Rechercher

L’armée ferme une librairie de Naplouse utilisée pour fabriquer des explosifs

Le magasin aurait été utilisé par une cellule du Hamas démantelée en décembre ; l’armée a aussi perquisitionné le domicile du terroriste de Jérusalem

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

L’armée israélienne a fermé dimanche matin une librairie du nord de la Cisjordanie, qui aurait été utilisée comme atelier de fabrication d’explosifs par une cellule du Hamas et démantelée en fin d’année dernière, a-t-elle annoncé.

Dans les premières heures de la matinée de dimanche, les troupes sont arrivées dans la ville palestinienne de Naplouse pour, dans le cadre de l’opération de démantèlement de la cellule de décembre 2016, fermer un magasin utilisé par le groupe de terroristes.

Selon l’armée, la cellule de 20 hommes utilisait la librairie pour fabriquer des explosifs pour des attaques terroristes prévues à Jérusalem et Haïfa, et pour imprimer des documents « illicites ».

En décembre, l’armée et le Shin Bet avaient arrêté les membres de la cellule, qui « se préparaient, à un stade avancé, à mener des attentats suicides mortels », avait alors annoncé le Shin Bet.

Membres présumés d'une cellule terroriste du Hamas de la région de Naplouse, en Cisjordanie, démantelée en décembre 2016 par le Shin Bet. (Crédit : Shin Bet)
Membres présumés d’une cellule terroriste du Hamas de la région de Naplouse, en Cisjordanie, démantelée en décembre 2016 par le Shin Bet. (Crédit : Shin Bet)

Les suspects ont avoué aux enquêteurs qu’entre mai et août 2016, ils avaient mis en place un laboratoire à Naplouse, et produit plus de sept kilogrammes de TATP, un explosif qu’ils avaient l’intention d’utiliser pour des attentats suicides à Jérusalem, à Haïfa, et dans des gares routières de tout le pays.

Ils s’étaient aussi procuré des fusils d’assaut M-16 pour attaquer des civils israéliens, et recruté quatre terroristes kamikazes. La cellule terroriste était soutenue par un large réseau de partisans qui l’aidaient à acquérir et à stocker des armes, à transférer des fonds et à cacher des personnes recherchées, a indiqué le Shin Bet.

Dans la nuit de samedi à dimanche, l’armée a également perquisitionné le domicile du nord de la Cisjordanie d’un terroriste qui a poignardé trois personnes à Jérusalem samedi après-midi.

Ahmad Jazal, 17 ans, de Sebastia, a poignardé deux jeunes juifs dans la Vieille Ville avant de fuir, poursuivi par la police. Il a ensuite poignardé un des policiers avant d’être abattu.

Bombes artisanales saisies au domicile d'un prisonnier palestinien à Jénine, en Cisjordanie, le 31 mars 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Bombes artisanales saisies au domicile d’un prisonnier palestinien à Jénine, en Cisjordanie, le 31 mars 2017. (Crédit : unité des porte-paroles de l’armée israélienne)

Vendredi soir, des soldats israéliens ont découvert à Jénine une réserve de bombes artisanales dans la maison d’un Palestinien qui avait été arrêté le mois dernier pendant qu’il jetait des explosifs sur une route voisine, au carrefour al-Jalma, a annoncé l’armée.

D’autre part, en Cisjordanie, les troupes israéliennes ont arrêté cinq Palestiniens dimanche matin. Ils sont suspectés d’avoir jeté des pierres ou participé à des manifestations violentes.

Trois personnes ont été arrêtées à Bayt Umar, au nord de Hébron, une à Beit Fajjar, au nord est de Hébron, et la cinquième à Bayt Sahour, près de Bethléem.

Ilan Ben Zion a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...