Le grand rival d’Abbas appelle à la fronde et à son éviction
Rechercher

Le grand rival d’Abbas appelle à la fronde et à son éviction

Mohammed Dahlane, ancien puissant chef de la sécurité intérieure à Gaza, vit désormais en exil aux Emirats arabes unis

Mohammad Dahlane en 2006. (Crédit : Michal Fattal/Flash90)
Mohammad Dahlane en 2006. (Crédit : Michal Fattal/Flash90)

Mohammed Dahlane, l’ex-homme fort du Fatah à Gaza désormais en conflit ouvert avec le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a appelé la direction palestinienne à évincer ce dernier, lançant les hostilités à l’approche d’un congrès réuni pour la première fois en près de 20 ans.

Dahlane, ancien puissant chef de la sécurité intérieure à Gaza, vit désormais en exil aux Emirats arabes unis. Il est tombé en disgrâce après la déroute de ses forces face aux combattants du Hamas en 2007, quand le mouvement terroriste a pris le pouvoir dans cette enclave. Il a depuis été exclu du Fatah, le parti de Abbas.

Condamné ensuite à deux années de prison ferme par contumace, il n’est plus revenu dans les Territoires palestiniens depuis des années. Mais, depuis le Golfe, il intervient régulièrement dans le débat politique palestinien et sa rivalité avec Abbas reste entière.

Le poids de ses alliés au sein du Fatah et de la direction palestinienne pourrait être l’un des enjeux majeurs de la prochaine réunion du Conseil national palestinien (CNP), le parlement de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), prévue en septembre.

Le CNP ne s’est plus rassemblé depuis 1996. Abbas et plusieurs dirigeants de l’OLP ont créé les conditions d’une nouvelle réunion de ce parlement en présentant leur démission de l’exécutif de l’OLP, seul habilité à prendre les décisions engageant les Palestiniens.

Ces démissions sont purement procédurales, font valoir de nombreux responsables. Elles doivent être présentées au CNP pour devenir effectives et provoquer un renouvellement de l’exécutif.

Dahlane a appelé lundi sur sa page Facebook à prendre Abbas au mot. Il faut, dit-il, « annoncer l’acceptation de la démission de Mahmoud Abbas et des autres démissionnaires (…) déclarer nulles toutes les décisions d’Abbas et de ses alliés car elles sont illégales (…) déclarer l’Etat de Palestine et aussitôt convoquer des élections présidentielle et législatives ».

Il s’adresse nommément aux principaux cadres de l’OLP, dont des chefs des petits partis, ainsi qu’à Marwan Barghouthi, l’un des responsables du Fatah et de la Seconde Intifada emprisonné par Israël et lui aussi vu comme un hypothétique successeur de Abbas.

Les informations circulent de façon de plus en plus insistantes sur un départ de M. Abbas dans les prochains mois.

Pour les détracteurs de Abbas — à commencer par le Hamas que Dahlane appelle à inclure dans les décisions futures pour mettre fin à la division entre Cisjordanie et bande de Gaza –, cette réunion du CNP vise à écarter les opposants au président de l’Autorité palestinienne pour renforcer ses lieutenants avant son éventuel départ.

Pour lire une analyse de la situation de l’Autorité palestinienne, cliquez ici.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...