Israël en guerre - Jour 147

Rechercher

« Nous nous attendons au pire, » dit le chef de la police de la banlieue sud de Beyrouth

Des pompiers éteignent le feu à l'intérieur d'un appartement après une explosion dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 2 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)
Des pompiers éteignent le feu à l'intérieur d'un appartement après une explosion dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 2 janvier 2024. (Crédit : AP Photo/Hussein Malla)

Le capitaine Ali Farran, chef de la police locale de la banlieue sud de Beyrouth, a lui aussi évoqué la guerre de 2006. « Nous avons fait l’expérience d’Israël en 2006 quand il a détruit la banlieue (…) et nous nous attendons au pire. On pourrait voir au Liban, dans la banlieue, ce que nous voyons à Gaza. »

Les principales institutions du groupe terroristes libanais du Hezbollah sont basées dans la banlieue sud de Beyrouth qui abrite 800 000 habitants selon l’officier.

Plusieurs figures du Hamas en exil sont établies au Liban, sous la protection du Hezbollah chiite pro-Iran.

L’un des principaux responsables du groupe terroriste, Oussama Hamdane, tient des conférences de presse quasi-quotidiennes dans un local de la banlieue sud de la capitale libanaise.

Le chef du groupe Hamas au Liban, Oussama Hamdane. (Capture d’écran YouTube)

Le Hezbollah a également accueilli dans son fief des opposants bahreinis ou des yéménites Houthis.

Son chef, Hassan Nasrallah, doit prononcer un discours programmé à l’avance mercredi soir.

S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.