Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

Barrage d’une vingtaine de roquettes tirées depuis le Liban sur Kiryat Shmona, dans le nord

Le Canada, l'Australie et la Nouvelle-Zélande veulent une trêve humanitaire et mettent en garde contre les opérations israéliennes à Rafah * Le chef du Pentagone dit à Gallant qu'Israël doit protéger les civils

Les troupes en opération dans la bande de Gaza, sur une photo autorisée à la publication le 15 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes en opération dans la bande de Gaza, sur une photo autorisée à la publication le 15 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’aviation de Tsahal frappe des cibles du Hezbollah dans le sud du Liban

Tsahal déclare que des avions de combat ont effectué des frappes aériennes contre trois bâtiments utilisés par le Hezbollah dans les villages de Qantara, Yarine et Taybeh, dans le sud du Liban.

Tsahal indique qu’un autre site appartenant au groupe terroriste à Labbouneh a également été visé.

Ces frappes font suite à des tirs de roquettes sur le nord d’Israël ce soir, attaques revendiquées par le Hezbollah.

Israël interpelle l’ONU sur l’aide à Gaza et lui demande d' »intensifier ses opérations »

Le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires, connu sous l’acronyme COGAT, reproche aux Nations unies de ne pas suivre les opérations d’aide humanitaire à Gaza.

Le COGAT publie des photos de ce qu’il dit être « le contenu de 500 camions d’aide humanitaire du côté gazaoui de Kerem Shalom, APRÈS l’inspection israélienne, attendant d’être ramassés et distribués par des organisations de l’ONU ».

« C’est le troisième jour consécutif que des centaines de camions ne sont pas ramassés. L’ONU doit intensifier ses opérations », écrit le COGAT.

Les Nations unies ont, à de multiples reprises, accusé Israël d’entraver l’acheminement de l’aide à Gaza, ce qu’Israël a démenti.

Tsahal: des dizaines de terroristes arrêtés à l’hôpital Nasser, dont un ambulancier qui a participé au 7 octobre

Des suspects de terrorisme arrêtés à l'hôpital Nasser à Khan Younès, dans cette photo diffusée par Tsahal, le 15 février 2024. (Crédit : armée israélienne)
Des suspects de terrorisme arrêtés à l'hôpital Nasser à Khan Younès, dans cette photo diffusée par Tsahal, le 15 février 2024. (Crédit : armée israélienne)

Le porte-parole de l’armée israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré lors d’une conférence de presse que les troupes avaient arrêté des dizaines de suspects de terrorisme à l’hôpital Nasser dans le sud de Gaza, à Khan Younès.

Les forces israéliennes ont fouillé l’hôpital à la suite de renseignements indiquant que des otages y étaient précédemment détenus et que des corps d’otages pourraient encore être cachés dans le centre hospitalier.

Parmi les personnes détenues à l’hôpital figurent un ambulancier du Hamas qui a participé à l’attaque du 7 octobre, un autre suspect qui a admis avoir pris part aux attaques, et un membre du FPLP, selon Hagari.

Il indique également que les troupes ont trouvé des armes, notamment des explosifs et des mortiers, dans l’enceinte de l’hôpital. Le mois dernier, une roquette a été tirée depuis l’hôpital Nasser sur des troupes à Gaza.

L’armée israélienne affirme que le Hamas dispose d’une salle de commandement, d’un complexe de renseignements et d’interrogatoires et d’un poste de police à l’hôpital Nasser.

Tsahal diffuse également des images de l’interrogatoire d’un agent du Hamas capturé, qui affirme qu’au moins 10 otages étaient détenus à l’hôpital Nasser.

Des otages libérés ont également témoigné qu’ils étaient détenus dans l’hôpital, selon M. Hagari.

Netanyahu rencontre le directeur de la CIA, William Burns, à Tel Aviv

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontre actuellement au quartier général militaire du Kirya à Tel Aviv le directeur de la CIA William Burns. Le chef du Mossad David Barnea, le directeur du Shin Bet Ronen Bar, le conseiller à la sécurité nationale Tzachi Hanegbi et le secrétaire militaire Avi Gil participent également à la rencontre.

Selon un responsable israélien, Netanyahu « a demandé à ce que l’on sache si les otages avaient reçu les médicaments » livrés à Gaza le mois dernier dans le cadre d’un accord impliquant la France, le Qatar et les États-Unis.

