Israël en guerre - Jour 253

Rechercher

L’art abstrait, forme de catharsis pour un ancien des forces spéciales israéliennes

David Roytman tire des balles sur de la peinture pour former des motifs sur la toile. Selon lui, ce processus créatif l’aide à faire face aux traumatismes nés des combats

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

  • "Letters of the universe," par David Roytman. (Autorisation)
    "Letters of the universe," par David Roytman. (Autorisation)
  • "Abstraction" de David Roytman. (Autorisation)
    "Abstraction" de David Roytman. (Autorisation)
  • “Vladimir Zeev Jabotinsky” de David Roytman. (Autorisation)
    “Vladimir Zeev Jabotinsky” de David Roytman. (Autorisation)
  • L’artiste David Roytman dans sa nouvelle galerie à New York, le 15 mars 2023. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)
    L’artiste David Roytman dans sa nouvelle galerie à New York, le 15 mars 2023. (Crédit : Luke Tress/Times of Israel)
  • "Abstraction," de David Roytman. (Autorisation)
    "Abstraction," de David Roytman. (Autorisation)

NEW YORK – Un ex-soldat des forces spéciales transforme traumatismes et armes de guerre en outils au service d’un art abstrait inspiré de thèmes juifs et israéliens.

David Roytman est né à Odessa, en Ukraine, et a grandi au sein de la communauté juive de la ville.

Amateur d’art, il a étudié la peinture et la sculpture.

Il s’est établi en Israël à l’âge de 10 ans et a été tireur d’élite dans la célèbre unité de l’armée Duvdevan pendant son service militaire.

En 2002, quatre mois après sa libération, on le rappelle pour combattre à Jénine, en Cisjordanie, lors de l’opération Bouclier défensif, opération majeure de la seconde Intifada.

Quelques années plus tard, il combat en tant que réserviste lors de la deuxième guerre du Liban.

Roytman devient ensuite éducateur, avant de se lancer dans les affaires, mais il cherche toujours un exutoire créatif aux traumas hérités de son service militaire.

Il revient alors à ses premières amours, la peinture, mais à sa manière.

« Symbole de paix », acrylique multicolore sur toile blanche, par David Roytman. (Autorisation)

« J’ai essayé toutes sortes de méthodes. J’ai improvisé, et au final, j’ai eu cette idée, que j’ai testée », explique-t-il au Times of Israel dans sa nouvelle galerie, à New York, à l’occasion d’une récente interview.

Il remplit des sacs de peinture, qu’il suspend devant une toile vierge, puis tire à balles réelles sur les sacs pour faire jaillir la peinture et faire émerger des motifs abstraits.

« Il m’a fallu près de six mois pour bien le faire : ce n’était pas évident au début, savoir comment positionner la toile, appliquer la peinture », dit-il.

« Il était important pour moi de trouver le moyen de faire face au stress post-traumatique et à tout ce que je portais. C’est la façon créative que j’ai trouvée. »

« C’est une bonne méthode, sans agressivité », ajoute-t-il.

« Au lieu de détruire avec un [fusil] M4, je m’en sers pour créer. »

Certaines peintures sont purement abstraites, avec des couleurs vibrantes qui éclaboussent des fonds immaculés, blancs ou noirs.

Roytman a également développé une méthode de pochoir qui lui permet de représenter des lettres de l’alphabet hébreu, des symboles juifs et des icônes communautaires, à l’image de Zeev Jabotinsky, Menahem Begin ou encore le rabbin Menachem Mendel Schneerson.

L’impact des balles est visible sur les toiles, qui comptent chacune une dizaine de trous.

« Peindre, c’est mettre de la peinture sur une toile. La manière dont vous le faites – avec une brosse, les doigts, la main ou un fusil de sniper – est une question de choix », dit-il.

Il dit que sa peinture relève de la philosophie « Faites de l’art, pas la guerre ».

L’artiste israélien David Roytman, à gauche, montre une toile au maire de New York, Eric Adams, à droite, à New York, le 12 mars 2023. (Autorisation)

Il dirige aujourd’hui plusieurs galeries dans lesquelles il vend ses créations, en plus de ses produits « Luxury Judaica », avec kippot, mezouzot et d’autres articles haut de gamme.

Il crée ses peintures dans des champs de tir en Israël et en Ukraine, où il a également un atelier qui produit certains de ses produits.

Il est par ailleurs impliqué dans des projets communautaires pour les enfants.

L’ouverture de sa nouvelle galerie, ce mois-ci, dans le quartier de Soho à Manhattan, s’est faite en présence du maire de New York, Eric Adams, et de l’ex-consul général d’Israël à New York, Asaf Zamir.

« C’est très inspirant de voir quelqu’un se servir de son expérience militaire pour en faire de l’art », a déclaré Adams.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.