La police interdit une conférence de l’AP à Jérusalem sur les ventes de terres aux Juifs
Rechercher

La police interdit une conférence de l’AP à Jérusalem sur les ventes de terres aux Juifs

Le ministre de la Sécurité intérieure dit souhaiter "empêcher toute tribune politique des Palestiniens dans la capitale"

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Les forces de l'ordre israéliennes dans le village d'al-Ram en Cisjordanie, durant la fermeture des bureaux aui auraient été utilisés par l'AP pour suivre les transactions immobilières entre Palestiniens et juifs, le 14 mars 2017. (Crédit : AFP PHOTO/Ahmad Gharabli)
Les forces de l'ordre israéliennes dans le village d'al-Ram en Cisjordanie, durant la fermeture des bureaux aui auraient été utilisés par l'AP pour suivre les transactions immobilières entre Palestiniens et juifs, le 14 mars 2017. (Crédit : AFP PHOTO/Ahmad Gharabli)

Mercredi, la police israélienne a fait perquisitionner un hôtel de Jérusalem Est pour supprimer un événement sponsorisé par l’Autorité palestinienne, car il a été interdit par les autorités israéliennes d’organiser des événements politiques dans la ville.

La conférence, qui devait se tenir à l’hôtel St George, était intitulée « Les dotations religieuses musulmanes et chrétiennes à Jérusalem ».

Elle devait aborder la question des habitants arabes de Jérusalem Est qui vendent leurs terres aux Juifs israéliens.
« Je continuerai à agir avec vigueur pour empêcher toute tribune politique des Palestiniens à Jérusalem », a déclaré le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan à la Deuxième chaîne.

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan s'exprime lors des funérailles du policier druze israélien Kamil Shnaan dans le village de Hurfeish, situé dans le nord du pays, le 14 juillet 2017 (Crédit : Basel Awidat/Flash90)
Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan s’exprime lors des funérailles du policier druze israélien Kamil Shnaan dans le village de Hurfeish, situé dans le nord du pays, le 14 juillet 2017 (Crédit : Basel Awidat/Flash90)

« L’activité de l’Autorité palestinienne contre les implantations à Jérusalem Est fait partie d’un plan visant à miner notre souveraineté sur l’ensemble de Jérusalem », a déclaré Erdan, affirmant que ces activités incluent « l’intimidation d’Arabes qui vendent des propriétés aux Juifs dans la ville ».

Israël a interdit à l’Autorité palestinienne de mener des affaires officielles à Jérusalem Est en 2001 dans le cadre de l’Accord d’Intérim entre Israéliens et Palestiniens en 1995 sur la Cisjordanie et la bande de Gaza. Cet accord stipule qu’il est interdit à l’AP d’opérer en territoire israélien.

Ziad Khalil Abu Zayyad, un porte-parole du parti Fatah qui contrôle l’AP, a déclaré qu’il n’avait pas entendu parler de l’événement à l’hôtel St George, ni de son interdiction par la police.

Adnan al-Husseini, le ministre des Affaires de Jérusalem nommé par l’AP, n’était pas disponible pour commenter l’événement.

Les images publiées par le réseau d’information palestinien Al Quds montraient des véhicules de police israélienne devant l’hôtel et une scène calme à l’intérieur du centre de conférence.

Selon le reportage de la Deuxième chaîne, la police a entendu parler de la conférence à la suite de la vente de biens immobiliers dans la ville, mais elle n’a pas précisé de quelle vente il s’agissait.

Les Palestiniens sont furieux des récentes ventes de larges parcelles de terre aux Juifs israéliens par l’Eglise Orthodoxe grecque.

La police a déclaré que l’événement était sponsorisé par l’AP et que devaient y participer plusieurs officiels de l’AP qui avaient auparavant occupé des positions importantes dans la Maison d’Orient, le quartier général à Jérusalem de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), fermée il y a des années par Israël.

Parmi ces responsables se trouvaient le docteur Halil Tufkaji, l’ancien chef du Département cartographique à l’Orient House ; Mazen Ja’abari, le chef du Département du Développement de la Jeunesse Palestinienne à Jérusalem ; et Abdul al-Qader Husseini, le fils du défunt Faisal Husseini, le directeur d’autrefois de l’Orient House.

En mai, la police israélienne avait brièvement fermé un centre cartographique palestinien dans le village de Cisjordanie d’al-Ram après en être venu à la conclusion, par erreur, qu’il était situé à Jérusalem. La police affirmait que le centre était utilisé par l’Autorité palestinienne pour surveiller les ventes de terre aux Juifs par les Palestiniens.

A l’époque, Saeb Erekat, officiel palestinien de haut rang, avait condamné l’interdiction comme étant « illégitime » et « provocatrice », la qualifiant de tentative d’Israël « d’éradiquer tout Palestinien » de Jérusalem.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...