Israël a reçu l’assurance que les médicaments parviendraient aux otages, mais n’a jamais reçu de confirmation.

Le responsable a répété que seules « une forte pression militaire et une pression ferme dans les négociations » forceront le Hamas à modifier ses exigences en matière d’accord concernant les otages.

Blinken dit qu’un accord sur les otages est « possible », mais des questions « très difficiles » demeurent

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre albanais à Tirana, le 15 février 2024. (Crédit : Adnan Beci/AFP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken lors d'une conférence de presse avec le Premier ministre albanais à Tirana, le 15 février 2024. (Crédit : Adnan Beci/AFP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré qu’il pensait qu’un accord de trêve dans la guerre entre Israël et le Hamas et la libération des otages capturés le 7 octobre étaient encore « possibles », mais que des questions « très difficiles » devaient encore être résolues.

« Nous y sommes donc très concentrés et je crois que c’est possible », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre albanais Edi Rama à Tirana, alors que les négociations entre médiateurs se poursuivent au Caire.

Yémen : Les Houthis tirent des missiles sur un navire britannique dans le golfe d’Aden

Les Houthis du Yémen, alignés sur l’Iran, ont tiré des missiles navals sur le navire britannique « LYCAVITOS » dans le golfe d’Aden, a déclaré le porte-parole militaire du groupe, Yahya Sarea, dans un discours télévisé.

Un responsable de l’ONU répond au tollé qu’il a provoqué en rejetant le caractère terroriste du Hamas

Martin Griffiths, secrétaire général adjoint de l’ONU, a semblé tenté de limiter les dégâts après qu’il a affirmé que le Hamas n’était pas une organisation terroriste, provoquant un tollé en Israël.

« Juste pour clarifier : le Hamas ne figure pas sur la liste des groupes désignés comme organisations terroristes par le Conseil de sécurité des Nations unies », a-t-il écrit sur X.

« Cela ne rend pas leurs actes terroristes du 7 octobre moins horribles et répréhensibles, comme je l’ai toujours dit », a déclaré Griffiths.

Nouvelles images des opérations de Tsahal à Khan Younès, des dizaines d’agents tués ou interpelés

Des commandos interviennent à Khan Younès, dans le sud de Gaza, sur une photo remise par l'armée israélienne le 15 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des commandos interviennent à Khan Younès, dans le sud de Gaza, sur une photo remise par l'armée israélienne le 15 février 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a publié de nouvelles images des unités d’élite de ses commandos Maglan et Egoz déployées dans l’ouest de Khan Younès, au sud de la bande de Gaza.

Selon Tsahal, ses soldats ont tué un grand nombre de membres du Hamas et en ont interpelé des dizaines d’autres, dont certains ont participé à l’assaut du 7 octobre.

L’armée israélienne affirme que les commandos ont perquisitionné le domicile de proches de hauts responsables du Hamas, utilisé par l’organisation terroriste pour combattre les soldats de Tsahal.

Barrage d’une vingtaine de roquettes tirées depuis le Liban sur Kiryat Shmona, dans le nord

Un barrage d’environ 20 roquettes a été tiré depuis le Liban sur la ville de Kiryat Shmona, dans le nord du pays, il y a peu, a rapporté Ynet.

Les tirs de roquettes ont déclenché des sirènes dans la ville et entraîné des coupures d’électricité dans certaines zones de la ville.

Aucun blessé n’a été signalé dans l’immédiat.

Tsahal tue un commandant du Hamas qui a participé à l’attaque du 7 octobre

L’armée israélienne et le Shin Bet affirment qu’un commandant du Hamas qui a participé à l’attaque du 7 octobre a été éliminé lors d’une frappe aérienne hier.

Ahmed Ghoul était un commandant du bataillon Shati du Hamas, ont affirmé Tsahal et le Shin Bet dans un communiqué commun.

Le communiqué indique que Ghoul, après son retour à Gaza après le massacre dans le sud d’Israël, a été responsable de la garde du caporal otage Noa Marciano, qui a ensuite été tuée par le Hamas à l’hôpital Shifa. Son corps a été récupéré par Tsahal.

Le directeur de la CIA en visite en Israël pour rencontrer Netanyahu

Le directeur de la CIA, Willian Burns, est en visite en Israël pour une réunion avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré un responsable israélien au Times of Israel, confirmant un article de Ynet publié plus tôt.

