Israël en guerre - Jour 228

Rechercher

L’IMA met en garde contre l’utilisation de lacrymo par la police

Dans leur première missive, les médecins israéliens avaient mis en garde contre l’utilisation des canons à eau et autre moyens de dispersion des émeutes

La police israélienne utilisant un canon à eau pour disperser les manifestants qui bloquent une route lors d'un rassemblement contre les plans du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à remanier le système judiciaire, à Jérusalem, le 24 juillet 2023. (Crédit : Mahmoud Illean/AP Photo)
La police israélienne utilisant un canon à eau pour disperser les manifestants qui bloquent une route lors d'un rassemblement contre les plans du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu visant à remanier le système judiciaire, à Jérusalem, le 24 juillet 2023. (Crédit : Mahmoud Illean/AP Photo)

Des médecins israéliens ont lancé un avertissement urgent à la police israélienne concernant l’utilisation de gaz lacrymogènes contre les manifestants lors des rassemblements anti-gouvernement prévus jeudi soir et dans les jours à venir. Les médecins rappellent à la police qu’il lui incombe d’agir conformément à ses propres protocoles de sécurité pour le contrôle des foules.

Le premier avertissement a été lancé au debut du mois par l’Association médicale israélienne (IMA) et la Société israélienne d’oto-rhino-laryngologie et de chirurgie de la tête et du cou qui ont adressé une lettre datée du 8 juillet au chef de la police israélienne, Kobi Shabtaï, dans laquelle ils demandent que les officiers cessent d’utiliser des canons à eau, au moins jusqu’à ce que leur utilisation contre les manifestants le 5 juillet fasse l’objet d’une enquête.

La lettre qualifiait les canons à eau « d’armes » qui causent des dommages « exceptionnels et graves » en pulvérisant de l’eau à haute pression.

La lettre du 8 juillet faisait suite aux blessures subies par 14 manifestants, qui ont hospitalisés à Ichilov de Tel Aviv le 5 juillet, après que les Israéliens sont descendus spontanément dans la rue pour protester suite à la démission du chef de la police de Tel Aviv, Amichaï Eshed, une démission qu’il a précisément justifiée par son refus d’utiliser une force excessive contre les manifestants.

Suite aux blessures infligées aux manifestants par les canons à eau et la garde montée au cours des dernières semaines, l’IMA, l’Organisation des femmes médecins et la Société israélienne de toxicologie ont également envoyé une lettre au chef Shabtaï.

« Nous avons appris que la police prévoit d’utiliser largement les gaz lacrymogènes pour disperser les manifestations aujourd’hui et à l’avenir. Il est de notre devoir de vous mettre en garde contre le risque de dommages graves que ce produit peut causer aux manifestants », indique la lettre.

Illustration : Des manifestants bloquant une route et se heurtant à la police qui a déployé des gaz lacrymogènes alors qu’ils protestent contre la refonte judiciaire prévue par le gouvernement, à Tel Aviv, le 1er mars 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

Les médecins soulignent que l’ingrédient actif du gaz lacrymogène est « toxique et irritant, et peut, dans certaines circonstances, entraîner de graves dommages pour la santé d’une personne, voire la mort ».

Le gaz lacrymogène présente des dangers qui vont au-delà des lesions immédiates aux yeux, à la peau, aux muqueuses et aux voies respiratoires, en particulier pour les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes de santé pré-existants. Le gaz peut endommager gravement et de manière permanente le cœur, les poumons et le cerveau. En outre, les personnes peuvent être gravement blessées par l’effet de foule qui peut se produire lorsque les manifestants tentent de s’éloigner des gaz lacrymogènes.

Les médecins ont rappelé à la police que la chaleur accablante et l’humidité extrêmes du climat israélien exacerbent les effets du gaz lacrymogène et que ce dernier est inflammable et ne doit jamais être utilisé à proximité de flammes. Les médecins ont souligné que les traités internationaux interdisent la pulvérisation de gaz lacrymogène sur les foules par le haut.

La missive, dont une copie a été adressée au directeur-général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman Tov, et à la procureure générale, Gali Baharav-Miara, rappelle à Shabtaï que, selon les procédures officielles de la police, le gaz lacrymogène ne peut être utilisé que dans une « situation de niveau 4 », c’est-à-dire en cas de résistance grave et violente contre les forces de l’ordre et/ou le public.

Suite à l’adoption de la loi, des militants frustrés ont affronté la police, particulièrement brutale, pendant des heures à Tel Aviv et à Jérusalem lundi soir, bloquant les autoroutes et promettant d’intensifier les manifestations, alors que les députés se sont engagés à faire avancer le reste du programme largement controversé.

Les dirigeants du mouvement de protestation contre la refonte judiciaire ont appelé les manifestants mercredi à se rassembler rue Kaplan, à Tel Aviv, jeudi soir, suite à l’adoption de la loi du « caractère raisonnable » par le gouvernement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.