Le chef de l’armée se rendra en Pologne pour Yom HaShoah
Rechercher

Le chef de l’armée se rendra en Pologne pour Yom HaShoah

Malgré les tensions à la frontière nord, Eizenkot participera à une cérémonie au camp de la mort de Birkenau aux côtés du président Rivlin et de hauts responsables sécuritaires

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Gadi Eizenkot, chef d'Etat-major de l'armée israélienne, mène une délégation militaire au camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau avant Yom HaShoah, le 23 avril 2017 (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)
Gadi Eizenkot, chef d'Etat-major de l'armée israélienne, mène une délégation militaire au camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau avant Yom HaShoah, le 23 avril 2017 (Crédit : unité des porte-paroles de l'armée israélienne)

Le chef des Forces de défense israéliennes, Gadi Eizenkot, se rendra en Pologne jeudi pour participer à une cérémonie célébrant le jour du souvenir de l’Holocauste, malgré les tensions persistantes à la frontière nord d’Israël, a confirmé l’armée mercredi.

Ce sera la deuxième fois qu’Eizenkot participera à la « Marche des vivants ». Cette année, le voyage sera dirigé par le président Reuven Rivlin. Les responsables du Mossad, l’agence israélienne des renseignements, et du Shin Bet, le service de sécurité intérieure, seront également présents.

Certaines sources ont néanmoins émis l’hypothèse que Eizenkot pourrait annuler sa présence à ce voyage en raison des conditions sécuritaires à la frontière nord du pays, qui se sont aggravées à la suite d’une frappe aérienne attribuée à l’armée israélienne sur une base aérienne syrienne lundi.

Jeudi, Rivlin mènera plus de 10 000 personnes pour une marche de trois kilomètres depuis le camp de concentration d’Auschwitz jusqu’au camp d’extermination de Birkenau où se trouvaient les chambres à gaz et les crématoires.

Les nazis ont tué environ 1,1 million de personnes dans le camp, principalement des Juifs, mais aussi des Russes, des Roms, des Polonais et d’autres étrangers.

Le Jour du souvenir de l’Holocauste est commémoré chaque année par Israël et par les Juifs du monde entier et se déroule le 27e jour du mois juif de Nissan. Il tombe exactement une semaine avant le Jour de l’indépendance d’Israël, qui se déroule le cinquième jour du mois juif d’Iyar.

Le tir survenu avant l’aube lundi en Syrie aurait tué 14 personnes. Les médias iraniens ont rapporté qu’au moins sept membres de l’armée iranienne se trouvaient parmi les victimes.

La Syrie, la Russie et l’Iran ont tous déclaré qu’Israël était derrière l’attaque. Des responsables américains anonymes ont également affirmé que leurs homologues israéliens les avaient informés à l’avance de l’attaque.

Israël a refusé de commenter la situation, restant fidèle à sa politique d’ambiguïté concernant les frappes aériennes qui ont lieu à l’extérieur des frontières du pays.

Les responsables israéliens ne semblaient pas prendre la menace d’une attaque de représailles à la légère – que ce soit par l’Iran, ou son mandataire, le groupe terroriste du Hezbollah – et l’armée israélienne a été mise en état d’alerte.

Mardi, un haut conseiller du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a menacé Israël.

« Ces crimes ne resteront pas sans réponse », a déclaré Ali Akbar Velayati lors d’une visite en Syrie, selon l’agence de presse officielle de la République islamique.

Ali Akbar Velayati, advisor to Supreme Leader Ayatollah Khamenei (photo credit: screen capture/YouTube)
Ali Akbar Velayati (Crédit : capture d’écran/YouTube)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...