Netanyahu a refusé d’envoyer une délégation au Caire aujourd’hui pour rencontrer Burns et de hauts responsables égyptiens au Qatar dans le but de conclure un accord sur les otages avec le Hamas.

Le responsable israélien a refusé de commenter qui d’autre se joindrait à la réunion du côté israélien.

Le cabinet de guerre israélien doit se réunir plus tard dans la soirée, suivi du cabinet de sécurité.

Un projectile venu du Liban explose à Kiryat Shmona ; les sirènes retentissent

Un projectile venu du Liban a explosé dans la ville de Kiryat Shmona, dans le nord du pays.

Aucun blessé n’a été signalé dans l’immédiat.

Un bâtiment de la ville a subi des dégâts, mais l’ampleur des dégâts est encore à l’étude.

Des sirènes ont retenti dans la ville peu après l’annonce de la frappe de roquette.

La Douzième chaîne a rapporté que le projectile faisait partie d’un barrage d’environ quatre roquettes tirées depuis le Liban vers Israël.

Erdan qualifie l’ONU d’organisation qui « excuse le terrorisme et promeut le Hamas »

L’ambassadeur d’Israël à l’ONU Gilad Erdan est le dernier officiel en date à s’en prendre au sous-secrétaire général aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU Martin Griffiths pour avoir déclaré que le Hamas « n’est pas un groupe terroriste », qualifiant l’organisme international « d’organisation qui excuse le terrorisme, promeut le Hamas et blâme les victimes ».

« La position pro-Hamas de l’ONU est enfin exposée en direct à la télévision », a écrit Erdan sur X.

« Le meurtre brutal de centaines de civils n’est-ce pas du terrorisme ? », a demandé Erdan. « Le viol systématique de femmes n’est-ce pas du terrorisme ? La tentative de génocide juif n’est-ce pas du terrorisme ? »

« Voici l’ONU : une organisation qui excuse le terrorisme, promeut le Hamas et blâme les victimes, et qui a perdu toute crédibilité. Rien de ce que dit l’ONU n’est fiable ou acceptable », a poursuivi Erdan.

Erdan a écrit sur X, s’adressant à Griffiths. « Vous n’êtes pas un ‘humanitaire’. Malheureusement, vous êtes un collaborateur du terrorisme. »

Des sénateurs républicains présentent une résolution appelant à l’utilisation de la force militaire US pour sauver les otages à Gaza

Trois sénateurs républicains ont déposé une résolution demandant au président américain Joe Biden d’utiliser la force militaire américaine pour sauver les otages de Gaza.

Cette initiative purement symbolique, qui n’a aucune chance d’être adoptée, a été lancée par les sénateurs Rick Scott, Tom Cotton et Roger Wright.

« Le président a l’autorité et la responsabilité d’envisager l’utilisation de tous les outils appropriés à sa disposition pour assurer leur libération en toute sécurité. Il est grand temps de les ramener tous à la maison », a déclaré Rick Scott dans un communiqué.

La reconstruction de Gaza après la guerre estimée à 20 Mds $ – l’organisme de commerce de l’ONU

Les préjudices causés par le conflit à Gaza s’élèvent jusqu’à présent à environ 20 milliards de dollars, selon un responsable d’un organisme commercial de l’ONU

S’exprimant en marge d’une réunion de l’ONU à Genève, Richard Kozul-Wright, directeur à la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), a déclaré que les dégâts étaient déjà quatre fois plus importants que ceux subis à Gaza pendant la guerre de sept semaines en 2014.

« Nous parlons d’environ 20 milliards de dollars si cela s’arrête maintenant », a-t-il déclaré.

Kozul-Wright a précédemment déclaré que Gaza aurait besoin d’un nouveau « plan Marshall » pour se remettre de la guerre, en référence au plan américain pour le redressement économique de l’Europe après la Seconde Guerre mondiale.

Il a précisé que l’estimation de 20 milliards de dollars est basée sur des images satellites et d’autres informations et qu’une estimation plus précise nécessiterait que des chercheurs entrent dans la bande de Gaza.

