Israël en guerre - Jour 190

Rechercher

Création d’une cellule de crise pour déterminer le nombre d’otages emmenés à Gaza

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des terroristes palestiniens emmenant un civil israélien enlevé au kibboutz Kfar Azza, à proximité de la Bande de Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)
Des terroristes palestiniens emmenant un civil israélien enlevé au kibboutz Kfar Azza, à proximité de la Bande de Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Hatem Ali/AP Photo)

L’armée israélienne a mis en place une cellule de crise afin de rassembler des informations précises sur les otages israéliens détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas dans la Bande de Gaza.

Les terroristes du Hamas ont capturé un nombre indéterminé de civils et de soldats et les ont emmenés dans la Bande de Gaza après avoir pris d’assaut plusieurs bases militaires et communautés.

Les réseaux sociaux ont été remplis d’horribles vidéos montrant des hommes, des femmes et des enfants transportés dans la Bande de Gaza, beaucoup d’entre eux semblant avoir été maltraités. Des vidéos ont également été publiées montrant des Israéliens morts, dont des soldats.

Le chef du Directorat du Personnel de l’armée israélienne, le général de division Yaniv Asor, nomme Lior Carmeli, général de réserve, à la tête de l’équipe.

Tsahal indique que l’équipe compilera une « image situationnelle » pour localiser les captifs, qu’il s’agisse de soldats ou de civils. Dans toute cette complexité et cette incertitude, il est nécessaire de diffuser des messages fiables le plus rapidement possible.

« Certaines familles ont déjà reçu des messages concernant leurs proches », précise l’armée israélienne.

La police et le Commandement du Front intérieur de l’armée israélienne ont également mis en place une salle de crise pour identifier les personnes tuées dans les attentats à l’aide d’échantillons d’ADN fournis par les familles.

Une longue file d’Israéliens ayant des proches disparus a serpenté devant un poste de police du centre du pays pour fournir aux enquêteurs des échantillons d’ADN et d’autres moyens susceptibles d’aider à l’identification des membres de leur famille.

Un responsable égyptien a déclaré qu’Israël avait demandé l’aide du Caire pour assurer la sécurité des otages et que le chef des services de renseignements égyptiens avait contacté le Hamas et le groupe plus petit mais plus radical du Jihad islamique palestinien, qui a également participé à l’incursion, pour obtenir des informations. L’Égypte a souvent servi de médiateur entre les deux parties dans le passé.

Selon le responsable, les dirigeants palestiniens ont affirmé qu’ils ne disposaient pas encore d’un « tableau complet » des otages, mais ils ont précisé que ceux qui avaient été amenés à Gaza avaient été conduits dans des « lieux sûrs » à travers le territoire.

« Il est clair qu’ils ont un grand nombre d’otages, plusieurs dizaines », a déclaré le responsable, qui a demandé à ne pas être identifié car il n’était pas autorisé à informer les médias.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.