Le Hamas fustige Israël qui aurait, selon lui, violé la trêve
Rechercher

Le Hamas fustige Israël qui aurait, selon lui, violé la trêve

Un haut responsable du Hamas exige qu'Israël soit obligé de respecter les conditions imposées par le cessez-le-feu

De la fumée s'élève suite à des frappes qui seraient israéliennes, selon les témoins, à Rafah le 1er août 2014 (Crédit photo: Abed Rahim Khatib/Flash90)
De la fumée s'élève suite à des frappes qui seraient israéliennes, selon les témoins, à Rafah le 1er août 2014 (Crédit photo: Abed Rahim Khatib/Flash90)

Un jour après que les avions israéliens ont bombardé des cibles dans la bande de Gaza suite à des tirs de roquettes qui visaient le sud d’Israël, le groupe terroriste du Hamas a accusé Israël d’être responsable de la dernière escalade de violences et exige qu’on l’oblige à respecter des accords de cessez-le-feu.

« L’escalade israélienne est une violation des termes du cessez-le-feu, et l’occupation est responsable », a déclaré le responsable du Hamas, Ismail Radwan, qui a été cité jeudi par le site d’informations Ynet.

Les frappes aériennes sont survenues quelques heures après que les roquettes ont été tirées vers le sud d’Israël à partir de la bande de Gaza mercredi soir, obligeant les résidents à se précipiter vers les abris anti-bombes pour la deuxième fois en un peu plus d’une semaine.

Un groupe salafiste dans la bande de Gaza nommé les Brigades Omar, qui est favorable à l’Etat islamique, a revendiqué la responsabilité des tirs de roquettes, selon Ynet.

Radwan a appelé l’Egypte et la communauté internationale à obliger Israël à respecter les termes du cessez-le-feu rédigés à la fin de la guerre de 50 jours qui a eu lieu entre Israël et les combattants du Hamas à Gaza l’an dernier.

Mais il a exclu la possibilité qu’Israël relance une autre opération militaire dans la bande de Gaza.

Ses commentaires étaient la seule réaction officielle du Hamas à ce jour au sujet de la dernière joute armée en date.

Les Forces de l’armée israélienne ont indiqué mercredi que deux roquettes ont été tirées de l’enclave palestinienne et les sirènes ont été entendues à Netivot et Ashkelon. La police a déclaré plus tard que trois projectiles avaient frappé Israël.

Les roquettes sont tombées dans des zones ouvertes dans les régions Sdot Néguev et Hof Ashkelon.

Bien que les attaques sporadiques depuis le cessez-le-feu en août ont été attribuées à de petits groupes qui s’opposent au pouvoir du Hamas, Israël tient les dirigeants extrémistes islamiques de la bande de Gaza responsable des tirs de roquettes, et les cible régulièrement avec des frappes aériennes en réponse aux tirs de roquettes.

Le 26 mai, des Palestiniens ont tiré une roquette Grad vers Israël qui est tombée une zone en dehors de la ville de Gan Yavneh. Cette attaque avait brisé plusieurs semaines de calme.

Des responsables palestiniens et israéliens ont déclaré que l’attaque à la roquette, qui n’a causé aucune blessure ou aucun dommage, était le résultat de la lutte interne au sein du groupe terroriste du Jihad islamique.

Les avions israéliens ont frappé la bande de Gaza peu après et le ministre de la Défense Moshe Yaalon a mis en garde le Hamas : s’il ne met pas un frein à toute tentative des groupes terroristes de Gaza d’attaquer Israël, il paiera « un lourd tribut ».

L’attaque de mercredi soir est survenue un jour après que les sirènes de roquettes ont retenti dans tout le reste du pays dans le cadre d’un exercice majeur de défense civile. Les zones proches de Gaza, qui ont été touchées par des milliers de roquettes pendant le conflit de l’été dernier avec la bande de Gaza, ont été exclus de l’exercice.

L’escalade des tirs de roquettes depuis Gaza sur les communautés du sud d’Israël en 2014 faisait partie des déclencheurs de la sanglante guerre qui a duré deux mois entre Israël et les factions armées dans la bande de Gaza. Pendant le conflit, les Palestiniens ont tiré plus de 4 000 roquettes sur les villes israéliennes, dont certains ont atteint Tel-Aviv et le nord d’Israël jusqu’à la banlieue de Haïfa.

L’attaque de la semaine dernière est marquante car c’est la première fois qu’une roquette Grad, c’est-à-dire une roquette ayant une portée plus importante que les petites Qassams plus communément tirées de Gaza, avait été tirée sur Israël depuis la fin de la guerre.

Israël craint le réarmement des groupes terroristes de Gaza après la guerre. L’armée israélienne a indiqué que le Hamas a mené des tests de lancement ces derniers mois, afin d’accroître ses capacités.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...