La CNUCED a déjà indiqué dans un rapport publié le mois dernier qu’il faudrait attendre la fin du siècle pour que l’économie de Gaza redevienne comme avant le conflit si les hostilités dans l’enclave palestinienne devaient cesser immédiatement.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

Tsahal confirme la mort d’un chef du Hezbollah et de son adjoint lors d’une frappe au sud-Liban la nuit dernière

Ali Muhammad al-Debes, 48 ans, un commandant du Hezbollah qui aurait été tué lors d'une frappe de l’armée israélienne le 14 février 2024. (Crédit : Hezbollah)

Ali Muhammad al-Debes, 48 ans, un commandant du Hezbollah qui aurait été tué lors d'une frappe de l’armée israélienne le 14 février 2024. (Crédit : Hezbollah)


L’armée israélienne affirme avoir éliminé un haut commandant du Hezbollah au sein de la force d’élite Radwan du groupe terroriste chiite libanais, ainsi que son adjoint, lors d’une frappe dans le sud du Liban hier.

Tsahal indique que des avions de combat ont frappé hier soir un bâtiment utilisé par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah à Nabatieh, tuant Ali Muhammad al-Debes et son adjoint Hassan Ibrahim Issa.

Selon l’armée, al-Debes, commandant de la force Radwan, était l’un des cerveaux de l’attentat à la bombe à la jonction de Megiddo, dans le nord d’Israël, en mars 2023, et avait planifié et mené d’autres attaques contre Israël, y compris au cours de la guerre en cours.

Selon les médias, il était responsable des affaires palestiniennes au sein du groupe terroriste du Hezbollah.

Tsahal a également frappé plusieurs positions du Hezbollah au cours des dernières heures, à Blida et Maroun al-Ras, dans le sud du Liban.

Gallant : Tsahal a intensifié ses attaques contre le Hezbollah après d’intenses combats au nord

Le ministre de la Défense Yoav Gallant (au centre) participant à une réunion de simulation de guerre, le 15 février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant (au centre) participant à une réunion de simulation de guerre, le 15 février 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a déclaré que l’armée avait intensifié ses attaques contre le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah d’un niveau sur les dix, et a averti que « les avions de l’armée de l’air qui volent actuellement dans le ciel du Liban sont équipés de bombes plus lourdes pour des cibles plus éloignées ».

S’exprimant lors d’une simulation de guerre menée par le comité de préparation aux situations d’urgence, Gallant a expliqué qu’ils étaient réunis à la suite d’une « journée intense dans le nord », après le tir d’une salve de roquettes mortelle sur le quartier général du Commandement du Nord de l’armée israélienne.

Selon lui, le Hezbollah a progressé d’un demi-pas, tandis qu’Israël a progressé d’un pas avec sa réponse contre le groupe terroriste, « mais c’est un pas sur dix ».

« Nous pouvons attaquer non seulement à 20 kilomètres [de la frontière], mais aussi à 50 kilomètres, à Beyrouth et partout ailleurs », a précisé Gallant.

« Nous ne voulons pas en arriver à cette situation, nous ne voulons pas entrer en guerre, mais nous souhaitons plutôt parvenir à un accord qui permettra le retour en toute sécurité des habitants du nord dans leurs foyers, dans le cadre d’un processus d’accord », a-t-il ajouté, faisant référence aux 80 000 Israéliens déplacés par les attaques quotidiennes du Hezbollah.

« Mais s’il n’y a pas d’autre choix, nous agirons pour ramener [les résidents] et créer les conditions de sécurité adéquates. Cela doit être clair pour nos ennemis comme pour nos amis. Et comme l’État d’Israël, l’establishment de la Défense et Tsahal l’ont prouvé ces derniers mois, lorsque nous le disons, nous le pensons », a t-il fait remarquer.

La réunion, à laquelle ont participé plusieurs ministres du gouvernement, des responsables de la Défense et d’autres responsables civils, a simulé un scénario de guerre dans le nord d’Israël, avec des dégâts potentiels sur les lignes électriques, des problèmes de transport de nourriture et des évacuations médicales complexes, selon le ministère de la Défense.

L’ONU : Gaza a besoin d’un « plan Marshall » pour la reconstruction d’après-guerre

Les soldats de l’armée israélienne en opération dans la bande de Gaza, sur une photo prise depuis le sud d'Israël, le 13 février 2024. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
Les soldats de l’armée israélienne en opération dans la bande de Gaza, sur une photo prise depuis le sud d'Israël, le 13 février 2024. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

Gaza aura besoin d’un nouveau « plan Marshall » pour se remettre du conflit entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, selon un responsable d’un organisme commercial des Nations unies.

« Il faudra un nouveau plan Marshall », a déclaré Richard Kozul-Wright, directeur de la CNUCED, lors d’une réunion des Nations unies à Genève, en référence au plan de redressement économique de l’Europe après la Seconde Guerre mondiale.

