Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Tsahal : 650 terroristes appréhendés à al-Shifa, dont des chefs du Hamas

Tsahal a découvert des caches d'armes et des infrastructures terroristes à l'hôpital ; Selon le WSJ, l'organe qui dirigera Gaza sera soutenu par des forces de sécurité financées par des pays du Golfe

  • Des soldats de Tsahal opérant dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée par l'armée le 21 mars 2024. (Crédit : Armée israéliennes)
    Des soldats de Tsahal opérant dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée par l'armée le 21 mars 2024. (Crédit : Armée israéliennes)
  • Des Palestiniens transportent des sacs de farine à l'arrière de camions alors que l'aide humanitaire arrive dans la ville de Gaza le 6 mars 2024. (Crédit :  AFP)
    Des Palestiniens transportent des sacs de farine à l'arrière de camions alors que l'aide humanitaire arrive dans la ville de Gaza le 6 mars 2024. (Crédit : AFP)
  • Des soldats de Tsahal opérant dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée par l'armée le 21 mars 2024. (Crédit : armée israéliennes)
    Des soldats de Tsahal opérant dans la bande de Gaza sur une photo non datée publiée par l'armée le 21 mars 2024. (Crédit : armée israéliennes)
  • Des ouvriers installent un mur de béton dans une zone située devant un jardin d'enfants, à proximité de la frontière entre Israël et Gaza, à Sderot, en Israël, le 20 mars 2024. (Crédit : AP Photo/Leo Correa)
    Des ouvriers installent un mur de béton dans une zone située devant un jardin d'enfants, à proximité de la frontière entre Israël et Gaza, à Sderot, en Israël, le 20 mars 2024. (Crédit : AP Photo/Leo Correa)

Les Houthis à l’origine d’au moins 50 attaques sur des navires – Pentagone

Cette photographie fournie par la marine indienne montre le navire américain Genco Picardy attaqué par un drone porteur de bombes lancé par les rebelles houthis du Yémen dans le golfe d'Aden, le 18 janvier 2024. Illustration. (Crédit : Indian Navy via AP)
Cette photographie fournie par la marine indienne montre le navire américain Genco Picardy attaqué par un drone porteur de bombes lancé par les rebelles houthis du Yémen dans le golfe d'Aden, le 18 janvier 2024. Illustration. (Crédit : Indian Navy via AP)

Les Houthis sont à l’origine d’au moins 50 attaques de navires au large des côtes du Yémen depuis l’automne, a déclaré jeudi à Washington une haute responsable du Pentagone, un autre reconnaissant les faiblesses de la réponse américaine.

Le groupe terroriste rebelle, soutenu par l’Iran, mène depuis novembre des attaques de navires qu’il estime liés à Israël, affirmant agir en solidarité avec les Palestiniens dans la bande de Gaza.

« Dans la mer Rouge, les Houthis cherchent à perturber cette voie cruciale pour le commerce mondial, avec au moins 50 attaques » contre des bateaux depuis l’automne, a déclaré la secrétaire adjointe à la Défense Celeste Wallander lors d’une audition au Congrès.

Les attaques des Houthis ont largement perturbé le commerce maritime international, dont le passage par la mer Rouge et le canal de Suez est une artère essentielle.

Face à cela, les États-Unis, soutien d’Israël, ont mis en place en décembre une force multinationale de protection maritime en mer Rouge et lancé, avec l’aide du Royaume-Uni, des frappes au Yémen contre les Houthis. Mais un autre responsable du Pentagone a reconnu que les rebelles pouvaient rapidement remplacer les équipements détruits par les militaires occidentaux.

« Seulement deux bateaux pourraient permettre de remplacer l’essentiel du matériel houthi que nous avons détruit jusqu’à présent », a déclaré le général Erik Kurilla, chef du Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient (Centcom), lors de la même audition. « Il nous faut augmenter le travail fait au niveau international pour être en mesure d’inspecter les navires qui arrivent à Hodeida », le port sur la mer Rouge contrôlé par les Houthis, a-t-il dit, soulignant aussi le besoin de peser sur l’Iran, allié des terroristes.

La cheffe de la diplomatie allemande retourne au Moyen-Orient dimanche

La ministre des Affaires étrangères allemande Annalena Baerbock va se rendre dimanche au Moyen-Orient, a-t-elle annoncé jeudi.

L’Allemagne, l’un des principaux soutiens d’Israël depuis l’attaque du 7 octobre, a durci le ton ces dernières semaines devant les conséquences humanitaires dans la bande de Gaza.

« Depuis le 7 octobre, je me suis rendue six fois dans la région et j’y retournerai dimanche pour voir comment nous pouvons faire bouger les choses, aussi difficile et désespéré que cela puisse paraître », a indiqué Mme Baerbock lors d’une prise de parole devant le parlement.

« Pour l’Allemagne, la sécurité d’Israël n’est pas négociable », a-t-elle déclaré, répétant la position de son pays, selon lequel « Israël, comme tous les pays du monde, a le droit de se défendre ».

Elle a néanmoins tempéré, affirmant que « la manière dont l’armée israélienne et le gouvernement israélien se défendent fait une différence. Parce que cela doit se faire dans le cadre du droit humanitaire des peuples ».

Le chancelier allemand Olaf Scholz a lui appelé dimanche à Jérusalem à un « accord sur les otages et à un cessez-le-feu durable » dans la bande de Gaza, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu réaffirmant pour sa part sa volonté « d’éliminer » le Hamas.

Les 27 de l’UE appellent à une « pause humanitaire immédiate » à Gaza et « à la libération inconditionnelle de tous les otages »

Photo d'illustration : Un ouvrier sur une grue ajuste les drapeaux de l’UE devant le siège de l’UE à Bruxelles, le 23 juin 2016. (Crédit : AP Photo/Virginia Mayo, Archive)
Photo d'illustration : Un ouvrier sur une grue ajuste les drapeaux de l’UE devant le siège de l’UE à Bruxelles, le 23 juin 2016. (Crédit : AP Photo/Virginia Mayo, Archive)

Les dirigeants des 27, réunis en sommet à Bruxelles, ont appelé jeudi à une « pause humanitaire immédiate » à Gaza, et exhorté Israël à ne pas lancer d’opération terrestre à Rafah, dans une déclaration commune.

« Le Conseil européen appelle à une pause humanitaire immédiate devant conduire à un cessez-le-feu durable, (appelle) à la libération inconditionnelle de tous les otages et à la fourniture d’aide humanitaire », selon ce texte qui demande aussi à Israël de « ne pas mener d’opération terrestre à Rafah », dans le sud de la Bande de Gaza, où sont réfugiés des centaines de milliers de Gazouis.

Cisjordanie: Au moins 10 Palestiniens tués lors de frappes ou de heurts avec Tsahal au cours de la journée

Au moins dix Palestiniens de Cisjordanie ont été tués lors de frappes de Tsahal ou d’affrontements avec les forces israéliennes au cours de la journée écoulée, selon les chiffres officiels de l’Autorité palestinienne.

