Israël en guerre - Jour 196

Rechercher

L’armée de l’air israélienne frappe une batterie anti-aérienne en Syrie

L'attaque contre le système de défense et les "cibles supplémentaires" sont une réponse au lancement de missiles depuis la Syrie ; aucune mention de frappes israéliennes à Homs

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le nez de ce qui semble être un missile anti-aérien S-200, lancé depuis la Syrie, après avoir explosé au-dessus d'Israël et atterri dans la ville méridionale de Rahat, le 1er juillet 2023. (Autorisation)
Le nez de ce qui semble être un missile anti-aérien S-200, lancé depuis la Syrie, après avoir explosé au-dessus d'Israël et atterri dans la ville méridionale de Rahat, le 1er juillet 2023. (Autorisation)

L’armée israélienne a déclaré que des avions de chasse avaient frappé une batterie de défense aérienne syrienne tôt dimanche en réponse à un missile anti-aérien lancé depuis le système plus tôt dans la nuit et qui a explosé dans l’espace aérien israélien.

Le lancement depuis la Syrie s’est produit plus tôt alors que l’armée de l’air israélienne aurait effectué des frappes aériennes près de la ville de Homs. L’agence de presse d’État syrienne, SANA, a déclaré que l’armée de l’air israélienne avait ciblé un certain nombre de sites, causant des « pertes matérielles » non précisées. SANA a déclaré que les défenses aériennes syriennes ont répondu à « l’agression israélienne ».

Tsahal a déclaré tôt dimanche matin que les avions de l’armée de l’air avaient attaqué la batterie anti-aérienne à la suite du lancement et avaient également touché « des cibles supplémentaires dans la région ».

Il n’y a encore eu aucun commentaire des autorités syriennes sur les frappes de représailles.

Tsahal a déclaré que le missile anti-aérien lancé depuis la Syrie « a explosé en l’air dans l’espace aérien israélien ». Elle n’a pas reconnu les frappes antérieures près de Homs attribuées à Israël.

Des éclats d’obus du missile syrien ont atterri dans la ville méridionale de Rahat, causant de légers dégâts à un bâtiment, mais aucun blessé.

Des spécialistes de la police et du Corps du Génie Militaire de Tsahal sont intervenus sur les lieux pour retirer les gros éclats d’obus, ont indiqué des responsables.

Tsahal a déclaré qu’il n’y avait pas d’instructions spéciales pour les civils à la suite de l’incident.

Des habitants du centre et du sud d’Israël ont rapporté avoir entendu une grande explosion et des éclats d’obus provenant de ce qui semblait être des parties d’un missile sol-air d’un système S-200 de fabrication russe atterri à Rahat, ont montré des images.

La ville est située à environ 230 kilomètres de la frontière entre Israël et la Syrie et à 415 kilomètres de Homs.

Le nez du missile s’est écrasé sur le côté d’un bâtiment, causant de légers dégâts, et la queue a atterri dans un champ ouvert près de la ville.

Aucune sirène n’a retenti en Israël après que le missile syrien est entré dans l’espace aérien israélien.

Bien que cela soit rare, les missiles sol-air syriens tirés sur des avions de chasse israéliens ont par le passé causé des dégâts et déclenché des sirènes en Israël lorsqu’ils pénétraient dans l’espace aérien israélien.

En février 2022, des sirènes ont retenti dans le nord d’Israël et dans certaines implantations de Cisjordanie après qu’un missile de défense aérienne syrien a explosé au-dessus de la région, faisant pleuvoir des éclats d’obus. Lors de deux incidents distincts en 2021, des éclats d’obus de missiles S-200 ont atterri à Tel Aviv et dans la communauté méridionale d’Ashalim.

Dans un cas similaire en 2019, un missile syrien S-200 qui a été tiré sur un avion israélien s’est écrasé dans le nord de Chypre, provoquant une grande explosion et déclenchant un incendie.

En 2018, un avion de chasse F-16 de l’armée de l’air s’est écrasé dans le nord d’Israël après avoir été touché par des éclats d’un missile anti-aérien syrien. Les deux pilotes ont survécu.

Israël a régulièrement accusé l’armée syrienne de tirer sauvagement un grand nombre de missiles anti-aériens en réponse à ses frappes.

Bien que l’armée israélienne ne fasse généralement pas de commentaires sur des frappes spécifiques en Syrie, elle a admis avoir effectué des centaines de sorties contre des groupes soutenus par l’Iran qui tentent de s’implanter dans le pays depuis dix ans.

Un missile intercepteur S-200 exposé au Musée de l’armée de l’air ukrainienne. (Crédit : Georges Chernilevsky/Wikimedia/CC BY-SA 3.0)

L’armée israélienne dit qu’elle attaque également les cargaisons d’armes censées être destinées à ces groupes, dont le principal est le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah. De plus, les frappes aériennes attribuées à Israël ont ciblé à plusieurs reprises les systèmes de défense aérienne syriens.

La dernière frappe israélienne signalée en Syrie a eu lieu le 14 juin, lorsqu’un soldat syrien a été grièvement blessé après que des avions de l’armée de l’air ont frappé un site près de la capitale Damas.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.