Selon lui, les dégâts sont déjà quatre fois plus importants que ceux subis par la bande de Gaza pendant la guerre de sept semaines en 2014.

Le Hezbollah nomme trois membres tués dans des frappes israéliennes

Le groupe terroriste du Hezbollah nomme trois membres tués « sur la route de Jérusalem », son terme pour désigner les agents tués dans des frappes israéliennes.

Il s’agit d’Ali Muhammad al-Debes, 48 ans, de Zebdine, d’Hassan Ibrahim Issa, 27 ans, de Houmine el-Tahta, et d’Hussein Ahmad Aqeel, 36 ans, de Jebbayn.

Leur mort porte à 199 le nombre de morts dans les rangs du groupe terroriste depuis le début de la guerre dans la bande de Gaza.

Cette annonce fait suite à plusieurs frappes de Tsahal sur des positions du Hezbollah au Liban, en réponse à des attaques contre le nord d’Israël.

L’armée américaine affirme avoir intercepté des armes d’Iran destinées au Yémen

L’armée américaine a affirmé jeudi avoir intercepté fin janvier une cargaison d’armes provenant d’Iran et destinée aux rebelles houthis au Yémen, qui multiplient les attaques contre les navires en mer Rouge.

« Un garde-côte américain, déployé dans la zone de responsabilité du Commandement central des Etats-Unis (Centcom), a saisi des armes conventionnelles et d’autres armes létales provenant d’Iran et destinées aux zones du Yémen contrôlées par les Houthis à bord d’un navire en mer d’Arabie le 28 janvier », a indiqué le Centcom dans un message posté sur le réseau social X.

L’alerte à l’infiltration de drones retentit dans le nord d’Israël

Les alertes à l’infiltration de drones sont activées dans plusieurs communautés de Haute Galilée, près de la frontière libanaise.

Les sirènes retentissent à Yiron, Malkia, Dishon, Ramot Naftali, Baram, Yiftah, Avivim, Alma, Jish, Rehaniya, Kerem Ben Zimra, Dalton et dans la zone industrielle de Ramat Dalton.

Le groupe terroriste Hezbollah a mené plusieurs attaques contre le nord d’Israël à l’aide de drones chargés d’explosifs, bien qu’il y ait eu de nombreuses fausses alertes.

Cette alerte intervient après une série de frappes israéliennes de grande envergure sur le sud du Liban, que le Hezbollah a juré de venger.

Quelques instants après le retentissement des sirènes, le commandement du front intérieur de l’armée israélienne déclare que l’incident est terminé, sans donner plus de détails.

Des avions de Tsahal ont frappé des dizaines de sites du Hezbollah au sud du Liban

La défense civile et les secouristes enlèvent les décombres d'un bâtiment qui a été touché mercredi soir par une frappe aérienne israélienne, dans la ville de Nabatiyeh, au sud du Liban, jeudi 15 février 2024. (Crédit : Mohammed Zaatari/AP)
La défense civile et les secouristes enlèvent les décombres d'un bâtiment qui a été touché mercredi soir par une frappe aérienne israélienne, dans la ville de Nabatiyeh, au sud du Liban, jeudi 15 février 2024. (Crédit : Mohammed Zaatari/AP)

Tsahal affirme avoir frappé des dizaines de sites du Hezbollah dans le sud du Liban au cours des dernières heures.

Les cibles touchées par les avions de chasse comprenaient des positions de lancement de roquettes, des bâtiments et d’autres infrastructures utilisées par le groupe terroriste dans la région de Wadi Saluki, selon Tsahal.

Plus tôt dans la matinée, l’armée israélienne a également frappé des infrastructures du Hezbollah à Labbouneh et, hier soir, un bâtiment utilisé par le groupe terroriste à Taybeh.

Israël condamne un responsable de l’ONU qui a dit que le Hamas n’était pas un groupe terroriste

Le ministre des Affaires étrangères Israël Katz a fustigé le sous-secrétaire général aux affaires humanitaires et coordonnateur des secours d’urgence de l’ONU, Martin Griffiths, qui a affirmé dans une interview à Sky News que « le Hamas n’est pas un groupe terroriste. À nos yeux, comme vous le savez, c’est un mouvement politique ».

