Rechercher

Le maire suspendu d’Ashkelon accusé de corruption perd les élections de 350 voix

Itamar Shimoni perd contre l'ancien député Tomer Glam après dépouillement des bulletins des soldats et des prisonniers ; le maire de Ramat Hasharon a raté la victoire à 6 voix près

Le maire d'Ashkelon, Itamar Shimoni, arrive au tribunal de district de Tel Aviv le 14 février 2017. (Flash90)
Le maire d'Ashkelon, Itamar Shimoni, arrive au tribunal de district de Tel Aviv le 14 février 2017. (Flash90)

Les élections municipales extrêmement serrées d’Ashkelon ont donné lieu jeudi matin à l’élection du maire suppléant Tomer Glam, marquant une défaite pour le maire suspendu Itamar Shimoni, qui est poursuivi en justice pour corruption et abus de confiance.

Shimoni accusait un retard de 200 voix par rapport à son rival, presque tous les bulletins ayant été comptés à partir de mercredi. Après le dépouillement des bulletins de vote des soldats de l’armée israélienne et des prisonniers, il est apparu que Glam avait gagné par seulement 350 voix.

En février 2017, Shimoni a été accusé d’avoir accepté des pots-de-vin pour un montant total de 466 000 shekels (116 500 euros) et d’abus de confiance pour avoir accepté la somme de 575 000 shekels (143 750 euros) de sources non identifiées pendant son mandat de maire de la ville. Il a également été accusé de fraude fiscale. Les accusations d’inconduite sexuelle portées contre lui ont été abandonnées.

Le ministère de l’Intérieur a suspendu Shimoni de ses fonctions pendant un an en février 2017, prolongeant ensuite l’interdiction jusqu’à fin novembre 2018. Shimoni avait nommé son avocat comme le numéro 2 sur la liste de son parti pour être maire par intérim s’il remportait les élections de mardi.

En vertu de la loi israélienne, les candidats peuvent se présenter aux élections locales avec des actes d’accusation ou des condamnations à leur nom et ne peuvent être disqualifiés de la course qu’avec une condamnation pour un délit qui porte atteinte aux mœurs.

Shimoni, 50 ans, a été élu maire en 2013.

Parallèlement, à Ramat Hasharon, il a été annoncé jeudi matin que le maire sortant Avi Gruber avait perdu son élection par un écart ultra mince de six voix.

Gruber affrontera son rival Roni Belkin lors d’un deuxième tour le 13 novembre. Un candidat doit obtenir 40 % des suffrages pour gagner au premier tour, et si aucun ne remplit ce critère, les deux candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix s’affrontent au deuxième tour.

Marissa Newman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...