Le chômage atteint 17,6 % dans un contexte de licenciements liés au coronavirus
Rechercher

Le chômage atteint 17,6 % dans un contexte de licenciements liés au coronavirus

573 000 nouveaux chômeurs enregistrés depuis début mars en raison de l'arrêt de l'économie; les autorités s'attendent à ce que le coût des indemnités dépasse les 3 milliards de NIS

Des gens font la queue à l'agence pour l'emploi de Jérusalem, le 18 mai 2009. (Yossi Zamir/Flash90)
Des gens font la queue à l'agence pour l'emploi de Jérusalem, le 18 mai 2009. (Yossi Zamir/Flash90)

Le taux de chômage en Israël est passé à 17,6 % lundi, 62 000 personnes s’étant inscrites auprès de l’agence pour l’emploi, ce qui porte à 573 000 le nombre total de nouveaux chômeurs en mars.

Les chiffres sur 24 heures représentent un taux de quelque 2 600 personnes par heure qui s’inscrivent à l’agence, un ralentissement par rapport au record de jeudi dernier, qui était d’environ 7 000 personnes par heure.

Quelque 90 % des personnes qui s’inscrivent auprès de l’agence ont été mises en congé sans solde et l’agence pour l’emploi s’attend à ce que 10 à 20 % des personnes inscrites perdent leur emploi de façon permanente lorsque la crise du coronavirus prendra fin.

La crise a touché particulièrement les secteurs du tourisme, de la restauration et du transport aérien, avec des licenciements et des congés sans solde généralisés. Environ 49 % des personnes licenciées ou mises en congé sans solde ont moins de 35 ans, tandis que les femmes ont également été touchées de manière disproportionnée, puisqu’elles représentent 62 % des chômeurs, contre 5 % en 2019.

Un haut responsable économique dont le nom n’a pas été mentionné a déclaré au site d’information en hébreu Walla que le coût des indemnités de chômage pourrait dépasser les 3 milliards de shekels (750 millions d’euros) ou plus.

« Le mois n’est pas encore terminé et nous ne connaissons même pas la masse salariale de tous ceux qui demandent des allocations de chômage. Le coût pourrait atteindre 3 milliards de shekels et pourrait être plus élevé », a-t-il déclaré.

« Ce genre d’événement ne s’est jamais produit auparavant en Israël. Des secteurs entiers de la vie économique ont été fermés », a-t-il poursuivi.

Le coût moyen des allocations de chômage versées par le Bituah Leumi, l’agence nationale de sécurité sociale d’Israël avant la crise, lorsque les niveaux de chômage étaient à des niveaux records, inférieurs à 4 %, était de quelque 320 millions de shekels par mois, avec un versement moyen de 6 500 shekels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...