Le Gazaoui qui a incendié une synagogue en Suède sera-t-il expulsé ?
Rechercher

Le Gazaoui qui a incendié une synagogue en Suède sera-t-il expulsé ?

Les juges avaient statué que Stockholm ne pouvait pas expulser Feras Alnadim, car l'attaque qu'il a perpétrée pouvait le mettre en danger en Israël. Les procureurs font appel

La police arrive après qu'une synagogue a été attaquée lors d'une tentative d'incendie manquée à Gothenburg, en Suède, dans la nuit du 9 décembre 2017 (Crédit : AFP PHOTO / TT News Agency / Adam IHSE)
La police arrive après qu'une synagogue a été attaquée lors d'une tentative d'incendie manquée à Gothenburg, en Suède, dans la nuit du 9 décembre 2017 (Crédit : AFP PHOTO / TT News Agency / Adam IHSE)

Les procureurs suédois ont fait appel devant la Cour suprême après l’annulation d’expulsion décidée par un tribunal de l’immigrant palestinien qui avait lancé des objets incendiaires sur une synagogue.

Cet appel inhabituel annoncé jeudi par le bureau du procureur public porte sur une décision de justice rendue en juin, qui annulait l’expulsion de Feras Alnadim. Ce dernier avait attaqué une synagogue de Gothenburg en décembre, avec deux complices. L’appel fait suite aux vives protestations formulées par Israël et le Congrès juif mondial.

Le mois dernier, un tribunal suédois a annulé la décision d’un tribunal pénal remontant au mois de juin, qui indiquait qu’Alnadim devait être expulsé au terme de sa peine de deux ans de prison. L’attentat, selon l’assaillant et ses complices, visait à venger la décision de Donald Trump qui a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël.

Dans la mesure où Alnadim a commis un crime « susceptible d’être perçu comme une menace pour les autres Juifs et qu’Israël « pourrait s’intéresser au dossier », la cour d’appel a jugé que « personne ne peut garantir ses droits fondamentaux s’il devait être expulsé en Palestine », aurait dit le magistrat dans son jugement.

La synagogue de Gothenburg en Suède (Crédit : Gumisza / Wikipedia)

Le bureau du procureur public a décidé de faire appel de ce jugement à la Cour suprême parce qu’il « n’y a aucune raison de soupçonner que l’homme encourt une peine de mort, la torture, ou tout traitement violent à son retour en Palestine », a écrit le bureau dans un communiqué jeudi.

Aron Verstanding, le président du Conseil des Communautés juives de suédoises a qualifié l’appel des procureurs de « décision importante ». Il a déclaré que la communauté s’attend à ce que la Cour suprême ordonne l’expulsion d’Alnadim.

Quelques jours après que Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël en décembre dernier, une dizaine de personnes ont jeté des objets enflammés en direction de la synagogue de Gothenburg, deuxième ville de Suède.

Une vingtaine de jeunes juifs qui participaient à un événement se sont abrités dans le grenier durant cette attaque. Personne n’a été blessé et le bâtiment a subi quelques dégâts mineurs.

L’attaque, classée comme crime de haine, a été filmée par des caméras de sécurité. Les images ont permis d’arrêter Alnadim et deux complices, un immigrant palestinien et un immigrant syrien. Les autres auteurs de l’attaque étaient titulaires de titres de séjour en Suède.

Selon le Conseil des communautés juives suédoises, près de 20 000 Juifs vivent dans le pays scandinave. Le Conseil national suédois pour la prévention du crime dit avoir recensé entre 150 et 208 actes antisémite, y compris des menaces, insultes et violences, chaque année au cours de la décennie écoulée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...