Liberman : Israël va investir 3,5 milliards NIS dans les villes limitrophes de Gaza
Rechercher

Liberman : Israël va investir 3,5 milliards NIS dans les villes limitrophes de Gaza

Le ministre de la Défense a discuté devant la commission de la Knesset du renforcement du Hamas, de la crise financière palestinienne et des problèmes de personnel de l’armée

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, entouré du chef de l'opposition Isaac Herzog (à gauche), et du président de la commission Avi Dichter (à droite), à la Knesset, le 31 ocotbre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le ministre de la Défense Avigdor Liberman devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, entouré du chef de l'opposition Isaac Herzog (à gauche), et du président de la commission Avi Dichter (à droite), à la Knesset, le 31 ocotbre 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Israël va investir environ 3,5 milliards de shekels (833 millions d’euros) pendant les prochaines années pour renforcer les défenses des communes entourant la bande de Gaza, a annoncé lundi Avigdor Liberman, ministre de la Défense.

Pendant une réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le ministre a prévenu que le groupe terroriste du Hamas augmentait sa « force d’attaque » et désirait reprendre le conflit contre Israël.

« Le Hamas à Gaza compte 26 000 combattants et 40 000 autres fonctionnaires à qui il paie des salaires », a déclaré Liberman.

Bien qu’il ait déclaré que le renforcement des forces du Hamas constituait une tentative de « porter le combat en territoire israélien la prochaine fois », Liberman a également noté que certains efforts du groupe terroriste étaient dirigés vers « la répression des autres groupes dans la bande » de Gaza, une référence aux groupes jihadistes plus extrémistes qui sont responsables des roquettes tirées sur Israël depuis la guerre de 2014.

Les démineurs de la police sortent un morceau de la roquette tirée depuis la bande de Gaza qui a atterri sur une route de Sdérot, le 5 octobre 2016. (Crédit : police israélienne)
Les démineurs de la police sortent un morceau de la roquette tirée depuis la bande de Gaza qui a atterri sur une route de Sdérot, le 5 octobre 2016. (Crédit : police israélienne)

Liberman a attribué les efforts du Hamas pour empêcher les tirs de roquettes à une politique de représailles plus vigoureuse qu’il a demandé à l’armée israélienne de mettre en place.

Cependant, le nombre d’attaques à la roquette n’a pas considérablement varié depuis que l’armée a adopté sa politique en août, toujours à un ou deux tirs par mois.

Pendant une conférence de presse au début de la réunion, Liberman a également déclaré au public que le gouvernement « ne peut pas accepter une situation où des officiers en uniforme sont une cible pour être attaqués ou fustigés, particulièrement par des députés. »

Il semblait faire référence à des remarques de Moti Yogev, député de HaBayit HaYehudi, qui a critiqué l’avocat général de l’armée, Sharon Afek, et des officiers du Coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), pendant une réunion de la commission en septembre.

Pendant son discours devant la puissante commission de la Knesset, Liberman a également traité de la détérioration de la situation financière dans la bande de Gaza et en Cisjordanie, ainsi que des problèmes de ressources humaines qu’affronte l’armée israélienne.

Selon le ministre de la Défense, Gaza et la Cisjordanie sont dans une situation financière très précaire, un sujet qui affecte à la fois les Palestiniens et Israël.

La réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le 31 octobre 2016. (Crédit : Yitzchak Harari/porte-parole de la Knesset)
La réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, le 31 octobre 2016. (Crédit : Yitzchak Harari/porte-parole de la Knesset)

« Améliorer la situation financière des Palestiniens est dans l’intérêt de la sécurité d’Israël », a déclaré Liberman, selon un communiqué de la commission.

La position pécuniaire précaire du Hamas a longtemps été un problème dans la bande de Gaza, où le taux de chômage s’établit à environ 40 %, selon l’armée israélienne.

Liberman a accusé le Hamas et le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, source constante de raillerie et de colère pour le ministre de la Défense, de traîner délibérément des pieds pour traiter de la crise financière en Cisjordanie et à Gaza.

« Abu Mazen est principalement préoccupé par son héritage politique, dont un certain nombre d’actions prévues pour 2017, et ne travaille pas à améliorer la situation financière de l’Autorité », a-t-il déclaré en utilisant le surnom d’Abbas.

En ce qui concerne Gaza, le ministre de la Défense a affirmé que l’aide étrangère à la bande de Gaza, qui constitue selon lui 95 % de son budget, s’est asséchée ces dernières années.

Selon Liberman, malgré la situation, le Hamas a délibérément évité de prendre des mesures d’amélioration de la vie des Gazaouis.

Pour preuve, il a indiqué la crise de l’eau imminente dans la bande de Gaza. Selon les Nations unies, l’enclave côtière pourrait être inhabitable d’ici 2020, en partie à cause du manque d’eau potable.

Johannes Hahn, Commissaire européen pour la politique régionale et l'intégration européenne (au centre) visite l'usine de désalinisation d'eau de la bande de Gaza financée par l'Union européenne, à Deir al-Balah, le 14 juin 2016. (Crédit : AFP PHOTO/Mahmud Hams)
Johannes Hahn, Commissaire européen pour la politique régionale et l’intégration européenne (au centre) visite l’usine de désalinisation d’eau de la bande de Gaza financée par l’Union européenne, à Deir al-Balah, le 14 juin 2016. (Crédit : AFP PHOTO/Mahmud Hams)

Au cours des années, la Banque mondiale a fourni quelque 383 millions de shekels (91 millions d’euros) pour un système de purification d’eau, et en juin, la Corporation électrique israélienne a accepté de fournir à la bande de Gaza le courant supplémentaire nécessaire pour alimenter une telle usine.

Et pourtant le Hamas n’a pas approuvé le plan, selon Liberman. En raison de cela, a-t-il déclaré, Israël devra mettre en place un plan « dans les prochains mois » pour fournir de l’eau potable aux habitants de Gaza.

Pendant la réunion de la commission, le ministre de la Défense a aussi discuté des questions de personnel de l’armée israélienne.

Incapable de concurrencer les salaires des entreprises civiles, l’armée a connu une sorte de fuite des cerveaux, puisque les officiers et sous-officiers talentueux partent pour obtenir un meilleur salaire.

L’armée a proposé quelques solutions, en offrant aux soldats de modestes bonus et d’autres avantages, ainsi qu’en les encourageant à rester dans l’armée pour des raisons idéologiques et patriotiques.

Liberman n’a proposé aucune réponse concrète à la crise, mais a critiqué une décision prise avant qu’il ne soit nommé ministre de la Défense, qui a réduit le service militaire obligatoire pour les hommes de 36 à 32 mois. Il a cependant déclaré qu’il ne reviendrait pas sur cette mesure.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...