Le bilan comprend quatre terroristes pris pour cible par un drone à Jénine, dont l’un a succombé à ses blessures aujourd’hui, ainsi que quatre personnes dans le camp de réfugiés de Nur Shams, près de Tulkarem, dont deux ont été tuées lors d’une frappe aérienne et les deux autres lors d’échanges de coups de feu avec les troupes israéliennes.

Selon le ministère de la santé de l’Autorité palestinienne, un Palestinien de 19 ans a été abattu à Al-Bireh, près de Ramallah, et un autre homme a été abattu dans la région de Jéricho.

Par ailleurs, un Palestinien converti au judaïsme a été abattu par un soldat réserviste dans le sud de la Cisjordanie. L’armée a ouvert une enquête sur cette fusillade, qu’elle a décrit comme un « incident grave », après que les médias israéliens ont rapporté que l’homme avait les mains en l’air lorsqu’il a été abattu.

La police des frontières arrête un Palestinien près de Jéricho qui prévoyait un attentat suicide

Les agents de la police des frontières ont arrêté un Palestinien en Cisjordanie qui aurait voulu commettre un attentat suicide, selon des responsables des forces de l’ordre.

Des agents infiltrés ont fait une descente dans le camp de réfugiés d’Aqbat Jabr, près de Jéricho, à la suite de renseignements fournis par l’agence de sécurité Shin Bet sur un suspect qui prévoyait de commettre un attentat-suicide à la bombe dans les « délais les plus brefs », selon la police.

Le suspect a été capturé à l’issue d’une brève course-poursuite, qui a également donné lieu à un échange de coups de feu avec d’autres Palestiniens de la région.

 

Le suspect détenu a été remis au Shin Bet pour interrogatoire ;

Le commandant du Jihad islamique frappé dans une attaque à Jénine succombe à ses blessures

Des Palestiniens près d'une voiture qui a été touchée par une frappe aérienne israélienne, dans la ville de Jénine en Cisjordanie, le 20 mars 2024. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)
Des Palestiniens près d'une voiture qui a été touchée par une frappe aérienne israélienne, dans la ville de Jénine en Cisjordanie, le 20 mars 2024. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

Muhammad Hawashin, un commandant du groupe terroriste palestinien du Jihad islamique à Jénine, visé par une frappe aérienne israélienne dans la ville de Cisjordanie mercredi, a succombé à ses blessures, ont annoncé les autorités sanitaires palestiniennes.

Au total, quatre terroristes du Jihad islamique ont été tués dans la frappe.

Selon Tsahal, Hawashin et Ahmed Barakat, l’un des quatre terroristes, étaient à l’origine de tentatives de faire entrer un kamikaze en Israël le 11 mars, et avaient dirigé un attentat à la bombe et une fusillade contre des troupes près de l’avant-poste de Homesh le 8 mars.

Ministre de la diaspora : Londres est la ville la plus antisémite de l’Occident

Le ministre des Affaires de la Diaspora, Amichaï Chikli, lors d'une réunion d'une commission de la Knesset, le 19 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Affaires de la Diaspora, Amichaï Chikli, lors d'une réunion d'une commission de la Knesset, le 19 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Alors que la Grande-Bretagne a enregistré une hausse record de l’antisémitisme depuis l’assaut du 7 octobre perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas et la guerre menée en réponse à cette attaque par Israël, le ministre des Affaires de la diaspora, Amichai Chikli, a déclaré jeudi que Londres était devenue la ville la plus hostile aux Juifs en Occident.

« Aujourd’hui, au Royaume-Uni, les Juifs dissimulent leur judéité, leur mezouzot, leur kippot« , a affirmé Chikli à un groupe de journalistes européens à Jérusalem, selon le Times of London. « Ils savent qu’ils prennent le risque de se faire frapper s’ils parlent hébreu dans le métro. C’est la réalité des Juifs d’Europe. »

Chikli (Likud) a loué le Royaume-Uni comme « le centre de la civilisation occidentale, le pays de la Magna Carta et l’une des principales démocraties de l’Occident avec un riche héritage en matière de liberté d’expression et de droits de l’homme. » « Mais il semblerait qu’aujourd’hui, en Grande-Bretagne, cette liberté d’expression a disparu », a-t-il ajouté.

Les Houthis assurent qu’ils ne cibleront pas les navires chinois et russes en mer Rouge

Les Houthis du Yémen ont assuré à la Chine et à la Russie que leurs navires traverseraient la mer Rouge en toute sécurité, a déclaré à Reuters Mohammed Abdulsalam, négociateur en chef du groupe soutenu par l’Iran.

Des avions de combat de Tsahal ont frappé une cellule et des cibles du Hezbollah au sud-Liban

L’armée israélienne a déclaré que des avions de combat avaient frappé une cellule du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban à Tayr Harfa il y a peu.

En outre, trois sites du Hezbollah à Yaroun, Yarine et Ayta ash-Shab et trois bâtiments à Mays al-Jabal et Houla ont été ciblés, a ajouté Tsahal.

Plusieurs roquettes et missiles ont été tirés sur le nord d’Israël au cours des dernières heures, Tsahal affirmant avoir bombardé les sites de lancement.

Le Liban inculpe deux personnes accusées d’avoir transmis des infos utilisées par Israël pour atteindre le N°2 du Hamas

Le site d'une frappe, rapportée par les médias libanais comme étant une frappe israélienne visant un bureau du Hamas dans la banlieue sud de Beyrouth, le 2 janvier 2024 ; en médaillon : le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, qui a été tué dans l'explosion. (Crédit : Anwar Amro/AFP ; réseaux sociaux)
Le site d'une frappe, rapportée par les médias libanais comme étant une frappe israélienne visant un bureau du Hamas dans la banlieue sud de Beyrouth, le 2 janvier 2024 ; en médaillon : le chef adjoint du Hamas, Saleh al-Arouri, qui a été tué dans l'explosion. (Crédit : Anwar Amro/AFP ; réseaux sociaux)

BEYROUTH – Des responsables judiciaires libanais ont déclaré qu’un juge d’instruction avait délivré des mandats d’arrêt à l’encontre de deux personnes soupçonnées d’avoir fourni des informations à Israël, notamment la cartographie numérique d’une rue de Beyrouth où le chef adjoint du groupe terroriste palestinien du Hamas a été tué en janvier.

Les fonctionnaires ont déclaré que Fadi Sawwan, le juge d’instruction du tribunal militaire, a émis les mandats d’arrêt en début de semaine pour les deux citoyens libanais, quelques semaines après qu’ils ont été arrêtés alors qu’ils utilisaient un équipement de cartographie numérique sophistiqué.

L’armée israélienne n’a pas encore répondu aux demandes de commentaires.

