Israël en guerre - Jour 234

Rechercher

Le total de l’aide à l’UNRWA suspendue s’élève à 267 M $, selon son chef

"On est dans une meilleure situation aujourd'hui qu'il y a trois mois", selon Philippe Lazzarini

Le chef de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens au Proche-Orient (UNRWA), Philippe Lazzarini, s'exprimant lors d'un entretien avec l'Associated Press, au siège de l'UNRWA, à Beyrouth, le 6 décembre 2023. (Crédit : Bilal Hussein/AP)
Le chef de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens au Proche-Orient (UNRWA), Philippe Lazzarini, s'exprimant lors d'un entretien avec l'Associated Press, au siège de l'UNRWA, à Beyrouth, le 6 décembre 2023. (Crédit : Bilal Hussein/AP)

Le montant total de l’aide à l’Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) gelé par les pays donateurs s’élève actuellement à 267 millions de dollars, a indiqué mardi son patron à la presse.

Au total, 450 millions de dollars avaient été suspendus, avait indiqué la semaine dernière le Commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini.

Grâce au retour de certains donateurs, l’apport de nouveaux pays et le succès de levées de fonds privés, « on est dans une meilleure situation aujourd’hui qu’il y a trois mois », a-t-il déclaré à Genève où il a fait le point avec les États, avant de rencontrer les journalistes.

L’UNRWA, qui coordonne la quasi-totalité de l’aide à Gaza, est en crise depuis qu’Israël a accusé au moins douze de ses 13 000 employés de Gaza d’avoir participé à l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre.

Les douze employés de l’UNRWA accusés d’avoir participé aux attaques terroristes du 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d’écran ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Cela a conduit plusieurs pays donateurs, dont les États-Unis, à suspendre tout financement à destination de l’agence, menaçant sa capacité à opérer dans l’enclave.

Plusieurs pays ont décidé de reprendre leur contribution, mais pas tous, a indiqué Lazzarini, indiquant que « 267 millions de dollars » restent gelés, dont la majeure partie dépend de la suspension de l’aide américaine.

Il a expliqué que « les États-Unis ont clairement indiqué qu’ils maintiendraient le gel de la suspension jusqu’en mars 2025, en raison de l’interdiction du Congrès », tandis que le Royaume-Uni et l’Autriche n’ont pas encore pris de décision. La décision de la Suisse est elle attendue prochainement.

Donateurs privés

Le patron de l’UNRWA a expliqué que de nouveaux pays, dont l’Algérie et l’Irak, avaient fait part de leurs intentions d’aider l’agence, qui a par ailleurs recueilli « plus de 115 millions de dollars en six mois » à travers des donateurs privés.

Lazzarini continue donc de penser que l’agence pourra tenir financièrement « jusque fin juin ».

« Si vous me demandez si vous êtes confiant ou non pour juillet, je dirais qu’au cours des quatre dernières années, j’ai rarement eu plus de visibilité au-delà de deux ou trois mois », a-t-il répondu.

Le 26 avril, l’ONU a indiqué que son Bureau des services de contrôle interne (BSCI) a « enquêté sur 19 membres du personnel de l’UNRWA », les douze premiers accusés par Israël en janvier et dont les contrats ont été « résiliés » ainsi que sept autres ayant été signalés par la suite.

Une salle électrique desservant un centre informatique souterrain du Hamas, sous le siège de l’UNRWA, découvert par l’armée israélienne dans la ville de Gaza, le 8 février 2024. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

« Sur les 19, une personne a été complètement blanchie et réintégrée », a indiqué Lazzarini mardi, ajoutant que « l’enquête est actuellement suspendue pour quatre autres personnes » en raison du manque d’informations.

La semaine dernière, un rapport d’un groupe indépendant dirigé par l’ancienne ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna concluait que si l’UNRWA manquait de « neutralité » dans la bande de Gaza, Israël n’avait pas encore fourni la « preuve » de prétendus liens de certains éléments avec des « organisations terroristes » comme le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Lazzarini a expliqué mardi que ses collègues sur le terrain font état d’un « traumatisme constant parmi la population », et que les convois de l’UNRWA qui souhaitent aller du sud au nord de Gaza sont « systématiquement refusés ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.