Israël en guerre - Jour 284

Rechercher

Halevi : probabilité « plus élevée » d’une guerre dans le nord « dans les prochains mois »

Un réserviste grièvement blessé dans un raid anti-terroriste à Tulkarem ; Un chef terroriste éliminé par Tsahal en Cisjordanie alors qu'il projetait une attaque ; La mort de deux réservistes à Gaza porte à 192 le nombre de victimes des opérations terrestres ; Les États-Unis se félicitent de l'accord conclu avec le Qatar pour la livraison de médicaments aux otages ; L'ONU demande aux Houthis de cesser leurs attaques sur la mer Rouge

  • Cette image publiée par Tsahal le 17 janvier 2024 montre des soldats en train d'opérer à Gaza. (Crédit : Armée israélienne)
    Cette image publiée par Tsahal le 17 janvier 2024 montre des soldats en train d'opérer à Gaza. (Crédit : Armée israélienne)
  • Une voiture détruite par une frappe aérienne israélienne au cours de laquelle trois Palestiniens ont été tués près du camp de Balata en Cisjordanie, le 17 janvier 2024. (Crédit : Zain JAAFAR / AFP).
    Une voiture détruite par une frappe aérienne israélienne au cours de laquelle trois Palestiniens ont été tués près du camp de Balata en Cisjordanie, le 17 janvier 2024. (Crédit : Zain JAAFAR / AFP).
  • Point d'impact de roquettes à Netivot, dans le sud du pays, le 16 janvier 2024. (Crédit : Services d'incendie et de secours)
    Point d'impact de roquettes à Netivot, dans le sud du pays, le 16 janvier 2024. (Crédit : Services d'incendie et de secours)
  • Cette image publiée par Tsahal le 17 janvier 2024 montre des soldats en train d'opérer à Gaza. (Crédit : Armée israélienne)
    Cette image publiée par Tsahal le 17 janvier 2024 montre des soldats en train d'opérer à Gaza. (Crédit : Armée israélienne)
  • Un camion transportant de l'aide humanitaire destiné à Gaza, le 15 janvier 2024. (Crédit : COGAT)
    Un camion transportant de l'aide humanitaire destiné à Gaza, le 15 janvier 2024. (Crédit : COGAT)

Les dirigeants israéliens comprennent la nécessité de l’aide à Gaza – reponsable US

Les dirigeants israéliens « comprennent la nécessité d’un flux constant d’aide humanitaire et de mécanismes de déconfliction à Gaza pour permettre à cette aide d’être distribuée aux personnes dans le besoin à travers la bande », a déclaré un haut responsable américain au Times of Israel.

Ces commentaires font suite à un reportage faisant état d’une réunion houleuse entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses collaborateurs, d’une part, et l’envoyé humanitaire américain David Satterfield, d’autre part, au cours de laquelle les responsables israéliens auraient rejeté la demande de Washington d’accroître l’aide à Gaza et auraient insisté sur le fait qu’aucune crise humanitaire ne s’y déroule.

Le haut fonctionnaire américain présente un compte rendu plus modéré de la réunion, suggérant qu’il existe toujours un degré substantiel d’accord entre les parties en ce qui concerne la situation humanitaire à Gaza.

Qatar : les médicaments destinés aux otages et aux Gazaouis sont entrés à Gaza

Des camions transportant de l'aide arrivent du côté gazaoui du poste frontière de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 17 janvier 2024. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Des camions transportant de l'aide arrivent du côté gazaoui du poste frontière de Kerem Shalom, dans le sud de la bande de Gaza, le 17 janvier 2024. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Des médicaments destinés aux otages enlevés en Israël le 7 octobre lors de l’attaque du Hamas et aux habitants de Gaza ont bien été acheminés dans l’enclave palestinienne mercredi, a annoncé le médiateur qatari.

« Au cours des dernières heures, des médicaments et de l’aide humanitaire sont entrés dans la bande de Gaza, en application de l’accord annoncé (mardi) » au profit des civils palestiniens et des otages, a écrit le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar, Majed al-Ansari, sur X, anciennement Twitter.

Tsahal dément avoir ciblé un hôpital de campagne jordanien à Gaza

Vue aérienne de l'hôpital de campagne jordanien à Khan Younès, dans le sud de Gaza, le 17 janvier 2024, à 13 h 55, sur des images diffusées par l'armée israélienne plus tard dans la journée. (Crédit : Tsahal)
Vue aérienne de l'hôpital de campagne jordanien à Khan Younès, dans le sud de Gaza, le 17 janvier 2024, à 13 h 55, sur des images diffusées par l'armée israélienne plus tard dans la journée. (Crédit : Tsahal)

L’armée israélienne dément les affirmations de la Jordanie selon lesquelles l’hôpital de campagne du pays, situé à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, a été endommagé par des tirs d’obus israéliens, en joignant des images aériennes montrant que toutes les tentes sont intactes.

