Israël en guerre - Jour 232

Rechercher

L’ONU met fin à l’enquête sur un employé de l’UNRWA et suspend 4 autres enquêtes, faute de preuves

Les enquêtes se poursuivent sur 14 autres employés de l'agence onusienne au cœur de la controverse qui sont soupçonnés par Israël d'être liés au Hamas

Illustration : Des personnes devant le siège endommagé de l'Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), dans la ville de Gaza, le 15 février 2024. (Crédit : AFP)
Illustration : Des personnes devant le siège endommagé de l'Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), dans la ville de Gaza, le 15 février 2024. (Crédit : AFP)

Les enquêteurs des Nations unies examinant les accusations israéliennes contre 19 employés de l’Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) pour leur participation présumée à l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre ont classé un dossier en raison du manque de preuves d’Israël et en ont suspendu quatre autres, a déclaré vendredi le porte-parole de l’ONU, Stéphane Dujarric.

Il a ajouté que l’enquête du Bureau des services de contrôle interne (BSCI) se poursuivait sur les autres cas.

Après une première série de 12 cas soulevés par le gouvernement israélien à la fin du mois de janvier, sept autres cas ont été portés à l’attention des Nations unies en mars et en avril, a indiqué Dujarric.

Dans le cas clos, Dujarric a déclaré « qu’aucune preuve n’a été fournie par Israël pour étayer les allégations contre le membre du personnel » et que l’ONU « étudie les mesures administratives correctives à prendre dans le cas de cette personne ».

Il a indiqué que quatre cas ont été suspendus « car les informations fournies par Israël ne sont pas suffisantes pour que le BSCI procède à une enquête ». Il a ajouté que l’UNRWA étudiait les mesures administratives à prendre.

L’agence onusienne fournit des services d’éducation, de santé et d’aide à des millions de Palestiniens à Gaza, en Cisjordanie, en Jordanie, au Liban et en Syrie.

Stephane Dujarric, porte-parole des Nations unies, au siège de l’ONU, le 20 juin 2017. (Crédit : Bebeto Matthews/AP)

Le secrétaire-général de l’ONU, Antonio Guterres, a estimé que l’UNRWA était « l’épine dorsale de toute la réponse humanitaire à Gaza » et s’est engagé à agir immédiatement sur toute nouvelle information d’Israël liée à « l’infiltration du Hamas » parmi ses employés.

Les accusations ont été rendues publiques en janvier lorsque l’agence onusienne, qui emploie quelque 13 000 personnes à Gaza, a annoncé qu’elle avait licencié certains membres de son personnel et qu’elle avait été informée par Israël. Sur les douze personnes accusées par Israël, l’UNRWA en a licencié dix et a déclaré que les deux autres étaient décédées. Les circonstances de leur décès n’ont pas été précisées.

Le BSCI a immédiatement entamé son enquête sur les accusations portées contre les douze membres du personnel, et les Nations unies ont nommé séparément l’ancienne ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, en février, pour diriger un examen de la capacité de l’UNRWA à garantir la neutralité et à répondre aux allégations de terrorisme.

Les conclusions de Colonna ont été publiées lundi et indiquent que l’UNRWA a « une approche plus développée » de la neutralité que d’autres groupes similaires de l’ONU ou d’aide. « Malgré ce cadre solide, des problèmes liés à la neutralité persistent », indique le rapport.

Des travailleurs de l’ONU dans un entrepôt/centre de distribution de l’UNRWA à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, qui aurait été partiellement touché par des tirs le 13 mars 2024. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Israël affirme qu’environ 10 % du personnel de l’UNRWA à Gaza a des liens avec le terrorisme et que les établissements d’enseignement sous les auspices de l’organisation incitent systématiquement à la haine d’Israël et glorifient le terrorisme.

Les allégations d’Israël à l’encontre du personnel de l’UNRWA ont conduit seize États à interrompre ou à suspendre le financement de 450 millions de dollars à l’UNRWA.

L’UNRWA a indiqué que la plupart de ces pays avaient repris leur financement, mais que les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Italie, l’Autriche et la Lituanie ne l’avaient pas encore fait. Un porte-parole de l’ONU a déclaré que l’UNRWA disposait de suffisamment de fonds pour financer ses opérations jusqu’en juin.

Après que les États-Unis, principal donateur de l’UNRWA avec 300 à 400 millions de dollars par an, ont interrompu leur financement, le Congrès américain a suspendu ses contributions au moins jusqu’en mars 2025.

Par ailleurs, le gouvernement néerlandais a déclaré vendredi qu’il envisagerait de reprendre le financement de l’UNRWA si l’agence mettait en œuvre les recommandations visant à renforcer sa neutralité.

Le gouvernement néerlandais a déclaré qu’il avait déjà versé sa contribution annuelle à l’UNRWA en janvier, avant que les accusations portées contre l’agence onusienne ne soient révélées. Il fait partie des pays européens qui ont interrompu le financement de l’agence après les accusations. Il a déclaré qu’il ne prévoyait pas de dons supplémentaires dans un avenir proche, mais qu’il considérerait l’UNRWA comme un partenaire potentiel si des demandes d’aide lui étaient adressées.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.