Les fonctionnaires, qui ont parlé sous couvert d’anonymat conformément à la réglementation, ont déclaré que les deux hommes avaient déjà cartographié des rues dans différentes parties du Liban, notamment dans la banlieue sud de Beyrouth, où se trouvent les dirigeants du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah. Les deux hommes ont déclaré qu’ils pensaient envoyer ces informations à une société américaine spécialisée dans le tourisme virtuel.

Les deux fonctionnaires ont indiqué que parmi les rues qu’ils avaient cartographiées figurait celle où Saleh al-Arouri a été tué, en même temps que six autres terroristes, lors d’une frappe qui a touché un appartement en janvier. Ils ont précisé que la rue avait été cartographiée près de deux semaines avant l’assassinat d’al-Arouri.

Les fonctionnaires ont indiqué que les deux hommes sont en garde à vue et sont accusés d’espionnage pour le compte d’un pays étranger et d’obtention d’informations qui devaient rester secrètes pour des raisons de sécurité nationale. Ils pourraient être condamnés à une peine de prison pouvant aller jusqu’à la perpétuité.

Barnea repart à Doha pour s’entretenir avec le chef de la CIA, le Premier ministre qatari et le chef des renseignements égyptiens

Le directeur de l’agence de renseignement du Mossad, David Barnea, s'exprimant lors du sommet mondial de l'Institut international de lutte contre le terrorisme (ICT), à Herzliya, le 10 septembre 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)
Le directeur de l’agence de renseignement du Mossad, David Barnea, s'exprimant lors du sommet mondial de l'Institut international de lutte contre le terrorisme (ICT), à Herzliya, le 10 septembre 2023. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

Le chef du Mossad, les services de renseignement israéliens, va revenir vendredi au Qatar dans le cadre des négociations en vue d’une trêve dans la bande de Gaza, a annoncé jeudi le bureau du Premier ministre israélien.

« Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a approuvé ce soir (jeudi) le départ d’une délégation israélienne menée par le directeur du Mossad, David Barnea, demain (vendredi) pour le Qatar », indique le communiqué.

Le chef du Mossad y rencontrera « le directeur de la CIA, William Burns, le Premier ministre du Qatar, Mohammed ben Abdelrahman Al-Thani, et le chef des services de renseignement égyptiens, Abbas Kamel, en vue d’avancer vers la libération des otages » retenus à Gaza, dans le cadre d’une trêve entre Israël et le Hamas, ajoute le texte.

M. Barnea s’était déjà rendu lundi au Qatar dans le cadre de ces discussions.

États-Unis, Qatar et Egypte essaient d’arracher un accord sur une trêve de six semaines dans la bande de Gaza permettant la libération d’otages retenus à Gaza depuis l’attaque du Hamas sur le sol israélien le 7 octobre, en échange de prisonniers palestiniens détenus par Israël.

Environ 250 personnes ont été enlevées ce jour-là et 130 d’entre elles sont toujours otages à Gaza, dont 33 seraient mortes d’après les autorités israéliennes.

Le Shema récité en masse au mur Occidental pour les otages et les soldats

Un rassemblement pour réciter le "Shema" pour les otages détenus à Gaza, au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 21 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran)
Un rassemblement pour réciter le "Shema" pour les otages détenus à Gaza, au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 21 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran)

Avant la récitation de la prière du Shema à 17h30, qui se veut la plus grande récitation de l’Histoire du peuple juif, le rabbin du mur Occidental Shmuel Rabinovitch a invité les membres des familles des otages à lire des Psaumes.

Le père de l’otage Yigal Sarusi a récité la prière pour les otages, suivi par l’ancien député et résident du kibboutz Beeri Haïm Jelin, qui a lu des Psaumes.

Le son des voix de jeunes hommes et de centaines de personnes a fait écho à Rabinovitch et à Jelin, récitant les paroles familières de Shirei HaMaalot.

Le père de Sarusi a demandé à chacun de faire le vide dans son esprit, afin d’entendre la prière du Shema – « Écoute, Israël » – qui a été récitée en chœur.

« Pensons ensemble aux otages, à nos soldats et à l’unité de l’État d’Israël, afin d’ouvrir les portes du ciel », a déclaré le père de Sarusi.

Rabinovitch a demandé à tout le monde de se couvrir les yeux pendant qu’il récitait la prière.

Des dizaines de shofars ont retenti à l’unisson tandis que les membres des familles d’otages gardaient les yeux fermés et la tête baissée en signe de recueillement.

Rabinovitch a poursuivi avec le reste du Shema, en ajoutant des bénédictions et des prières qui ne sont habituellement récitées que lors des fêtes du Nouvel an juif.

Une mère d’otage raconte que son fils a dit les prières de Shabbat en captivité à Gaza

Jon Polin et Rachel Goldberg avec Jamie Geller, le 21 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran)
Jon Polin et Rachel Goldberg avec Jamie Geller, le 21 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran)

L’acteur Aviv Alush s’est assis en surplomb du mur Occidental, qui a accueilli un événement du Forum des familles des otages et disparus à l’occasion du Jeûne d’Esther.

Il s’est entretenu avec Shelly Shem Tov, dont le fils, Omer Shem Tov, a été pris en otage par des terroristes lors du festival de musique Supernova, le 7 octobre.

Shelly a raconté qu’elle n’avait pas encore rangé la chambre d’Omer, qui était en désordre lorsqu’il est parti pour la fête.

« Chaque jour, j’entre et je dis : ‘Bonjour, Omer, sois fort, crois en toi, nous faisons tout ce que nous pouvons pour te ramener à la maison' », a-t-elle déclaré. « Je prie dans sa chambre, puis je sors pour m’atteler à mes tâches. »

Shelly a dit à Alush qu’Omer a toujours prononcé la bénédiction sur le vin le vendredi soir en famille. Itay Regev, un otage libéré qui était détenu avec Omer, lui a raconté qu’un jour, ils avaient obtenu du jus de raisin et l’avaient gardé, avec un peu de pain et de sel. Ils ont compté les jours jusqu’au vendredi, ont mis un morceau de papier toilette sur leur tête et Omer a récité le kiddoush – la bénédiction sur le vin – et le motsi – la bénédiction sur le pain.

« Itay a raconté que c’était le moment où ils se sentaient le plus proche de leur maison et de leur famille », a déclaré Shelly.

Le chanteur Shaï Gabso s’est produit et a déclaré qu’il pensait que la nation avait besoin d’unité pour que les otages reviennent. Il a remercié les membres de la famille d’avoir été si forts.

Jon Polin et Rachel Goldberg, parents de l’otage Hersh Goldberg-Polin, ont participé à une émission simultanée en anglais avec Jamie Geller.

Jon Polin a déclaré qu’il n’y avait pas eu de nouvelles de leur fils depuis qu’il avait été capturé, et qu’aucun des captifs libérés n’avait rencontré Hersh ni entendu parler de lui.

