Rechercher

L’Israélien Tnuva lance un fonds de capital-risque pour la technologie alimentaire

Tnuva NEXT investira 30 millions de shekels dans des entreprises de technologie alimentaire israéliennes cette année

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Beurre de Tnuva. (Autorisation)
Beurre de Tnuva. (Autorisation)

Le géant israélien de l’alimentaire Tnuva a annoncé dimanche le lancement d’un fonds de capital-risque axé sur les investissements dans de nouvelles start-ups et entreprises de technologies alimentaires.

Tnuva a déclaré que le nouveau fonds, Tnuva NEXT, venait s’ajouter aux investissements globaux de la société en 2021 dans des entreprises de technologies alimentaires qui ont totalisé environ 30 millions de shekels au cours de l’année. La société a déclaré qu’elle prévoit d’investir le même montant en 2022.

La société exploite actuellement l’incubateur Fresh.Start dans la ville de Kiryat Shmona avec la société israélienne de boissons Tempo, la société israélienne de financement participatif OurCrowd, et la société d’investissement française Finistère, spécialisée dans l’alimentation et l’agriculture. L’incubateur a ouvert ses portes en 2020 et travaille actuellement avec huit start-up de technologies alimentaires, dont une qui développe des poissons en culture cellulaire, et deux autres entreprises qui travaillent sur des technologies pour réduire l’utilisation du sucre dans l’alimentation.

Tnuva a déclaré que l’incubateur devrait soutenir environ 40 start-ups dans les prochaines années.

Le président de Tnuva, Haim Gavrieli, a déclaré que « les technologies alimentaires en général, et les techniques relatives aux substituts de protéines en particulier, ont un grand avenir devant elles. En tant que société alimentaire nationale, nous assumons la responsabilité de la sécurité alimentaire des consommateurs israéliens. C’est pourquoi nous investissons dans des domaines qui nous permettront de croître et d’offrir aux consommateurs des solutions nutritionnelles bénéfiques ».

Fondée en 1926, Tnuva est une grande entreprise alimentaire en Israël avec environ 15 % des parts du marché alimentaire, et environ 50 % des parts du marché laitier. En plus de ses produits laitiers, boissons au yogourt et fromages, l’entreprise possède une gamme de produits végétaux sans produits laitiers, une gamme de légumes surgelés, Sunfrost, ainsi qu’une gamme de viandes fraîches et congelées, Adom Adom.

En 2014, la multinationale alimentaire chinoise Bright Food a acheté la majorité des actions de Tnuva, ce qui en fait une filiale de l’entreprise chinoise.

Le mois dernier, Tnuva a fait sa première incursion dans le développement de viande en laboratoire, en partenariat avec la société de biotechnologie Pluristem Therapeutics pour lancer une start-up qui développera du bœuf cultivé en laboratoire.

Tnuva a également été récemment sollicité pour diriger un consortium de viande cultivée en laboratoire, mis en place par l’Autorité israélienne de l’innovation.

Jacob Heen, directeur général adjoint et directeur financier de Tnuva, a déclaré au Times of Israël en janvier que le passage de l’entreprise alimentaire vers le secteur de la viande de culture, où Israël est actuellement un acteur de premier plan, faisait partie d’une « stratégie qui correspond à la demande alimentaire des consommateurs ».

Heen dirigera également Tnuva NEXT, aux côtés de Shay Cohen, chef de l’innovation de Tnuva, qui est chargée de l’innovation locale et du développement des entreprises.

Tnuva NEXT devrait approuver 2 à 3 investissements par an, dont une partie sera consacrée au soutien des start-up dans des incubateurs d’entreprises nouvelles, ou des investissements d’amorçage dans des startups axées sur la viande cultivée, les protéines alternatives, les processus alimentaires intelligents et les solutions nutritionnelles personnalisées, a déclaré Gavrieli.

Tnuva a investi dans la société israélienne de lait de culture Remilk, qui a récemment levé 380 millions de shekels lors d’un financement dirigé par Hanaco Ventures, et la société Blue Tree qui vise à réduire l’utilisation du sucre dans les produits alimentaires.

Le PDG de Tnuva, Eyal Malis, a déclaré dans un communiqué que « la création du fonds fait partie de la stratégie du groupe visant à investir dans des entreprises qui sont en synergie avec les principaux domaines de Tnuva et qui produiront de la valeur tout en acquérant des droits de production et de commercialisation. Nous cherchons également à investir à l’étranger, dans des entreprises de substitution de protéines. »

Selon l’Autorité israélienne de l’innovation, Israël compte environ 400 start-ups et entreprises de technologies alimentaires.

La technologie alimentaire couvre un domaine très vaste qui comprend la nutrition, l’emballage, la sécurité alimentaire, les systèmes de transformation, les ingrédients nouveaux et les protéines de substitution. Le vaste secteur des protéines de substitution comprend des substituts végétaux pour remplacer la viande, les produits laitiers et les œufs, les produits laitiers de culture, la viande et les fruits de mer, les protéines d’insectes et les produits et procédés de fermentation.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...