Israël en guerre - Jour 287

Rechercher

Le Liban inculpe deux personnes accusées d’avoir transmis des infos utilisées par Israël pour atteindre le N°2 du Hamas

Le site d'une frappe, rapportée par les médias libanais comme étant une frappe israélienne visant un bureau du Hamas dans la banlieue sud de Beyrouth, le 2 janvier 2024 ; en médaillon : le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, qui a été tué dans l'explosion. (Crédit : Anwar Amro/AFP ; réseaux sociaux)
Le site d'une frappe, rapportée par les médias libanais comme étant une frappe israélienne visant un bureau du Hamas dans la banlieue sud de Beyrouth, le 2 janvier 2024 ; en médaillon : le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, qui a été tué dans l'explosion. (Crédit : Anwar Amro/AFP ; réseaux sociaux)

BEYROUTH – Des responsables judiciaires libanais ont déclaré qu’un juge d’instruction avait délivré des mandats d’arrêt à l’encontre de deux personnes soupçonnées d’avoir fourni des informations à Israël, notamment la cartographie numérique d’une rue de Beyrouth où le chef adjoint du groupe terroriste palestinien du Hamas a été tué en janvier.

Les fonctionnaires ont déclaré que Fadi Sawwan, le juge d’instruction du tribunal militaire, a émis les mandats d’arrêt en début de semaine pour les deux citoyens libanais, quelques semaines après qu’ils ont été arrêtés alors qu’ils utilisaient un équipement de cartographie numérique sophistiqué.

L’armée israélienne n’a pas encore répondu aux demandes de commentaires.

Les fonctionnaires, qui ont parlé sous couvert d’anonymat conformément à la réglementation, ont déclaré que les deux hommes avaient déjà cartographié des rues dans différentes parties du Liban, notamment dans la banlieue sud de Beyrouth, où se trouvent les dirigeants du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah. Les deux hommes ont déclaré qu’ils pensaient envoyer ces informations à une société américaine spécialisée dans le tourisme virtuel.

Les deux fonctionnaires ont indiqué que parmi les rues qu’ils avaient cartographiées figurait celle où Saleh al-Arouri a été tué, en même temps que six autres terroristes, lors d’une frappe qui a touché un appartement en janvier. Ils ont précisé que la rue avait été cartographiée près de deux semaines avant l’assassinat d’al-Arouri.

Les fonctionnaires ont indiqué que les deux hommes sont en garde à vue et sont accusés d’espionnage pour le compte d’un pays étranger et d’obtention d’informations qui devaient rester secrètes pour des raisons de sécurité nationale. Ils pourraient être condamnés à une peine de prison pouvant aller jusqu’à la perpétuité.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.