Rechercher

Les Juifs d’Autriche rattrapés par la pandémie

La Conférence des rabbins européens a été annulée, mettant un frein aux plans visant à revigorer les communautés durement touchées en Europe

Un rabbin parle de la portion hebdomadaire de la Torah à la synagogue Ohel Jakob de Munich, le 23 novembre 2021. (Crédit : Cnaan Liphshiz/JTA)
Un rabbin parle de la portion hebdomadaire de la Torah à la synagogue Ohel Jakob de Munich, le 23 novembre 2021. (Crédit : Cnaan Liphshiz/JTA)

MUNICH, Allemagne (JTA) – La scène ici était censée être jubilatoire cette semaine : Après un an et demi de confinements et d’activités communautaires réduites, des rabbins de toute l’Europe devaient se réunir pour une conférence afin de rêver à une vie juive post-pandémique.

Au lieu de cela, l’augmentation du nombre de cas de COVID-19 a conduit la Conférence des rabbins européens à annuler cet événement de trois jours.

« Lorsque les infections ont commencé à augmenter, nous avons réalisé que nous devions reporter la conférence au mois de mars », a déclaré Gady Gronich, le directeur général du groupe basé à Munich. « Nous l’avons fait avec le cœur lourd. Mais il fallait le faire ».

Le gouvernement n’a pas mis fin à l’événement, a déclaré Gronich, mais lorsque l’ampleur de la quatrième vague est devenue évidente, « c’est devenu inévitable. »

La recrudescence des cas dans toute l’Europe, mais surtout en Allemagne et en Autriche, a mis un frein à ce que beaucoup espéraient être une sortie durable des restrictions liées à la pandémie. Après la fin du dernier confinement à Munich en mai, de nombreux dirigeants communautaires avaient investi dans la revitalisation de l’activité communautaire. Aujourd’hui, les habitants se préparent à célébrer Hanoukka en solitaire et s’interrogent à nouveau sur ce que l’avenir leur réserve.

« Nous étions assez actifs dans la communauté avant le COVID, mais plus maintenant, parce qu’il y a très peu de choses qu’ils sont capables d’offrir », a déclaré Andi Katz, mère de deux enfants, à l’extérieur de la synagogue Ohel Jakob. « La vie communautaire complète me manque beaucoup ».

Mais les conditions sont aujourd’hui meilleures qu’au début de la pandémie pour la communauté juive de Munich, qui compte environ 9 500 membres – la deuxième plus grande d’Allemagne après Berlin. Katz regardait ses deux jeunes fils jouer sur la place Saint Jacob, le site du complexe de la communauté juive de la ville qui abrite la synagogue, le musée juif et le café, ainsi que Einstein, le seul restaurant casher à service complet de Munich.

Toutes ces installations et d’autres à Munich ont été fermées de mars à mai 2020, et les déplacements des habitants ont été limités aux environs immédiats de leurs maisons, dans un effort visant à repousser la première vague punitive de la pandémie.

Aujourd’hui, comme c’est le cas dans de nombreux endroits où la disponibilité des vaccins a transformé les risques de la pandémie, les établissements sont ouverts avec des précautions en place. Conformément à un mandat gouvernemental imposé la semaine dernière, des certificats de vaccination sont exigés pour l’entrée et les masques sont inspectés pour s’assurer qu’ils répondent à la norme stricte FFP2. Un jour récent, un visiteur étranger a été refoulé parce que son masque était de qualité inférieure.

Les synagogues sont également ouvertes, du moins pour l’instant. Ohel Jakob, l’une des deux synagogues à organiser des services en semaine, et pas seulement le Shabbat, a attiré 30 hommes récemmentb – une foule plus importante que la moyenne, alors que les membres craignent les restrictions potentielles à venir.

« Je n’ai pas l’habitude de venir à la synagogue, mais c’est toujours agréable de pouvoir le faire », a déclaré Micha Gendelmann, un homme juif local d’une cinquantaine d’années, né dans ce qui est aujourd’hui l’Ukraine. « Alors aujourd’hui, j’ai pris congé plus tôt du travail pour profiter de l’ouverture de la synagogue ».

Actuellement, les lieux de culte sont autorisés à fonctionner s’ils observent une distanciation sociale. Mais une fermeture imminente des lieux de culte et autres lieux de rassemblement semble possible en Bavière, l’État du sud dont la capitale est Munich, et dont les autorités ont été parmi les plus strictes d’Europe en termes d’application des mesures d’urgence COVID-19 pendant la vague actuelle.