Les parents de Hersh ont appris que le même groupe d’otages blessés qui sont arrivés tôt à Gaza avaient été emmenés à l’hôpital, et il y a des raisons de croire qu’il a pu recevoir un traitement médical voire une intervention chirurgicale pour son bras, qui a été arraché au niveau du coude.

Rachel Goldberg a déclaré que la prière au mur Occidental est « une grande opportunité de prendre ce moment douloureux et difficile et de le transformer en quelque chose de bon ».

« Avant de demander la paix, il faut créer une ouverture et je pense que c’est quelque chose que nous devrions tous nous mettre au défi de faire avec toutes sortes de personnes. C’est le défi que nous devons relever en tant que nation et en tant que peuple », a-t-elle souligné.

Tsahal a abattu une « cible aérienne suspecte » en provenance de la mer Rouge

L’armée israélienne a déclaré qu’une « cible aérienne suspecte » se dirigeant vers Israël depuis la mer Rouge a été abattue par les défenses aériennes.

La cible n’a pas pénétré dans l’espace aérien israélien, a précisé Tsahal, ajoutant que l’incident était clos.

Les habitants d’Eilat, la ville la plus méridionale d’Israël, ont déclaré avoir entendu une forte explosion.

Cet incident est survenu alors que les Houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, ont tenté à maintes reprises de lancer des missiles et des drones sur Eilat, dans le cadre de la guerre dans la bande de Gaza.

Les sirènes des roquettes activées dans une ville frontalière du nord qui abrite une base militaire

Les sirènes d’alerte aux roquettes ont retenti dans la ville d’Avivim, à la frontière nord, qui abrite une base militaire.

Des ministres arabes rencontrent un fidèle d’Abbas avant les pourparlers avec Blinken au Caire

Des ministres arabes se sont entretenus aujourd’hui avec un responsable palestinien au Caire pour discuter des efforts visant à mettre fin à la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza, et doivent rencontrer le secrétaire d’État américain Antony Blinken, qui cherche à obtenir une trêve d’au moins six semaines.

Les ministres ont rencontré le secrétaire général du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), Hussein al-Cheikh, pour discuter des « efforts visant à mettre fin à la guerre israélienne contre Gaza, de l’inévitabilité d’une trêve et du plein accès à l’aide », a déclaré le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères.

Outre ses fonctions au sein de l’OLP, al-Cheikh est ministre des Affaires civiles de l’Autorité palestinienne (AP).

Blinken doit également rencontrer al-Cheikh – un proche du dirigeant de l’AP Mahmoud Abbas et un médiateur dans les contacts avec Israël – ainsi que les ministres des Affaires étrangères de l’Égypte, de l’Arabie saoudite, du Qatar et de la Jordanie, et le ministre d’État des Émirats arabes unis chargé de la coopération internationale, selon une note du ministère égyptien des Affaires étrangères.

Tsahal : 650 terroristes appréhendés à al-Shifa, dont des chefs du Hamas et du Jihad islamique

Les commandants du Hamas et du Jihad islamique palestinien qui ont été capturés lors d'une opération israélienne à l'hôpital al-Shifa de Gaza City, sur une image publiée le 21 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les commandants du Hamas et du Jihad islamique palestinien qui ont été capturés lors d'une opération israélienne à l'hôpital al-Shifa de Gaza City, sur une image publiée le 21 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet ont déclaré avoir appréhendés quelque 650 terroristes au cours de l’opération en cours à l’hôpital al-Shifa, dans la ville de Gaza, dont plusieurs hauts responsables des groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien.

Les terroristes du Jihad islamique palestinien retranchés dans le centre hospitalier se sont rendus aux troupes, a indiqué Tsahal.

Parmi eux, Hussam Salameh, le commandant de l’unité d’observation et de renseignement du Jihad islamique palestinien dans Gaza City, et son frère, Wissam Salameh, chef de l’unité de propagande du groupe terroriste dans la même ville, a précisé l’armée.

Trois cadres supérieurs du soi-disant quartier général du Hamas en Cisjordanie, chargé de faire progresser les attaques terroristes contre Israël à partir de la Cisjordanie, ont également été capturés à al-Shifa, a indiqué Tsahal.

Selon le Shin Bet, il s’agit d’Amr Asida, chef de l’unité de Naplouse, de Mahmoud Qawasmeh, l’un des organisateurs de l’enlèvement et du meurtre de trois adolescents israéliens en 2014, et de Hamdallah Hassan Ali, qui a également participé à la direction d’attaques récentes en Cisjordanie.

Les terroristes arrêtés ont été conduits en Israël pour y être interrogés par le Shin Bet.

Selon l’armée, les troupes ont jusqu’à présent abattu plus de 140 terroristes armés au cours du raid, qui a été lancé tôt lundi et qui est mené par la 401e Brigade du Corps blindé mécanisé, et l’unité commando Shayetet 13 de la Marine, entre autres.

Tsahal a déclaré que, lors de la perquisition de l’hôpital, les soldats ont saisi des armes et des documents de renseignement « qui contribuent à la poursuite des combats ».

Les combats à al-Shifa sont toujours en cours et devraient durer encore plusieurs jours – jusqu’à ce que tous les terroristes de la région soient capturés ou tués, ont indiqué des responsables militaires.

Des sirènes d’alerte à la roquette retentissent dans de nombreuses villes du nord

Des sirènes d’alerte retentissent dans la ville de Kiryat Shmona, dans le nord du pays, et dans un certain nombre d’autres localités israéliennes proches de la frontière libanaise, signalant des tirs de roquettes imminents.

Gallant : Le raid à al-Shifa montre que Tsahal a amélioré ses capacités à Gaza

Le ministre de la Défense Yoav Gallant rencontrant des soldates de surveillance, sur une base de l'armée israélienne, le 21 mars 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant rencontrant des soldates de surveillance, sur une base de l'armée israélienne, le 21 mars 2024. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a salué l’opération menée par l’armée israélienne à l’hôpital al-Shifa de Gaza City, affirmant qu’elle a « surpris les terroristes ».

« Personne ne s’attendait à ce que nous fassions ce que nous avons fait. Nous avons donné l’assaut à un endroit qui, il y a six mois, nous avait pris un mois à atteindre ; or, cette fois, nous l’avons donné en un clignement d’œil », a déclaré Gallant devant les soldats de la 414e unité du Corps de Collecte de Renseignements.

Il a ajouté que les terroristes encore retranchés dans l’hôpital « réfléchissent à leur avenir : la reddition ou la mort ».

Des Massortim jeûnent et prient pour la libération des otages sur la « Place des Otages »

Des Juifs du mouvement conservateur priant pour la libération des otages de Gaza, à Tel-Aviv, le 21 mars 2024. (Crédit : Fondation Masorti pour le judaïsme conservateur)
Des Juifs du mouvement conservateur priant pour la libération des otages de Gaza, à Tel-Aviv, le 21 mars 2024. (Crédit : Fondation Masorti pour le judaïsme conservateur)

Plusieurs dizaines de personnes ont assisté à une prière sur la « Place des Otages » à Tel Aviv, organisée par la Fondation Massorti pour le judaïsme conservateur, à l’occasion du jeûne d’Esther.

