L’AP muette au sujet de la reprise des relations entre le Maroc et Israël
Rechercher

L’AP muette au sujet de la reprise des relations entre le Maroc et Israël

Le Hamas et le Jihad islamique de Gaza fustigent un accord "odieux", un "péché politique" s'apparentant à une "trahison" ; le roi marocain a assuré à Abbas son soutien

Le roi du Maroc Mohammed 6, à droite, rencontre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à gauche, à New York, le 22 septembre 2010. (Crédit : AP/Royal Palace/HO/Maroccan Royal Palace)
Le roi du Maroc Mohammed 6, à droite, rencontre le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, à gauche, à New York, le 22 septembre 2010. (Crédit : AP/Royal Palace/HO/Maroccan Royal Palace)

L’information portant sur un accord négocié par les Américains entre Israël et le Maroc sur le rétablissement des liens entre les deux pays a rapidement fait les gros titres dans le monde entier, dans la soirée de jeudi.

Mais les téléspectateurs de la chaîne de télévision officielle de l’Autorité palestinienne n’en ont pourtant pas entendu parler au cours du journal télévisé d’une heure et les responsables de Ramallah sont restés muets sur le sujet.

De leur côté, les principaux adversaires de l’Autorité palestinienne, les groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien, ont fustigé la décision prise par le Maroc de rétablir les relations avec Israël dans un accord qui a été négocié par le président américain sortant Donald Trump.

Le Hamas et le Jihad islamique ont qualifié cette initiative de reprise des liens avec Israël – c’est le quatrième pays à le faire, ces derniers mois – de « trahison ».

« Le rétablissement des liens par le Maroc avec l’occupation israélienne est une trahison de Jérusalem et de la Palestine », a commenté le Jihad islamique. « Nous avons la certitude que les Marocains refuseront ce rétablissement des liens. »

« Le Hamas condamne la déclaration entre les Marocains et les Sionistes de la reprise des liens entre eux, une initiative odieuse et indigne de la part du Maroc et qui n’exprime pas la volonté du peuple-frère du Maroc qui a défendu et qui défend encore la Palestine, Jérusalem et Al-Aqsa dans toutes les circonstances », a indiqué le groupe terroriste de la bande de Gaza.

Le roi marocain Mohammed VI salue la foule à son arrivée à la session d’ouverture du parlement marocain à Rabat, le vendredi 12 octobre 2018. (Crédit : AP Photo/Abdeljalil Bounhar)

Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a qualifié la décision du Maroc de « péché politique ».

« Ce péché ne sert pas la cause palestinienne et l’occupation exploite tous les actes de ce type pour renforcer ses politiques agressives contre notre peuple », a dit Qassem.

Trump a annoncé, jeudi, qu’Israël et le Maroc avaient convenu d’établir des relations diplomatiques pleines et entières. Dans le cadre de l’annonce, Trump a expliqué que les Etats-Unis reconnaîtraient la revendication marocaine sur la région disputée du Sahara occidental – une ambition de longue date du royaume qui considère le contrôle de ce territoire comme un intérêt essentiel pour le pays.

Vendredi matin, l’Autorité palestinienne, basée à Ramallah, devait encore transmettre un communiqué sur l’accord.

Le Times of Israël a tenté d’entrer en contact plusieurs hauts-responsables de l’AP pour obtenir un commentaire, en vain. Un haut-responsable de l’Organisation de libération de la Palestine, Bassem al-Salhi, a déclaré à Reuters que l’accord était « inacceptable » et qu’il contrevenait à l’Initiative de paix arabe, qui conditionnait une telle reprise des liens à la mise en place d’un état palestinien indépendant.

La cour marocaine a annoncé, jeudi soir, que le roi Mohammed VI avait appelé le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pour l’informer de la décision du rétablissement des relations et du soutien continu de son pays à la cause palestinienne.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas s’exprime dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 3 septembre 2020. (Alaa Badarneh/Pool/AFP)

Lors de cet échange avec Abbas, Mohammed VI a vivement rejeté l’idée qu’il avait vendu la cause palestinienne contre un intérêt essentiel du Maroc – la souveraineté sur le Sahara occidental.

« Sa majesté a souligné que le Maroc placera toujours la cause palestinienne au même niveau que la question du Sahara et que le travail mené par le Maroc en faveur de la consolidation de son identité marocaine ne sera jamais, ni aujourd’hui, ni à l’avenir, au détriment du combat des Palestiniens pour leurs droits légitimes », a noté le souverain dans un communiqué.

Il n’y a pas eu de commentaire officiel sur cet entretien téléphonique de la part de Ramallah.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...