Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

La « journée de résistance » contre la réforme du système judiciaire bat son plein

Des activistes bloquent les bureaux du Kohelet Policy Forum ; des marches, des grèves et des retards dans la circulation et les trains sont prévus dans tout le pays

  • Des Israéliens protestant contre les plans du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, devant les bureaux du groupe de réflexion conservateur Kohelet Policy Forum, qui a contribué à la refonte du système judiciaire israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)
    Des Israéliens protestant contre les plans du nouveau gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à réformer le système judiciaire, devant les bureaux du groupe de réflexion conservateur Kohelet Policy Forum, qui a contribué à la refonte du système judiciaire israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)
  • L'entrée des bureaux du Kohelet Policy Forum qui a été bloquée par des manifestants opposés à la refonte du système judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Flash90)
    L'entrée des bureaux du Kohelet Policy Forum qui a été bloquée par des manifestants opposés à la refonte du système judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Flash90)
  • Des manifestants protestent contre la réforme judiciaire, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit: JACK GUEZ / AFP)
    Des manifestants protestent contre la réforme judiciaire, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit: JACK GUEZ / AFP)
  • Des travailleurs du secteur technologique manifestent contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90).
    Des travailleurs du secteur technologique manifestent contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90).
  • Des parents et des enfants bloquent l'artère Namir de Tel Aviv lors de manifestations contre la réforme judiciaire, le 9 mars 2023. (Autorisation)
    Des parents et des enfants bloquent l'artère Namir de Tel Aviv lors de manifestations contre la réforme judiciaire, le 9 mars 2023. (Autorisation)
  • Des manifestants bloquant une artère principale lors de manifestations contre la réforme du système judiciaire, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Autorisation)
    Des manifestants bloquant une artère principale lors de manifestations contre la réforme du système judiciaire, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Autorisation)
  • L'entrée des bureaux du Kohelet Policy Forum qui a été bloquée par des manifestants opposés à la refonte du système judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Flash90)
    L'entrée des bureaux du Kohelet Policy Forum qui a été bloquée par des manifestants opposés à la refonte du système judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Flash90)
  • Des employés de la high-tech manifestant contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
    Des employés de la high-tech manifestant contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
  • Des Israéliens protestant contre la réforme du système judiciaire du gouvernement, à l'une des entrées de l'aéroport Ben Gurion, le 9 mars 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
    Des Israéliens protestant contre la réforme du système judiciaire du gouvernement, à l'une des entrées de l'aéroport Ben Gurion, le 9 mars 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
  • "Obligés de s'opposer à la dictature", lit-on sur la bannière contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Ramat Gan, le 8 mars 2023. 
 (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
    "Obligés de s'opposer à la dictature", lit-on sur la bannière contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Ramat Gan, le 8 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Les routes sont bloquées dans tout le pays ce jeudi matin, alors que les manifestants ont donné le coup d’envoi d’une « journée de résistance » contre les projets de réforme judiciaire du gouvernement.

Des marches, des grèves temporaires sur les lieux de travail, le blocage des principales artères, l’interruption des services ferroviaires et des rassemblements devant les domiciles des hauts responsables du gouvernement sont au programme de cette journée.

L’action de jeudi a commencé par des marches organisées par des parents et des enfants, partant des écoles et convergeant ensuite vers des points de rencontre dans tout le pays.

La police a indiqué qu’un certain nombre de routes et d’échangeurs importants avaient été bloqués, en particulier dans la région du centre et à Tel-Aviv. Les automobilistes ont été avertis qu’ils devaient s’attendre à des perturbations tout au long de la journée et un certain nombre d’entreprises, dont le géant des supermarchés Shufersal, ont déclaré qu’elles ne seraient pas en mesure d’assurer les livraisons.

Un certain nombre de personnes ont été arrêtées à Tel Aviv et à Raanana pour avoir prétendument causé des troubles à l’ordre public.

Des Israéliens protestent contre le projet de réforme judiciaire du gouvernement israélien, à Tel Aviv, le 9 mars 2023. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Des dizaines de milliers de personnes ont participé à plusieurs rassemblements à Tel Aviv, la police empêchant les manifestants de bloquer l’autoroute Ayalon, qui était de toute façon fermée à plusieurs échangeurs.

Des rassemblements ont eu lieu devant les domiciles d’un certain nombre de législateurs, notamment la résidence du président de la Knesset, Amir Ohana, à Tel-Aviv.

