Israël en guerre - Jour 290

Rechercher
Interview

Le prix Doolittle de la fac de Tel Aviv recherche des scientifiques pouvant « parler aux animaux »

Le prix d'une valeur de 10 M de dollars inauguré ce mois-ci à l'Université de Tel Aviv espère stimuler la recherche, afin de créer un "dialogue" entre l'homme et l'animal

Illustration : Un homme entraînant son chien, dans la ville de Safed, dans le nord d'Israël, le 10 janvier 2019. (Crédit : David Cohen/Flash90)
Illustration : Un homme entraînant son chien, dans la ville de Safed, dans le nord d'Israël, le 10 janvier 2019. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Lorsque l’Université de Tel Aviv (TAU) a conçu le prix d’une valeur de 10 millions de dollars, annoncé au début du mois, pour démontrer une « véritable communication » avec les animaux, l’une des idées originales était de nommer le concours scientifique en l’honneur du roi Salomon, qui, dans sa sagesse légendaire, s’est vu accorder la capacité de comprendre les langues des animaux.

Finalement, il a été décidé de baptiser le concours « Prix Coller-Dolittle pour la communication bilatérale entre espèces », en l’honneur de l’homme d’affaires et philanthrope anglais Jeremy Coller, dont la fondation a financé le prix, et du personnage fictif du Dr. Dolittle, qui a fait ses débuts dans une série de livres pour enfants britanniques dans les années 1920 et qui est ensuite devenu une icône hollywoodienne bien-aimée.

Le roi Salomon et le Dr. Dolittle sont tous deux dépeints comme conversant librement avec les animaux et les comprenant de la même manière que les autres êtres humains – un thème courant dans les contes de fées et le folklore, mais quelque chose qui est en réalité impossible, a déclaré le président du comité du prix Coller-Dolittle, le Pr. Yossi Yovel, du département de zoologie de l’Université de Tampere.

« Chaque culture a cet exemple de quelqu’un qui parle aux animaux […] C’est un grand rêve [qui] ne se réalisera jamais », a déclaré le Pr. Yovel, interrogé par téléphone par le Times of Israel.

Le Pr. Yossi Yovel. (Crédit : Université de Tel Aviv)

Le concours vise plutôt à trouver des moyens de « communiquer avec les animaux à leur propre niveau, ce qui est possible, bien que nous en soyons loin », a-t-il ajouté.

Les organisateurs du concours proposent des critères spécifiques pour une telle réalisation : utiliser « une approche non invasive pour communiquer avec un organisme ou déchiffrer sa communication » ; démontrer une communication dans « plus d’un contexte [par exemple, alarme, accouplement, recherche de nourriture] en utilisant les signaux de communication endogènes de l’organisme » ; et démontrer une « réponse mesurable de l’organisme aux signaux qui lui sont transmis ».

Il s’agit d’utiliser des moyens avancés tels que l’analyse et la lecture des vocalisations basées sur l’intelligence artificielle (IA), des robots imitant les mouvements et d’autres technologies de pointe pour « faire croire à un animal qu’il communique avec l’un des siens, dans des contextes multiples », a-t-il expliqué.

Un test de Turing pour les animaux

Il est théoriquement possible de reproduire tous les modes de communication des animaux – vocalisations, olfaction, toucher, vision et mouvement – mais moins les animaux sont humains, plus il est difficile de comprendre comment utiliser les technologies pour communiquer avec eux, même s’il s’agit d’organismes plus simples, selon le Pr. Yovel.

À l’inverse, les animaux qui sont biologiquement plus proches de l’homme, comme d’autres mammifères tels que les chiens ou les singes, peuvent avoir des comportements et des communications plus faciles à comprendre pour l’homme et l’ordinateur. Cependant, il s’agit d’organismes plus complexes qui posent des défis plus importants en matière de communication.

« Il y a une solution avec les animaux simples, il est plus facile de les manipuler. Par exemple, avec les abeilles, nous connaissons très bien leurs danses, c’est peut-être quelque chose que les robots pourraient imiter. J’aimerais voir dans quelle mesure cela est possible ou non », a poursuivi le Pr. Yovel.

L’idée du concours est similaire au test de Turing, dans lequel un modèle informatique d’IA est mesuré en fonction de sa capacité à imiter les processus de pensée humains ou à « passer » pour un être humain au cours d’un dialogue entre l’homme et l’ordinateur. Dans le cas présent, l’objectif est d’utiliser un modèle du test de Turing pour permettre à un humain de « passer » pour un animal.

Des abeilles essaimant après avoir récolté du pollen au printemps. (Crédit : Andreas Häuslbetz sur iStock by Getty Images)

Pour reprendre l’exemple de l’abeille, cela signifierait qu’un robot humain ou contrôlé par ordinateur pourrait reproduire la danse d’un bourdon – qui contient des informations détaillées sur l’endroit où se trouve le pollen disponible – suffisamment bien pour convaincre une ruche de partir à sa recherche en suivant les indications du robot.

