Liban : un ancien membre d’une milice supplétive d’Israël tué par balle
Rechercher

Liban : un ancien membre d’une milice supplétive d’Israël tué par balle

Antoine Hayek, était proche d'Amer al-Fakhoury, un ex milicien qui s'est évadé jeudi du Liban, suscitant l'ire du mouvement terroriste chiite Hezbollah et d'anciens prisonniers

Le drapeau libanais (Crédit : Flicker / CC BY 2.0 / Eusèbe @Commons)
Le drapeau libanais (Crédit : Flicker / CC BY 2.0 / Eusèbe @Commons)

Un ancien membre d’une ex-milice supplétive d’Israël a été tué par balle dimanche dans le sud du Liban, quatre jours après la fuite vers les Etats-Unis d’un ancien responsable de la même milice accusé d’actes de torture.

« Un inconnu a ouvert le feu ce matin avec un revolver en direction de ‘A.H.’ dans (un magasin du) village de Miyé Miyé (…) le tuant sur le coup », a indiqué l’agence nationale de l’information (ANI).

D’après cette dernière, l’homme tué était « un retraité des Forces de sécurité intérieure (FSI) ».

Selon une source juridique ayant requis l’anonymat, l’homme, du nom d’Antoine Hayek, était proche d’Amer al-Fakhoury, un ex milicien qui s’est évadé jeudi du Liban, suscitant l’ire du mouvement terroriste chiite du Hezbollah et d’anciens prisonniers.

Sur cette photo du 15 septembre 2019, des membres du mouvement chiite libanais Amal tiennent une photographie
d’Amer al-Fakhoury, lors d’une manifestation devant l’ancienne prison de Khiyam, gérée par Israël à la frontière israélienne, pour exiger son jugement. (Photo par JOSEPH EID / AFP)

M. Hayek avait rejoint au milieu des années 1980 l’ex-Armée du Liban sud (ALS), une milice financée par Israël durant son occupation du sud du Liban jusqu’en 2000.

Il a notamment travaillé comme responsable sécuritaire au sein de la prison de Khiam, établie en 1984 et où des centaines de Libanais et de Palestiniens avaient étaient emprisonnés par Israël et ses supplétifs libanais.

Antoine Hayek « travaillait sous les ordres d’Amer al-Fakhoury », d’après la même source.

M. Fakhoury est un ex responsable de la prison de Khiam, exilé pendant 20 ans aux Etats-Unis avant de revenir en septembre dernier au Liban, où il a été arrêté et accusé d’actes de torture.

Lundi, cet ancien membre de l’ALS avait été relâché par la justice avant de quitter le pays à bord d’un hélicoptère qui a décollé de l’ambassade américaine malgré une interdiction de voyager, selon une source de sécurité libanaise.

Sa fuite a suscité une vive polémique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...