La Hongrie démarre son année culturelle en Israël avec des chants et des danses
Rechercher

La Hongrie démarre son année culturelle en Israël avec des chants et des danses

Budapest a l'intention de conquérir le public israélien avec une cavalcade d'événements : opérettes, ballet, théâtre, art et... du goulasch aussi

Le Budapest Operetta Theater. (Eszter Gordon)
Le Budapest Operetta Theater. (Eszter Gordon)

BUDAPEST – Par un après-midi de février, une troupe de chanteurs et danseurs hongrois de talent se réunit dans un grand bâtiment ancien du centre de la capitale pour une répétition générale, alors qu’une petite foule se presse pour regarder dans l’auditorium principal.

Les lumières s’obscurcissent et un silence s’abat sur le public. L’orchestre se lance dans un riche mélange de mélodies folkloriques et de grands classiques locaux, et l’un après l’autre, une série d’interprètes se succèdent sur scène dans un tourbillon digne d’un vaudeville : de jeunes soldats se mettent à claquer des bottes et à taper du pied dans une suite musicale joyeuse et animée ; une servante vêtue d’habits vaporeux se moque de son seigneur dans une soprano croustillante, riant sur les notes d’une mélodie espiègle ; un baryton en smoking fait des clins d’œil et sourit à la foule alors qu’il chante les plaisirs d’une vie simple ; et un couple chatoyant qui se trémousse et se dandine tout en exaltant les joies d’un voyage dans une lumière fantastique.

C’est coloré, c’est ludique et c’est éblouissant : C’est le Operetta Theater de Budapest, et il fait ses derniers préparatifs pour une série de représentations en Israël le mois prochain.

En effet, l’opérette n’est que le coup d’envoi de huit mois d’événements culturels que la Hongrie organisera pour Israël en 2019 dans le cadre de son Année culturelle hongroise – Danube days – en Israël.

Le Budapest Operetta Theater. (Eszter Gordon)

Les relations israélo-hongroises se sont resserrées ces dernières années et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son homologue hongrois Viktor Orban semblent entretenir des relations particulièrement fortes. Pas plus tard que cette semaine, Orban a annoncé l’ouverture d’un bureau diplomatique à Jérusalem. Cette proximité n’a pas échappé à la critique en Israël – à la fois pour les tendances autoritaires d’Orban et pour son attitude à l’égard de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale de son pays.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban, (à gauche), avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l’hôtel King David à Jérusalem, 19 février 2019. (Amos Ben Gershom)

Mais l’histoire d’amour diplomatique entre les dirigeants est incontestable et aujourd’hui, Budapest espère également conquérir l’opinion publique israélienne en lançant un échange culturel sans précédent avec l’Etat juif, 30 ans après le rétablissement des liens diplomatiques entre les deux nations. Les mois à venir verront donc l’arrivée d’une vingtaine de productions et de plus de 1000 invités qui s’efforceront de donner aux Israéliens de tout le pays un avant-goût de la Hongrie, avec des ballets, opéras, festivals gastronomiques, échanges artistiques et événements nocturnes.

Le Times of Israel faisait partie des médias invités à Budapest au début du mois, tous frais payés, pour assister à une présentation des divers points du programme. Voici quelques-unes des principales attractions :

Un tourbillon de musique

Le Budapest Operetta Theater susmentionné, qui arrive en mars pour quatre représentations à Jérusalem et à Tel Aviv, commencera avec un grand engouement musical.

L’opérette est un précurseur de la comédie musicale moderne – plus légère, plus théâtrale et souvent comique. Bien que les comédies musicales aient remplacé le genre dans de nombreuses parties du monde, les opérettes restent un élément essentiel de la culture hongroise – et peu le font aussi bien que le Budapest Operetta Theater.

Le théâtre, qui a déjà fait des tournées en Israël avec des productions majeures dans le passé, présentera cette fois-ci un gala de ses plus grands succès et de ses meilleurs chefs-d’œuvre par certains des meilleurs interprètes en Hongrie. Les 80 musiciens et chanteurs de l’orchestre du théâtre seront rejoints pour la première fois par l’Ensemble national de danse hongrois ainsi que par un groupe de musique folklorique.

Avec des œuvres des grands auteurs du pays, Emmerich Kálmán et Johann Strauss II, entrecoupées de danses traditionnelles, le spectacle est varié et dynamique et offre un aperçu charmant, coloré et joyeux de la culture hongroise.

Le spectacle sera présenté au Théâtre de Jérusalem les 11 mars et au Tel Aviv Performing Arts Center les 13 et 14 mars. Les billets peuvent être achetés ici.

Une pensée pour la nourriture

La prochaine semaine culinaire hongroise aura lieu du 7 au 12 avril. L’organisateur Ofer Vardi invitera les plus grands chefs et pâtissiers hongrois à partager leur vision moderne et innovante des célèbres plats hongrois.

