Rechercher

L’Israélien Tnuva se lance dans la viande cultivée

Le géant s'associe à Pluristem Therapeutics pour lancer une viande de culture en vue d'une commercialisation rapide, suivie de produits laitiers et de poissons vegan

Ricky Ben-David est journaliste au Times of Israël

Illustration : Un scientifique tient une boîte de Pétri dans un laboratoire avec un échantillon de viande cultivée. (Liudmila Chernetska/istock via Getty Images)
Illustration : Un scientifique tient une boîte de Pétri dans un laboratoire avec un échantillon de viande cultivée. (Liudmila Chernetska/istock via Getty Images)

Le géant israélien de l’alimentation Tnuva vise le marché en pleine croissance de la viande de culture avec sa propre startup qui développera du bœuf cultivé en laboratoire en partenariat avec la société de biotechnologie Pluristem Therapeutics, une société de thérapie cellulaire basée à Haïfa et cotée au Nasdaq.

Tnuva et Pluristem ont annoncé lundi la création de cette entreprise, qui leur permettra de développer, de mettre sur le marché et de commercialiser de la viande cultivée en laboratoire d’ici 2023. Leur start-up commune, dont le nom provisoire est NewCo, recevra des droits de licence pour utiliser la technologie, la propriété intellectuelle et le savoir-faire de Pluristem en matière de viande cultivée.

Pluristem gérera les activités de R&D de la société tandis que Tnuva investira un montant initial de 7,5 millions de dollars, selon l’annonce, et recevra les premiers droits sur tous les produits développés en Israël.

Jacob Heen, directeur général adjoint de Tnuva, a déclaré au Times of Israel lors d’une interview téléphonique lundi que l’entrée de l’entreprise alimentaire dans le secteur de la viande cultivée, où Israël est actuellement un acteur de premier plan, faisait partie d’une « stratégie conforme aux demandes des consommateurs en matière d’alimentation ».

Selon M. Heen, Tnuva, l’une des plus anciennes entreprises alimentaires d’Israël, qui détient environ 15 % des parts du marché alimentaire et environ la moitié des parts du marché des produits laitiers, s’est davantage concentrée sur les initiatives de technologie alimentaire avec des alternatives laitières ces dernières années, en lançant une large gamme de boissons à base de plantes, de yaourts, de fromages et d’autres produits similaires aux produits laitiers. Tnuva possède également une ligne de légumes surgelés, Sunfrost, ainsi qu’une ligne de viande fraîche et surgelée, Adom Adom. En 2014, Tnuva est devenue une filiale de la multinationale alimentaire Bright Foods après que le conglomérat chinois a acheté la majorité de ses parts.

Les produits à base de plantes sont « actuellement une petite partie de l’activité comparativement, mais si nous regardons la croissance totale, elle est très importante », a déclaré Heen. « Nous sommes forts dans les substituts alternatifs au lait et aux produits laitiers, mais pas du tout dans la viande ».

Une usine Tnuva à Rehovot, en novembre 2021. (Personnel du Times of Israel)

En tant qu’entreprise alimentaire de premier plan, Tnuva voulait que son entrée dans le secteur de la viande de culture soit aussi efficace que possible. « Vous avez deux entreprises, l’une de l’industrie alimentaire et l’autre de la biotechnologie, [cela] peut être un très bon départ pour raccourcir le temps de mise sur le marché. Vous pouvez avoir de grandes idées et de grands entrepreneurs, mais le temps [dont vous avez besoin] pour construire des laboratoires et développer la technologie est long », a expliqué M. Heen.

L’expertise de Tnuva en matière de R&D dans le domaine de l’alimentation, associée aux thérapies cellulaires de Pluristem, offre de nouvelles opportunités et « nous sommes sûrs que c’est l’avenir pour nous », a déclaré M. Heen.

Tnuva a récemment été choisi pour diriger un consortium sur la viande cultivée mis en place par l’Autorité israélienne de l’innovation.

Le secteur israélien de la viande cultivée

Israël abrite un certain nombre de startups food tech de premier plan dans le secteur de la viande cultivée au niveau mondial, notamment Future Meat, une entreprise de biotechnologie qui crée des produits à base de poulet, d’agneau et de bœuf à partir de cellules animales et qui a récemment levé 347 millions de dollars pour lancer une usine de production aux États-Unis, et Aleph Farms, une startup food tech qui a été la première à dévoiler un steak cultivé en 2018 et une coupe de faux-filet cultivée en 2021. Aleph Farms a levé un investissement de 105 millions de dollars l’année dernière, qui comprenait un financement de l’acteur et activiste américain Leonardo DiCaprio. Les deux entreprises ont des multinationales de l’alimentation comme bailleurs de fonds.

Brochette de bœuf cultivé par la société israélienne de viande cultivée Future Meat. (Future Meat)

Les technologies sur lesquelles reposent Aleph Farms et Future Meat s’appuient sur des recherches en bio-ingénierie développées par leurs cofondateurs respectifs, le professeur Shulamit Levenberg du Technion – Institut israélien de technologie – et le professeur Yaakov Nahmias de l’Université hébraïque de Jérusalem. Tous deux sont d’éminents universitaires dans le domaine de l’ingénierie tissulaire.