Plus tôt dans la journée, l’armée jordanienne a affirmé que son hôpital militaire de campagne avait été gravement endommagé par des tirs d’artillerie israéliens dans les environs.

En réponse à une question sur le sujet, l’unité du porte-parole de l’armée a déclaré au Times of Israel que l’armée « n’a pas attaqué l’hôpital jordanien de Khan Younès », mais qu’un échange de tirs entre des soldats israéliens et des membres du Hamas avaient lieu dans une zone voisine.

« Certains affirment qu’un membre du personnel soignant de l’hôpital a été blessé à la suite des tirs. Pour l’instant, il n’est pas possible de vérifier que la blessure est due aux tirs des troupes de l’armée israélienne », précise l’armée israélienne.

Tsahal affirme qu’avant que les troupes ne pénètrent dans la zone, elles ont été informées de la présence de l’hôpital et assurées qu’il s’agit d’un « endroit sensible et il est très important pour l’armée israélienne de ne pas le mettre en danger, lui et ses habitants ».

« Les tirs n’ont donc pas été dirigés intentionnellement vers l’hôpital, précise Tsahal.

Tsahal indique également qu’une « coordination a été effectuée entre les parties concernées », avant les opérations menées par l’armée près de l’hôpital aujourd’hui, au cours desquelles elle a demandé au personnel de l’hôpital de se mettre à l’abri.

« L’hôpital n’a pas été endommagé et continue de fonctionner et de fournir des soins médicaux à ceux qui en ont besoin », déclare l’armée israélienne, en incluant une photo aérienne prise plus tôt dans la journée, après l’incident présumé.

Un navire touché par un drone au large du Yémen

Un navire a été touché par un drone dans le golfe d’Aden au large du Yémen, a rapporté mercredi l’agence britannique de sécurité maritime (UKMTO), dans un contexte de multiplication d’attaques de rebelles yéménites Houthis dans la zone.

« Un incendie s’est déclaré à bord, qui est maintenant éteint », a indiqué UKMTO en précisant que l’équipage et le navire étaient désormais en sécurité et se dirigeaient vers le prochain port d’escale.

Selon la société britannique de risques maritimes Ambrey, il s’agit d’un vraquier battant pavillon des Iles Marshall, touché alors qu’il naviguait au sud est de la ville yéménite d’Aden.

L’attaque n’a pas été revendiquée dans l’immédiat.

 

Matt Miller: Israël n’a pas lié le retour des Gazaouis dans le nord aux négociations sur les otages

Le porte-parole du département d’État américain, Matt Miller, a déclaré qu’Israël n’avait pas lié l’autorisation du retour des Palestiniens évacués du nord de la bande de Gaza à la progression vers un accord sur les otages lors de ses entretiens avec le secrétaire d’État américain, Antony Blinken.

Avant l’arrivée de Blinken, le site d’information Axios a rapporté que des responsables israéliens avaient l’intention de dire à Blinken qu’ils n’autoriseraient pas les habitants de Gaza à rentrer chez eux dans le nord de la bande de Gaza – une exigence des États-Unis – en l’absence de progrès majeurs dans la libération des otages.

Miller affirme avoir lu ce reportage avant le voyage de Blinken et assure que les responsables israéliens n’ont pas posé une telle condition lors de leurs rencontres. Ils ont toutefois déclaré que les habitants de Gaza ne devraient être autorisés à rentrer chez eux que lorsque les combats actifs se seraient calmés, note le porte-parole.

Miller souligne également qu’Israël a accepté d’autoriser une équipe de travailleurs de l’ONU à entrer dans la bande de Gaza afin de procéder à une évaluation des conditions nécessaires pour permettre aux Palestiniens de retourner dans le nord de la bande. Il précise que de nombreuses maisons ont été piégées par des combattants du Hamas et que ces engins explosifs improvisés doivent être retirés avant que les Palestiniens puissent retourner chez eux.

Blinken a annoncé la mission de l’ONU alors qu’il était en Israël, déclarant que les États-Unis s’attendaient à ce qu’elle progresse immédiatement. Aucun développement de ce type n’a encore eu lieu.

Tsahal dit ne pas disposer d’infos sur la localisation de tous les otages

Le porte-parole de l’arme israélienne, le contre-amiral Daniel Hagari, déclare que l’armée ne dispose toujours pas d’informations sur l’endroit où tous les otages sont détenus par le groupe terroriste du Hamas dans la bande de Gaza.

Lors d’une conférence de presse, Hagari a déclaré que l’armée israélienne « met tout en œuvre pour obtenir des renseignements sur les otages ».

« Nous adaptons les combats [à Gaza] en fonction des renseignements dont nous disposons. Il est de notre devoir de dire que nous ne disposons pas d’une image complète des otages », déclare-t-il.

« Nous déployons des efforts constants, en matière de renseignement, pour compléter le tableau », poursuit Hagari.

