Le gouvernement valide le projet d’allocation unique aux Israéliens mais…
Rechercher

Le gouvernement valide le projet d’allocation unique aux Israéliens mais…

... les ministres ne sont pas d'accord sur la façon dont l'aide sera distribuée et à qui...

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Transports Yisrael Katz (gauche) participent à la cérémonie d'ouverture de la Route 1 à proximité de Jérusalem le 19 janvier 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Transports Yisrael Katz (gauche) participent à la cérémonie d'ouverture de la Route 1 à proximité de Jérusalem le 19 janvier 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Conformément au plan présenté par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Israel Katz visant à allouer une subvention unique aux citoyens d’Israël afin d’encourager la consommation et l’emploi et le redémarrage de l’économie israélienne, le Cabinet a décidé aujourd’hui (dimanche 19 juillet 2020) d’allouer une subvention unique aux citoyens d’Israël, a décidé que le Premier ministre Netanyahu, le ministre de la Défense / Premier ministre d’alternance Benny Gantz, le ministre des Finances Katz et le ministre de l’Economie Amir Peretz achèveraient – d’ici demain – la formulation d’un modèle d’allocation de la subvention unique pour un soutien économique supplémentaire aux citoyens d’Israël, d’une valeur de 6 milliards de NIS, » lit-on dans un communiqué du bureau du Premier ministre, diffusé dimanche en début de soirée.

« Le ministre des Finances, M. Katz, remettra – au plus tard mardi – un mémorandum sur une loi visant à mettre en œuvre le plan. À l’issue de la phase de consultation publique, le modèle sera soumis à l’approbation du cabinet et à la Knesset, l’objectif étant de transférer la subvention aux citoyens le plus rapidement possible, » conclut la déclaration officielle.

Après plus de quatre heures de réunion, la commission Corona de la Knesset a demandé au gouvernement d’assouplir plusieurs restrictions, mais n’a pas encore décidé de passer outre le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

La commission a demandé au gouvernement de retirer les plages de la liste des lieux fermés pendant le week-end. Le vice-ministre de la Santé, Yoav Kisch, ne voit pas d’inconvénient à ce que les plages restent ouvertes, mais affirme qu’il y a des endroits, comme les vestiaires, où il peut y avoir trop de monde, selon Ynet.

Le panel a également demandé au gouvernement d’autoriser jusqu’à 35 % de capacité à l’intérieur des restaurants et de n’autoriser que des directives de distanciation sociale à l’extérieur, sans limite apparente de taille de la foule, plutôt que de fermer complètement les restaurants. La manière dont cela fonctionnerait n’est pas claire, la plupart des rassemblements étant désormais limités à 10 personnes ou moins. Les restaurants doivent fermer mardi, conformément aux directives approuvées par le gouvernement vendredi.

Le panel veut également garder les salles de gym ouvertes, et pour adoucir l’accord, et appelle à limiter leur fréquentation à une personne pour 10 mètres-carrés, au lieu d’une personne pour sept mètres-carrés actuellement.

Ces recommandations indiquent que le panel est généralement d’accord avec les autres restrictions adoptées par le gouvernement et qu’il ne cherchera peut-être pas une autre confrontation directe, après la menace de Netanyahu de limoger la députée Yifat Shasha-Biton à la tête de la commission.

Certains propriétaires de restaurants menacent de ne pas respecter les ordres de fermeture et de rester ouverts mardi pour protester contre les restrictions destinées à endiguer la vague d’infections de coronavirus.

Certains des restaurants avaient déjà juré de rester ouverts vendredi pour protester contre l’absence d’avertissement du gouvernement concernant l’ordre de fermeture, ce qui a conduit les responsables à repousser les fermetures prévues de vendredi à mardi.

« La décision de fermer les restaurants est ridicule et illogique. Il n’existe aucune étude scientifique qui montre des taux d’infection élevés dans les restaurants, mais c’est le contraire », a déclaré un propriétaire rebelle à Ynet. (Le propriétaire refuse de révéler son nom de peur d’être condamné à une amende, même s’il aura probablement du mal à éviter la loi s’il ouvre mardi, à moins qu’il ne se convertisse en bar clandestin).

Certains restaurateurs exigent que le gouvernement accepte de les indemniser à l’avance, en échange du respect de la loi, selon certaines informations.

Les propriétaires de restaurants et de bars ont prévu d’organiser un repas de « protestation » pour les gens dans le besoin devant la Résidence du Premier ministre à Jérusalem.

Des représentants du secteur devaient rencontrer Benjamin Netanyahu à son bureau dimanche, selon les informations disponibles.

Le chef du gouvernement, le ministre de la Défense Benny Gantz, le ministre des Finances Yisrael Katz et le ministre de l’Économie Amir Peretz se sont réunis dans la journée de dimanche pour déterminer la meilleure façon d’allouer l’argent débloqué.

La proposition a été vivement critiquée par les fonctionnaires du ministère des Finances, les partenaires de la coalition du Premier ministre et les Israéliens. Les critiques se sont principalement concentrées sur la proposition de verser de l’argent à tous les Israéliens – indépendamment de leurs revenus ou du fait qu’ils aient été touchés économiquement par les restrictions imposées par le gouvernement pour contenir le virus – et sur son coût élevé.

