Le conseiller de Trump à Jérusalem pour des entretiens avec les Israéliens
Rechercher

Le conseiller de Trump à Jérusalem pour des entretiens avec les Israéliens

Le plan américain pourrait être considéré comme trop sensible pour être présenté pendant une nouvelle campagne électorale

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (2e à partir de la droite) reçoit à son bureau de Jérusalem l'ambassadeur d'Israël aux États-Unis, Ron Dermer (à droite), le conseiller de la Maison Blanche Jared Kushner (au centre), l'ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman (à gauche) et l'envoyé spécial Jason Greenblatt (deuxième à gauche), le 22 juin 2018. (Haim Zach/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (2e à partir de la droite) reçoit à son bureau de Jérusalem l'ambassadeur d'Israël aux États-Unis, Ron Dermer (à droite), le conseiller de la Maison Blanche Jared Kushner (au centre), l'ambassadeur des États-Unis en Israël, David Friedman (à gauche) et l'envoyé spécial Jason Greenblatt (deuxième à gauche), le 22 juin 2018. (Haim Zach/GPO)

Le gendre et conseiller du président américain Donald Trump, Jared Kushner, est à Jérusalem jeudi où il devrait discuter avec les Israéliens du plan des Etats-Unis pour résoudre le conflit avec les Palestiniens.

La présentation de ce plan a été retardée en raison des élections israéliennes du 9 avril, et les nouveaux développements intérieurs en Israël semblent de nature à remettre en question sa publication.

M. Kushner devrait rencontrer le chef du gouvernement Benjamin Netanyahu mais aucun détail n’a été dévoilé concernant son emploi du temps.

Une porte-parole de l’ambassade américaine a confirmé son arrivée après des visites successives au Maroc et en Jordanie.

Le roi de Jordanie Abdallah II (au centre) rencontre le conseiller de la Maison Blanche, Jared Kushner (4ème à gauche) et l’envoyé spécial américain Jason Greenblatt (3ème à gauche) à Amman, le 29 mai 2019. (Petra News)

Jared Kushner, accompagné par Jason Greenblatt, l’envoyé de M. Trump pour le Moyen-Orient, ainsi que par l’émissaire américain pour l’Iran Brian Hook, est le principal architecte de plan auquel la Maison Blanche travaille depuis des mois sur le conflit israélo-palestinien.

Les dirigeants palestiniens ont déjà fait savoir qu’ils rejetaient le plan, estimant que les démarches du président américain prouvaient un parti pris flagrant en faveur d’Israël.

Devant l’incapacité de Benjamin Netanyahu à former une coalition gouvernementale après les élections d’avril, le Parlement israélien a voté pour sa propre dissolution mercredi soir, moins de deux mois après avoir été élu, et les électeurs seront à nouveau appelés aux urnes le 17 septembre.

Le plan américain pourrait être considéré comme trop sensible pour être présenté pendant une nouvelle campagne électorale.

La Maison Blanche a prévu de présenter les 25 et 26 juin à Bahreïn le volet économique du plan.

Deux pays du Golfe, les Emirats arabes unis et l’Arabie saoudite, puissances du Golfe alliées de Washington, ont annoncé leur participation. Les dirigeants palestiniens, eux, le boycottent.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...