Le secteur israélien de la viande cultivée comprend également MeaTech 3D, un fabricant de produits carnés cultivés en laboratoire qui a entamé des recherches sur la production de viande de porc cultivée et a récemment dévoilé ce qu’il appelle le plus grand steak cultivé bio-imprimé à ce jour, soit 104 grammes, et SuperMeat, qui cultive des cellules de bœuf et de volailles.

Ces entreprises font partie d’un secteur alimentaire local florissant et du domaine technologique qui connaît la croissance la plus rapide en Israël, selon Nir Goldstein, directeur général du Good Food Institute Israel. Goldstein a récemment déclaré au Times of Israel que le pays devra élaborer une stratégie nationale pour conserver un rôle clé dans ce secteur.

A LIRE : Israël doit nourrir ses technologies alimentaires sous peine d’être à la traîne

Selon les prévisions du groupe Barclays, d’ici 2030, la valeur du marché mondial des substituts de viande devrait à elle seule atteindre 140 milliards de dollars et représenter 10 % du marché total de la viande.

Tnuva aux premières loges

Selon M. Heen, Tnuva ne peut se permettre de rester en marge du secteur, en tant qu’investisseur dans des startups existantes par exemple. « Nous savons comment faire, nous avons le sentiment que ce sera facile pour nous. Nous ne voulons pas attendre les autres », a-t-il déclaré, notant que les startups cultivées dans le domaine de la viande ont de grandes idées, mais qu’elles estiment que cela peut prendre très longtemps pour atteindre le marché.

« Nous croyons fermement aux collaborations », a ajouté M. Heen, car la co-entreprise espère présenter une preuve de concept plus tard cette année et éventuellement lancer son premier produit à base de viande cultivée en 2023.

Yaky Yanay, président et PDG de Pluristem Therapeutics, a déclaré au Times of Israel que la société apporte à cette nouvelle entreprise près de deux décennies d’expérience dans les thérapies cellulaires.

Des travailleurs de Pluristem transforment le placenta pour les produits de thérapie cellulaire de la société (Courtoisie)

« Nous disposons d’un avantage concurrentiel clé pour développer des produits très avancés et les fabriquer à grande échelle », a déclaré M. Yanay. La thérapie cellulaire à base de placenta de Pluristem, PLX, a été utilisée dans une gamme de protéines thérapeutiques conçues pour déclencher le mécanisme de régénération du corps en réponse à des conditions telles que des niveaux élevés d’inflammation, des traumatismes musculaires, des déficiences hématologiques et des dommages causés par les radiations.

Selon M. Yanay, la technologie de Pluristem a suscité de l’intérêt dans différents domaines, dont la technologie alimentaire. La nouvelle collaboration avec Tnuva est un « partenariat historique car il va orienter la manière dont nous continuons à développer notre activité », a-t-il déclaré.

« Alors que Pluristem apporte la technologie, le savoir-faire, la propriété intellectuelle… nous avons un partenaire qui comprend les clients, leurs besoins, le développement de produits, et ils sont l’un des meilleurs dans le domaine, dans le secteur des protéines alternatives », a déclaré Yanay.

Yaky Yanay, PDG et président de Pluristem Therapeutics. (David Garb)

« L’avantage ici est que nous ne partons pas de zéro. Nous nous appuyons sur l’infrastructure massive dont disposent les deux entreprises. Il s’agit d’un partenariat entre deux pionniers qui ont fait leurs preuves », a déclaré M. Yanay, rappelant les précédents partenariats de Pluristem avec des organisations telles que la NASA, le ministère américain de la Défense et la Banque européenne d’investissement, entre autres.

La mission, a ajouté M. Yanay, « est très claire : nous voulons prendre une position de leader technologique en 2022 et lancer un produit en 2023. Nous pouvons raccourcir le délai de mise sur le marché car nos entreprises sont déjà établies et cela nous permettra d’avancer rapidement. »

L’entreprise conjointe Tnuva-Pluristem travaillera sur le bœuf cultivé comme produit principal, a déclaré Yanay. « Nous prenons une biopsie et nous l’apportons au laboratoire… et nous donnons aux cellules les conditions [dans un bioréacteur] qui leur permettront de proliférer et de se dédoubler et nous obtiendrons une biomasse importante très rapidement. Et on la récolte ensuite pour obtenir un produit final. »

Jacob Heen, directeur général adjoint de Tnuva. (Courtoisie)

La même technologie peut être appliquée au poulet, à l’agneau, à la dinde et à d’autres produits.

Jacob Heen a déclaré que la société commune « travaillera en parallèle pour développer des produits en commençant par le bœuf – à la fois les hamburgers et les morceaux de viande. »

Tnuva et Pluristem étudieront également les possibilités de développer des produits laitiers et des poissons de culture en créant de nouvelles entreprises distinctes, ont-ils déclaré.

Tnuva a investi dans la startup israélienne de produits laitiers cultivés Remilk, un développeur de lait et de produits laitiers sans animaux qui a levé 120 millions de dollars lors d’un tour de financement la semaine dernière. Fondée en 2019, Remilk produit des protéines de lait via un processus de fermentation qui les rend « chimiquement identiques » à celles présentes dans le lait et les produits laitiers produits par les vaches.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...