Dans une déclaration, le bureau du Premier ministre a déclaré que les ministres avaient jusqu’à lundi pour élaborer un plan d’allocation des paiements uniques, qui équivaudra à un total de 6 milliards de NIS (1,75 milliards de dollars).

Katz doit publier un mémorandum du plan d’ici mardi, selon la déclaration. Après une période pendant laquelle le public peut soumettre des commentaires sur le plan, celui-ci sera rapidement soumis à l’approbation du cabinet et de la Knesset, selon la déclaration.

Selon le plan annoncé la semaine dernière, les personnes de plus de 18 ans recevront 750 shekels (191 euros), et les familles avec des enfants entre 2 000 shekels (509 euros) et 2 500 shekels (636,5 euros). Le plan a été tourné en dérision parce qu’il distribue des aides aux Israéliens riches et à ceux qui sont dans le besoin, au lieu de les allouer uniquement à ceux qui en ont le plus besoin.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’adresse aux médias lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 15 juillet 2020. (Capture d’écran)

Cependant, le parti Kakhol lavan de Gantz fait pression pour que ceux qui en ont besoin bénéficient d’un traitement préférentiel. Netanyahu avait dit qu’il préférait la rapidité et voulait éviter la paperasserie et la nécessité de fournir des justificatifs de revenus afin de déterminer qui devrait recevoir quoi.

Selon plusieurs informations, la ministre de la Protection de l’environnement du Likud, Gila Gamliel, et le ministre de l’Intérieur du parti Shas, Aryeh Deri, ont tous deux proposé, lors de la réunion du cabinet de dimanche, que la population reçoive des bons pour les entreprises israéliennes afin d’encourager les dépenses, au lieu d’entraîner des transferts d’argent, tandis que d’autres ont déclaré que des subventions ne devraient être accordées qu’à ceux qui reçoivent des allocations de revenu ou des allocations de chômage du gouvernement.

Une autre offre, faite par le député Moshe Gafni, du Yahadout HaTorah, était que tout enfant de plus de trois ans octroierait aux familles concernées une allocation supplémentaire de 500 shekels.

Dans un tweet, le ministre de la Justice Avi Nissenkorn (Kakhol lavan) a déclaré que, bien que le plan soit une étape positive, « nous ne distribuerons pas l’argent aveuglément ». Nous soutiendrons les aides qui se différencient en fonction des sensibilités sociales. De cette façon, l’accent sera mis sur ceux dont les revenus ont été affectés et sur ceux qui sont en difficulté financière ».

La ministre des Affaires stratégiques, Orit Farkash-Hacohen, également issue de l’alliance centriste, se serait opposée au plan actuel, le qualifiant d’improvisé et préconisant un « plan organisé qui stimulera la croissance économique ».

Elle aurait été la seule ministre à s’abstenir lors du vote du cabinet, qualifiant la proposition de « mauvais plan » et avertissant que « l’argent est limité, tout comme la confiance de la population ».

La nouvelle ministre de la Protection environnementale Gila Gamliel, vue avec son prédécesseur Zeev Elkin au ministère de la Protection environnementale à Jérusalem, le 18 mai 2020. (Crédit : Yonatan Sindel/ Flash90)

Le ministre des Affaires sociales, Itzik Shmuli (travailliste), a déclaré que l’argent devrait être distribué, mais d’une manière différente.

« La question n’est pas de savoir si nous devons donner de l’argent au public – nous devons en donner encore plus – mais plutôt à qui il doit aller », a-t-il indiqué, selon la radio de l’armée. « Un mécanisme de distribution qui donne à tout le monde la même chose donne trop peu à ceux qui ont besoin tandis que ceux qui n’ont pas besoin en reçoivent trop. Il y a des milliards ici qui doivent être répartis différemment, d’une manière juste et économiquement raisonnable ».

À l’ouverture de la réunion, le Premier ministre a confirmé que les conditions d’attribution des subventions seraient examinées.

« Aujourd’hui, nous allons soumettre au cabinet une série de nominations, ainsi qu’une décision-cadre approuvant les subventions aux citoyens d’Israël afin de stimuler l’économie et aussi de contribuer à la création d’emplois », a-t-il fait savoir dimanche. « Nous parlons d’un cadre de 6 milliards de shekels. Nous allons nommer une équipe ministérielle qui approuvera la méthode d’allocation ».

Des femmes musulmanes portant des masques faciaux pour se protéger du coronavirus, passent devant une affiche placée par des partisans du Premier ministre Benjamin Netanyahu devant le tribunal de district de Jérusalem, le 19 juillet 2020. (AP Photo/Ariel Schalit)

Le chef du gouvernement a déclaré que les décisions en la matière devaient être prises rapidement pour aider ceux qui sont dans le besoin.

« L’accent le plus important est mis sur la rapidité, tant en ce qui concerne le système que les décisions ; par conséquent, cette discussion que nous voulons tenir doit avoir lieu dans les prochaines 24 heures, si ce n’est aujourd’hui, alors demain, mais pas plus tard, afin que nous puissions la mettre en œuvre le plus rapidement possible », a-t-il souligné.

Dimanche matin, le chômage en Israël s’élevait à 21,1 % – soit 855 380 personnes – alors que les restrictions imposées dans un contexte d’infections quotidiennes record par des coronavirus frappent encore plus durement l’économie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...