Il précise que les efforts déployés pour le retour des otages sont une priorité absolue pour les forces israéliennes, et qu’ils comprennent des actions de renseignement et des actions opérationnelles.

« Le plus important est de créer des conditions idéales sur le terrain… afin que des mesures soient prises pour rapatrier les otages », déclare-t-il en faisant référence à l’offensive terrestre de l’armée contre le Hamas.

Kobi Shabtaï hospitalisé ; ses pouvoirs transférés à son adjoint Avshalom Peled

Le chef de la police israélienne Kobi Shabtaï assistant à une cérémonie de Rosh HaShana au siège de la police à Jérusalem, le 13 septembre 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)
Le chef de la police israélienne Kobi Shabtaï assistant à une cérémonie de Rosh HaShana au siège de la police à Jérusalem, le 13 septembre 2023. (Crédit : Arie Leib Abrams/Flash90)

Le chef de la police israélienne, Kobi Shabtai, a été hospitalisé pour une procédure médicale sous anesthésie générale. Ses pouvoirs ont été temporairement transférés à son adjoint, le général de division Avshalom Peled, selon les médias israéliens.

Certains médias indiquent que Shabtai a été hospitalisé hier soir, et d’autres ce matin. Il sera dans l’incapacité de remplir ses fonctions pendant au moins plusieurs jours, voire une semaine, selon les médias.

Yesh Atid dépose une motion de censure contre le gouvernement

Le parti Yesh Atid du chef de l’opposition Yair Lapid a annoncé qu’il avait déposé une motion de censure contre le gouvernement au sujet du budget de l’État pour 2024, récemment approuvé.

Il s’agit de la première motion de ce type inscrite à l’ordre du jour de la Knesset depuis le début de la guerre en octobre.

« Ce gouvernement ne peut pas continuer à exister. C’est un échec qui coûte des vies humaines et l’avenir du pays », a déclaré Yesh Atid dans un communiqué, ajoutant que le budget « favorise les ministères inutiles et les fonds de la coalition au détriment de l’aide aux évacués, aux réservistes et au renforcement du sentiment de sécurité ».

Nouvelles alarmes signalant des menaces aériennes dans le nord du pays

De nouvelles sirènes annonçant des menaces aériennes ont retenti dans de nombreuses localités du nord du pays.

Le commandement du Front intérieur a indiqué peu de temps après que l’incident était clos, sans donner plus de détails

Une précédente série d’alertes, déclenchée il y a deux heures, s’est avérée être une fausse alerte.

Un barrage de roquettes en provenance du Liban il y a deux heures n’a pas causé de dommages, les projectiles ayant été interceptés ou étant tombés dans des zones dégagées.

Halevi : les probabilités d’une guerre au Liban dans les mois à venir « plus élevées »

Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi (au centre), rencontre des troupes lors d'un exercice dans le nord d'Israël, le 17 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi (au centre), rencontre des troupes lors d'un exercice dans le nord d'Israël, le 17 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a déclaré que « la probabilité d’une guerre dans le nord est plus élevée qu’auparavant ».

S’adressant aux troupes dans le nord d’Israël, lors d’un exercice simulant une offensive au Liban, Halevi a dit que Tsahal « augmentait son niveau de préparation au combat au Liban, que nous avons tiré de nombreuses leçons des combats à Gaza, que beaucoup d’entre elles sont très pertinentes pour les combats au Liban, et que certaines d’entre elles devront être ajustées ».

« Notre objectif au Liban est très clair : ramener les habitants du nord chez eux, dans toutes les communautés du nord », a-t-il expliqué, parlant des quelque 80 000 Israéliens déplacés en raison des attaques quotidiennes du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

« Je ne sais pas quand la guerre dans le nord aura lieu. Je peux vous dire que la probabilité qu’elle se produise dans les mois à venir est beaucoup plus élevée que par le passé », a ajouté Halevi.

« Je peux aussi vous assurer que nous partons avec beaucoup plus d’avantages », a-t-il ajouté.

Liban : Tsahal a frappé une cellule terroriste juste après ses tirs sur le nord d’Israël

Tsahal affirme avoir frappé une cellule terroriste dans le sud du Liban alors que celle-ci venait de lancer un barrage de roquettes sur la ville de Rosh Hanikra, dans le nord d’Israël.

La frappe a été effectuée dans les minutes qui ont suivi l’attaque, a précisé Tsahal.

Le groupe terroriste du Hamas affirme que sa branche libanaise est à l’origine des roquettes. Il a également cité le nom d’un de ses membres qui a été tué lors de la frappe israélienne.

Tsahal a affirmé avoir également frappé plusieurs autres sites de lancement de roquettes et des infrastructures appartenant au groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban, dont une a été utilisée lors d’une attaque contre la région du mont Dov un peu plus tôt.

