Les coupes budgétaires des Affaires étrangères nuiront à l’image d’Israël
Rechercher

Les coupes budgétaires des Affaires étrangères nuiront à l’image d’Israël

Les diplomates dénoncent une « manœuvre manifestement politique » ; Les fonctionnaires du Trésor doivent avoir « fumé du cannabis quand ils ont écrit cette proposition démente »

Des employés du ministère des Affaires étrangères manifestant à Jérusalem le 24 mars 2014. Le panneau dit : "En grève ici" (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Des employés du ministère des Affaires étrangères manifestant à Jérusalem le 24 mars 2014. Le panneau dit : "En grève ici" (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Des hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères auraient averti que les plans du Trésor visant à sabrer son financement nuiraient à la sécurité du pays et porteraient un coup fatal à l’image et à l’activité d’Israël à l’étranger.

Plus précisément, les coupes vont stopper l’activité du ministère destinée à contrer la propagande arabe sur les réseaux sociaux et affecter négativement son aide internationale, qui permet à Israël d’entretenir des relations positives avec les pays émergents, ont déclaré les officiels au quotidien Yedioth Ahronoth mercredi.

Ils ont ajouté que les coupes feraient disparaître le budget qui sert à l’invitation de journalistes étrangers en Israël et à envoyer des artistes israéliens, des conférenciers et des expositions à l’étranger pour renforcer l’image du pays, tout en menaçant la capacité des consulats israéliens à l’étranger à aider les citoyens en détresse.

Enfin, cela va rendre impossible l’organisation de conférences sur des questions telles que la diplomatie numérique, la cyber-guerre et la diffusion de messages positifs sur Israël, connus en hébreu sous le nom de « hasbara », ont indiqué les responsables.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre les dirigeants africains en Ouganda le 4 juillet 2016. (Kobi Gideon / GPO)

Dans un document distribué aux ministres lundi avant la réunion du gouvernement de jeudi et le vote sur le budget de l’État 2019, le ministère des Finances a proposé la suppression de 140 postes sur 686 au siège du ministère à Jérusalem, et la fermeture de 22 des 103 missions israéliennes à l’étranger au cours des trois prochaines années, en transférant leur activité aux bureaux régionaux.

La mesure devrait permettre de dégager 216 millions de shekels (62,7 millions de dollars) sur un budget annuel total d’environ 1,48 milliard de shekels (430 millions de dollars) pour l’activité dans les pays les plus importants pour Israël.

Le ministère des Finances a déclaré que le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui est également le ministre des Affaires étrangères, soutient les mesures, a rapporté Yedioth, et que c’était contre lui que les employés dirigeaient leur colère.

« Il y a une ambiance de morosité au ministère des Affaires étrangères », ont déclaré les officiels. « C’est une manœuvre manifestement politique. Celui qui portera le coup fatal au ministère des Affaires étrangères devra rendre compte de l’atteinte à la sécurité du pays qui en résultera. Il n’y a pas de relations étrangères sans missions à l’étranger et sans diplomates. »

L’ambassadeur d’Israël au Soudan du Sud, Hanan Goder, tient une chèvre en livrant de l’aide alimentaire à un village du Sud-Soudan le 23 août 2017. (Ambassade d’Israël au Soudan du Sud)

Hanan Goder, ambassadeur au Soudan du Sud et président du syndicat des travailleurs du ministère des Affaires étrangères, a déclaré au Yedioth que les fonctionnaires du ministère des Finances devaient « fumer du cannabis lorsqu’ils ont écrit cette proposition folle » et qu’ils se comportaient comme une équipe de football désorganisée, qui, au lieu de marquer un but contre l’équipe adverse, marque continuellement des buts contre son propre camp. »

Lundi, la vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely a qualifié les coupes prévues d' »assassinat ciblé » de la diplomatie israélienne.

La vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely assiste à une cérémonie à la Knesset, le 21 novembre 2017 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

« C’est un affront que nous ne pouvons accepter. Le ministère des Finances a décidé de procéder à un assassinat ciblé des Affaires étrangères, à un moment où Israël étend ses relations avec l’étranger et que le ministère a besoin d’un budget plus important », a-t-elle dit, jurant de rencontrer Netanyahu pour empêcher « ce décret impossible ».

Israël compte actuellement 69 ambassades, 23 consulats et cinq missions spéciales, y compris son représentant aux Nations unies.

Netanyahu a souvent parlé d’améliorer les relations dans le monde, annonçant le mois dernier qu’une nouvelle ambassade israélienne ouvrira au Rwanda.

Mais le budget et les conditions du ministère ont été érodés au cours de la dernière décennie.

Les diplomates se sont mis en grève en 2014 et de nouveau en 2016 après que le Trésor a traîné les pieds sur la mise en œuvre d’un accord de 2014.

Les dépenses publiques en 2019 devraient augmenter d’un peu moins de 3,5 %, passant de 460 milliards de shekels (134 milliards de dollars) en 2018 à 479 milliards de shekels (140 milliards de dollars) en 2019, dont 100 milliards de shekels destinés à rembourser les dettes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...