Des manifestants ont bloqué le trafic maritime dans le port de Haïfa, affirmant que « dans une dictature, la mer est fermée ».

« Depuis des décennies, nous naviguons jour et nuit et nous gardons la principale ligne de vie de l’État d’Israël », a déclaré le groupe de manifestants Frères d’armes.

Des Israéliens sur des bateaux protestent contre la réforme judiciaire prévue par le gouvernement, en mer au large de Haïfa, dans le nord d’Israël, le 9 mars 2023. (Crédit : Shir Torem/Flash90).

« Nous, soldats de réserve, dans les navires lance-missiles et les navires de sécurité de routine, les équipages de sous-marins et les commandos de marine depuis des générations, travaillons encore aujourd’hui pour maintenir ouvertes les frontières maritimes de l’État d’Israël et ses voies de navigation », a déclaré le groupe.

« Nous avons choisi de perturber les opérations du port de Haïfa pour demander clairement au gouvernement israélien de mettre fin à ce voyage incontrôlé qui fera échouer l’État d’Israël », a ajouté le groupe.

Un certain nombre d’anciens officiers supérieurs de la marine ont participé à la manifestation.

À Jérusalem, des militants ont placé des sacs de sable et des barbelés à l’entrée des bureaux du Forum Kohelet, un groupe de réflexion conservateur très impliqué dans la tentative controversée du gouvernement de réformer le système judiciaire.

La police a déclaré que six personnes ont été arrêtées pour être interrogées sur l’incident, qui a été mené par un groupe lié aux réservistes militaires qui s’opposent à la réforme.

L’entrée des bureaux du Kohelet Policy Forum qui a été bloquée par des manifestants opposés à la refonte du système judiciaire prévue par le gouvernement israélien, à Jérusalem, le 9 mars 2023. (Crédit : Flash90)

Le programme et l’itinéraire des manifestations ont été détaillés sur un site web et une carte dédiés (en hébreu), les organisateurs promettant « de nombreuses surprises », indiquant que d’autres actions étaient prévues mais n’avaient pas été annoncées publiquement.

« C’est un devoir civique de résister à la dictature et c’est le seul moyen de ramener Israël sur la voie de la démocratie. Il s’agit d’une grande bataille pour l’indépendance des citoyens israéliens contre la tyrannie qui détruira ce que nous avons construit ici depuis plus de 70 ans. Nous appelons l’ensemble du public à participer aux manifestations », ont déclaré les organisateurs dans un communiqué.

Les organisateurs de la manifestation ont spécifiquement appelé les manifestants à bloquer les routes autour de l’aéroport Ben Gurion lorsque Netanyahu et son épouse sont censés décoller pour l’Italie.

L’organisation de ce voyage a été compliquée lorsque la compagnie nationale El Al n’a pas été en mesure de trouver un équipage pour le vol du Premier ministre – un problème imputé à la pénurie d’équipages, mais qui pourrait également avoir été influencé par la colère croissante de l’opinion publique à l’égard du gouvernement.

Un grand rassemblement à Tel Aviv devait partir de la place Habima. En outre, des manifestations de travailleurs du secteur technologique étaient prévues dans 15 endroits du pays.

La police a déclaré qu’elle se préparait à ces manifestations et 3 000 policiers seront déployés dans tout le pays.

Les autorités ont prévenu que les automobilistes qui causeraient intentionnellement des problèmes de circulation s’exposeraient à des amendes de 500 shekels et que ceux qui abandonneraient leur voiture sur la route pourraient se la voir confisquée.

Le ministre de la Sécurité nationale d’extrême droite, Itamar Ben Gvir, a déclaré qu’il donnerait des instructions à la police pour garantir la liberté d’expression, « mais l’aéroport Ben Gurion et les principales artères de transport sont interdits d’accès ».

« Nous ne permettrons pas l’anarchie », a-t-il ajouté. Ben Gvir a demandé à la police de faire preuve de fermeté à l’égard des manifestants anti-révision judiciaire qui bloquent les routes et que lui et d’autres membres du gouvernement et leurs alliés ont qualifiés de « terroristes » et d' »anarchistes ».

Le commissaire de police Kobi Shabtai a déclaré que la police garantirait le droit de manifester, mais qu’il n’y aurait « aucune tolérance pour les émeutes, les dégâts matériels, les dommages aux symboles de l’État et les troubles à l’ordre public ».