Cet événement, au cours duquel les participants ont prié pour le retour des otages détenus à Gaza, fait partie des activités du mouvement massorti (conservateur) pour la fête juive de Pourim, qui a lieu ce week-end.

Dimanche, des membres du mouvement massorti prévoient de lire le Livre d’Esther sur la place et de préparer des mishloach manot – des paquets contenant des sucreries et des friandises que les Juifs s’échangent traditionnellement à Pourim – contenant certaines des douceurs préférées des otages, a déclaré un porte-parole de la Fondation Massorti.

Yarden Gonen, sœur de l’otage Romi Gonen, a participé à la prière d’aujourd’hui dirigée par la rabbin Natalie Lesterger.

4 projectiles tirés sur Metula depuis le sud du Liban ; aucun blessé mais des dégâts

Quatre projectiles, dont des missiles antichars, ont été tirés depuis le Liban sur la communauté de Metula, dans le nord du pays, il y a peu de temps, selon Tsahal.

Aucun blessé n’a été signalé, mais il y aurait des dégâts matériels.

En réponse, Tsahal bombarde les sites de lancement avec leur artillerie.

Environ 200 camions d’aide doivent entrer à Gaza aujourd’hui – responsable israélien

Un camion transportant de l'aide humanitaire à destination de la bande de Gaza passant par le poste-frontière Kerem Shalom, dans le sud d'Israël, le 14 mars 2024. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)
Un camion transportant de l'aide humanitaire à destination de la bande de Gaza passant par le poste-frontière Kerem Shalom, dans le sud d'Israël, le 14 mars 2024. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP Photo)

Quelque 200 camions devraient entrer dans la bande de Gaza aujourd’hui, a déclaré un responsable israélien au Times of Israel.

En outre, la Jordanie a largué 77 colis d’aide par avion.

La nuit dernière, 15 camions remplis d’aide ont réussi à quitter le sud de la bande de Gaza pour le nord, où il est beaucoup plus difficile d’acheminer de la nourriture.

Blinken rencontrera Netanyahu et le cabinet de guerre vendredi

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontrant le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à Jérusalem, le 7 février 2024. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu rencontrant le secrétaire d'État américain Antony Blinken, à Jérusalem, le 7 février 2024. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken rencontrera le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son cabinet de guerre vendredi, a indiqué un responsable israélien au Times of Israel.

Blinken, qui était hier en Arabie Saoudite, se trouve actuellement en Égypte.

Déracinement d’oliviers plantés par des résidents d’implantations sur des terres palestiniennes ; des élus s’indignent

Les forces de sécurité alors que l'Administration civile arrache des arbres plantés par des résidents d’implantations sur des terres palestiniennes privées, le 21 mars 2024. (Crédit : Conseil régional du Gush Etzion)
Les forces de sécurité alors que l'Administration civile arrache des arbres plantés par des résidents d’implantations sur des terres palestiniennes privées, le 21 mars 2024. (Crédit : Conseil régional du Gush Etzion)

Plusieurs dizaines d’oliviers plantés par des résidents d’implantations sur des terres palestiniennes privées jouxtant l’implantation de Nokdim en Cisjordanie ont été déracinés par du personnel de l’Administration civile accompagné de la police des frontières et de soldats de l’armée israélienne, ce qui a entraîné la condamnation de hauts responsables du gouvernement et de la coalition.

Le chef du Conseil régional du Gush Etzion, Yaron Rosenthal, a déclaré que son intervention personnelle ainsi qu’un recours déposé contre l’Administration civile avaient permis d’arrêter l’opération de déracinement des arbres avant qu’elle ne soit achevée. Rosenthal a remercié les habitants de Nokdim et a adressé « d’énormes félicitations aux habitants et aux militants qui ont fait preuve d’activisme sioniste » en empêchant l’arrachage de tous les arbres.

L’Administration civile a fait remarquer que le terrain sur lequel les arbres avaient été plantés appartenait à des Palestiniens et que ce n’était pas la première fois que des arbres y étaient plantés illégalement puis déracinés.

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, a attaqué le ministre de la Défense, Yoav Gallant, pour cet incident, l’accusant de « faire une provocation pendant un jour de jeûne et d’envoyer des forces pour déraciner des arbres au cœur d’une implantation », et de « préférer Abu Mazen [le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas] et [le secrétaire américain à la Défense Lloyd] Austin aux implantations ».

Le député Simcha Rothman s’en est également pris à Gallant, lui reprochant d’avoir mené cette action pendant le jeûne d’Esther et l’accusant de ne pas avoir pris de mesures similaires contre les constructions palestiniennes illégales près de la ville voisine de Zaatara.

« Ne croyez pas ceux qui vous disent que Tsahal manque d’effectifs », a déclaré Rothman, en référence à la controverse politique dans laquelle le gouvernement cherche à allonger le service militaire des réservistes tout en maintenant les exemptions du service militaire des ultra-orthodoxes.

Blinken et al-Sissi ont discuté d’un accord prévoyant la libération de tous les otages et une trêve d’au moins six semaines – responsable US

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken lors d'une réunion avec le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri, au palais Tahrir, au Caire, le 21 mars 2024. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken lors d'une réunion avec le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri, au palais Tahrir, au Caire, le 21 mars 2024. (Crédit : Khaled Desouki/AFP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken et le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi ont discuté des négociations visant à obtenir une trêve immédiate d’au moins six semaines dans la guerre entre Israël et le Hamas, ainsi que la libération de tous les otages enlevés par le groupe terroriste palestinien, a déclaré le porte-parole du Département d’État, Matthew Miller.

Le chef de la diplomatie américaine se trouve en Égypte après avoir visité l’Arabie saoudite la veille, dans le cadre de sa dernière tournée au Moyen-Orient.

Il a également discuté avec al-Sissi de la création d’un État palestinien indépendant assorti de garanties de sécurité pour Israël.

Blinken et al-Sissi ont examiné ensemble l’état d’avancement des pourparlers, selon le bureau du président égyptien et le Département d’État américain.

Al-Sissi a souligné la nécessité d’une trêve pour faire face à l’escalade de la crise humanitaire à Gaza et a mis en garde contre les dangers d’une incursion militaire dans Rafah.

Quelques problèmes subsistent dans le plan américano-saoudien de normalisation d’Israël – fonctionnaire US

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontrant le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à Jeddah, en Arabie saoudite, le 20 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/Pool Photo via AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontrant le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à Jeddah, en Arabie saoudite, le 20 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/Pool Photo via AP)

Un haut fonctionnaire du Département d’État voyageant avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken a indiqué que les discussions en Arabie saoudite ont porté sur la partie bilatérale d’un plan plus large dans lequel l’Arabie saoudite reconnaîtrait Israël en échange de progrès tangibles sur la création d’un État palestinien.

