soit moins que les 10 actuels, Kahlon a expliqué qu’il ne cherchait pas à s’allier à un autre parti et a rejeté ces derniers résultats.

« Ce qu’ils essayent de faire là, c’est ce qu’ils ont tenté de faire il y a quatre ans et ils le font pour que nous nous ralliions à une autre formation, » s’est-t-il agacé. « Je ne cherche pas à faire des alliances. »

Semblant lancer une pique au nouveau venu en politique Benny Gantz, récemment apparu comme le principal concurrent de Benjamin Netanyahu, Kahlon a assuré qu’il ne voulait pas faire venir de « stars » dans son parti et qu’il n’y a « pas de raccourcis » en politique.

« Quiconque veut incarner un rôle de leader social doit avoir de l’empathie, et ne pas penser qu’il peut être Premier ministre car c’est ce qu’on lui a dit quand il était enfant. Il n’y a pas de raccourcis, certainement pas en politique, » a-t-il affirmé.

« Nous avons une tâche à accomplir, prouver que les sondages avaient tort encore une fois, » a-t-il ajouté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...