Israël en guerre - Jour 260

Rechercher
InterviewJe prie pour qu'arrive le jour où, en me voyant, les gens, sourient

Le combat d’une Israélo-Américaine, mère d’otage et célébrité malgré elle

Rachel Goldberg-Polin, qui depuis le 7 octobre, n'a pas fait de sport, ni écouté de musique ni mangé de sucre, compare la peine "indescriptible" des familles d'otages à un "camion" qui les a tous renversés

Rachel Goldberg-Polin, la mère de Hersh Goldberg-Polin, retenu en otage par le Hamas, pose pour une photo à côté d'une affiche de son fils lors d'une interview à Jérusalem le 29 mai 2024.  (Crédit : Ahikam SERI / AFP)
Rachel Goldberg-Polin, la mère de Hersh Goldberg-Polin, retenu en otage par le Hamas, pose pour une photo à côté d'une affiche de son fils lors d'une interview à Jérusalem le 29 mai 2024. (Crédit : Ahikam SERI / AFP)

Au-dessus du cœur, Rachel Goldberg-Polin porte le numéro 236 épinglé sur son haut bleu quand cette Israélo-Américaine reçoit ce mercredi l’AFP dans son bureau à Jérusalem. Autant de jours passés par son fils à Gaza où il est retenu en otage après avoir été enlevé par le Hamas.

A l’entrée, un drapeau israélien côtoie une bannière « Ramenez Hersh à la maison », en anglais et en hébreu avec un dessin du visage de son aîné de 23 ans.

A 54 ans, la native de Chicago, à l’émotion contenue, martèle porter ce numéro, qui augmente chaque jour, comme un « emblème » de sa « souffrance », « un symbole de l’échec de tous » pour libérer les 125 otages retenus dans la bande de Gaza, dont 121 enlevés le 7 octobre, parmi lesquels 37 sont morts selon Israël.

Interrogée sur la volonté politique de les ramener en Israël, elle renvoie : « Vouloir et faire sont deux choses très différentes. »

« C’est une honte pour l’espèce humaine de ne pas avoir réussi (à) sauver » ces otages, originaires d’une dizaine de pays et de différentes confessions, ajoute cette petite femme toute menue, installée à Jérusalem avec son mari et leurs trois enfants depuis leur arrivée des Etats-Unis en 2008.

Depuis le 7 octobre et l’attaque du Hamas qui a entraîné la mort de 1 189 personnes du côté israélien, majoritairement des civils, selon un décompte de l’AFP à partir de données officielles, Rachel Goldberg-Polin n’a pas fait de sport, ni écouté de musique ni mangé de sucre.

Affiche demandant la libération de l’otage du Hamas Hersh Goldberg-Polin placardée devant le domicile du Premier ministre Benjamin Netanyahu à Jérusalem, le 24 avril 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

De sa voix douce, elle compare la peine « indescriptible » des familles d’otages à un « camion » qui les a tous renversés. « Le camion continue à me rouler dessus au moment où je vous parle », ajoute la quinquagénaire.

Le 7 octobre, 252 otages ont été emmenées à Gaza. Lors de la trêve fin novembre entre Israël et le groupe terroriste islamiste palestinien, 105 ont été libérés. Pas son fils. Alors la foi l’aide à tenir.

Prière quotidienne

« Je prie, tous les jours, et pour moi c’est une forme de méditation, de thérapie », dit cette juive pratiquante qui travaillait avant le 7 octobre dans le secteur de la santé mentale et n’a « pas (d’autre) choix » que de « garder espoir ».

« Sinon je ne pourrais pas sortir du lit », dit celle qui, sous somnifères, parvient à dormir quatre heures par nuit.

Ses filles de 18 et 20 ans aussi la maintiennent debout : « Elles doivent souvent être maternelles avec moi, je me sens mal car c’est mon job de l’être. »

Fin avril, Hersh Goldberg-Polin est apparu sur une vidéo non datée du Hamas, une preuve de vie qui a bouleversé ses parents.

L’otage américano-israélien Hersh Goldberg-Polin, 23 ans, retenu captif à Gaza depuis le 7 octobre, dans une vidéo de propagande du Hamas publiée le 24 avril 2024. (Crédit : Capture d’écran Telegram)

La dernière fois que sa mère l’a vu, le vendredi 6 octobre 2023, la famille est allée à la synagogue, puis à un dîner de shabbat chez des amis.

Vers 23H00, le jeune homme, rentré en septembre d’un long voyage en Europe, veut aller camper. Avec son ami Aner Shapira, ils se rendent au festival de musique electro Nova, à la lisière de la bande de Gaza. Sa mère ne le sait pas.

Au petit matin du 7, défiant l’interdit du shabbat, Mme Goldberg-Polin allume son téléphone : « Question de vie ou de mort ». Le premier message de son fils lui dit « je t’aime ». Le second : « Je suis désolé. » Pendant 36 heures, la famille pense qu’il est mort.

« Reste fort, survis »

Ensuite, ils apprennent son enlèvement, son avant-bras gauche arraché. Aner Shapira, lui, est tué en héros par une grenade du Hamas, après en avoir renvoyé sept.

A LIRE : Le 7 octobre, Aner Elyakim Shapiro a renvoyé 7 grenades depuis l’intérieur d’un abri

Rachel Goldberg-Polin devient célèbre, parle devant l’ONU, rencontre le pape. La semaine dernière, elle s’est entretenue avec Joe Biden, le président américain, « très ému », selon elle.

Rachel Goldberg montrant des images de l’attaque qui a entraîné l’enlèvement, le 7 octobre, de son fils Hersh, blessé à cette occasion, par les terroristes de Gaza au pape François, le 22 novembre 2023. (Crédit : Capture d’écran Aviva Klompas via X ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Quand elle s’adresse à son fils dans ses pensées, elle lui dit toujours, comme un leitmotiv : « Je t’aime, reste fort, survis. »

En avril, elle est propulsée par le magazine américain Time comme une des 100 personnalités les plus influentes de 2024.

« C’était clair immédiatement que je ne faisais pas partie de cette liste », nuance-t-elle, un choix symbolique, d’après elle, pour parler des otages et « attirer l’attention sur cette crise humanitaire mondiale ».

A Gaza, plus de 36 200 Palestiniens ont été tués depuis le 7 octobre, selon le ministère de la Santé du gouvernement de Gaza, dirigé par le Hamas. Toutefois, seuls quelque 24 000 décès aient été identifiés dans les hôpitaux.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza. L’armée israélienne affirme avoir tué plus de 13 000 membres du groupe terroriste à Gaza, en plus d’un millier de terroristes à l’intérieur d’Israël le 7 octobre et dans les jours qui ont suivi l’assaut.

Rachel Goldberg-Polin affirme avoir « depuis le tout début » dit qu’elle était « profondément inquiète » pour « tout civil innocent touché », dont les « centaines de milliers d’innocents à Gaza ».

« Ce n’est pas une compétition de la douleur », implore-t-elle.

Pour elle, la célébrité est « terriblement difficile à vivre ». « En général les gens m’arrêtent et ils se mettent à pleurer », dit-elle, très émue: « Je prie pour qu’arrive le jour où, en me voyant, les gens, sourient ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.