La ligne radicale du gouvernement israélien est farouchement opposée à la création d’un État palestinien, qui, selon les Saoudiens, est un élément essentiel de tout accord de normalisation.

Le fonctionnaire, qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat pour discuter de questions diplomatiques privées, a déclaré qu’il ne restait qu’une « poignée de problèmes » dans la composante américano-saoudienne du plan. Cette partie du plan comprendrait des garanties américaines en matière de défense et une aide à la mise en place d’un programme nucléaire civil en Arabie saoudite.

En janvier, le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait rejeté une proposition de Blinken qui prévoyait que l’Arabie saoudite normalise ses relations avec Israël en échange de l’acceptation par Jérusalem de fournir aux Palestiniens une voie vers la création d’un Etat.

35 % des bâtiments de Gaza sont endommagés ou détruits – images satellites de l’ONU

Des bâtiments détruits dans la bande de Gaza, vus du sud d'Israël, le 19 mars 2024. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)
Des bâtiments détruits dans la bande de Gaza, vus du sud d'Israël, le 19 mars 2024. (Crédit : Ariel Schalit/AP Photo)

Les images satellites analysées par le Centre satellitaire des Nations unies (UNOSAT) montrent que 35 % des bâtiments de la bande de Gaza ont été endommagés ou détruits depuis le début de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Pour son évaluation, l’UNOSAT, a utilisé des images satellites à haute résolution collectées le 29 février et les a comparées avec des images prises avant et après le début de la guerre.

Il a constaté que 35 % des bâtiments de la bande de Gaza, soit 88 868 structures, avaient été endommagés ou détruits.

Parmi celles-ci, 31 198 structures ont été identifiées comme détruites, 16 908 comme gravement endommagées et 40 762 comme modérément endommagées.

Cela représente une augmentation de près de 20 000 structures endommagées par rapport à l’évaluation précédente basée sur des images prises en janvier, indique l’UNOSAT.

« Les gouvernorats de Khan Younès et de Gaza ont connu l’augmentation la plus significative en termes de dégâts, avec 12 279 structures supplémentaires endommagées à Khan Younès et 2 010 à Gaza », précise l’UNOSAT.

« La ville de Khan Younès a été particulièrement touchée, avec 6 663 structures récemment détruites. »

Israël a lancé son opération militaire après l’assaut barbare mené par le Hamas le 7 octobre, au cours duquel quelque 3 000 terroristes ont fait irruption en Israël depuis Gaza, tuant près de 1 200 personnes et enlevant 253 otages, pour la plupart des civils.

Tsahal : Des jets ont frappé un bâtiment utilisé par le Hezbollah au sud-Liban

L’armée israélienne indique que des avions de combat ont frappé un bâtiment utilisé par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah à Kfar Kila, dans le sud du Liban, il y a peu.

La nuit dernière, un autre bâtiment à Dhayra a été frappé, ajoute Tsahal.

Cette nuit, des roquettes ont été tirées depuis le Liban en direction de Yiftah. L’armée déclare avoir bombardé les sites de lancement.

Tsahal a achevé le raid anti-terroriste dans le camp de réfugiés de Nur Shams, en Cisjordanie

Des soldats de l'armée israélienne opérant dans le camp de réfugiés de Nur Shams, en Cisjordanie, à l'aube du 21 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats de l'armée israélienne opérant dans le camp de réfugiés de Nur Shams, en Cisjordanie, à l'aube du 21 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne déclare avoir terminé son opération anti-terroriste dans le camp de réfugiés de Nur Shams, non loin de Tulkarem, en Cisjordanie.

Le raid, qui a débuté par une frappe aérienne meurtrière sur deux Palestiniens qui auraient lancé des engins explosifs sur les troupes, a été lancé tard dans la nuit.

Tsahal diffuse des images montrant l’attaque aérienne à Nur Shams.

L’armée indique que les soldats ont arrêté trois Palestiniens recherchés et découvert des engins explosifs cachés sous les routes du camp au cours de l’opération.

Les troupes ont abattu deux autres hommes armés à Nur Shams au cours d’une fusillade, et ont saisi un fusil d’assaut sur l’un d’entre eux, précise Tsahal.

Dans une opération distincte à Ramallah, l’armée indique que les soldats ont ouvert le feu sur des suspects qui lançaient des pierres, des engins explosifs et des pétards.

Les autorités sanitaires palestiniennes affirment qu’un garçon de 16 ans a été tué.

Depuis le 7 octobre, Tsahal indique que les troupes ont arrêté quelque 3 600 Palestiniens recherchés en Cisjordanie, dont plus de 1 600 affiliés au groupe terroriste palestinien du Hamas.

Images de drone d’un tireur du Hamas préparant une embuscade à Khan Younès – Tsahal

L’armée israélienne diffuse des images capturées par un drone montrant un tireur du groupe terroriste palestinien du Hamas en train de tendre une embuscade aux soldats à l’intérieur d’un bâtiment du complexe résidentiel de Hamad Town, à Khan Younès.

Le terroriste, après avoir été repéré, a été tué par les troupes du commando d’élite Egoz, indique Tsahal.

L’armée a achevé son opération contre le Hamas dans la zone de Hamad en début de semaine.

Des officiels de 36 pays et d’agences de l’ONU discutent de l’accélération de l’aide à Gaza

La coordinatrice principale de l'aide humanitaire et de la reconstruction pour Gaza, Sigrid Kaag (à gauche) s'entretenant avec le ministre chypriote des Affaires étrangères, Constantinos Kombos (à droite), au siège du ministère des Affaires étrangères, à Nicosie, capitale de Chypre, le 20 mars 2024 (Crédit : Petros Karadjias/AP Photo)
La coordinatrice principale de l'aide humanitaire et de la reconstruction pour Gaza, Sigrid Kaag (à gauche) s'entretenant avec le ministre chypriote des Affaires étrangères, Constantinos Kombos (à droite), au siège du ministère des Affaires étrangères, à Nicosie, capitale de Chypre, le 20 mars 2024 (Crédit : Petros Karadjias/AP Photo)

Des représentants de 36 pays et d’agences des Nations unies se réunissent à Chypre pour discuter des moyens d’accélérer l’acheminement de l’aide humanitaire aux Palestiniens de Gaza par la voie maritime mise en place la semaine dernière.

Sigrid Kaag, coordinatrice principale de l’aide humanitaire et de la reconstruction de l’ONU pour Gaza, ainsi que Curtis Ried, chef de cabinet du Conseil de sécurité nationale (NSC) des États-Unis, participent à cette réunion.

Alors que la famine menace Gaza, les organisations cherchent d’autres voies d’acheminement de l’aide dans l’enclave que les points de passage terrestres. L’organisation caritative World Central Kitchen (WCK), qui a envoyé de l’aide depuis Chypre la semaine dernière, a construit un débarcadère à partir de décombres, tandis que les États-Unis ont également annoncé leur intention de créer une jetée flottante.