Gallant : Si le Hamas n’est pas totalement détruit, nous ne pourrons plus vivre en Israël

Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adresse aux troupes de l'unité Shayetet 13 de la marine à la base de l'unité à Atlit, le 17 janvier 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant s'adresse aux troupes de l'unité Shayetet 13 de la marine à la base de l'unité à Atlit, le 17 janvier 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense, Yoav Gallant, a assuré qu’Israël poursuivra ses combats dans la bande de Gaza jusqu’à la libération des otages et la défaite du Hamas.

« Si le Hamas n’est pas complètement détruit, nous ne pourrons pas vivre dans l’État d’Israël », a affirmé Gallant aux troupes de l’unité de commando Shayetet 13 de la marine.

« Nous continuerons à nous battre jusqu’à la victoire… jusqu’à ce que nous vainquions l’organisation du Hamas, que nous la privions de toutes ses capacités militaires majeures et que nous la chassions du pouvoir à Gaza », a-t-il ajouté.

Au sujet des otages, Gallant a ajouté : « Nous n’avons pas le droit d’arrêter les combats tant qu’il reste des otages dans la bande de Gaza. Le seul moyen de ramener les otages est la pression militaire, car le Hamas ne comprend qu’une chose. »

Tsahal publie des images d’une frappe sur 2 terroristes qui tiraient des mortiers

Deux membres du Hamas qui tentaient de lancer des mortiers sur les troupes à Deir al-Balah, dans le centre de Gaza, ont été frappés par un avion, a déclaré l’armée, qui a diffusé des images de la frappe.

Elle indique qu’un avion a identifié les terroristes dans une zone à partir de laquelle des roquettes ont été tirées sur Israël cette semaine, et les a frappés alors qu’ils s’apprêtaient à tirer des mortiers sur les troupes.

Pendant ce temps, à Rafah, dans le sud de Gaza, Tsahal déclare qu’un avion de chasse a frappé un lance-roquettes utilisé pour tirer une roquette en direction d’Israël ce matin, le 17 janvier..

 

Les médicaments destinés aux otages et aux Gazaouis contrôlés par Israël

Les cinq camions transportant des médicaments destinés aux otages israéliens et étrangers ainsi qu’aux civils palestiniens ont été inspectés par des fonctionnaires israéliens au point de passage de Kerem Shalom, selon plusieurs médias israéliens.

La cargaison est acheminée par le point de passage de Rafah en Égypte avant d’entrer dans la bande de Gaza, selon les médias.

Les journalistes de l’AFP soutiennent symboliquement leurs collègues à Gaza

Les journalistes de l’Agence France-Presse (AFP) à Paris et à travers le monde ont manifesté mercredi leur solidarité avec leurs neuf collègues de Gaza, pour demander aux autorités israéliennes « d’assurer leur sécurité », a indiqué la direction de l’agence de presse.

Israël doit en outre « les autoriser si besoin à quitter le territoire pour se mettre à l’abri », a ajouté dans un communiqué la direction de l’AFP.

Les journalistes et salariés du siège parisien et de nombreux bureaux du réseau mondial de l’AFP ont symboliquement brandi les portraits de leurs collègues gazaouis.

Cette démonstration de solidarité a été organisée par la direction, avec les syndicats et la Société des journalistes (SDJ).

« La rédaction de l’AFP tenait à exprimer son soutien total à ses collègues de Gaza qui travaillent dans des conditions terribles et sous la menace permanente des bombes », a déclaré le directeur de l’Information de l’AFP, Phil Chetwynd, cité dans le communiqué.

Il a également jugé « essentiel que tous les journalistes soient autorisés à entrer et sortir librement de Gaza ».

« Chaque matin et à chaque heure de la journée, nous craignons d’apprendre le pire, et cela nous est intolérable en tant que collègues, mais aussi en tant que journalistes », a de son côté déclaré Emmanuel Duparcq, président de la SDJ.

Dans le même temps, le collectif 7 octobre a manifesté devant le siège de l’AFP, à Paris, en soutien aux otages retenus à Gaza, reprochant à l’agence de ne pas appeler aussi à leur libération.

Iran : Les attaques contre Israël cesseront quand le « génocide » de Gaza cessera

Le ministre des Affaires étrangères iranien Hossein Amir-Abdollahian écoutant une question lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue syrien Faisal Mekdad, à Téhéran, en Iran, le 31 juillet 2023. (Crédit : Vahid Salemi/AP)
Le ministre des Affaires étrangères iranien Hossein Amir-Abdollahian écoutant une question lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue syrien Faisal Mekdad, à Téhéran, en Iran, le 31 juillet 2023. (Crédit : Vahid Salemi/AP)

Le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que les attaques du soi-disant « axe de la résistance » contre Israël et ses intérêts cesseraient dès que la guerre contre le groupe terroriste du Hamas à Gaza prendrait fin, avertissant que le conflit pourrait exacerber les tensions dans l’ensemble du Moyen-Orient.