« Nous n’autoriserons pas les blocages de routes qui n’ont pas été coordonnés et approuvés à l’avance. Tout le monde est prié de suivre la loi et de respecter le travail des officiers et des policiers sur le terrain », a-t-il déclaré.

Le chef de la police du district central, Avi Bitton, a averti mercredi soir que le blocage des routes menant à l’aéroport pourrait « aboutir à un désastre », craignant que les forces de l’ordre ne soient empêchées par les manifestants de répondre à d’éventuels incidents de sécurité sur l’aérodrome.

L’autorité aéroportuaire israélienne (IAA) a appelé les voyageurs quittant le pays à arriver tôt à l’aéroport Ben Gurion pour leurs vols de jeudi, en prévision des perturbations. L’IAA a recommandé à ceux qui le pouvaient d’arriver en train et a invité les voyageurs à se mettre en relation avec les compagnies aériennes qui assurent leurs voyages.

Les manifestations prévues ont déjà semblé avoir un impact sur le programme de la visite en Israël du secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin. Austin devait initialement arriver en Israël mercredi. Au lieu de cela, il arrivera jeudi et rencontrera le ministre de la défense Yoav Gallant au siège d’Israel Aerospace Industries, adjacent à l’aéroport, avant de repartir.

En outre, une cérémonie au cours de laquelle le président Isaac Herzog devait recevoir les lettres de créance d’un certain nombre de nouveaux ambassadeurs a été annulée. L’événement devait se dérouler à la résidence du président à Jérusalem, où se déroulent un certain nombre de manifestations.

Mercredi, des dizaines de milliers de femmes à travers le pays ont formé une chaîne humaine pour marquer la Journée internationale de la femme et l’impact que la réforme judiciaire pourrait avoir sur les droits des femmes. Vêtues de T-shirts rouges, les femmes se sont rassemblées à des dizaines de points de rencontre, brandissant des pancartes portant des slogans tels que « Les droits des femmes ne seront pas bafoués sous nos yeux ».

Des centaines de femmes vêtues de rouge marquent la Journée internationale de la femme et manifestent contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement israélien, sur la plage de Tel Aviv, le 8 mars 2023. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Les critiques ont déclaré que les propositions de la coalition affaibliraient le caractère démocratique d’Israël, supprimeraient un élément clé de son système d’équilibre des pouvoirs et laisseraient les minorités sans protection. Les partisans de la coalition ont déclaré qu’il s’agissait d’une réforme indispensable pour maîtriser une cour activiste.

La semaine dernière, les manifestants ont organisé une « journée de perturbation » dans tout le pays, avec un rassemblement phare à Tel-Aviv qui a bloqué un carrefour important de la ville. La police a fait appel à des policiers à cheval, à des canons à eau et à des grenades incapacitantes pour les disperser. Les forces de l’ordre ont été critiquées pour la brutalité avec laquelle elles ont traité les manifestants, notamment un officier qui a lancé une grenade assourdissante dans une foule. Une enquête a été ouverte sur les agissements de ce policier.

Voici le programme des principales activités de protestation prévues jeudi, tel qu’annoncé par les organisateurs :

  • 7 heures : Des convois de protestation composés de véhicules agricoles quittent les communautés agricoles du pays.
  • 8 heures : Manifestations de parents et d’étudiants devant des dizaines d’écoles à travers le pays.
  • 8 heures : la marche « Israël ne sera pas une dictature » part du carrefour Namir-Yehuda Maccabi à Tel-Aviv et se rend à la place de Milan pour la signature de la déclaration d’indépendance.
  • 9 h 15 : Un convoi d’anciens combattants handicapés de Tsahal partira de différents endroits pour se rendre au terminal 1 de l’aéroport Ben Gurion.
  • 10h30 : Des manifestants arriveront avec leurs véhicules et circuleront lentement autour de l’aéroport Ben Gurion, perturbant ainsi la circulation.
  • 11 heures : Manifestations d’employés du secteur de la technologie dans tout le pays.
  • 11 heures : une marche partira de la place Habima de Tel Aviv en direction de la rue Kaplan.
  • 16 h 30 : rassemblement devant le domicile du ministre de l’Economie, Nir Barkat, à Jérusalem.
  • 17 heures : Manifestation « jour de rage » à la jonction de Karkur, dans le nord du pays.
  • 18 heures : rassemblement devant le domicile du ministre de la Justice, Yariv Levin, dans la ville de Modiin.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.