Kushner: La reconnaissance de Jérusalem par Trump a amené la paix dans la région
Rechercher

Kushner: La reconnaissance de Jérusalem par Trump a amené la paix dans la région

Le conseiller de la Maison Blanche lie la reconnaissance de la capitale par le président aux normalisations, rappelant et rejetant les craintes que cela attiserait les tensions

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le conseiller principal de la Maison Blanche Jared Kushner après avoir planté un olivier dans la Grove of Nations à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Amos Ben Gershom/ GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le conseiller principal de la Maison Blanche Jared Kushner après avoir planté un olivier dans la Grove of Nations à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Amos Ben Gershom/ GPO)

Le conseiller principal de la Maison Blanche, Jared Kushner, a déclaré lundi que la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par le président américain Donald Trump avait entraîné une « explosion de paix » dans la région.

« Il s’avère que Jérusalem n’est pas la cause du problème – c’est le cœur de la solution », a déclaré M. Kushner lors d’une cérémonie de plantation d’arbres dans le Bosquet des Nations de la capitale.

Le gendre de M. Trump était en Israël avec d’autres hauts fonctionnaires de la Maison Blanche qui rejoindront leurs homologues israéliens mardi sur le tout premier vol sans escale de Tel Aviv à Rabat, où les parties chercheront à faire avancer l’accord de normalisation israélo-marocain annoncé plus tôt ce mois-ci.

« En 2017, le président Trump a été fortement alerté sur le fait que reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël déclencherait une explosion au Moyen-Orient », a déclaré M. Kushner lors de la cérémonie honorant ses efforts de paix.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le conseiller principal de la Maison Blanche Jared Kushner plantent un olivier dans le Bosquet des Nations de Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Amos Ben Gershom/GPO)

« Il s’est avéré qu’il y a eu une explosion, mais pas le genre d’explosion que les experts pensaient voir se produire. Les décisions audacieuses du président Trump ont conduit à une explosion de la paix », a-t-il déclaré.

La reconnaissance de Jérusalem par Trump a été largement condamnée par le monde arabe, y compris par les États qui allaient plus tard normaliser leurs relations avec Israël.

« Certains ont utilisé la cause de Jérusalem pour diviser ; Jérusalem reste fièrement ouverte », a déclaré Kushner, affirmant que les gens de toutes confessions sont libres de pratiquer leur religion dans la ville.

« Au cours des quatre derniers mois, nous avons désormais conclu quatre accords de paix et grâce à quatre années de travail acharné, je pense que les bénéfices de ces accords se feront sentir pendant des années », a déclaré M. Kushner, en faisant référence aux décisions des Émirats arabes unis, de Bahreïn, du Soudan et du Maroc de normaliser les relations avec Israël.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu était présent à la cérémonie et s’est joint à Kushner pour planter 18 oliviers dans le Bosquet des Nations. Le Premier ministre a déclaré que son conseiller à la sécurité nationale, Meir Ben Shabbat, mènerait la délégation israélienne au Maroc et rencontrerait le roi Mohammed VI.

Jared Kushner, conseiller principal à la Maison Blanche (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’expriment lors d’une conférence de presse à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (Capture d’écran/YouTube)

« S’il vous plaît, présentez-lui mes salutations les plus chaleureuses et celles de tout le peuple d’Israël pour la décision historique courageuse et importante qu’il a prise », a déclaré M. Netanyahu.

« En plantant ce bosquet, nous ferons en sorte que les générations futures sachent quelle a été votre contribution », a déclaré le Premier ministre à M. Kushner. « Et, sur une note personnelle, je voudrais exprimer ma gratitude pour le jeune adolescent que j’ai rencontré il y a de nombreuses années, en fait dans votre maison, qui a grandi pour devenir un homme d’envergure qui a contribué à changer l’histoire de notre région et l’histoire d’Israël ».

Lundi également, l’ambassadeur américain en Israël, David Friedman, a dédié la cour de l’ambassade américaine à Jérusalem en l’honneur de Kushner, qui a dirigé les efforts de paix au Moyen-Orient de l’administration Trump.

