Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Le nombre d’Israéliens victimes de la pollution a plus que doublé depuis 2013

Le rapport annuel du contrôleur de l'État, Matanyau Engelman, pointe du doigt les ministères de l'Agriculture, de la Santé et de l'Environnement

Sue Surkes est la journaliste spécialisée dans l'environnement du Times of Israel.

Illustration : Des fruits et légumes sur le marché de Mahane Yehuda, le 13 octobre 2017. (Crédit : Times of Israel/Stuart Winer)
Illustration : Des fruits et légumes sur le marché de Mahane Yehuda, le 13 octobre 2017. (Crédit : Times of Israel/Stuart Winer)

Le nombre d’Israéliens lésés par la pollution a plus que doublé au cours des dix dernières années, la pollution de l’air coûtant à elle seule à l’économie jusqu’à 31 milliards de shekels par an, selon le rapport annuel du contrôleur de l’État publié mardi.

De 2013 à 2021, le nombre d’Israéliens victimes de la pollution a bondi de 137 %, les chiffres de 2018 à 2022 faisant état de 5 199 personnes, selon le constat du médiateur.

Malgré cela, les visites des inspecteurs du ministère de l’Environnement dans les usines ont diminué de près de la moitié (44 %), passant de 5 580 visites en 2018 à 3 182 en 2021.

Dans un chapitre distinct, le médiateur a également constaté que 113 pesticides interdits depuis des années dans d’autres pays développés étaient toujours légalement disponibles en Israël, avec des quantités anormalement élevées de résidus chimiques trouvés dans 25 % à 65 % des oignons verts, de la laitue, des cerises, de l’aneth, des concombres et des raisins.

L’organisation de défense de l’environnement Adam Teva V’Din a déclaré que les chiffres concernant les résidus de pesticides anormalement élevés dans les fruits et légumes n’étaient pas nouveaux et « devraient inquiéter chaque Israélien et certainement chaque parent en Israël ».

La définition de la pollution donnée par le contrôleur de l’État comprend la contamination de l’air, de l’eau et du sol, le bruit, les dommages causés aux écosystèmes, la propagation d’espèces non indigènes (invasives) et les radiations.

En 2018, selon le rapport, la pollution et les dommages causés à l’air par les gaz responsables du réchauffement climatique ont coûté à eux seuls jusqu’à 31 milliards de shekels à l’économie.

Dans le prolongement d’un rapport publié en 2019 sur la supervision et l’application des lois par le ministère de l’Environnement, le bureau a constaté que « la plupart des défaillances signalées n’ont pas été corrigées ».

« Depuis l’audit précédent, les défis et les risques inhérents à la gestion des dangers environnementaux se sont intensifiés », prévient le rapport, « et ils devraient augmenter dans les années à venir. »

Illustration : Des effluents industriels non traités s’écoulant dans une rivière, le 20 novembre 2017. (Crédit : Toa55/iStock/Getty images)

« Cependant, le commissaire aux comptes a constaté que les principales faiblesses du système de supervision et d’application du ministère de l’Environnement demeurent. »

Il s’agit notamment d’une diminution de la supervision dans les usines, d’un manque d’application – en particulier contre les activités criminelles, ce qui a nui à la dissuasion, d’une mauvaise structure organisationnelle et d’un manque de personnel.

L’audit a révélé qu’entre 2018 et juin 2022, aucune mesure d’application n’a été prise dans 60 % des incidents documentés d’atteinte à l’environnement (2 203 cas sur 3 674).

En outre, sur les 16 règlements de supervision et d’application approuvés en 2017, seuls neuf ont été utilisés entre 2018 et 2022.

Le contrôleur de l’État a constaté que les différends qui opposent les ministères de la Santé et de l’Agriculture soulignait l’inaction en matière de pesticides.

Il n’y a pas eu de supervision adéquate des agriculteurs pour s’assurer qu’ils utilisaient les pesticides conformément aux instructions des fabricants, selon le rapport.

Des avions lâchant des pesticides sur des champs agricoles, à Ramat Negev, le 11 mars 2013 (Crédit : Flash90)

Malgré l’adoption, il y a 11 ans, d’une loi rendant obligatoire la surveillance des produits agricoles comestibles, il n’existe toujours pas de réglementation visant à limiter l’utilisation de produits chimiques toxiques par les agriculteurs autorisés à les utiliser, à superviser la vente de ces produits, à vérifier les connaissances des utilisateurs ou à s’assurer qu’ils bénéficient d’examens de santé réguliers.

Le rapport cite des données du ministère de la Santé pour les années 2019 à 2020, selon lesquelles 18,8 % des fruits et légumes présentent un excès de résidus de pesticides, mais que ce pourcentage grimpe en flèche, allant de 25 % à 60 % pour les oignons verts, la laitue, les cerises, l’aneth, les concombres et les raisins.

Le rapport indique que les ministères de l’Agriculture et de la Santé sont d’accord sur la nécessité d’une réglementation, mais qu’ils ne s’entendent pas sur la nature de celle-ci, ce qui empêche une supervision et un contrôle efficaces.

La situation est restée inchangée pendant de nombreuses années, « et entre-temps, la protection du public a été compromise », a écrit le médiateur.

Un conteneur de ciment illégal découvert lors d’une inspection du ministère de l’Environnement dans une usine à Kafr Kara, dans le nord d’Israël. (Crédit : Ministère de l’Environnement)

Quelques heures avant que le contrôleur de l’État Matanyau Engelman ne présente officiellement le rapport, le ministère de l’Environnement a publié un communiqué de presse dans lequel il promet de  « continuer à lutter contre les polluants qui nuisent à la qualité de vie des résidents » et affirme qu’il avait lancé un avertissement et procédé à une audition contre une cimenterie de la ville arabe de Kafr Kara, dans le nord du pays, qui opérait sans licence commerciale et nuisait à l’environnement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.