Griffiths a tenu ces propos en réponse à la question d’un journaliste qui lui demandait si l’insistance d’Israël à ne jamais inclure le Hamas dans tout gouvernement futur était réaliste.

« Honte à lui », a tweeté Katz en anglais.

En hébreu, le message de Katz est plus tranchant. « Les Nations unies tombent chaque jour plus bas », a-t-il écrit, citant les propos de Griffiths et du secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

« Nous éliminerons le Hamas avec ou sans eux », a-t-il promis. « Le sang juif n’est pas bon marché. »

Tsahal boucle une opération de deux semaines dans le camp de Shati à Gaza City

Les troupes opèrent dans le camp de Shati au centre de Gaza, dans une image publiée par Tsahal le 15 février 2024. (Crédit : Armée israélienne
Les troupes opèrent dans le camp de Shati au centre de Gaza, dans une image publiée par Tsahal le 15 février 2024. (Crédit : Armée israélienne

Tsahal dit avoir mené à bien un raid de deux semaines dans le camp de Shati à Gaza City, au cours duquel la 162e division a éliminé de nombreux agents et détruit des sites du groupe terroriste palestinien du Hamas.

La 401e brigade blindée, la brigade d’infanterie Nahal, la 5e brigade d’infanterie de réserve et d’autres forces spéciales de la division ont participé à l’opération

Tsahal affirme que ses troupes ont atteint la zone de Shati en deux heures et ont établi un « contrôle opérationnel » quelques heures plus tard, ce qui, selon Tsahal, témoigne de l’affaiblissement du Hamas dans la zone – l’armée avait précédemment effectué des opérations dans la zone mais s’était retirée.

« L’opération a été menée en utilisant une nouvelle méthode opérationnelle, en effectuant des raids offensifs pour cibler le terrorisme », a déclaré Tsahal.

Selon l’armée israélienne, depuis deux semaines, les troupes effectuent des raids sur de nombreux sites du Hamas, recueillant des renseignements et tuant des dizaines de terroristes armés du Hamas.

Ces raids ont permis aux troupes de localiser et de détruire le centre de données du Hamas caché sous le siège de l’UNRWA dans le quartier Rimal de la ville de Gaza.

Tsahal rapporte qu’environ 150 frappes ont été effectuées par l’armée de l’air israélienne, la marine et le 215e régiment d’artillerie au cours de ces raids.

Tsahal présente des preuves que le Hamas a gardé des otages à l’hôpital de Khan Younès

Des Palestiniens creusent des tombes à l'hôpital Nasser de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, lundi 22 janvier 2024. Illustration (Crédit : Mohammed Dahman/AP)
Des Palestiniens creusent des tombes à l'hôpital Nasser de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, lundi 22 janvier 2024. Illustration (Crédit : Mohammed Dahman/AP)

Le porte-parole des Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a annoncé que l’armée disposait de « renseignements fiables » prouvant que le Hamas avait détenu des otages à l’hôpital Nasser, dans la ville de Khan Younès, au sud de la bande de Gaza, et que les dépouilles des otages y étaient actuellement cachées. L’armée mène une opération « précise et limitée » à l’intérieur de l’hôpital.

« Depuis les massacres du Hamas le 7 octobre, Tsahal met tout en œuvre pour remplir sa mission, qui est de démanteler le Hamas et de ramener nos otages à la maison », a souligné Hagari lors d’une présentation audiovisuelle en anglais.

« Malheureusement, nous savons aujourd’hui que certains des otages ne sont plus en vie. Nous sommes néanmoins déterminés à retrouver et à rapatrier les dépouilles de ces otages qui se trouvent dans la bande de Gaza », a-t-il ajouté.

Tsahal a confirmé la mort de 31 otages détenus par le groupe terroriste, dont les dépouilles de deux soldats détenus depuis 2014.

« Nous procédons à des opérations de sauvetage précises, là où nos services de renseignement indiquent la présence de dépouilles d’otages, comme nous l’avons fait par le passé », a expliqué Hagari.

Il a précisé que Tsahal disposait de « renseignements fiables provenant de plusieurs sources, y compris d’otages libérés, indiquant que le Hamas détenait des otages à l’hôpital Nasser de Khan Younès et que des corps d’otages pourraient se trouver au sein de l’établissement hospitalier de Nasser. »

« Comme cela a été prouvé avec l’hôpital Shifa, l’hôpital Rantisi, l’hôpital Al Amal et de nombreux autres hôpitaux à travers Gaza, le Hamas emploie les hôpitaux de manière systématique comme centres de terrorisme », a poursuivi Hagari.