Ancien journaliste d’origine hongroise basé en Israël, Vardi a transformé son amour pour la cuisine de sa grand-mère en une véritable entreprise, et dirige désormais des circuits gastronomiques à Budapest.

Le Pörkölt, un ragoût de viande hongrois traditionnel dans une sauce au paprika (Autorisation)

« Ces dernières années, la cuisine hongroise a connu une révolution, dit M. Vardi. « De jeunes chefs talentueux mettent leurs propres touches créatives et délicieuses sur des plats classiques… La dernière décennie a vu l’ouverture de plus en plus de lieux offrant des plats frais, surprenants et innovateurs. La capitale Budapest est devenue une destination incontournable pour les gourmets. »

Plusieurs des plus grands restaurants d’Israël accueilleront les cuisiniers en visite, où ils partageront leur expertise et leur vision. La semaine comprendra également des cours de cuisine, des films, des conférences et d’autres événements liés à la culture culinaire hongroise.

Túrógombóc, boulettes au fromage cottage hongrois. (Autorisation)

Les détails seront bientôt disponibles sur le site officiel de l’année culturelle.

Le cinéma Magyar

Au mois de mai, certains des grands moments de l’écran hongrois arriveront dans les plus grandes salles de cinéma d’Israël. Du 12 au 19 mai à Jérusalem, Tel Aviv et Haïfa présenteront les œuvres de certains des plus grands cinéastes du pays, en images réelles et en animation, puis des rencontres avec les créateurs de ces films.

Le film « Curtiz », un drame historique qui retrace l’histoire du célèbre réalisateur juif-hongrois Michael Curtiz alors qu’il s’efforce de terminer son œuvre majeure, « Casablanca », avec la Seconde Guerre mondiale en toile de fond, sera le point fort de cet événement.

Le scénariste-réalisateur Tamas Yvan Topolanszky et la productrice Claudia Sumeghy seront sur place pour présenter le film, qui a remporté le Grand Prix des Amériques 2018 au Montreal World Film Festival.

Topolanszky dit qu’il a été attiré par les extrêmes du personnage. « C’était une personne avec qui il était très difficile de vivre et de travailler… et c’était un génie, d’un autre côté », dit-il.

Au fur et à mesure que l’histoire se déroule, Curtiz se bat pour faire venir sa sœur d’Europe aux Etats-Unis afin de fuir la guerre. « Il a aussi aidé son ex-femme et sa fille qu’il n’a jamais connue à fuir l’Europe. Cette fille décide de le rencontrer à Hollywood et s’attend à ce qu’il soit désormais un père, ce à quoi il n’est manifestement pas préparé. Et ces trois éléments se rencontrent à un moment très intéressant sur le plan politique aux États-Unis parce que la censure s’installe également à Hollywood et que les gens du gouvernement déterminent quel genre de films chaque réalisateur et scénariste peut faire à partir de maintenant », explique Topolanszky.

Ferenc Rofusz, qui a remporté un Oscar pour son court métrage « The Fly » (ci-dessous) en 1981, et Ferenc Varsanyi, lauréat d’un Daytime Emmy pour son travail de mise en scène de la populaire série « Rugrats » des années 90, qui mettra en lumière la scène nationale de l’animation, se rendront également en Israël.

Le scénariste Norbert Köbli parlera de ses films « Demimonde », « The Ambassador to Bern » et « Trezor ».

Le premier est un drame historique qui dépeint la célèbre courtisane Magnas Elza et ses relations complexes et intrigantes avec deux autres femmes à Budapest en 1910. Les deux autres sont des thrillers sur fond de la courte révolution hongroise de 1956 contre le régime soviétique.

Des détails sur les projections de ces films et d’autres seront bientôt disponibles sur le site officiel de l’année culturelle.

Le pays de l’art

La foire annuelle d’art Fresh Paint de Tel Aviv consacrera une partie de son espace de 2019 à la scène artistique hongroise en plein essor. « Focus on Hungary », qui se tiendra du 30 mai au 2 juin, est une initiative conjointe de la foire israélienne et du Art Market Budapest, le plus grand salon d’art moderne d’Europe centrale et orientale.

Art Market Budapest est une foire internationale d’art créée en 2011 pour mettre en valeur les galeries et les artistes nouveaux et émergents.

Le fondateur Attila Ledenyi affirme que le travail avec la Fresh Paint d’Israël dure depuis plusieurs années et qu’il s’agit de la coopération « la plus importante et la plus réussie » de tous les pays partenaires du marché.

« Notre ambition est de trouver des œuvres d’art de qualité qui soient sous-représentées ou moins bien représentées qu’elles ne le devraient sur le marché mondial », explique Ledenyi. « Quand nous sommes allés faire des recherches en Israël, c’est exactement ce que nous avons trouvé : un pays avec un apport artistique incroyable et peu de représentation internationale, à quelques exceptions près. »

Il ajoute que « Fresh Paint en tant que plate-forme locale est très, très forte… La coopération s’est faite naturellement et facilement ».