Une communication, pas un langage

D’une manière générale, les animaux sont capables de transmettre beaucoup plus d’informations qu’on ne le pense habituellement, et la science moderne « comprend de mieux en mieux la communication animale », a expliqué le Pr. Yovel.

Il a rapidement donné plusieurs exemples. Il a été démontré que les dauphins ont des noms, et les différents groupes de baleines sont connus pour avoir différents types de chants. Elles peuvent également apprendre des chants les unes des autres et les diffuser sur de grandes distances océaniques. Les singes ont des cris d’alarme pour des prédateurs spécifiques, et il a été démontré que certains oiseaux sont capables d’identifier et de suivre leurs petits grâce à des cris courts et individualisés.

Le Pr. Yovel a évoqué une étude récemment publiée sur les éléphants, qui a fait l’objet d’un article dans le New York Times, dans laquelle des chercheurs, utilisant l’IA pour analyser les riches « grondements » subsoniques des éléphants, ont semblé montrer que les éléphants avaient des noms individuels et réagissaient lorsque ces noms leur étaient restitués.

« L’IA sait comment traiter un grand nombre de données. Elle sait reconnaître des schémas qui échappent parfois aux humains. La perception des animaux peut être totalement différente de la nôtre. Le problème est que l’IA peut toujours trouver des modèles, mais nous devons prouver que les animaux réagissent à ces modèles, que les animaux pensent de la même manière », a-t-il déclaré.

Les recherches du Pr. Yovel portent sur les chauves-souris, pour lesquelles il dispose d’un laboratoire à la TAU. « J’étudie différents aspects de leur cognition, de leur navigation, de leur comportement social, de leur rôle parental et de leurs vocalisations. Avec l’IA, nous pouvons prendre les appels sociaux des chauves-souris, voir le contexte et comprendre si les chauves-souris recherchent de la nourriture, du sexe ou autre chose », a-t-il expliqué.

Les chauves-souris, comme beaucoup d’autres animaux, « apprennent à communiquer. Elles ne naissent pas avec un répertoire vocal complet, elles ont besoin d’entendre des chauves-souris adultes pour l’apprendre et l’affiner », a-t-il déclaré.

Illustration : Des chauves-souris, dans la grotte de Teumim, non loin de Beit Shemesh. (Crédit : Jorge Novominsky/Flash90)

Il est important de noter que les vocalisations des chauves-souris, comme celles d’autres animaux, ne constituent pas un langage comme les langues humaines. « Ce n’est pas la même chose. Il n’y a pas de vrais mots, pas de syntaxe, pas d’énoncés compliqués. »

Cependant, le Pr. Yovel a précisé que « les chiens peuvent comprendre les mots, mais ne peuvent pas les assembler ».

Les humains ont bien sûr une longue histoire d’interaction et de communication avec les animaux domestiques et sauvages, mais il a indiqué que le fait de dresser un chien à effectuer des tâches de garde ou à comprendre de simples ordres n’est pas considéré comme une véritable communication, pas plus que les cas de liens affectifs ou d’amitié entre les humains et les animaux.

Même les exemples célèbres de langage des signes utilisé par les singes, qui sembleraient impliquer une communication entre l’homme et l’animal, sont problématiques et ne correspondent pas aux critères du concours, a souligné le Pr. Yovel.

« Nous leur avons enseigné [le langage des signes], ce n’est pas à eux. De plus, toutes ces études sont très anciennes et font l’objet de nombreuses critiques. Selon le contexte, il est difficile de dire ce que les singes ont vraiment compris. Il est clair que [les chercheurs] ont réussi, mais on ne sait pas dans quelle mesure », a-t-il poursuivi.

L’objectif d’un meilleur traitement

Coller, qui a créé la Coller School of Management à la TAU, défend depuis longtemps le bien-être des animaux par l’intermédiaire de sa Fondation Jeremy Coller, qui a largement contribué à la recherche sur les maux de l’élevage industriel en s’intéressant aux « conséquences de l’agriculture animale intensive sur la santé humaine, l’environnement, le bien-être des animaux et la durabilité mondiale, dans le but de soutenir la transition vers un système alimentaire plus durable », selon le site web de la fondation.

Le concours Coller-Dolittle, parrainé par la Fondation Jeremy Coller, s’inscrit dans cet effort, car il peut stimuler la recherche en vue d’une « meilleure compréhension des animaux et de la manière de mieux les traiter dans les fermes ou les zoos », a déclaré le Pr. Yovel.

Le prix, ouvert aux équipes de recherche du monde entier, comprend une récompense annuelle de 100 000 dollars pour « les contributions visant à déchiffrer, interfacer ou imiter la communication des organismes non humains », le grand prix de 10 millions de dollars en participations (ou 500 000 dollars en espèces) étant réservé à la véritable communication animale, dans laquelle « l’animal communique de manière indépendante sans reconnaître qu’il communique avec les humains ».

Cette année, la date limite d’inscription au concours annuel est fixée au 31 juin, et le comité qu’il dirige a déjà reçu six ou sept candidatures, a indiqué le Pr. Yovel. Il a refusé de révéler des détails, mais a affirmé « nous sommes ouverts. Nous voulons voir des choses intéressantes ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.