En vertu d’un accord conclu avec Israël, les cargaisons sont inspectées par une équipe composée notamment de représentants israéliens, au depart de Chypre, ce qui permet d’éviter les contrôles au point de déchargement final et d’éliminer les risques d’interruption des livraisons d’aide.

Un navire a quitté Chypre la semaine dernière et a distribué de l’aide à Gaza, tandis que deux autres devraient partir dans les prochains jours, sous réserve des conditions météorologiques.

« Nous discutons de la manière dont nous pouvons maximiser la capacité opérationnelle, tant en termes de départ et de moyens de transport qu’en ce qui concerne la méthodologie de réception et de distribution », a déclaré Constantinos Kombos, ministre chypriote des Affaires étrangères.

Les délégués discuteront également de la création d’un fonds destiné à coordonner les activités opérationnelles de l’initiative, selon Kombos, qui précise toutefois qu’il ne s’agit pas d’une conférence de donateurs.

Interrogé sur le nombre de navires d’aide qui pourraient quitter Chypre une fois que l’initiative sera pleinement opérationnelle, Kombos a répondu « autant que possible ».

« Nous devons nous rappeler qu’il y a des limitations en termes de réception et de distribution et que le but n’est pas de stocker l’aide ici, mais de l’acheminer rapidement pour qu’elle soit aussi utile que possible. »

Un navire pris pour cible près du Yémen ; aucun blessé – Ambrey

Un navire marchand a signalé des tirs provenant d’un esquif à environ 109 milles nautiques au sud de Nishtun, au Yémen, selon la société de sécurité britannique Ambrey.

Quatre personnes armées à bord d’un esquif se sont approchées du navire et auraient tiré sur le navire marchand, et une équipe de sécurité privée armée à bord a riposté, précise Ambrey.

Le navire aurait augmenté sa vitesse et ne serait plus menacé par l’esquif. Aucun dommage ni blessé n’est à déplorer, selon Ambrey.

Les Houthis du Yémen ont menacé d’étendre leurs opérations contre le transport maritime à la région de l’océan Indien. Le groupe, soutenu par l’Iran, a mené ces attaques en représailles à la guerre d’Israël contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

Le ministère de la Santé du Hamas annonce un bilan de près de 32 000 morts à Gaza

Des personnes et des secouristes inspectant les décombres et les débris d'un bâtiment qui s'est effondré à la suite d'une frappe aérienne israélienne, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 20 mars 2024. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Des personnes et des secouristes inspectant les décombres et les débris d'un bâtiment qui s'est effondré à la suite d'une frappe aérienne israélienne, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 20 mars 2024. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Au moins 31 988 Palestiniens auraient été tués et 74 188 blessés dans la bande de Gaza depuis le 7 octobre, selon le ministère de la Santé de la bande de Gaza, dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Israël dit avoir éliminé 13 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus d’un millier de terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

Blinken a discuté avec le prince héritier saoudien des efforts visant à accroître l’aide humanitaire à Gaza

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontrant le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à Jeddah, en Arabie saoudite, le 20 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/Pool Photo via AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken rencontrant le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à Jeddah, en Arabie saoudite, le 20 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/Pool Photo via AP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken déclare avoir rencontré le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane et le ministre des Affaires étrangères du royaume, le prince Faisal ben Farhan, pour discuter de la crise humanitaire à Gaza et des efforts visant à accroître l’aide aux Palestiniens.

Blinken a entamé mercredi une tournée au Moyen-Orient.

Il est arrivé en Égypte ce matin et doit se rendre en Israël vendredi.

Danemark : La menace terroriste à la hausse suite à la guerre Israël-Hamas et à des autodafés de Coran

Un soldat de l'armée danoise (Forsvaret) montant la garde, devant la synagogue de Copenhague, le 16 décembre 2023. (Crédit : Nils Meilvang/Ritzau Scanpix via AP/Archives)
Un soldat de l'armée danoise (Forsvaret) montant la garde, devant la synagogue de Copenhague, le 16 décembre 2023. (Crédit : Nils Meilvang/Ritzau Scanpix via AP/Archives)

La menace terroriste au Danemark et contre ses intérêts à l’étranger s’est accrue, selon le service de sécurité et de renseignement PET du pays nordique.

La guerre de Gaza entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas, ainsi qu’une série de corans brûlés au Danemark l’année dernière, ont contribué à la détérioration de la situation en matière de sécurité, selon le PET.

Le PET a maintenu une évaluation globale du niveau de menace de 4, le deuxième plus élevé sur son échelle de 1 à 5, mais indique que les risques à l’intérieur de ce niveau ont augmenté.

La Cour ordonne au ministère de la Défense de suspendre l’expulsion de patients palestiniens soignés en Israël

Les forces de sécurité israéliennes se tenant à côté des ambulances, au milieu des préparatifs pour la libération des otages israéliens détenus par les terroristes du Hamas à Gaza en échange de prisonniers palestiniens, en attente à l'hôpital pour enfants Schneider, à Tel Aviv, le 24 novembre 2023. (Crédit : Fadel Senna/AFP)
Les forces de sécurité israéliennes se tenant à côté des ambulances, au milieu des préparatifs pour la libération des otages israéliens détenus par les terroristes du Hamas à Gaza en échange de prisonniers palestiniens, en attente à l'hôpital pour enfants Schneider, à Tel Aviv, le 24 novembre 2023. (Crédit : Fadel Senna/AFP)

La Haute Cour de justice a ordonné au ministère de la Défense de suspendre son projet d’expulsion vers Gaza d’un groupe de Palestiniens malades soignés en Israël, ainsi que des membres de leur famille qui sont restés à leur chevet.

Les vingt-deux Palestiniens sont pour la plupart des cancéreux qui ont été hospitalisés en Israël au cours des derniers mois pour y être soignés, rapporte Haaretz.

La plupart d’entre eux n’ont plus besoin d’être hospitalisés, mais les renvoyer à Gaza mettrait en péril la poursuite de leurs traitements, étant donné qu’ils seraient probablement incapables de quitter la bande de Gaza pour recevoir les soins ultérieurs et se rendre aux rendez-vous de suivi.

La plupart des patients sont hospitalisés dans des centres hospitaliers palestiniens à Jérusalem-Est, mais deux d’entre eux sont des mineurs hospitalisés à l’hôpital pour enfants Safra, et sont accompagnés par leurs parents, indique Haaretz.

Physicians for Human Rights et HaMoked Center for the Defense of the Individual ont déposé un recours devant la Haute Cour pour demander au ministère de la Défense de revenir sur sa décision, arguant qu’elle mettrait en danger la vie des patients.

La Cour a accepté d’intervenir à la dernière minute.