Il a indiqué que, d’après les évaluations des services de renseignement de Tsahal, plus de 85 % des « principaux centres hospitaliers » de Gaza ont été utilisés par le Hamas dans le cadre d’activités terroristes.

« Et c’est précisément parce que les terroristes du Hamas se cachent probablement derrière des civils blessés à l’intérieur de l’hôpital Nasser et auraient apparemment utilisé l’hôpital pour y cacher nos otages, que Tsahal procède à une opération précise et limitée à l’intérieur de l’hôpital Nasser », a-t-il ajouté.

« Cette opération délicate a été préparée avec précision et est menée par les forces spéciales de Tsahal qui ont suivi un entraînement spécifique », a souligné Hagari.

« L’un des principaux objectifs définis par notre mission militaire est de veiller à ce que l’hôpital Nasser puisse continuer à fonctionner et à soigner les patients de Gaza. Nous l’avons clairement indiqué lors de nos entretiens avec le personnel de l’hôpital au cours des derniers jours. Nous avons souligné que les patients et le personnel n’étaient pas obligés d’évacuer l’hôpital. En revanche, nous avons exhorté les autres habitants de Gaza, en arabe, par téléphone et par haut-parleurs, à s’éloigner du danger posé par le Hamas, en empruntant un couloir humanitaire que nous avons ouvert à cet effet, afin de protéger les civils qui ne sont pas impliqués dans la bande de Gaza », a-t-il expliqué.

Hagari a encore précisé que Tsahal avait également facilité le transfert de secouristes, de réservoirs d’oxygène et de carburant nécessaire à l’alimentation en électricité de l’hôpital ces derniers jours, « pour que ses fonctions essentielles puissent continuer à être assurées sans interruption. »

« Nous avons des médecins et des officiers de Tsahal arabophones sur le terrain pour communiquer avec le personnel et les patients à l’intérieur de l’hôpital Nasser. Le message que nous leur adressons est clair : nous ne cherchons pas à faire du mal à des civils innocents. Nous cherchons à retrouver nos otages et à les ramener chez eux. Nous cherchons à traquer les terroristes du Hamas, où qu’ils se cachent », a-t-il ajouté.

Dans un communiqué séparé, Tsahal a fait savoir que plusieurs suspects avaient été arrêtés à l’hôpital Nasser de Khan Younès.

Tsahal procède à des assassinats ciblés de plusieurs terroristes du Hamas dans le nord de Gaza

L’armée israélienne affirme avoir procédé à plusieurs assassinats ciblés de terroristes du Hamas dans la ville de Gaza et dans d’autres zones du nord de la bande de Gaza au cours de la journée écoulée.

Le 215e régiment d’artillerie a dirigé et exécuté les frappes contre une quinzaine d’agents du Hamas, dont des membres de ses services de sécurité générale et des terroristes ayant participé à l’assaut du 7 octobre, selon l’armée israélienne.

L’armée de l’air israélienne indique également qu’au cours de la journée écoulée, elle a effectué plusieurs vagues de frappes aériennes contre les infrastructures du Hamas dans la bande de Gaza.

Les cibles comprenaient plusieurs tunnels, des bâtiments utilisés par le groupe terroriste et des sites de lancement de roquettes, selon Tsahal.

Pendant ce temps, dans le centre de Gaza, les troupes de la Brigade Nahal ont tué plusieurs tireurs du Hamas au cours de la journée, selon l’IDF.

Lors d’un incident, Tsahal affirme que les troupes de Nahal ont demandé une frappe aérienne contre un commandant de guet du Hamas.

Dans un autre incident, un navire de la marine a identifié et frappé une cellule du Hamas qui s’approchait des troupes dans le centre de Gaza, selon l’armée.

Dans le sud de la bande de Gaza, à Khan Younès, l’armée indique que la brigade Commando a poursuivi ses raids sur les sites du Hamas au cours de la journée écoulée, localisant des dizaines d’armes et d’explosifs.

Toujours à Khan Younès, les troupes de la 646e brigade de parachutistes de réserve ont repéré deux guetteurs du Hamas dans la région et ont lancé une attaque aérienne contre eux.

Et dans l’ouest de Khan Younès, Tsahal déclare que les troupes de la 7ème brigade blindée ont tué plusieurs tireurs du Hamas avec des tirs de chars et de snipers.