Il y a deux ans, le Market a proposé à Israël d’être son invité d’honneur à Budapest. « Nous avons eu le plaisir de collaborer avec le Musée d’Israël… avec la collection de Serge Tirosh, pas mal de galeries étonnantes… il y avait une richesse incroyable ».

Les détails seront bientôt disponibles sur le site officiel de l’année culturelle.

Pied à pied

Le Gyor Ballet fondé il y a 40 ans, l’une des principales troupes hongroises qui attire des danseurs de toute l’Europe, se produira à Jérusalem et à Herzliya les 1er et 3 juin respectivement.

La compagnie Gyor Ballet dans « PianoPlays ». (Vera Eder)

Ce sera la quatrième tournée de la compagnie de danse en Israël, et le metteur en scène Janos Kiss est un grand fan. Lors d’un voyage dans la capitale israélienne, il y a quelques années, Kiss s’est tellement épris de la prestation d’un groupe klezmer qu’il a décidé de créer une pièce de ballet sur le thème des instruments juifs traditionnels. Intitulé « Pourim » et suivant l’histoire biblique d’Esther, il a connu un grand succès international.

Cette fois-ci, Kiss et sa compagnie présenteront un concert avec deux œuvres : Le mondialement célèbre « Boléro » de Maurice Ravel, et « PianoPlay – Études d’œuvres de Liszt et Wagner », avec le grand pianiste János Balázs.

« Je suis vraiment heureux que nous puissions revenir [en Israël] », dit Kiss. « C’était une expérience fantastique et mon intention est d’y revenir encore et encore ».

Les billets pour Herzliya sont disponibles ici, et les billets pour Jérusalem ici.

Les bars en ruines

Ces dernières années, Budapest est devenue célèbre pour avoir transformé sa vie nocturne en une forme d’art à part entière, avec son phénomène unique de « ruin bar » [bar en ruines].

Ces lieux incontournables de la ville sont des bâtiments délabrés et décrépis qui sont devenus des lieux culte du grunge, transformant leurs salles et leurs couloirs en une évocation de tout ce qui est usé et abîmé.

Cela ne veut pas dire que le décor est le résultat du hasard – au contraire, chaque morceau de mur craquelé et tagué et chaque tuyauterie apparente sont étudiés, chaque brin d’herbe et feuille de végétation envahissante est méticuleusement conçu.

Désormais, cet incontournable de Budapest va s’installer dans le bar branché Ken Hakukiya de Jaffa pendant 18 jours en juin. Le bar, qui propose de multiples histoires et accueille des événements artistiques, des expositions et des concerts, sera transformé en un bar en ruines du 13 au 30 juin et proposera des événements artistiques, des groupes et DJ israéliens et hongrois, des concerts en direct avec des pubs de Budapest et plus encore.

Tel-Aviv peut certainement tenir le coup quand il s’agit de vie nocturne, et pourtant la tendance des bars en ruines va probablement fournir à la ville une expérience différente de tout ce qui est offert.

La page Facebook de Ken Hakukiya, qui fournit des mises à jour sur les événements, peut être trouvée ici. Les détails seront également bientôt disponibles sur le site officiel de l’année culturelle.

Encore un peu de Hongrie ?

Le 30 juin, le Hungarian National Theater se produira au Festival international de théâtre de Jaffa avec « La Passion de Csíksomlyó », une version contemporaine et revisitée de la mythologie chrétienne.

La Recirquel Contemporary Circus Company de Budapest reviendra en Israël pour des représentations du The Naked Clown, dont les représentations dans le passé ont été un succès, du 19 au 23 juillet à Herzliya.

Le Hungarian National Dance Ensemble présentera son œuvre « Liszt Mosaics », basée sur les œuvres du compositeur Ferenc Liszt, au Karmiel Dance Festival du 2 au 4 août prochain.

Le Hungarian State Opera jouera « The Queen of Sheba », salué par le New York Times lors d’une récente représentation aux Etats-Unis, à Tel Aviv le 10 septembre.

Les 12 et 13 septembre verra l’arrivée de « Wedding Dance », accompagné par « The world’s first klezmer musical », qui raconte l’histoire d’une jeune femme supposée chrétienne en Transylvanie qui découvre ses racines juives.

Du 16 au 18 octobre (coïncidant avec la fête de Souccoth), le port de Tel Aviv accueillera les Hungarian Days [Journées hongroises], un festival de cuisine en plein air et de spectacles de rue sur le quai.

Les événements se termineront par un concert festif à Jérusalem le 23 octobre avec des musiciens et chanteurs israéliens et hongrois se produisant ensemble sur scène.

Le site Web officiel de l’année culturelle, avec tous les détails, devrait être lancé plus tard ce mois-ci. En attendant, sa page Facebook peut être consultée ici.

L’auteur de cet article a été accueilli à Budapest par le gouvernement hongrois et les organisateurs de l’Année culturelle hongroise en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...