Friedman a fait remarquer que le fait de dédier des parties des ambassades américaines à des individus est « très rare ».

Lorsqu’on lui a demandé si un autre accord de normalisation était sur la table, M. Kushner a déclaré lors de la cérémonie qu’il avait « beaucoup d’espoir qu’il y ait d’autres accords de paix ».

L’ambassadeur américain en Israël David Friedman dédie la cour de l’ambassade américaine à Jared Kushner, le 21 décembre 2020. (Judah Ari Gross/Times of Israel)

Lors d’une conférence de presse avec Kushner lundi soir, Netanyahu a de nouveau remercié l’administration Trump qui, en plus de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et d’y avoir transféré son ambassade de Tel Aviv, a reconnu la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, a dévoilé un plan de paix qui prévoit l’annexion par Israël de toutes les implantations israéliennes en Cisjordanie et a modifié sa politique d’importation pour exiger que tous les produits des implantations soient étiquetés comme ayant été fabriqués en Israël. Elle a également mis fin au financement américain de l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens [UNRWA] tout en supprimant d’autres aides pour Ramallah, et a fermé la mission de l’OLP à Washington.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le Conseiller présidentiel américain Jared Kushner lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 21 décembre 2020. (RONEN ZVULUN / X90084 / AFP)

L’administration a également joué un rôle central dans la négociation des accords de normalisation entre Israël et quatre pays arabes.

« Cette paix entre les Juifs et les Arabes en dehors d’Israël crée une nouvelle dynamique positive entre les Juifs et les Arabes en Israël », a affirmé Netanyahu.

Kushner a affirmé que « les boucs émissaires, l’antisémitisme et l’isolement d’Israël ont conduit à un comportement destructeur qui a bloqué le monde pendant bien trop longtemps ».

En faisant l’éloge de Netanyahu, il a dit que le Premier ministre a « montré qu’Israël est prêt à faire des compromis pour une paix véritable, mais pas pour sa sécurité ».

« J’invite instamment le monde à prendre le temps de comprendre le point de vue d’Israël et à se demander si vous feriez les compromis demandés à Israël si vous étiez à la place du Premier ministre », a déclaré M. Kushner.

« Je voudrais également exprimer mon amour et mes meilleurs vœux au peuple d’Israël, qui est si extraordinaire, et dire que vous resterez dans mes prières quotidiennes, et j’ai une grande confiance que votre avenir continuera à être brillant et passionnant », a-t-il déclaré.

« Bien que nous ayons tous joué un rôle dans ces avancées, la paix au Moyen-Orient est une tâche tellement impossible qu’elle n’est possible que grâce à la volonté et aux bénédictions de Dieu », a-t-il déclaré.

Le vol El Al de mardi vers Rabat a reçu l’indicatif d’appel LY555 en référence à la main à cinq doigts ou hamsa (cinq en arabe) qui est populaire comme symbole de bonne chance dans les deux pays.

Le président américain Donald Trump, entouré (de gauche à droite) de l’envoyé spécial américain pour l’Iran Brian Hook, d’Avraham Berkowitz, assistant du président et représentant spécial pour les négociations internationales, de l’ambassadeur américain en Israël David Friedman, du conseiller principal du président à la Maison Blanche Jared Kushner et du secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, applaudissent dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le mercredi 12 août 2020, à Washington. M. Trump a déclaré jeudi que les Emirats arabes unis et Israël ont convenu d’établir des relations diplomatiques complètes. (AP Photo/Andrew Harnik)

Ce voyage historique a lieu moins de deux semaines après l’annonce par le royaume nord-africain de l’établissement de relations diplomatiques avec l’État juif suite à la décision de Trump de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental disputé.

Israël et le Maroc ont établi des relations diplomatiques de bas niveau au cours des années 1990, suite au dégel des relations entre Israël et les Palestiniens. Ces contacts ont été suspendus en 2002 en réponse à la seconde Intifada. Depuis lors, les relations se sont poursuivies de manière informelle, des dizaines de milliers d’Israéliens se rendant au Maroc chaque année. Quelque 3 000 Juifs vivent toujours au Maroc, où ils étaient autrefois des centaines de milliers.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...