« La fin du génocide à Gaza entraînera la fin des actions militaires et des crises dans la région », a affirmé Hossein Amir-Abdollahian au Forum économique mondial de Davos.

« La sécurité de la mer Rouge est liée à l’évolution de la situation à Gaza, et tout le monde souffrira si les crimes d’Israël à Gaza ne cessent pas… Tous les fronts resteront actifs ».

L’Iran, qui ne reconnaît pas l’existence d’Israël, se considère avec le pouvoir en Syrie, le Hezbollah libanais, le mouvement palestinien Hamas, des groupes irakiens et les rebelles yéménites Houthis comme faisant partie de « l’axe de la résistance » face à Israël au Moyen-Orient.

Le COGAT confirme que les livraisons de médicaments arrivant à Gaza seront inspectées

Cinq camions d’aide médicale entrant dans la bande de Gaza, y compris des médicaments destinés aux otages israéliens détenus par le groupe terroriste Hamas, seront inspectés par les autorités israéliennes, a déclaré l’organe du ministère de la défense chargé des affaires civiles palestiniennes.

En réponse à une question, le coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT) déclare : « Selon les directives de l’échelon politique, cinq camions transportant des médicaments seront soumis à un contrôle de sécurité au point de passage de Kerem Shalom ».

« À la fin de l’inspection, les camions entreront dans la bande de Gaza », ajoute le COGAT.

Tsahal : Deux otages n’ont pas été tués par ses frappes aériennes

À gauche : le caporal Nick Baizer, pris en otage dans sa base militaire près du point de passage d'Erez par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 ; À droite : le sergent Ron Sherman, pris en otage dans une base de Tsahal près de la frontière de Gaza (Autorisation)
À gauche : le caporal Nick Baizer, pris en otage dans sa base militaire près du point de passage d'Erez par des terroristes du Hamas le 7 octobre 2023 ; À droite : le sergent Ron Sherman, pris en otage dans une base de Tsahal près de la frontière de Gaza (Autorisation)

Hier, les représentants de Tsahal ont donné aux proches des ex-otages, le sergent Ron Sherman et le caporal Nik Beizer, de nouvelles informations sur la cause de leur décès en captivité aux mains du Hamas.

La dépouille des deux soldats, tout comme celle du civil franco-israélien Elya Toledano, ont été retrouvées dans un tunnel du Hamas à Jabaliya le 14 décembre dernier. L’avant-veille, c’est le corps de l’adjudant Ziv Dado et de la civile Eden Zacharia, assassinés le 7 octobre, qui avaient été retrouvés dans le même secteur.

Les représentants de Tsahal ont présenté aux familles de Sherman et Beizer le rapport de pathologie et les conclusions de l’opération destinée à récupérer les corps.

A proximité de l’endroit où les corps ont été retrouvés, l’armée israélienne avait mené une frappe aérienne destinée au commandant de la brigade nord du Hamas à Gaza, Ahmed Ghandour.

L’enquête de Tsahal, dont les conclusions ont été présentées aux familles, a révélé que l’armée n’était pas informée de la présence d’otages dans le secteur au moment de la frappe.

Selon ces conclusions, les corps ont été retrouvés grâce à l’examen du tunnel au scanner, sans renseignement préalable.

Le rapport de pathologie présenté aux familles établit que les corps ne présentaient aucun signe de traumatisme ou de tir, ce qui indique qu’ils n’ont pas été tués par la frappe aérienne ou une autre action de l’armée israélienne.

L’état des corps n’a pour l’instant pas permis aux autorités médicales d’établir la cause du décès.

À ce stade, l’armée ne peut ni confirmer ni infirmer l’hypothèse qu’ils aient pu s’étouffer, être étranglés, empoisonnés ou avoir souffert des conséquences d’une attaque de Tsahal ou d’une action du Hamas.

Des échantillons ont été prélevés dans le but de pratiquer des tests toxicologiques et de, peut-être, faire toute la lumière sur les circonstances de leur décès.

Alertes dans le nord d’Israël après plus de 24 heures de calme

Les alertes avertissant de l’arrivée de roquettes ont retenti dans les villes de Metula, Shlomi et d’autres communautés frontalières, en grande partie évacuées dans le nord du pays.

Il n’y a pas d’autres détails dans l’immédiat.

Ces alertes surviennent après que des sirènes d’invasion d’avions hostiles ont retenti il y a peu dans plusieurs autres villes du nord, mais il s’agissait probablement d’une fausse alerte.

Grèce: Une bombe explose près des locaux d’une firme israélienne de transport maritime

Une bombe artisanale a explosé, mardi matin, aux abords des locaux de l’entreprise de transport maritime israélienne Zim, en Grèce, ont indiqué des sources proches de la police locale.

La déflagration a entraîné des dégâts mineurs, ont-elles précisé.