Dans un communiqué faisant suite à l’article du Haaretz, le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens (COGAT) du ministère de la Défense déclare : « Avant le 7 octobre 2023, jour où le [groupe terroriste palestinien du] Hamas a déclenché une guerre cruelle au cours de laquelle il a assassiné près de 1 200 Israéliens, enlevé des centaines d’autres Israéliens pour les emmener à Gaza et complètement détruit le passage Erez, les habitants de Gaza pouvaient obtenir un permis d’entrée en Israël pour recevoir un traitement médical, sous certaines conditions. »

« Aujourd’hui, les habitants de Gaza et leurs proches qui ont reçu des traitements médicaux dans les hôpitaux israéliens et qui n’ont pas besoin de poursuivre leurs soins sont renvoyés dans la bande de Gaza. Dans les cas où un traitement médical supplémentaire est nécessaire, le COGAT coordonne la poursuite de leur séjour avec les hôpitaux afin de garantir leur état de santé. Le retour des habitants de Gaza dans la bande de Gaza se fera en coordination avec les organisations d’aide internationale et les forces sur le terrain. »

2 Palestiniens tués lors de heurts dans un camp de Cisjordanie, portant le bilan à 4 morts

Un véhicule blindé israélien roulant sur une route après un raid dans le camp de réfugiés palestiniens de Nur Shams, à proximité de Tulkarm, en Cisjordanie, le 21 mars 2024. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Un véhicule blindé israélien roulant sur une route après un raid dans le camp de réfugiés palestiniens de Nur Shams, à proximité de Tulkarm, en Cisjordanie, le 21 mars 2024. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Deux Palestiniens ont été tués lors d’affrontements au cours d’un raid de l’armée israélienne dans le camp de réfugiés de Nur Shams en Cisjordanie, à proximité de Tulkarem, selon le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne (AP).

Deux autres hommes ont été tués lors d’une frappe aérienne qui s’est déroulée tard dans la nuit et qui, selon Tsahal, visait des hommes armés représentant une menace immédiate pour les troupes.

Le commandant adjoint du CENTCOM se rend en Israël pour discuter de la construction d’une jetée à Gaza – média

Le vice-amiral Brad Cooper, qui dirige la 5e flotte de la marine basée à Bahreïn, s'exprimant lors d'un événement organisé dans le cadre de l'exposition et de la conférence internationales sur la défense, à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 21 février 2023. (Crédit : Jon Gambrell/AP Photo/Archives)
Le vice-amiral Brad Cooper, qui dirige la 5e flotte de la marine basée à Bahreïn, s'exprimant lors d'un événement organisé dans le cadre de l'exposition et de la conférence internationales sur la défense, à Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, le 21 février 2023. (Crédit : Jon Gambrell/AP Photo/Archives)

Le vice-amiral Brad Cooper, commandant adjoint du CENTCOM (Commandement central des États-Unis), s’est rendu en Israël ces derniers jours pour discuter de la construction par les États-Unis d’un embarcadère à Gaza dédié à l’aide humanitaire, rapporte la chaîne publique Kan.

Cooper a rencontré un certain nombre de responsables israéliens.

Dans un contexte de crise humanitaire dans la bande de Gaza, le jetée provisoire permettra l’acheminement direct de l’aide humanitaire via la mer Méditerranée.

Les États-Unis se coordonnent avec Israël pour s’assurer que les préoccupations en matière de sécurité israélienne sont prises en compte, ainsi qu’avec les Nations unies et les organisations humanitaires sur le terrain pour veiller à ce que l’aide soit correctement distribuée.

Blinken : « Le fossé se réduit » entre Israël et le Hamas dans les négociations

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken à son arrivée à Jeddah, en Arabie saoudite, le 20 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken à son arrivée à Jeddah, en Arabie saoudite, le 20 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/AP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que « les fossés se réduisent et je pense qu’un accord est tout à fait possible » entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas sur une trêve de six semaines qui permettrait la libération d’une quarantaine d’otages israéliens.

« Nous avons travaillé très dur avec le Qatar, l’Égypte et Israël pour mettre une proposition solide sur la table […] Le Hamas ne l’a pas acceptée. Il est revenu avec d’autres exigences. Les négociateurs y travaillent actuellement, mais je pense que c’est tout à fait faisable et que c’est tout à fait nécessaire », déclare Blinken à Al Hadath.

« Si le Hamas se soucie un tant soit peu du peuple qu’il prétend représenter, il parviendrait à un accord, car cela aurait pour effet immédiat d’instaurer un cessez-le-feu, d’alléger les terribles souffrances de la population, d’acheminer davantage d’aide humanitaire et de nous donner la possibilité d’obtenir quelque chose de plus durable », ajoute-t-il.

Tsahal repère des caches d’armes et des infrastructures terroristes à l’hôpital Shifa

Les troupes de l’armée israélienne opérant à l'hôpital Shifa, dans la bande de Gaza, sur une image publiée le 19 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de l’armée israélienne opérant à l'hôpital Shifa, dans la bande de Gaza, sur une image publiée le 19 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne poursuit son opération contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à l’hôpital Shifa de Gaza City, où les troupes ont abattu plus de 50 terroristes armés au cours de la journée écoulée.

Depuis le début de l’opération à Shifa, quelque 140 terroristes ont été tués par les troupes, selon Tsahal.

Lors du raid à Shifa, mené par l’unité commando Shayetet 13 de la marine et la 401e Brigade du Corps Blindé Mécanisé, les soldats ont localisé des infrastructures appartenant à des groupes terroristes et des caches d’armes.

Dans le même temps, dans le centre de Gaza, l’armée affirme que la Brigade Nahal a abattu une vingtaine de terroristes du Hamas au cours de la journée écoulée.

Dans le sud de la bande de Gaza, à Khan Younès, Tsahal indique que la 7e Brigade du Corps Blindé Mécanisé a lancé une opération contre le groupe terroriste palestinien du Hamas dans le quartier d’al-Qarara.

L’armée déclare que les troupes ont tué de nombreux terroristes armés et frappé des dizaines de sites appartenant au Hamas dans la région, y compris un lance-roquettes.

Le raid à al-Qarara a commencé par une vague de frappes aériennes, ciblant les sites et les terroristes du Hamas, précise Tsahal.

Tsahal : Plus de 3 M$ en espèces saisis à Shifa, 300 terroristes présumés appréhendés

L’armée israélienne affirme avoir saisi à l’hôpital Shifa de Gaza des espèces d’une valeur de 3 millions de dollars, en dollars américains et en dinars jordaniens, qui auraient été utilisées par le Hamas entre autres groupes terroristes.

Toujours au cours de l’opération à Shifa, quelque 3 700 civils palestiniens ont été évacués du centre hospitalier et dirigés vers le sud de Gaza, indique Tsahal.

L’armée précise qu’au cours de l’évacuation, quelque 300 personnes soupçonnées de terrorisme, dont des commandants de haut rang des groupes terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien, ont été appréhendées.

La nuit dernière, Tsahal a également livré 1 800 litres d’eau, 3,8 tonnes de nourriture et un camion de carburant à Shifa.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.