Le Vatican exige l’ouverture du Saint-Sépulcre pour la retransmission de Pâques
Rechercher

Le Vatican exige l’ouverture du Saint-Sépulcre pour la retransmission de Pâques

Dans sa lettre à Mandelblit, le représentant en Terre Sainte note que les prières ont lieu au mur Occidental et demande que la retransmission en direct de la messe soit autorisée

Une femme prie devant l'église fermée du Saint-Sépulcre, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 25 mars 2020. (Mahmoud Illean/AP)
Une femme prie devant l'église fermée du Saint-Sépulcre, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 25 mars 2020. (Mahmoud Illean/AP)

Le représentant officiel du Vatican en Terre Sainte a demandé mardi au procureur général Avichai Mandelblit que les offices de Pâques à l’église du Saint-Sépulcre soient autorisés, affirmant que le fait de fermer le site de Jérusalem en raison de l’épidémie de coronavirus constitue une discrimination à l’encontre des chrétiens alors que des prières limitées se poursuivent au mur Occidental.

Une lettre rédigée par Farid Jubran, le conseiller juridique de Custodia Terrae Sanctae, insiste pour que les prochains offices traditionnels de Pâques soient autorisés, avec juste assez de représentants de l’église et d’équipes de tournage présents pour permettre une retransmission en direct de l’événement à des millions de chrétiens du monde entier.

« Il est inconcevable que, surtout dans un moment comme celui-ci, les prières de Pâques ne soient pas diffusées aux centaines de millions de croyants qui sont chez eux dans le besoin » d’inspiration religieuse, indique la lettre.

En vertu des décrets de fermeture du ministère de la Santé interdisant les rassemblements de plus de 10 personnes dans un même lieu en raison du virus, les lieux de culte dans tout le pays avaient été en grande partie fermés. À l’église du Saint-Sépulcre, qui a fermé ses portes au public mercredi dernier, les offices quotidiens se sont poursuivis avec la participation d’une poignée de responsables de l’église seulement.

Toutefois, le cabinet a approuvé lundi soir une série de nouvelles mesures renforçant encore les restrictions imposées au public dans le cadre des efforts visant à limiter la propagation de la pandémie de coronavirus, notamment l’interdiction des quorums de prière, ce qui signifie que même le petit nombre de personnes officiant à l’église ne pourra plus se réunir. Mais, malgré cette interdiction, au mur Occidental, un seul minyan (ou quorum de prière) de 10 personnes est toujours autorisé lors des trois offices quotidiens, les participants se tenant à une distance de deux mètres les uns des autres.

Selon les responsables de l’église, un arrangement similaire pour des offices très limités a également été autorisé au Tombeau des Patriarches dans la ville de Hébron en Cisjordanie.

Des employés de nettoyage désinfectent le mur Occidental à cause du virus COVID-19 dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 31 mars 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Alors que la nuit dernière il a été rendu public que le gouvernement israélien a exempté le mur Occidental et le Tombeau des Patriarches [des règles de confinement], l’église du Saint Sépulcre, le site le plus saint pour des centaines de millions de chrétiens dans le monde, reste fermée avec une interdiction totale d’y célébrer des messes », dit la lettre. « Cette situation est inacceptable ».

« Il s’agit d’une discrimination illégitime au sens le plus simple du terme et, en tant que telle, d’une limitation illégale du droit fondamental à la liberté de religion d’un groupe religieux particulier sur la base de son appartenance religieuse », souligne la lettre.

Celle-ci demande que « les prières de Pâques se déroulent en petit comité de 10 membres du clergé et cameramen au maximum, qui les diffuseront en direct dans le monde chrétien ».

Les dirigeants de l’Église et leurs représentants sont disposés à engager immédiatement des discussions sur la question afin de résoudre le problème le plus rapidement possible, conclut la lettre.

Cette année, Pâques tombe le 12 avril.

Lundi, les chefs des églises catholique, grecque et arménienne du pays ont envoyé des lettres d’appel similaires au Premier ministre Benjamin Netanyahu et au Président Reuven Rivlin, leur demandant d’intervenir pour permettre la tenue de messes de Pâques limitées.

La semaine dernière, le Waqf islamique a décidé de fermer la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple à Jérusalem au public pour une période limitée, également comme mesure contre la propagation du coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...