La crise du COVID-19 favorise une hausse de l’antisémitisme – centre Kantor
Rechercher

La crise du COVID-19 favorise une hausse de l’antisémitisme – centre Kantor

Les chercheurs du centre de l’université de Tel Aviv constatent une hausse de l'antisémitisme, notamment liée à la pandémie de coronavirus

Illustration de 1894 représentant le pogrom de Strasbourg, le massacre des habitants juifs de la ville, le 14 février 1349, suite à des allégations antisémites les disant coupables de la propagation de la peste noire. (Crédit : Domaine public / Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg)
Illustration de 1894 représentant le pogrom de Strasbourg, le massacre des habitants juifs de la ville, le 14 février 1349, suite à des allégations antisémites les disant coupables de la propagation de la peste noire. (Crédit : Domaine public / Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg)

Dans leur rapport annuel, publié à chaque veille de Yom HaShoah, les chercheurs du centre Kantor pour l’étude des communautés juives européennes contemporaines de l’université de Tel Aviv ont constaté une hausse de l’antisémitisme, notamment liée à l’épidémie de coronavirus.

Ils ont ainsi fait état de commentaires antisémites blâmant les Juifs pour la propagation de la maladie et pour la récession économique qu’elle a provoquée.

Le rapport fait également état d’une augmentation des attaques antisémites de 18 % entre 2018 et 2019, – la pandémie menaçant d’intensifier encore davantage les incitations à la haine.

Les chercheurs ont rapporté que les expressions de haine liées au coronavirus avaient diverses origines, et incluaient notamment les politiciens européens de droite, les pasteurs américains ultra-conservateurs, les intellectuels anti-sionistes et les autorités iraniennes.

« Depuis le début de la pandémie de COVID-19, il y a eu une augmentation significative des accusations selon lesquelles les Juifs, en tant qu’individus et en tant que collectif, sont à l’origine de la propagation du virus ou en profitent directement », affirme Moshe Kantor, président du Congrès juif européen, groupe de coordination représentant les communautés juives à travers le continent. « Le jargon et les images utilisés identifient clairement un renouveau des ‘accusations de sang’ médiévales, quand les Juifs étaient accusés de propager des maladies, d’empoisonner des puits ou de contrôler les économies. »

Fin mars, l’organisation B’nai B’rith International s’est penchée dans un podcast sur les théories du complot juif au sujet de l’épidémie de coronavirus.

« Ces complots reprochent aux Juifs et à Israël d’avoir créé et propagé le coronavirus », expliquait le B’nai B’rith en présentation du podcast.

En France, le site Conspiracy Watch avait alerté sur Twitter au sujet d’un message antisémite partagé sur le réseau social près de 700 fois, et liké plus de 1 300 fois.

Le message posté par le média, qui vise à lutter contre la propagation du conspirationnisme sur Internet, répondait à un autre, posté par le compte anonyme d’extrême droite @DutertEtet – depuis désactivé.

@DutertEtet accusait ainsi l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn, son époux Yves Lévy (ex-PDG de l’Inserm) et Jérôme Salomon, actuel Directeur général du ministère de la Santé, d’avoir permis et favorisé l’épidémie de coronavirus, en tirant un parallèle avec le prétendu « empoisonnement des puits » par les Juifs au Moyen-Âge.

En France également, le polémiste Dieudonné a, début mars, accusé la famille juive Rothschild de « profiter de l’épidémie de COVID-19, et les a accusés en filigrane d’avoir commandité une ‘propagande de terreur’ autour du virus afin de remplir leurs propres caisses », a rapporté le MEMRI, Institut de recherche des médias du Moyen-Orient, organisation internationale non gouvernementale de surveillance des médias.

« Le coronavirus va justifier une crise financière par laquelle Rothschild et consorts vont dérober la totalité de l’épargne des moutons », a déclaré l’homme dans une vidéo YouTube.

L’épidémie a causé la mort d’au moins 167 594 morts dans le monde, dont plus de 20 000 en France et 181 en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...