Les attaquants, qui n’ont pas été identifiés, ont laissé des prospectus où était écrit « Libérez la Palestine » sur la scène de l’attaque.

Un réserviste grièvement blessé dans un raid anti-terroriste à Tulkarem

Un réserviste de Tsahal a été grièvement blessé après que des Palestiniens ont ouvert le feu sur des troupes dans la ville de Tulkarem, en Cisjordanie, au cours d’une opération antiterroriste, a déclaré l’armée.

Tsahal déclare avoir effectué une attaque de drone contre un groupe de Palestiniens qui lançaient des explosifs et tiraient sur les soldats, tuant plusieurs hommes armés.

Selon le ministère de la santé de l’Autorité palestinienne, quatre hommes ont été tués dans le raid.

Des images ont été publiées.

Dans l’opération à Tulkarem, des dizaines de suspects ont été interrogés, sept ont été arrêtés, et des véhicules d’ingénierie ont découvert des engins explosifs cachés sous les routes, selon Tsahal.

L’armée précise que le raid est toujours en cours.

Dans la ville de Bani Naim, au sud de la Cisjordanie, Tsahal déclare que les troupes ont cartographié les maisons des deux terroristes palestiniens qui ont perpétré l’attentat meurtrier à Raanana lundi, avant leur démolition.

Au total, 26 Palestiniens recherchés ont été arrêtés au cours de la nuit.

Depuis le 7 octobre, les troupes ont arrêté plus de 2 700 Palestiniens recherchés en Cisjordanie, dont plus de 1 300 affiliés au Hamas.

 

La Jordanie affirme que Tsahal a bombardé son hôpital de campagne à Khan Younès

Un convoi d'aide transportant un hôpital de campagne jordanien entrant dans la bande de Gaza par le point de passage de Rafah avec l'Égypte, le 20 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Un convoi d'aide transportant un hôpital de campagne jordanien entrant dans la bande de Gaza par le point de passage de Rafah avec l'Égypte, le 20 novembre 2023. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

L’armée jordanienne affirme que son hôpital militaire de campagne dans la ville de Khan Younès, à Gaza, a été gravement endommagé par des tirs d’obus israéliens dans les environs.

Dans un communiqué, l’armée jordanienne déclare qu’elle tient Israël pour responsable d’une « violation flagrante du droit international ».

Les forces israéliennes enquêtent sur ces allégations.

Netanyahu nie avoir exempté de contrôles de sécurité les médicaments destinés à Gaza

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrivant pour une réunion de son parti, le Likud, à la Knesset, à Jérusalem, le 1er janvier 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu arrivant pour une réunion de son parti, le Likud, à la Knesset, à Jérusalem, le 1er janvier 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dément une information selon laquelle il aurait donné son feu vert pour exempter une cargaison de médicaments destinés aux otages et aux civils de Gaza des contrôles de sécurité avant leur entrée dans la bande de Gaza.

« Le Premier ministre a autorisé l’envoi de médicaments aux otages, mais n’a pas du tout pris part aux procédures de sécurité établies par Tsahal et les responsables de la sécurité », a déclaré son bureau dans un communiqué.

Les médicaments, fournis par le Qatar, devraient être livrés à Gaza plus tard dans la journée dans le cadre d’un accord négocié par Doha et la France.

Les forces israéliennes frappent des cibles du Hezbollah au Liban

L’armée israélienne annonce avoir mené des frappes aériennes contre des sites du Hezbollah au Liban depuis ce matin.

Les sites touchés par l’aviation militaire israélienne à Houla comprennent des bâtiments militaires et diverses infrastructures utilisées par le groupe terroriste, indique Tsahal.

Tsahal indique également qu’un char a bombardé une zone à Ayta ash-Shab, et que l’artillerie a bombardé une zone à Dhayra, pour « éliminer les menaces ».

Dans la région de Marwahin, au sud du Liban, les forces israéliennes affirment avoir également touché une cellule du Hezbollah.

Un missile antichar a également été tiré sur un poste de l’armée à la frontière. L’armée affirme qu’elle frappe le site de lancement.

Macron annonce un hommage aux victimes françaises du Hamas le 7 février

Emmanuel Macron a annoncé mardi l’organisation le 7 février d’un hommage aux victimes de l’attaque du mouvement islamiste palestinien Hamas en Israël.

« Le 7 février prochain, au monument pour les victimes du terrorisme » situé sur l’esplanade des Invalides à Paris, « je rendrai hommage à ces victimes aux côtés de leurs proches, de leurs familles et de tous ceux qui voudront nous y rejoindre », a affirmé le président lors d’une conférence de presse.

Le chef de l’Etat a rappelé que la France avait « perdu 41 de ses enfants » dans ces attaques et qu’elle avait « encore trois otages » dans la bande de Gaza.

« Nous nous battons pied à pied avec les autorités israéliennes, avec le Qatar, qui a un rôle décisif en la matière, avec plusieurs autres collègues pour les libérer ».