Tsahal diffuse également des images d’un incident survenu mardi à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, où l’on voit un agent du Hamas tirer un RPG sur les troupes de la 646e brigade de parachutistes de réserve, avant qu’une frappe aérienne ne soit déclenchée contre le bâtiment d’où il a tiré la roquette.

 

Gallant à Austin : Israël ne tolèrera pas d’attaques en provenance du Liban

Le ministre de la Défense Yoav Gallant et son homologue américain Lloyd Austin se serrant la main alors qu'ils prononcent des déclarations conjointes à la base militaire de Kirya, à Tel Aviv, le 13 octobre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant et son homologue américain Lloyd Austin se serrant la main alors qu'ils prononcent des déclarations conjointes à la base militaire de Kirya, à Tel Aviv, le 13 octobre 2023. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant déclare que sa conversation avec le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a porté sur la récente opération israélienne qui a permis de libérer deux des otages détenus par le Hamas à Gaza et sur la situation à la frontière nord.

« J’ai parlé avec mon ami @SecDef Austin des activités de Tsahal, notamment de l’opération menée avec succès pour libérer deux otages détenus à Gaza. Il a souligné notre engagement à ramener les otages chez eux et l’importance de la pression militaire et des efforts supplémentaires à cette fin », a écrit M. Gallant sur X.

« Nous avons également discuté des menaces et des attaques menées par le Hezbollah. L’État d’Israël ne tolérera pas les attaques contre ses citoyens. Nous assurerons la sécurité et le retour de nos communautés dans le nord, et nous sommes prêts à le faire par des moyens diplomatiques ou militaires », déclare-t-il.

Selon un compte rendu de la conversation établi par le Pentagone, M. Austin a souligné que la sécurité des civils devait être assurée avant qu’Israël puisse lancer une opération à Rafah.

 

Le chef du Pentagone à Gallant : Israël doit protéger les civils à Rafah

Le Secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (à gauche) et le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d'une conférence de presse conjointe à Tel Aviv, le 18 décembre 2023. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)
Le Secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (à gauche) et le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d'une conférence de presse conjointe à Tel Aviv, le 18 décembre 2023. (Crédit : Alberto Pizzoli/AFP)

Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin et son homologue israélien Yoav Gallant ont eu un nouvel appel, selon le Pentagone.

Un communiqué du ministère américain de la défense souligne « l’importance de protéger les civils et d’assurer la circulation et l’accès à l’aide humanitaire avant toute opération contre le Hamas à Rafah ».

Il indique également que les deux hommes ont discuté de l’opération israélienne de libération de deux otages à Rafah et des négociations sur un accord de prise d’otages, ajoutant que M. Gallant a informé M. Austin de l’offensive israélienne à Khan Younès.

 

Déplacement surprise du chef du FBI en Israël

Christopher Wray, directeur du FBI, a témoigné sur les menaces mondiales lors d'une audience de la commission sénatoriale du renseignement au Capitole le 13 février 2018 (Crédit : Photo AFP / Saul Loeb)
Christopher Wray, directeur du FBI, a témoigné sur les menaces mondiales lors d'une audience de la commission sénatoriale du renseignement au Capitole le 13 février 2018 (Crédit : Photo AFP / Saul Loeb)

Le chef de la police fédérale des Etats-Unis a effectué un déplacement surprise mercredi en Israël, où il a rencontré des membres des forces de l’ordre et du renseignement, selon un communiqué du FBI.

Christopher Wray a évoqué les menaces « actuelles et futures » auxquelles sont confrontés Israël et les Etats-Unis, précise le communiqué.

Le directeur a également rencontré un responsable du FBI basé à Tel Aviv et « a insisté sur l’importance du travail effectué par le personnel du FBI aux côtés de leurs partenaires israéliens pour combattre les menaces posées par le Hamas, le Hezbollah, l’Iran et d’autres ».

« Le FBI a été et sera attentif aux demandes du gouvernement d’Israël afin de les soutenir dans leurs efforts en cours visant à garder leurs citoyens en sécurité face aux menaces et actes de terrorisme », poursuit le communiqué.

Selon le New York Times, ce déplacement constitue le premier de Christopher Wray en Israël depuis les attaques du Hamas le 7 octobre. Le directeur du FBI est désormais attendu en Allemagne pour la Conférence sur la sécurité de Munich, qui a lieu du 15 au 17 février.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.