Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Les obligations israéliennes ont atteint 3 Mrds $ depuis le début de la guerre à Gaza

Malgré les boycotts et les protestations anti-Israël à la hausse, les États et les collectivités locales américaines continuent d'acheter

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Le président-directeur général d'Israel Bonds, Dani Naveh, s'exprimant lors du déjeuner de la division immobilière et alliée d'Israel Bonds, à New York, le 13 novembre 2023. (Crédit : Shahar Azran/Israel Bonds)
Le président-directeur général d'Israel Bonds, Dani Naveh, s'exprimant lors du déjeuner de la division immobilière et alliée d'Israel Bonds, à New York, le 13 novembre 2023. (Crédit : Shahar Azran/Israel Bonds)

Un montant record de près de 3 milliards de dollars a été vendu en obligations de l’État d’Israël au cours des six mois qui ont suivi le début de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, les investisseurs étrangers, principalement américains, ayant renforcé leur soutien.

« Depuis le début de la guerre le 7 octobre, nous avons constaté une augmentation significative des investissements de la part des institutions financières, principalement des États américains et des gouvernements municipaux », a déclaré Dani Naveh, président et directeur-général d’Israel Bonds, au Times of Israel. « C’est tout d’abord le reflet du niveau de soutien direct à Israël pendant la guerre dont ont fait preuve de nombreuses villes et personnes dans le monde entier. »

« En achetant des obligations israéliennes, ils contribuent à lever les fonds nécessaires à l’effort de guerre, comme la reconstruction des communautés détruites, et en tant qu’investisseurs, ils participent à l’économie israélienne, à sa résilience et à sa réussite, que ce soit dans le domaine de la technologie de la défense aérienne ou d’autres innovations », a ajouté Naveh.

Israel Bonds, qui est enregistré aux États-Unis sous le nom de The Development Corporation for Israel et affilié au ministère israélien des Finances, émet des titres de créance émis par le gouvernement israélien. La majorité des opérations et des investisseurs se trouvent aux États-Unis, mais certains sont situés au Canada, en Europe et au Mexique.

Au cours du premier mois qui a suivi la guerre, Israel Bonds a levé 1 milliard de dollars grâce à la vente de ses titres de créance, soit la moyenne des ventes annuelles totales qu’elle a enregistrées au cours des années précédentes. Cela a porté les investissements mondiaux des partisans d’Israël dans les obligations à 2,7 milliards de dollars en 2023, un total record dans les 72 ans d’histoire de l’organisation. À ce jour, l’organisation a vendu pour environ 52 milliards de dollars d’obligations israéliennes.

Israël a versé des milliards de shekels pour financer la guerre qui a éclaté le 7 octobre lorsque le Hamas a mené un assaut transfrontalier dévastateur contre Israël. Les terroristes ont tué près de 1 200 personnes et en ont enlevé 253 dans la bande de Gaza. Israël a répondu par une opération militaire visant à anéantir le groupe terroriste palestinien et à libérer les otages. 129 otages sont toujours détenus par des terroristes dans la bande de Gaza, mais au moins 32 ne sont plus en vie.

Le président-directeur général d’Israel Bonds, Dani Naveh (à gauche), visitant le site commémoratif du Festival Supernova lors d’une mission de solidarité en Israël, en 2024. (Crédit : Eli Dassa)

Au cours du week-end, l’armée israélienne et les forces alliées ont intercepté 99 % des quelques 350 drones et missiles d’attaque tirés par l’Iran sur Israël, ce qui constitue la première attaque directe de la République islamique contre Israël.

« Depuis le 7 octobre, les besoins financiers de l’État d’Israël pour soutenir l’effort de guerre, sur le front civil et militaire, sont beaucoup plus importants », a déclaré Naveh, citant la réhabilitation des kibboutzim qui ont été détruits lors de l’attaque terroriste, ainsi que les dépenses de défense.

La pression politique intérieure exercée par la conduite d’Israël dans son opération militaire à Gaza a incité certains pays à prendre des mesures financières. L’Irlande a retiré ses investissements des plus grandes banques israéliennes et d’une chaîne de supermarchés. La Turquie a imposé des restrictions sur ses exportations vers Israël.