Tsahal largue des fournitures pour les soldats dans le sud de la bande de Gaza

L'équipement qui a été largué aux troupes dans la région de Khan Younès, dans une image publiée le 17 janvier 2024. (Crédit : armée israélienne)
L'équipement qui a été largué aux troupes dans la région de Khan Younès, dans une image publiée le 17 janvier 2024. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne annonce avoir largué près de 16 tonnes d’équipement à des milliers de soldats de la 98e division opérant dans la région de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza.

L’opération, menée ces derniers jours par la Direction Technologique et Logistique et l’unité d’approvisionnement aérien de la Brigade Marom, comprenait le largage par un avion de transport C-130J de munitions, de carburant, d’eau et de nourriture pour la division.

Depuis le début de l’offensive terrestre, cinq opérations de largage ont été menées à Gaza, pour un total d’environ 60 tonnes d’équipement pour les troupes, selon Tsahal.

L’armée israélienne largue du matériel dans des zones de Gaza trop dangereuses ou trop difficiles à atteindre par des convois de camions.

1 000 médicaments pour les Gazaouis pour chaque médicament envoyé aux otages – Hamas

Moussa Abu Marzouk, haut responsable du Hamas, au centre, assiste aux funérailles de Saleh al-Arouri, à Beyrouth, Liban, le jeudi 4 janvier 2024. (AP/Hussein Malla)
Moussa Abu Marzouk, haut responsable du Hamas, au centre, assiste aux funérailles de Saleh al-Arouri, à Beyrouth, Liban, le jeudi 4 janvier 2024. (AP/Hussein Malla)

Le Hamas fournit plus de détails sur un accord négocié par la France et le Qatar pour livrer des médicaments aux otages israéliens détenus par le groupe terroriste à Gaza.

Moussa Abu Marzouk, haut responsable du Hamas, indique que pour chaque boîte de médicaments fournie aux otages, 1 000 boîtes seront envoyées à des civils palestiniens.

Dans un message posté sur X, il indique que le Comité international de la Croix-Rouge livrera tous les médicaments, y compris ceux destinés aux otages, aux hôpitaux desservant toutes les zones de la bande de Gaza.

L’accord prévoit également la livraison de nourriture et d’aide humanitaire supplémentaires à Gaza.

Abu Marzouk affirme que les autorités israéliennes n’auront pas la possibilité d’inspecter les cargaisons. Il précise que le Hamas a insisté pour que le Qatar fournisse les médicaments et non la France, en raison du soutien du pays européen à Israël, selon lui.

Il s’agit du premier accord conclu entre les parties belligérantes depuis le cessez-le-feu d’une semaine décrété en novembre. Le Hamas et d’autres groupes terroristes détiennent encore environ la moitié des quelque 250 otages qu’ils ont capturés lors de l’attentat du 7 octobre qui a déclenché la guerre. La plupart des autres ont été libérés en novembre en échange de la libération de prisonniers de sécurité palestiniens détenus par Israël.

Parmi les personnes qui restent en captivité à Gaza figurent plusieurs hommes âgés et d’autres qui ont besoin de médicaments pour des maladies chroniques.

Frappe aérienne sur des Palestiniens armés dans la ville de Tulkarem en Cisjordanie

L’armée israélienne a effectué une frappe aérienne contre un groupe d’hommes armés palestiniens dans la ville de Tulkarem en Cisjordanie dans le cadre d’une opération antiterroriste, selon des sources militaires.

Les médias palestiniens ont partagé des images relayées sur les médias sociaux montrant au moins deux Palestiniens blessés ou tués à côté d’un véhicule lourdement endommagé qui a apparemment été touché.

Des sources au sein de l’armée israélienne indiquent que les suspects tiraient et lançaient des engins explosifs sur les troupes opérant à Tulkarem.

Il s’agit de la deuxième frappe aérienne en Cisjordanie en quelques heures, après que le chef d’un réseau terroriste et plusieurs autres terroristes ont été pris pour cible dans le camp de Balata, près de Naplouse.

Exercices militaires de Tsahal dans le ciel d’Eilat

Une traînée de fumée, provenant apparemment d'un missile de défense aérienne israélien, est visible au-dessus de la région d'Eilat, dans le sud d'Israël, le 31 octobre 2023. (Autorisation)
Une traînée de fumée, provenant apparemment d'un missile de défense aérienne israélien, est visible au-dessus de la région d'Eilat, dans le sud d'Israël, le 31 octobre 2023. (Autorisation)

L’armée israélienne dit avoir mené des exercices militaires dans le ciel d’Eilat.

Elle a fait savoir que des avions de chasse parcouraient le ciel du soir au matin à des fins « de surveillance régulière » coordonnée avec les responsables locaux de la sécurité.

Aucun autre détail n’a été communiqué.