Lundi, le Premier ministre bavarois Markus Söder a ordonné la fermeture de tous les bars, clubs et lieux de spectacle pendant au moins trois semaines à compter du 24 novembre. Le célèbre marché de Noël de Munich a été annulé la semaine dernière, au moment même où la Conférence des rabbins européens a décidé de reporter sa réunion.

Les mesures appliquées en Allemagne sont plus laxistes qu’en Autriche voisine, qui a annoncé la semaine dernière qu’elle deviendrait la première démocratie d’Europe à imposer une obligation de vaccination à tous les citoyens adultes. L’Allemagne et l’Autriche ont des taux de vaccination parmi les plus bas d’Europe occidentale, même si leurs taux sont plus élevés que ceux des États-Unis.

La prévalence de la maladie, combinée au nombre relativement important d’adultes non vaccinés, signifie que l’Allemagne devrait connaître de nombreux cas de maladies graves et de décès dans les mois à venir.

« La situation actuelle de la pandémie en Allemagne est dramatique, je ne peux pas le dire autrement », a déclaré la semaine dernière la chancelière allemande Angela Merkel. « La quatrième vague frappe notre pays de plein fouet ».

Un travailleur médical et des personnes attendant une vaccination COVID-19 se tiennent à côté d’une scène de nativité au marché de Noël d’Offenbach, à Francfort, mercredi 24 novembre 2021. Le stand de Noël a été transformé en un centre de vaccination temporaire, où les gens ont fait la queue pendant des heures. (Crédit : photo/Michael Probst)

Compte tenu des conditions actuelles, « la Conférence des rabbins européens devait faire preuve de responsabilité » en annulant sa réunion, a déclaré le rabbin Pinchas Goldschmidt, président de l’organisme.

Le comité directeur du groupe, composé de 35 personnes, s’est réuni à Munich comme prévu. Avec moins de distractions et moins d’occasions de se mêler, « les discussions ont été très vives et ciblées », a déclaré M. Goldschmidt.

M. Goldschmidt a été moins en mesure d’envisager un aspect positif d’un confinement communautaire. Les services en ligne et les autres événements communautaires ont été bien suivis lors des deux premiers confinements, a-t-il observé, « mais lorsque la nouveauté s’est estompée, la participation a chuté. Ce n’est pas un substitut à la vie communautaire réelle ».

En effet, un nouveau confinement serait un « coup douloureux et un revers » pour Yaacov Sellem, un professionnel de la restauration de 44 ans qui dirige l’unique restaurant casher de la communauté, ouvert dans le complexe juif de la place Saint Jacob en 2007.

Étant donné qu’il est affilié à la communauté juive de Munich, il n’est pas destiné à générer des bénéfices, mais plutôt à couvrir la plupart, voire la totalité, de ses frais de fonctionnement. Outre la présence d’un spécialiste français de l’alimentation casher à sa tête, le restaurant propose un menu composé à la fois d’aliments locaux, comme le schnitzel et le strudel, pour les touristes israéliens, et d’aliments israéliens, comme le shawarma et le houmous, pour les habitants juifs et non juifs désireux de goûter aux saveurs d’Israël.

Des enfants jouent au football devant la synagogue Ohel Jakob à Munich, le 23 novembre 2021 (Cnaan Liphshiz/JTA)

(Cnaan Liphshiz/JTA)

« Cet endroit marchait très bien avant le COVID, nous avions des jours où nous étions pleins », a déclaré Sellem, qui partage son temps entre Munich et son Sarcelles natal, une banlieue fortement juive de Paris. « Maintenant, le restaurant perd de l’argent ».

Sellem a déclaré qu’il avait voulu démissionner avant la pandémie parce qu’il était fatigué de voyager. Mais il est resté tout au long de la crise par sens du devoir, a-t-il dit.

« J’espère que nous pourrons rester ouverts », a déclaré M. Sellem. « Pas tant pour le résultat financier que parce qu’un restaurant casher est une espèce de colle qui ajoute à la cohésion de toute communauté juive. »

Quoi qu’il arrive dans les jours et les semaines à venir en Allemagne, il est clair pour de nombreux membres de la communauté juive que la seule chose sur laquelle il faut compter est l’imprévisibilité.

Les nouvelles restrictions et l’annulation de la conférence des rabbins « font partie de notre routine aujourd’hui », a déclaré Schlomo Hofmeister, le rabbin originaire de Munich de l’organisation communautaire juive de Vienne. « Nous essayons de vivre une vie normale, nous essayons de planifier la normalité et, encore et encore, nous sommes rattrapés par la réalité. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...