« Malgré leurs efforts pour intimider nos investisseurs individuels et s’en prendre à nos investisseurs gouvernementaux locaux, nos résultats sont meilleurs que jamais », a souligné Naveh. « Différents types d’investisseurs nous ont dit que la façon dont ils allaient répondre à ce type de plainte contre eux était d’investir davantage dans les obligations israéliennes. »

Une voiture brûlée et des appartements endommagés par des roquettes tirées par le Hezbollah, à Kiryat Shmona, dans le nord d’Israël, à la frontière avec le Liban, le 29 février 2024. (Crédit : Ariel Schalit/AP)

En mars, le comté de Palm Beach, en Floride, a relevé le plafond des investissements en obligations israéliennes de 10 à 15 % de son portefeuille de fonds. Avec environ 700 millions de dollars sur son portefeuille de 4,67 milliards de dollars, Palm Beach est le plus grand détenteur d’obligations israéliennes au monde, selon le greffier et contrôleur du comté de Palm Beach, Joseph Abruzzo.

« Mon premier devoir envers les contribuables du comté de Palm Beach est de m’assurer que l’argent de nos impôts est protégé et investi correctement et judicieusement », a déclaré Abruzzo. « Les obligations israéliennes sont assorties d’un taux plus élevé que les bons du Trésor américain et sont tout aussi sûres. »

Selon Abruzzo, le comté percevra environ 83 millions de dollars d’intérêts sur ses investissements en obligations israéliennes.

Naveh a déclaré que les obligations israéliennes ont continué à se vendre à un rythme effréné au cours des trois premiers mois de cette année, avec des ventes atteignant 1,3 milliard de dollars.

Sur le total des fonds levés par les obligations israéliennes depuis le 7 octobre, plus de 1,7 milliard de dollars proviennent de 35 États américains et de municipalités locales. Parmi les acheteurs institutionnels figurent les gouvernements des États de Floride, de New York, d’Alabama, d’Arizona, d’Ohio, d’Illinois, du Texas, d’Oklahoma, du Nevada, de Louisiane, de Caroline du Sud et d’Indiana. Les deux banques qui ont effectué des achats sont la Cross River Bank, basée dans le New Jersey, et la Key Bank, basée à Cleveland.

Le deuxième type d’acheteurs est constitué d’investisseurs individuels issus des communautés, congrégations et fédérations juives, qui achètent des obligations d’Israël pour exprimer leur soutien à Israël et faire du monde un endroit plus sûr et plus sécurisé, a expliqué Naveh.

Interrogé sur la perspective de ventes annuelles pour 2024, Naveh n’a pas pu donner de détails sur l’objectif de l’organisation pour cette année.

« Nous ne reviendrons certainement pas à l’époque du milliard de dollars de ventes annuelles et nous serons plus proches d’une entreprise de quelque 2 milliards de dollars d’ici la fin de la journée », a estimé Naveh. « Nous ne pouvons pas dire combien exactement à ce stade, mais nous allons continuer à avancer à toute vapeur pour obtenir de bien meilleurs résultats. »

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich posant avec des membres de l’organisation Israel Bonds lors d’une conférence, à Washington, le 12 mars 2023. (Crédit : Bezalel Smotrich/Twitter)

La guerre d’Israël contre le Hamas a déjà conduit à un doublement des emprunts du pays l’année dernière, a déclaré le ministère des Finances ce mois-ci. Le gouvernement a levé 160 milliards de shekels de dette en 2023 – dont la moitié, 81 milliards de shekels, après le 7 octobre.

Sur ce total, le gouvernement a emprunté 72 % au niveau national, 25 % à l’étranger et le reste sous forme de dette locale non négociable. Les obligations israéliennes représentent environ 25 % des émissions de dette étrangère du pays. Israël a levé 63 milliards de shekels au cours de l’année 2022.

Le mois dernier, Israël a levé un montant record de 8 milliards de dollars lors de sa première vente d’obligations internationales depuis l’assaut barbare du groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre, avec une très forte demande, même après que Moody’s a abaissé pour la première fois la note de crédit souveraine d’Israël en février.

« Au cours des 73 dernières années, même lorsque l’économie israélienne était beaucoup plus fragile et que le ratio dette/PIB était beaucoup plus élevé qu’aujourd’hui, Israël a toujours remboursé sa dette dans les délais », a souligné Naveh. « Si l’on considère les précédents cycles de sécurité auxquels Israël a été confronté au fil des ans, l’économie israélienne a toujours fait preuve d’une très forte résilience et j’ai bon espoir qu’il en sera de même dans le cas présent. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.