Israël en guerre - Jour 146

Rechercher

La fille d’une otage libérée, de 84 ans, très malade : La Croix-Rouge l’a « abandonnée »

Tali Amano dit que sa famille avait essayé de transmettre les médicaments de sa mère, essentiels à sa survie, à l’organisation humanitaire, mais que celle-ci avait refusé

Tali Amano, à gauche, parlant depuis l’hôpital Soroka de Beer Sheva de l'état de sa mère Elma Avraham, à droite, qui se trouve dans un état critique après avoir été libérée des geôles du Hamas après 51 jours de captivité, le 27 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Tali Amano, à gauche, parlant depuis l’hôpital Soroka de Beer Sheva de l'état de sa mère Elma Avraham, à droite, qui se trouve dans un état critique après avoir été libérée des geôles du Hamas après 51 jours de captivité, le 27 novembre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Elma Avraham, 84 ans, enlevée le 7 octobre à son domicile dans le kibboutz Nahal Oz et libérée dimanche soir de Gaza, est encore hospitalisée dans un état critique ; elle n’a reçu aucun soin ou médicament pendant sa captivité, selon sa famille et ses médecins, lundi après-midi.

Les enfants d’Avraham ont reproché à la Croix-Rouge de ne pas avoir fait parvenir à leur mère des médicaments essentiels tout au long des 51 jours où elle a été retenue en otage par les terroristes du Hamas.

En raison de son état, Avraham a été transportée par hélicoptère dès sa libération à l’hôpital Soroka de Beer Sheva. Elle se trouve toujours dans l’unité de soins intensifs, dans un état critique.

« Son état est très grave », a indiqué le Dr. Tzachi Slotsky, directeur adjoint de Soroka. Il a précisé qu’à son arrivée à l’hôpital, la température corporelle d’Avraham était très basse et que, si elle n’avait pas été libérée dimanche, son état se serait aggravé.

« À son arrivée à Soroka, Avraham n’était pas pleinement consciente », a déclaré le docteur Haggai Levine, qui dirige depuis le 7 octobre l’unité de soins médicaux du Forum des familles d’otages et de personnes disparues. « Elle souffre à présent d’une maladie potentiellement mortelle qui aurait pu être évitée », a-t-il ajouté.

« Nous avons attendu notre mère pendant 52 jours », a déclaré Tal Amano, la fille d’Avraham. « Elle a 84 ans. C’est une grand-mère. Une arrière-grand-mère. C’est une personne heureuse et optimiste. Elle vivait seule chez elle, elle était indépendante. Oui, elle souffrait de plusieurs problèmes de santé. »

Des blessés arrivent au centre médical de Soroka à Beer Sheva, le 24 août 2023. Illustration. (Crédit : Flash90)

« Ma mère a été abandonnée sur le plan de la santé », a ajouté Amano. « Ma mère aurait pu revenir dans un meilleur état de santé. Elle a été négligée pendant toute la durée de sa détention. Elle n’a pas reçu ses médicaments indispensables à sa survie. Elle a été abandonnée deux fois, une première fois le 7 octobre et une seconde fois par toutes les organisations qui auraient dû la sauver et prévenir son état d’empirer. »

Les enfants d’Avraham avaient rassemblé tous les médicaments pris par leur mère, avec l’aide de ses médecins, et le frère d’Amano, Uri Rawitz, les a apportés lors d’une réunion avec la Croix-Rouge.

Il a essayé de les donner à la Croix-Rouge, mais « ils ont dit non », a déclaré Amano. « Nous ne pouvons pas. »

La famille a essayé une nouvelle fois de remettre les médicaments à la Croix-Rouge lors d’un rassemblement devant ses bureaux de Tel Aviv, mais en vain.

« Nous devons interpeller la Croix-Rouge », a affirmé Amano. « Que font-ils là s’ils ne servent à rien ? »

Avraham est arrivée à Soroka avec un rythme cardiaque de 40 et une température corporelle de 28°C, a ajouté Amano.

« Nous n’avons aucune idée de la façon dont elle a pu survivre pendant toute cette période », a déclaré Amano, en remerciant l’hôpital pour les soins prodigués et en exprimant l’espoir qu’il parviendrait à maintenir sa mère en vie.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen et les familles des otages de Gaza rencontrant la cheffe du CICR Mirjana Spoljaric Egger à Genève, le 14 novembre 2023. (Crédit : Croix-Rouge internationale)

Le frère d’Amano, Lior Ravitz, a ajouté que tous les otages requéraient des soins médicaux, et que l’état de sa mère était la preuve de la cruauté du Hamas.

Le docteur Haggai Levine a souligné qu’il avait été en contact avec les enfants d’Avraham lorsqu’elle a été emmenée en captivité le 7 octobre, et qu’il était au courant des pathologies dont elle souffrait et des médicaments qu’elle prenait.

« Elle a besoin de ces médicaments pour rester en vie », a déclaré Levine. « C’était une femme qui vivait normalement auparavant et qui aurait pu vivre pendant de nombreuses années. »

Levine a réitéré la demande qu’il a faite à de nombreuses reprises depuis 52 jours, demandant aux dirigeants du monde entier de faire tout ce qui est en leur pouvoir pour parvenir jusqu’aux autres otages, afin de leur fournir les médicaments dont ils ont besoin pour pouvoir vivre.

Dimanche, le conseiller à la Sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan, a semblé confirmer les propos du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui a assuré que la Croix-Rouge rendrait visite aux otages de Gaza qui n’ont pas été libérés dans le cadre de l’accord de trêve temporaire en vigueur.

Sullivan a indiqué que des membres de la Croix-Rouge devraient rendre visite aux otages et transmettre leur état de santé après la libération du quatrième groupe d’otages lundi soir.

« Nous devons sauver les vies qui peuvent l’être », a affirmé Levine.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.