Ces exercices ont eu lieu après que les Houthis soutenus par l’Iran ont à plusieurs reprises tiré des missiles et des drones sur la ville du sud d’Israël, ces dernières semaines.

Des avions qataris transportant des médicaments pour les otages arrivent en Égypte

Des personnes participent à un rassemblement de 24 heures appelant à la libération des otages pris par les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza, à Tel Aviv, Israël, dimanche 14 janvier 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des personnes participent à un rassemblement de 24 heures appelant à la libération des otages pris par les terroristes du Hamas dans la bande de Gaza, à Tel Aviv, Israël, dimanche 14 janvier 2024. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Deux avions militaires qataris contenant des médicaments pour les otages de Gaza arrivent à El-Arish, dans la péninsule égyptienne du Sinaï, rapportent les médias arabes.

La cargaison sera ensuite transférée dans la bande de Gaza.

Le Qatar a annoncé hier qu’il avait réussi avec la France à négocier un accord entre Israël et le Hamas pour la livraison des médicaments.

Tsahal dit avoir tué un agent de contre-espionnage du Hamas et 5 terroristes à Gaza

Les frappes israéliennes dans la bande de Gaza ont permis d’éliminer six membres du Hamas, dont l’officier du Hamas du district sud chargé d’interroger les espions présumés, selon l’armée israélienne.

Tsahal indique que Bilal Nofal a été tué lors d’une frappe aérienne menée par l’armée, sur la base d’informations fournies par le Shin Bet.

Nofal était « chargé d’interroger les personnes soupçonnées d’espionnage contre le Hamas dans le sud de la bande de Gaza », précise l’armée, ajoutant qu’il avait « mis au point les techniques d’interrogatoire et d’enquête » utilisées par le Hamas.

« Son assassinat a un impact significatif sur la capacité de l’organisation terroriste à développer et à améliorer ses capacités », ajoute l’armée.

En outre, l’armée affirme avoir tué une équipe de trois tireurs d’obus de mortiers à Khan Younès et deux autres personnes ont été tuées lors d’une frappe aérienne dans le centre de la bande de Gaza.

Le Hamas affirme que 81 personnes ont été tuées lors de frappes nocturnes à Gaza

Une photo prise à Rafah montre des tirs au-dessus de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, lors de frappes israéliennes le 16 janvier 2024. (Crédit : AFP)
Une photo prise à Rafah montre des tirs au-dessus de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, lors de frappes israéliennes le 16 janvier 2024. (Crédit : AFP)

Le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, rapporte que 81 personnes ont été tuées lors de frappes nocturnes, notamment dans la principale ville du sud, Khan Younès.

Ces chiffres ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et le ministère ne fait pas de distinction entre les membres du Hamas et les civils.

L’armée israélienne n’a fait aucun commentaire.

Tsahal dit avoir trouvé et détruit les lance-roquettes utilisés à Gaza contre Netivot

Point d'impact de roquettes à Netivot,dans le sud du pays, après des tirs localisés dans la bande de Gaza, le 16 janvier 2024. (Crédit : (Services d'incendie et de secours)
Point d'impact de roquettes à Netivot,dans le sud du pays, après des tirs localisés dans la bande de Gaza, le 16 janvier 2024. (Crédit : (Services d'incendie et de secours)

L’armée israélienne indique que les troupes opérant dans la bande de Gaza ont trouvé et détruit les lance-roquettes utilisés pour tirer un barrage de plus de 50 roquettes sur la ville de Netivot mardi.

Les troupes ont trouvé trois lanceurs, chacun capable de lancer 10 roquettes à la fois. Certains d’entre eux étaient chargés pour d’autres tirs.

Les soldats ont détruit les lanceurs et le site, selon l’armée.

Un chef terroriste éliminé par Tsahal en Cisjordanie alors qu’il planifiait une attaque

L’armée israélienne affirme avoir effectué une frappe de drone près du camp de Balata. La cible était un haut responsable terroriste de Cisjordanie qui planifiait une attaque imminente.

Tsahal a indiqué qu’il s’agissait de Abdallah Abu Shalal. Il a été tué lors d’une opération menée par l’armée et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet.

L’armée a déclaré qu’Abu Shalal était responsable d’une série d’attaques récentes, notamment d’une fusillade dans le quartier Shimon Hatzadik de Jérusalem, au cours de laquelle deux Israéliens ont été blessés, et de la pose d’une bombe qui a blessé un soldat.

Après l’attaque de la cellule terroriste dirigée par Abu Shalal, des armes ont été trouvées dans la voiture. Les autres membres de la cellule n’ont pas été identifiés.

L’armée a déclaré qu’Abu Shalal avait reçu des fonds et des instructions de l’Iran et de groupes terroristes à Gaza et à l’étranger.

Selon des sources palestiniennes, trois personnes ont été tuées lors de l’attaque visant la voiture d’Abu Shalal.

Tsahal publie une vidéo de l’attaque de drone.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.