Rechercher

Le Hamas hisse un drapeau sur un poste surplombant une ville frontalière de Gaza

Tsahal a riposté suite aux tirs de roquettes sur Ashkelon ; les habitants de Netiv Haasara se demandent pourquoi la tour d'observation n'a pas été complètement détruite

Des membres du Hamas sont vus dans un poste d'observation à Gaza, surplombant une communauté frontalière israélienne. Le site a été frappé par Tsahal quelques heures plus tôt, en réponse à un tir de roquette,  le 18 juin 2022. (Crédit: Amnon Ziv/Courtesy)
Des membres du Hamas sont vus dans un poste d'observation à Gaza, surplombant une communauté frontalière israélienne. Le site a été frappé par Tsahal quelques heures plus tôt, en réponse à un tir de roquette, le 18 juin 2022. (Crédit: Amnon Ziv/Courtesy)

Samedi après-midi, des membres du groupe terroriste du Hamas sont retournés au poste d’observation qui surplombe une ville israélienne proche de la frontière avec la bande de Gaza et y ont hissé des drapeaux, peu de temps après qu’il a été endommagé par une frappe de Tsahal.

Israël a frappé le poste samedi matin en réponse à des tirs de roquettes sur le sud d’Israël, sans pour autant le détruire.

Les habitants de Netiv Haasara se sont dits déçus que la frappe n’ait pas complètement démoli le site qui surplombe leurs maisons. Le poste d’observation était l’une des quatre cibles touchées par Tsahal après qu’une roquette a été tirée pendant la nuit sur Ashkelon.

Les habitants expriment depuis longtemps leurs inquiétudes quant au poste d’observation surélevé qui surplombe un mur censé protéger la ville des attaques.

Avant la frappe, des membres du groupe terroriste du Hamas ont été vus montant la garde à l’intérieur du poste d’observation.

Immédiatement après le tir de la roquette, peu après 3 heures du matin, des membres du Hamas ont retiré des caméras et des équipements du poste avant de l’abandonner.

Quelques heures plus tard, Tsahal a effectué deux frappes de précision sur la position, détruisant la cabine mais pas sa structure.

Samedi après-midi, des membres du Hamas sont retournés au poste d’observation pour entamer des réparations. Les images montrent qu’ils ont hissé les drapeaux du groupe terroriste et de sa branche armée, les Brigades Ezzedine al-Qassam.

Des membres du Hamas sont vus dans un poste d’observation à Gaza, surplombant une communauté frontalière israélienne. Le site a été frappé par Tsahal quelques heures plus tôt, en réponse à des tirs de roquettes, le 18 juin 2022. (Crédit: Amnon Ziv)

Yifat Ben-Shoshan, une résidente de Netiv Haasara, a déclaré au site d’information Walla qu’elle ne comprenait pas pourquoi l’armée n’avait pas totalement détruit le poste d’observation.

« Le poste en face de Netiv Haasara n’a pas été détruit, seulement endommagé », a-t-elle déclaré. « L’infrastructure est toujours là. Ayant décidé de le bombarder, ils auraient dû le détruire complètement. »

Un résident anonyme de Netiv Haasara a déclaré au site d’information Ynet que la frappe avait pour but d’envoyer un message aux groupes terroristes de Gaza, mais que le poste certainement reconstruit en quelques jours.

« Nous avons entendu une très forte explosion tôt dans la matinée. J’ai eu l’impression que c’était très proche. Après quelques minutes, on nous a dit qu’ils avaient touché le poste d’observation », a déclaré le résident.

« Je pense que [l’establishment de la sécurité] a bien fait. C’était notre demande – ce poste d’observation dérange vraiment tout le monde. On a l’impression que les terroristes nous surveillent à longueur de journée », a déclaré le résident.

« Bien sûr, ceci ne résout pas tout car ils vont sans doute le reconstruire d’ici quelques jours, mais le message a été envoyé et ceci n’est pas peu dire », a-t-il ajouté.

Vue d’un mur en béton dans le Moshav de Netiv Haasara, le 12 décembre 2014. (Crédit: Doron Horowitz/Flash90)

Un autre résident a déclaré à la Douzième chaîne qu’il avait l’impression que les résidents se moquaient de l’establishment de la sécurité.

« Est-ce qu’on se moque de nous ? Le Hamas va réparer les dégâts en cinq minutes, et nous serons à nouveau des cibles faciles », a-t-il déclaré. « Cette position se trouve juste au-dessus de nos maisons ».

Des habitants du Moshav Netiv Haasara ont signalé avoir entendu des coups de feu à la suite des frappes, mais l’armée n’a rien confirmé.

Les frappes ont été effectuées après que des terroristes palestiniens ont tiré une roquette en direction de la ville côtière d’Ashkelon, dans le sud du pays, aux premières heures de samedi. Il s’agit du premier projectile à être lancé sur Israël depuis la bande de Gaza, gouvernée par le Hamas, depuis avril.

La roquette a été tirée peu après 3 heures du matin et les sirènes d’alerte ont été activées à Ashkelon, ainsi que dans plusieurs communautés agricoles proches de la frontière de Gaza.

Selon Tsahal, la roquette a été interceptée par le système de défense antimissile Dôme de fer.

Aucun blessé ni dommage n’a été signalé et aucun groupe terroriste n’a encore revendiqué l’attaque.

L’armée a attendu plusieurs heures avant de répondre aux tirs de roquettes, ciblant les sites de Gaza pendant la journée.

Quelques heures plus tard, Tsahal a déclaré que des avions de chasse et d’autres appareils ont frappé une usine d’armes sur un site militaire du Hamas dans le centre de Gaza, ainsi que trois postes d’observation près de la frontière.

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux montre des boules de feu et de la fumée s’élevant du site dans le centre de Gaza après les frappes aériennes.

Un incendie déclaré suite à une frappe aérienne israélienne au sud de la ville de Gaza, en réponse à des tirs de roquettes en direction d’Ashkelon, le 18 juin 2022. (Crédit: Eyad Baba/AFP).

Bien que Tsahal tienne le Hamas pour responsable en dernier ressort de tout acte terroriste émanant de la bande de Gaza, Israël examine si la roquette a été tirée dans la nuit par des terroristes du Jihad islamique en réponse à la mort de trois Palestiniens dans un échange de tirs avec les troupes israéliennes tôt vendredi à Jénine, a rapporté le site d’information Walla sans citer de source.

Selon l’armée, les soldats ont essuyé des tirs alors qu’ils opéraient dans la ville du nord de la Cisjordanie et ont « neutralisé » les hommes armés qui leur ont tiré dessus.

La dernière attaque à la roquette est survenue un jour après que Tsahal a présenté les nouvelles mesures défensives comme étant essentielles pour préserver l’une des périodes les plus calmes depuis des années le long de la frontière de Gaza.

Vendredi, un ballon d’observation de Tsahal s’est écrasé à Gaza dans des circonstances contestées. Les médias palestiniens ont affirmé que le ballon avait été abattu, tandis que l’armée a déclaré qu’il s’était déconnecté de son ancrage pour des raisons inconnues.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...