La distribution de Charlie Hebdo par Yisrael Beytenu était légale
Rechercher

La distribution de Charlie Hebdo par Yisrael Beytenu était légale

Des militants du parti avaient distribué ce numéro, avec un dessin du prophète Mahomet sous le message “Tout est pardonné”, pendant la campagne électorale de 2015

Le premier numéro de Charlie Hebdo publié après les attentats du 7 janvier 2015. (Crédit : Bertrand Guay/AFP)
Le premier numéro de Charlie Hebdo publié après les attentats du 7 janvier 2015. (Crédit : Bertrand Guay/AFP)

La justice israélienne a affirmé mercredi que la distribution par le parti de droite Yisrael Beytenu du premier numéro de Charlie Hebdo publié après un attentat contre le journal lors de sa campagne électorale en 2015 ne constituait pas un « cadeau interdit ».

Des militants du parti, dirigé par le ministre de la Défense Avigdor Liberman, avaient distribué dans la rue ce numéro dans le cadre de leur campagne contre l Arabes israéliens accusés de « déloyauté » envers l’Etat juif.

L’utilisation par le parti de ce numéro, avec sa couverture où apparaissait un dessin du prophète Mahomet sous le message « Tout est pardonné », avait suscité la colère parmi les Arabes israéliens, pour la plupart musulmans.

Ce numéro de Charlie Hebdo était sorti quelques jours après l’attaque contre le journal qui a coûté la vie à 12 personnes à Paris le 7 janvier 2015.

En février 2015, un mois avant les législatives du 17 mars, la commission centrale des élections israélienne avait interdit cette distribution gratuite en estimant qu’elle constituait un « cadeau » visant à acheter des votes.

La Cour suprême avait annulé à l’époque cette décision au nom de la liberté d’expression, sans se prononcer sur le matériel de propagande qu’un parti est autorisé à utiliser pour convaincre des électeurs.

« Mercredi, la Cour suprême a pris une décision de principe sur ce qui peut être considéré comme un cadeau interdit, ce qui n’a pas été le cas, selon elle, avec la distribution du numéro de Charlie Hebdo« , a indiqué à l’AFP une porte-parole de la Cour.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...